Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:55
 La théorie du genre expulsée de Norvège : le paradoxe de l'égalité des genres. (Doc) [VF]

Les pays scandinaves ont été les pays les plus progressistes en matière d'égalité entre hommes et femmes. Ce sont eux qui sont les premiers à constater son échec. Ce documentaire d'Harald Eia montre comment les réseaux LGBT ont noyauté l'université pour lui donner un niveau des plus médiocres. Le ménage a commencé chez eux. Et chez nous ?

 

MAJ le 24/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:35

 

 

Documentaire chilien réalisé par Marcela Said Cares, Jean de Certeau en 2006.


Avec près de 90 000 membres, l'Opus Dei (l'Oeuvre de Dieu) est présent dans 80 pays, dont 21 pays de l'Union européenne. Devenu prélature personnelle de l'Église catholique, il dépend directement de l'autorité du pape, mais n'en demeure pas moins un sujet tabou, représentant l'un des mouvements les plus secrets et controversés, notamment depuis la sortie en salles de l'adaptation cinématographique du Da Vinci Code de Dan Brown.


A première vue, l'Opus Dei donne un sentiment d'harmonie et de sérénité. Il fait de la spiritualité un signe d'excellence sociale, aspire à l'avènement d'une société propre, efficace et ordonnée. Entrer dans l'Opus Dei, c'est pénétrer dans un monde très hiérarchisé empreint de prière, d'obéissance, de soumission, de discipline.


Après quatre ans d'enquête, les auteurs de ce documentaire lèvent le voile sur le mystérieux fonctionnement de cette institution, recueillant les témoignages de personnes appartenant ou ayant appartenu à l'institution pour comprendre leurs motivations, leurs aspirations et le fonctionnement de cette organisation particulièrement bien implantée au Chili.

 

MAJ le 24/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:20

 

Le Washington Post à publié en 2010 une enquête sur les tentaculaires services de sécurité nationale développés aux Etats-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001.

 

Fonds secrets, captures, enlèvements, prisons secrètes, tortures, campagnes et opérations clandestines, pouvoirs secrets, centre commun d'investigation scientifique, armes de destructions massives.. Tout y passe ! Excellent reportage, encore une fois, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas..

 

 

 

Synopsis depuis : la tribune de Genève

 

La communauté du renseignement a grossi sans limites et dépensé sans compter depuis le 11 Septembre. - Près de 2000 sociétés privées sont sous contrat pour effectuer des tâches de renseignement pour les agences. - Loin de New York, à Cedar Rapids, dans le Midwest, la sécurité et le renseignement sont des priorités.

 

Le traumatisme des attentats du 11 septembre 2001 a-t-il accouché d’un monstre tentaculaire du renseignement aux Etats-Unis? Cette première attaque extérieure sur le sol national a-t-elle conduit les Américains à dépenser sans compter pour garantir leur sécurité? Oui et au-delà de toute mesure, répond neuf ans après le Washington Post, dans une enquête dont le troisième et dernier volet est publié aujourd’hui. Pire, selon le quotidien, célèbre pour avoir sorti l’affaire du Watergate, cette communauté du renseignement est aujourd’hui un gouffre financier, hors de tout contrôle et, pour partie, composée de contractuels dépendant de sociétés privées avant d’être au service de la nation.

 

MAJ le 24/03/2015

 

 

«Un Etat dans l’Etat»

 

Cette «Amérique top secret» – selon le titre de l’enquête du Washington Post – emploie aujourd’hui près de 854 000 personnes, qui ont, à un niveau ou à un autre, accès à des documents confidentiels. C’est une fois et demie la population du district de Washington DC, près de deux fois celle du canton de Genève. Illustration de cette inflation du secret: en 2002, le service de renseignements militaires du Pentagone employait 7500 personnes; aujourd’hui 16 500 agents travaillent dans cette agence! La NSA – les grandes oreilles qui écoutent et analysent les conversations téléphoniques de la planète – a, durant la même période, multiplié par deux son budget.

 

«La communauté du renseignement est devenue un Etat dans l’Etat, en connexion avec le complexe militaro-industriel», commente Jean-Jacques Cécile, un ex-agent français devenu spécialiste des services américains. Et il voit mal comment l’Amérique pourrait revenir en arrière désormais.

 

«Les Etats-Unis sont une fourmilière. Si un coup de pied est donné, tout le monde bouge et veut des résultats immédiats. Dans ce pays, pour atteindre cet objectif, le moyen, c’est l’argent», ajoute l’expert. L’an dernier, le budget du renseignement aux Etats-Unis s’élevait à 75 milliards de dollars, deux fois et demie celui de 2001 !

 

 

Rapports dans les tiroirs

 

Dopée à la peur, la politique de sécurité du président George Walker Bush n’autorisait ni refus de crédits au Congrès ni restrictions aux contrôles des citoyens. A coups de restructurations et même de créations, les organismes chargés des questions de sécurité intérieure et extérieure fleurissaient. A la fin de 2001, 34 agences ou départements apparaissaient. En tout, 263 entités ont gagné leur autonomie durant ces neuf dernières années. Parmi elles, l’énorme Office de sécurité intérieure, créé dans la foulée du Patriot Act qui a multiplié les entorses aux libertés et droits civiques pour lutter contre le terrorisme sur le sol américain, ou la task force de recherche des terroristes étrangers.

 

Conscient que des missions se recoupaient, que les données récoltées et les rapports publiés s’entassaient dans les tiroirs sans être digérés, Washington créait en 2004 une Direction nationale du renseignement. Mais son travail de coordination a été rendu difficile par l’immensité du périmètre du renseignement et la guerre des services. La CIA, la principale agence de renseignements américaine, a par exemple classifié certains documents à un niveau inaccessible au Centre national antiterroriste, qui dépend de la Direction nationale du renseignement…

 

 

Pas d’attentat depuis 2001

 

«La croissance a été telle depuis le 11 septembre qu’embrasser la communauté du renseignement est un sacré challenge pour tous», reconnaissait Robert Gates, secrétaire à la Défense, interrogé par le quotidien de Washington. «Je ne vivrais pas assez longtemps pour être briefé sur tout ce que l’on reçoit», convenait un officier supérieur de la Défense qui concentre deux tiers des programmes de renseignement.

 

Les enquêteurs du Washington Post s’interrogent sur l’efficacité de cet énorme dispositif. La récente tentative d’attentat à Times Square ou celle du vol Amsterdam-Detroit ont été déjouées par des témoins anonymes, font-ils remarquer. A Washington, on répond qu’aucun attentat n’a été commis sur le sol américain depuis le 11 septembre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Amérique « Top Secret » (Doc) [VF]
Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:15

 

 

Le Dr. Jose Delgado, neurochirurgien et professeur à Yale, a reçu des fonds pour des recherches avec des électrodes cérébrales sur des enfants et des adultes.


Dans les années 50, il a développé le Stimoceiver ; une électrode miniature placée dans le crâne d’un individu capable de recevoir et de transmettre des signaux électroniques.
Delgado pouvait contrôler les mouvements de ses sujets en poussant des boutons sur un émetteur à distance.


Il a fait la démonstration de son Stimoceivers en câblant un taureau adulte.


Avec le dispositif en place, Delgado a fait un pas dans l’arène avec le taureau.


L’animal a chargé vers l’expérimentateur - et puis s’est soudainement arrêté, juste avant de l’atteindre.


La bête puissante avait été arrêtée par la simple action de pousser un bouton sur un petit boîtier tenu dans la main de Delgado.

 

MAJ le 24/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:10
KANEHSATAKE : 270 ANS DE RÉSISTANCE (Docu) [VF]

Documentaire sur la confrontation historique qui a propulsé les problèmes des Autochtones de Kanehsatake et du village d'Oka au Québec au premier plan de la scène internationale et de la conscience des Canadiens.

 

Au cours de cet été épuisant de 1990, la productrice et réalisatrice Alanis Obomsawin, elle-même Abénaquise, a passé 78 jours et nuits angoissants derrière les barricades dressées par les Mohawks, à tourner des images du conflit armé les opposant à la Sûreté du Québec et l'Armée canadienne.

 

MAJ le 24/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 14:00
Diffamation / Defamation (Docu) [VostFR]

Ce film est une dénonciation stupéfiante des conditions morbides qui tiennent prisonnière l'identité juive séculière. Il explore et tourne en ridicule la notion courante d'antisémitisme ainsi que les lobbies qui participent à la diffusion d'une telle phobie. Il dénonce aussi ces propagandistes juifs ethniques qui insistent, pour une raison qu'eux seuls connaissent, pour organiser leur identité autour de l'idée phantasmatique selon laquelle ils seraient pourchassés, diffamés ou haïs pour des raisons « raciales ».

 

Etant Israélien, Yoav Shamir, qui a réalisé ce film, a réussi à infiltrer l'Anti-Defamation League d'Abe Foxman. Il a même réussi à se faire engager dans une « mission internationale » de Foxman. Il a également suivi le voyage de lycéens israéliens à Auschwitz. Il nous donne une vision intime de la jeunesse israélienne que l'on endoctrine afin de la placer dans une anxiété collective et dans une névrose totale juste avant son incorporation dans l'armée.

 

by yoav shamir

MAJ le 24/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 13:55

 

 

 

 

Jiddu Krishnamurti (1895-1986) naquit en Inde et fut pris en charge à l’âge de treize ans par la Société théosophique, qui voyait en lui « l’Instructeur du monde » dont elle avait proclamé la venue. Très vite Krishnamurti apparut comme un penseur de grande envergure, intransigeant et inclassable, dont les causeries et les écrits ne relevaient d’aucune religion spécifique, n’appartenaient ni à l’Orient ni à l’Occident, mais s’adressaient au monde entier. Répudiant avec fermeté cette image messianique, il prononça à grand fracas en 1929 la dissolution de la vaste organisation nantie qui s’était constituée autour de sa personne ; il déclara alors que la vérité était « un pays sans chemin », dont l’accès ne passait par aucune religion, aucune philosophie ni aucune secte établies.

 

Tout le reste de sa vie, Krishnamurti rejeta obstinément le statut de gourou que certains voulaient lui faire endosser. Il ne cessa d’attirer un large public dans le monde entier, mais sans revendiquer la moindre autorité ni accepter aucun disciple, s’adressant toujours à ses auditeurs de personne à personne. A la base de son enseignement était la conviction que les mutations fondamentales de la société ne peuvent aboutir qu’au prix d’une transformation de la conscience individuelle. L’accent était mis sans relâche sur la nécessité de la connaissance de soi, et sur la compréhension des influences limitatives et séparatrices du conditionnement religieux et nationaliste. Krishnamurti insista toujours sur l’impérative nécessité de cette ouverture, de ce « vaste espace dans le cerveau où est une énergie inimaginable ». C’était là semble-t-il, la source de sa propre créativité, et aussi la clé de son impact charismatique sur un public des plus variés.

 

Krishnamurti poursuivit ses causeries dans le monde entier jusqu’à sa mort à l’âge de quatre-vingt-onze ans. Ses entretiens et dialogues, son journal et ses lettres ont été rassemblés en plus de soixante volumes.

 

© Krishnamurti.-France

 

MAJ le 24/03/2015

 

Libérer notre cerveau du conditionnement

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 15:39
"Quand l'Europe sauve ses Banques, qui paye ?" (Docu) [VF]

50 milliards d'euros en Grèce, 70 milliards en Irlande, 40 milliards en Espagne : au sein de la zone euro, les États se sont vus contraint les uns après les autres - moyennant des sommes astronomiques - de venir en aide aux banques pour compenser les pertes subies suite à des prêts pourris. Mais qui sont les bénéficiaires de telles opérations ?


C'est en posant cette question très simple qu'Harald Schumann, essayiste en économie et brillant journaliste, sillonne l'Europe. Et obtient des réponses pour le moins sidérantes. Car ceux qui ont été "sauvés" ne se trouvent pas - comme on tend à vouloir nous le faire croire - dans les pays en détresse, mais surtout en Allemagne et en France.

 

En effet, une part importante des sommes débloquées finit dans les caisses des créanciers de ces banques sauvées. Quant aux financiers qui ont fait de mauvais investissements, ils se retrouvent protégés contre toute perte aux frais de la collectivité. Et ce contrairement aux règles de l'économie de marché.

 

Pourquoi ?

 

Qui encaisse l'argent ?

 

MAJ le 23/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 14:42
LE DOCUMENTAIRE QUI N'A PAS PLU À ISRAËL... (Docu) [VF]
Le sujet le plus sensible concerne le lobby pro-israélien aux États-Unis. Dans cette enquête, les journalistes Estelle Youssouffa et Christophe Obert montrent comment les organisations juives et chrétiennes conservatrices pèsent sur la politique étrangère américaine, permettant à l'État hébreu de s'affranchir de certaines résolutions onusiennes. Ancien de l'Aipac, le plus important groupe de pression pro-israélien aux États-Unis, M. J. Rozenberg raconte comment des organisations comme "Camera" traquent les journalistes "déviants".
 
"Le lobby, dit-il, rend la vie difficile aux journalistes qui ne sont pas perçus comme pro-israéliens. Ils auront du mal à trouver un job ou, s'ils en ont un, à garder un poste. Lorsque je travaillais à Aipac, il y avait des listes, des dossiers sur chaque reporter." Des révélations saisissantes, qui n'ont pas convaincu Richard Prasquier. "On ne sait même pas pourquoi cet homme a quitté l'Aipac et quel compte il a à régler avec eux", argumente le président du Crif. 
 
"La moindre des choses aurait été de préciser que les lobbys existent aux États-Unis, mais aussi en France. Regardez le lobby pharmaceutique. Il ne faut pas laisser croire que le lobby pro-sioniste est en train de détourner la démocratie américaine."
 
MAJ le 23/03/2015
 

 
 
 

Aller plus loin :
 
Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 14:35

http://4.bp.blogspot.com/-JvO7XGCQIXs/TZhnV6-EgQI/AAAAAAAABW4/nMxPkh3qWyk/s1600/lavage-cerveau.jpg

 

Cruauté, violences psychologiques et sexuelles, humiliations : la téléréalité semble devenue folle. Son arrivée au début des années 2000 ouvrait une nouvelle ère dans l'histoire de l'audiovisuel.

 

Cinquante ans d'archives retracent l'évolution du divertissement : comment la mise en scène de l'intime, dans les années 80, a ouvert un nouveau champ, comment la privatisation des plus grandes chaînes a modifié le rapport au téléspectateur. A l'aide de spécialistes, dont le philosophe Bernard Stiegler, ce documentaire démontre comment l'émotion a fait place à l'exacerbation des pulsions les plus destructrices.

 

Patrick Le Lay, PDG de TF1, interrogé parmi d’autres patrons dans un livre Les dirigeants face au changement (Editions du Huitième jour) affirme :
 

" Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (...).

 

Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveaudu téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (...).

 

Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité. C’est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l’information s’accélère, se multiplie et se banalise. "

 

MAJ le 23/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 14:20
La Quatrième Dimension : L'homme Obsolète (Série 1962) [VF]

Un épisode digne de Orwell ou de Huxley ! "L'homme obsolète" met en scène un type de société dictatoriale où les livres sont interdits, où la technologie avancée permet une destruction subtile des libertés de l'homme, où la règle première est "la tolérance est ennemie et la connaissance une menace".

 

Résumé :

 

Le chancelier d'un Etat totalitaire imaginaire déclare le bibliothécaire Romney Wordsworth coupable d'obsolescence, un crime passible de la peine de mort...

 

MAJ le 23/03/2015

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 15:17
Survivre au progrès (Docu)

Épuisement des ressources naturelles, surpopulation, désertification, désastres écologiques et économiques, systèmes politiques à bout de souffle, appauvrissement des classes moyennes et populaires : l'accumulation des crises annonce-t-elle, comme l'affirme l'essayiste et écrivain canadien Ronald Wright, auteur du best-seller «Brève histoire du progrès», publié chez Hurtubise en 2006, l'anéantissement de la civilisation ?

 

Est-il urgent de renoncer, comme il le préconise, à «l'illusion du progrès» qui s'est imposée à toutes les sociétés depuis la révolution industrielle, avec ses espoirs de croissance et d'avancées technologiques illimitées ?

 

Tel est le fil conducteur de cette conversation avec de grands esprits contemporains, illustrée par des images tournées sur plusieurs continents.

 

MAJ le 22/03/2015

 

Repost 1
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 15:12
http://img11.hostingpics.net/pics/8451152245061836524083670411833590683963755040882943793n1.jpg

"Je recommande vivement de faire découvrir ce documentaire qui est à la fois sidérant par le niveau technique des explications mais aussi très émouvant dans son montage”

 

Lors d’un discours en 1944 à Florence en Italie, Max Planck déclara:

«En tant qu’homme qui a consacré toute sa vie à la science la plus lucide et à l’étude de la matière, je peux vous dire ceci en conclusion de mes recherches sur les atomes: Il n’y a pas de matière comme telle. Toute la matière est originaire et n’existe que par la vertu d’une force qui cause les particules d’un atome à vibrer et qui soutient tout ce système atomique ensemble. Nous devons supposer derrière cette force l’existence d’un esprit conscient et intelligent. Cet esprit est la matrice de toute matière»

(Max plank,“La nature de la matière”, discours à Florence, Italie, 1944, tiré des archives de l’histoire de Max Plank, Rep. 11 N°1797)

 


MAJ le 22/03/2015


Aller plus loin :

 

http://www.thesigns.fr

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment