Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 15:27
 La révélation des secrets du Pentagone (Doc 2013) [VF]

En 1971, Daniel Ellsberg, un brillant analyste employé comme consultant par le Pentagone, fait parvenir au New York Times un rapport confidentiel de 7000 pages sur la guerre du Viêtnam.

 

Ces documents, Ellsberg les a photocopiés avec ses deux enfants pendant des nuits entières. Ils mettent directement en cause l'intégrité des gouvernements Eisenhower, Kennedy et Johnson, qui ont accumulé les mensonges pour poursuivre une guerre qu'ils savaient perdue d'avance. Le rapport montre aussi que les Etats-Unis s'enfoncent encore davantage dans le conflit avec Richard Nixon, même si celui-ci affirme le contraire. Ces révélations font l'effet d'une bombe. En l'espace de quelques jours, tandis que se profile une véritable bataille constitutionnelle, Daniel Ellsberg devient l'homme le plus recherché en Amérique. Henry Kissinger le baptise "the most dangerous man in America", Richard Nixon le qualifie de "son of a bitch".

 

Tout est fait pour discréditer Ellsberg devant le tribunal - son dossier personnel est même volé chez son psychanalyste. Le but de l'ancien consultant était pourtant d'arrêter une guerre inutile, barbare, coûteuse et injustifiée. Ses révélations explosives n'empêcheront pas la réélection de Nixon en 1972. En revanche, elles exacerberont la paranoïa du président, provoquant indirectement le cambriolage du Watergate.

 

2013: Nouveaux secrets dévoilés:

 

Après les présidents du Venezuela, Nicolas Maduro, et du Nicaragua, Daniel Ortega, c'est au tour du chef d'Etat bolivien, Evo Morales, de proposer l'asile à l'ancien consultant de l'Agence de la sécurité américaine Edward Snowden, bloqué depuis treize jours dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou-Cheremetievo.


"En signe de protestation, je voudrais dire aux Européens et aux Américains du Nord : maintenant, nous allons accorder l'asile si cet Américain persécuté par ses compatriotes nous le demande. Nous n'avons pas peur", a assuré le président bolivien, samedi 6 juillet, lors d'un discours devant des agriculteurs à Oruro, dans le sud-ouest de la Bolivie.

 

BLOQUÉ À MOSCOU POUR UN TEMPS INDÉTERMINÉ

 

Le jeune informaticien pourrait également bénéficier à Caracas de "l'asile humanitaire" et d'une protection "contre la persécution de l'empire le plus puissant du monde, qui s'est déchaîné sur lui", a promis le chef d'Etat vénézuélien Nicolas Maduro. "Nous, nous sommes ouverts et respectueux du droit d'asile, et il est clair que si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec grand plaisir et lui donnerons l'asile ici, au Nicaragua", avait déclaré plus tôt Daniel Ortega.

 

L'ex-consultant est bloqué depuis le 23 juin dans la capitale russe, où il est arrivé en provenance de Hongkong. Recherché par les Etats-Unis, qui veulent le juger pour espionnage et ont annulé son passeport, il a déposé des demandes d'asile auprès d'une vingtaine de pays sans parvenir, pour le moment, à trouver une terre d'accueil.

 

"Le risque de voir Snowden bloqué à Moscou pour un temps indéterminé est de plus en plus grand", estimait vendredi Maria Lipman, de l'antenne moscovite du Centre Carnegie.

 

SIX NOUVEAUX PAYS SOLLICITÉS

 

La France, qui figurait sur sa liste, avait refusé la veille de donner une suite favorable à sa demande. Le Parlement de Reykjavik a également repoussé une motion visant à accorder la citoyenneté islandaise à l'Américain.

 

L'organisation WikiLeaks, qui assiste juridiquement le "lanceur d'alerte" américain, a réagi en annonçant que Snowden avait déposé une demande d'asile dans six nouveaux pays. Mais le site, spécialisé dans la divulgation de données confidentielles, a refusé de préciser lesquels, par crainte d'"ingérence américaine".

 

 

Aller plus loin :

 

Ceci est le Watergate de notre planète

 

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 00:45
Théodore Herzl : Le coté antisémite du sionisme (Doc) [VostFR]

En 1893, le journaliste Theodor Herzl, Juif de naissance mais adepte convaincu de la culture allemande, propose sa propre solution au « problème juif ». Au nom de l’amitié entre les races, il invitera le Pape de l’époque à baptiser et convertir tous les juifs d’Autriche, lors d’une cérémonie spéciale qui aura lieu dans l’église de Saint Stéphane à Vienne.

 

Dans son journal (Journal 1, page 14), il écrit : « Voici environ deux ans, j’ai entrepris de résoudre le problème juif, au moins en Autriche, avec l’aide de l’église catholique. J’ai demandé l’aide des hauts prélats de l’église autrichienne, afin d’obtenir par leur biais, une entrevue avec le Pape, pour lui dire : "Aidez-nous avec les antisémites, et je déclencherai un mouvement formidable parmi les Juifs, qui se convertiront de façon fière et spontanée au christianisme" ».

 

Herzl décrit aussi dans les moindres détails, la cérémonie de conversion de masse qu’il prépare. « La conversion sera effectuée en plein jour, un dimanche midi, dans la cathédrale de Saint Stéphane, par une procession joyeuse au son du clocher. Pas en cachette, selon la coutume des Juifs jusqu’à ce jour, mais la tête haute. Le fait que des leaders juifs qui conservent leur Judaïsme accompagnent leur peuple jusqu’aux portes de l’église, garantira la sincérité de la démarche. Nous, qui avons résisté courageusement, sommes la dernière génération attachée à la fois de nos pères. Mais nous voulions convertir nos enfants au christianisme avant qu’ils n’arrivent à l’âge de la raison, âge auquel la conversion revêt une forme de lâcheté […] ».$

 

Autre extrait, tiré de la revue de Theodor Herzl « Tmurah », No 2, pages 12 et 13 : « Les prêtres sont au top de l’échelle, car ils ne sont pas attirés par l’argent ».

 

La vidéo qui suit dévoile la facette méconnue de Theodor Herzl, fondateur de l’entité sioniste. Il méprisait les Juifs qui observaient la Torah et la tradition juive. Herzl avait des idées antisémites et décrivait les Juifs comme porteurs du mal…

 

@ PAS

 

En 1893, le journaliste Theodor Herzl, Juif de naissance mais adepte convaincu de la culture allemande, propose sa propre solution au « problème juif ». Au nom de l’amitié entre les races, il invitera le Pape de l’époque à baptiser et convertir tous les juifs d’Autriche, lors d’une cérémonie spéciale qui aura lieu dans l’église de Saint Stéphane à Vienne.

Dans son journal (Journal 1, page 14), il écrit : « Voici environ deux ans, j’ai entrepris de résoudre le problème juif, au moins en Autriche, avec l’aide de l’église catholique. J’ai demandé l’aide des hauts prélats de l’église autrichienne, afin d’obtenir par leur biais, une entrevue avec le Pape, pour lui dire : "Aidez-nous avec les antisémites, et je déclencherai un mouvement formidable parmi les Juifs, qui se convertiront de façon fière et spontanée au christianisme" ».

Herzl décrit aussi dans les moindres détails, la cérémonie de conversion de masse qu’il prépare. « La conversion sera effectuée en plein jour, un dimanche midi, dans la cathédrale de Saint Stéphane, par une procession joyeuse au son du clocher. Pas en cachette, selon la coutume des Juifs jusqu’à ce jour, mais la tête haute. Le fait que des leaders juifs qui conservent leur Judaïsme accompagnent leur peuple jusqu’aux portes de l’église, garantira la sincérité de la démarche. Nous, qui avons résisté courageusement, sommes la dernière génération attachée à la fois de nos pères. Mais nous voulions convertir nos enfants au christianisme avant qu’ils n’arrivent à l’âge de la raison, âge auquel la conversion revêt une forme de lâcheté […] ».

Autre extrait, tiré de la revue de Theodor Herzl « Tmurah », No 2, pages 12 et 13 : « Les prêtres sont au top de l’échelle, car ils ne sont pas attirés par l’argent ».

La vidéo qui suit dévoile la facette méconnue de Theodor Herzl, fondateur de l’entité sioniste. Il méprisait les Juifs qui observaient la Torah et la tradition juive. Herzl avait des idées antisémites et décrivait les Juifs comme porteurs du mal… - See more at: http://nemesistv.info/video/RHAY1919YAN3/theodore-herzl-le-cote-antisemite-du-sionisme-entier#sthash.Po2jHQ88.wKFM4g8Q.dpuf
En 1893, le journaliste Theodor Herzl, Juif de naissance mais adepte convaincu de la culture allemande, propose sa propre solution au « problème juif ». Au nom de l’amitié entre les races, il invitera le Pape de l’époque à baptiser et convertir tous les juifs d’Autriche, lors d’une cérémonie spéciale qui aura lieu dans l’église de Saint Stéphane à Vienne.

Dans son journal (Journal 1, page 14), il écrit : « Voici environ deux ans, j’ai entrepris de résoudre le problème juif, au moins en Autriche, avec l’aide de l’église catholique. J’ai demandé l’aide des hauts prélats de l’église autrichienne, afin d’obtenir par leur biais, une entrevue avec le Pape, pour lui dire : "Aidez-nous avec les antisémites, et je déclencherai un mouvement formidable parmi les Juifs, qui se convertiront de façon fière et spontanée au christianisme" ».

Herzl décrit aussi dans les moindres détails, la cérémonie de conversion de masse qu’il prépare. « La conversion sera effectuée en plein jour, un dimanche midi, dans la cathédrale de Saint Stéphane, par une procession joyeuse au son du clocher. Pas en cachette, selon la coutume des Juifs jusqu’à ce jour, mais la tête haute. Le fait que des leaders juifs qui conservent leur Judaïsme accompagnent leur peuple jusqu’aux portes de l’église, garantira la sincérité de la démarche. Nous, qui avons résisté courageusement, sommes la dernière génération attachée à la fois de nos pères. Mais nous voulions convertir nos enfants au christianisme avant qu’ils n’arrivent à l’âge de la raison, âge auquel la conversion revêt une forme de lâcheté […] ».

Autre extrait, tiré de la revue de Theodor Herzl « Tmurah », No 2, pages 12 et 13 : « Les prêtres sont au top de l’échelle, car ils ne sont pas attirés par l’argent ».

La vidéo qui suit dévoile la facette méconnue de Theodor Herzl, fondateur de l’entité sioniste. Il méprisait les Juifs qui observaient la Torah et la tradition juive. Herzl avait des idées antisémites et décrivait les Juifs comme porteurs du mal… - See more at: http://nemesistv.info/video/RHAY1919YAN3/theodore-herzl-le-cote-antisemite-du-sionisme-entier#sthash.Po2jHQ88.wKFM4g8Q.dpuf
En 1893, le journaliste Theodor Herzl, Juif de naissance mais adepte convaincu de la culture allemande, propose sa propre solution au « problème juif ». Au nom de l’amitié entre les races, il invitera le Pape de l’époque à baptiser et convertir tous les juifs d’Autriche, lors d’une cérémonie spéciale qui aura lieu dans l’église de Saint Stéphane à Vienne.

Dans son journal (Journal 1, page 14), il écrit : « Voici environ deux ans, j’ai entrepris de résoudre le problème juif, au moins en Autriche, avec l’aide de l’église catholique. J’ai demandé l’aide des hauts prélats de l’église autrichienne, afin d’obtenir par leur biais, une entrevue avec le Pape, pour lui dire : "Aidez-nous avec les antisémites, et je déclencherai un mouvement formidable parmi les Juifs, qui se convertiront de façon fière et spontanée au christianisme" ».

Herzl décrit aussi dans les moindres détails, la cérémonie de conversion de masse qu’il prépare. « La conversion sera effectuée en plein jour, un dimanche midi, dans la cathédrale de Saint Stéphane, par une procession joyeuse au son du clocher. Pas en cachette, selon la coutume des Juifs jusqu’à ce jour, mais la tête haute. Le fait que des leaders juifs qui conservent leur Judaïsme accompagnent leur peuple jusqu’aux portes de l’église, garantira la sincérité de la démarche. Nous, qui avons résisté courageusement, sommes la dernière génération attachée à la fois de nos pères. Mais nous voulions convertir nos enfants au christianisme avant qu’ils n’arrivent à l’âge de la raison, âge auquel la conversion revêt une forme de lâcheté […] ».

Autre extrait, tiré de la revue de Theodor Herzl « Tmurah », No 2, pages 12 et 13 : « Les prêtres sont au top de l’échelle, car ils ne sont pas attirés par l’argent ».

La vidéo qui suit dévoile la facette méconnue de Theodor Herzl, fondateur de l’entité sioniste. Il méprisait les Juifs qui observaient la Torah et la tradition juive. Herzl avait des idées antisémites et décrivait les Juifs comme porteurs du mal… - See more at: http://nemesistv.info/video/RHAY1919YAN3/theodore-herzl-le-cote-antisemite-du-sionisme-entier#sthash.Po2jHQ88.wKFM4g8Q.dpuf
En 1893, le journaliste Theodor Herzl, Juif de naissance mais adepte convaincu de la culture allemande, propose sa propre solution au « problème juif ». Au nom de l’amitié entre les races, il invitera le Pape de l’époque à baptiser et convertir tous les juifs d’Autriche, lors d’une cérémonie spéciale qui aura lieu dans l’église de Saint Stéphane à Vienne.

Dans son journal (Journal 1, page 14), il écrit : « Voici environ deux ans, j’ai entrepris de résoudre le problème juif, au moins en Autriche, avec l’aide de l’église catholique. J’ai demandé l’aide des hauts prélats de l’église autrichienne, afin d’obtenir par leur biais, une entrevue avec le Pape, pour lui dire : "Aidez-nous avec les antisémites, et je déclencherai un mouvement formidable parmi les Juifs, qui se convertiront de façon fière et spontanée au christianisme" ».

Herzl décrit aussi dans les moindres détails, la cérémonie de conversion de masse qu’il prépare. « La conversion sera effectuée en plein jour, un dimanche midi, dans la cathédrale de Saint Stéphane, par une procession joyeuse au son du clocher. Pas en cachette, selon la coutume des Juifs jusqu’à ce jour, mais la tête haute. Le fait que des leaders juifs qui conservent leur Judaïsme accompagnent leur peuple jusqu’aux portes de l’église, garantira la sincérité de la démarche. Nous, qui avons résisté courageusement, sommes la dernière génération attachée à la fois de nos pères. Mais nous voulions convertir nos enfants au christianisme avant qu’ils n’arrivent à l’âge de la raison, âge auquel la conversion revêt une forme de lâcheté […] ».

Autre extrait, tiré de la revue de Theodor Herzl « Tmurah », No 2, pages 12 et 13 : « Les prêtres sont au top de l’échelle, car ils ne sont pas attirés par l’argent ».

La vidéo qui suit dévoile la facette méconnue de Theodor Herzl, fondateur de l’entité sioniste. Il méprisait les Juifs qui observaient la Torah et la tradition juive. Herzl avait des idées antisémites et décrivait les Juifs comme porteurs du mal… - See more at: http://nemesistv.info/video/RHAY1919YAN3/theodore-herzl-le-cote-antisemite-du-sionisme-entier#sthash.Po2jHQ88.wKFM4g8Q.dpuf
En 1893, le journaliste Theodor Herzl, Juif de naissance mais adepte convaincu de la culture allemande, propose sa propre solution au « problème juif ». Au nom de l’amitié entre les races, il invitera le Pape de l’époque à baptiser et convertir tous les juifs d’Autriche, lors d’une cérémonie spéciale qui aura lieu dans l’église de Saint Stéphane à Vienne.

Dans son journal (Journal 1, page 14), il écrit : « Voici environ deux ans, j’ai entrepris de résoudre le problème juif, au moins en Autriche, avec l’aide de l’église catholique. J’ai demandé l’aide des hauts prélats de l’église autrichienne, afin d’obtenir par leur biais, une entrevue avec le Pape, pour lui dire : "Aidez-nous avec les antisémites, et je déclencherai un mouvement formidable parmi les Juifs, qui se convertiront de façon fière et spontanée au christianisme" ».

Herzl décrit aussi dans les moindres détails, la cérémonie de conversion de masse qu’il prépare. « La conversion sera effectuée en plein jour, un dimanche midi, dans la cathédrale de Saint Stéphane, par une procession joyeuse au son du clocher. Pas en cachette, selon la coutume des Juifs jusqu’à ce jour, mais la tête haute. Le fait que des leaders juifs qui conservent leur Judaïsme accompagnent leur peuple jusqu’aux portes de l’église, garantira la sincérité de la démarche. Nous, qui avons résisté courageusement, sommes la dernière génération attachée à la fois de nos pères. Mais nous voulions convertir nos enfants au christianisme avant qu’ils n’arrivent à l’âge de la raison, âge auquel la conversion revêt une forme de lâcheté […] ».

Autre extrait, tiré de la revue de Theodor Herzl « Tmurah », No 2, pages 12 et 13 : « Les prêtres sont au top de l’échelle, car ils ne sont pas attirés par l’argent ».

La vidéo qui suit dévoile la facette méconnue de Theodor Herzl, fondateur de l’entité sioniste. Il méprisait les Juifs qui observaient la Torah et la tradition juive. Herzl avait des idées antisémites et décrivait les Juifs comme porteurs du mal… - See more at: http://nemesistv.info/video/RHAY1919YAN3/theodore-herzl-le-cote-antisemite-du-sionisme-entier#sthash.Po2jHQ88.wKFM4g8Q.dpuf
Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 16:54
Le Secret de François 1er (Doc) [VF]

Merci à Joel pour le doc !

 

La Renaissance française prit son essor au XVIème siècle sous l'impulsion du roi François 1er. Souverain bâtisseur, il donna à la France certains de ses plus beaux fleurons architecturaux. S'ils offrent un formidable témoignage de l'époque Renaissance, les châteaux de François 1er renferment aussi de nombreux mystères dont les révélations pourraient bien conduire à de fantastiques découvertes...


Didier Coilhac, autodidacte passionné, a voué sa vie au dévoilement de ces secrets. Il sera notre guide afin de décoder les messages cachés par les artistes et bâtisseurs de la Renaissance.


Retrouvez la suite sur le site internet et les DVD de Marc BIELLI ainsi que les ouvrages de Didier COILHAC.


Maj 31/31/2014 : Documentaire disponible en HD (Merci Marco) à cette adresse (intégration désactivée quel dommage.. :/) :

 

http://vimeo.com/84327310

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 17:10
Walter HALLSTEIN, un NAZI, 1er Président de la Commission Européenne (Conférence) [VF]

Trouvé sur : L'échelle de Jacob

 

 

« L'histoire ne se répète pas, elle bégaie »

Karl Marx

 

 

« Il y a pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles.»

Max Frisch

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:27
Les Légendaires Cités Perdues (Article)

Au Moyen-âge, les Chevaliers de la Table Ronde nous ont entraînés dans leur sillage jusqu’à l’île mystérieuse d’Avallon, la terre d’immortalité, c’est-à-dire l’Agartha, le Sangri-La du Tibet.

 

La notion de Maître du Monde et du royaume souterrain enseigné par Ossendwski, ceci en accord avec la pensée magique des anciennes civilisations qui évoquait la présence, d’un monde d’en-dessous, sorte de Cité des Dieux, qui a pris suivant les contrées des noms différents.

 

Les Grecs nommèrent ce paradis les Champs-Elysées. Les Védas la désignent sous le vocable de Ratnasamu, « La Pierre Précieuse » ou « La Montagne d’Or ».

 

Les Eddas scandinaves faisaient état d’une ville fabuleuse située dans la région d’Assar.

 

Le Livre des Morts de l’ancienne Egypte donne de l’Amenti un plan parfait.

 

Cet univers interdit aux profanes, c’était la ville des 7 rois d’Idumée, ou d’Eden de la Tradition judaïque, ou la cité des 7 pétales de Vishnu.

 

Dans toute l’Asie, il existe une croyance fortement enracinée dans l’âme des peuples qui se rapporte à la merveilleuse cité de Shamballah, l’oasis de lumière.

 

Les Perses croient à l’Aryana, Terre des ancêtres cachée au cœur du géon.

 

Moïse promit à son peuple de le conduire à Chanaan, là où coulaient le lait et le miel…

 

Les Mexicains nous ont légué le souvenir de Tula la cité fabuleuse qui, sans doute fut l’ancienne Thulé hyperboréenne. Dans l’Etat d’Hidalgo, la ville de Tula fut vidée de ses habitants par un « grand dieu blanc » qui les entraîna à sa suite. Jamais plus on ne revit ses gens qui semblaient qui semblèrent se fondre au cœur de la planète.

 

Les conquistadors, se basant sur les affirmations des Mayas qui parlaient de la fabuleuse cité de Maya-Pan, organisèrent des expéditions pour la retrouver. De là naquit la légende de l’El Dorado. La cité de l’or, de la lumière…

 

En France, la tradition celte parle du pays des mystères de Dananda.

 

En Chine, des chroniques plusieurs fois millénaires vantent la beauté de la cité des 12 Serpents.

 

Mais la plus mystérieuse cité souterraine des villes légendaires se trouverait au Matto-Grosso. La « Cité Z » a donné en pâture à la forêt amazonienne la vie de dizaines d’aventuriers.

 

 

Les cités interdites


Au début du XVIe siècle, Barlo Centenera visitait à quelques kilomètres du fleuve Paraguay, la très mystérieuse cité de Gran Moxo. Les relations de voyage qu’il nous a laissées décrivent des monuments extraordinaires et, parmi eux, une colonne surmontée d’un système d’éclairage artificiel remarquablement perfectionné:

 

« Au sommet de ce pilier, à une hauteur de 7, 75 m, il y avait une grande lune qui illuminait tout le lac avec éclat, en dispersant jour et nuit, l’obscurité et l’ombre ».

 

C’est certainement cette ville que retrouva en 1967, un explorateur allemand que nous avons rencontré. Ce dernier prétendait que Gran Moxo avait été construite sur les plans des temples de l’ancienne Egypte. Dans les rues dela cité, des obélisques se dressaient comme à Karnak ou à Louxor.

 

Cet aventurier avait pénétré dans les parties inexplorées de la forêt hostile puis, intercepté par une tribu d’Indiens à la carnation claire, il avait été conduit dans une fabuleuse ville noyée dans la sylve impénétrable.

 

Cette description de cette cité que donnait l’Allemand était extraordinaire. tous les monuments étaient intacts, les avenues larges et éclairées de nuit faisaient penser à un autre monde.

 

Les hommes qui l’habitaient étaient administrés par une direction théocratique composée de prêtres.

 

La ville interdite coiffait de vastes hypogées formés d’alvéoles, où s’affairait tout un monde de techniciens semblant détenir les secrets d’une science ancienne.

 

L’Allemand resta de longs mois dans ce havre hors du temps, puis sur sa demande, on le libéra. Ses hôtes lui remirent un bijou en souvenir. Il s’agissait d’un scarabée taillé dans une pierre verte qui lui fut dérobé lors de son retour en Europe.

 

Rien ne vient confirmer, ni étayé les affirmations de cet explorateur de l’Impossible. Un très ancien texte pourrait cependant confirmer ce récit incroyable.

 

Il s’agit d’un manuscrit portugais du XVIIIe siècle. Il relate que le 6 mars 1743, six aventuriers, accompagnés d’une douzaine d’esclaves noirs, étaient partis à la recherche problématiques mines d’or et de diamants au cœur du Matto-Grosso inconnu. Lourdement chargés, ils progressèrent avec lenteur pendant des mois à travers la forêt vierge sans découvrir les gisements espérés. Après une année d’efforts surhumains, la moitié de la troupe avait succombé aux fièvres.

 

Découragés, à bout de forces, les survivants allaient rebrousser chemin lorsqu’un soir, dans la pénombre de la jungle une mystérieuse cité déserte se dressa devant leurs yeux éblouis.

 

L’auteur donnait de la ville inconnue une description détaillée, mais les dernières pages avaient été volontairement arrachées. On peut supposer qu’elles comportaient les cartes et les plans permettant de retrouver la cité oubliée.

 

C’est cette impressionnante description qui excita Percy Fawcett et qui lui fit rédiger pour la Société royale de Géographie de Londres le rapport suivant:

 

« La rumeur court écrivait-il, de l’existence d’une tribu étrange dans l’intérieur du Matto-Grosso. Les témoignages des faits sont faibles. J’ai cependant rencontré une demi douzaine d’hommes qui jurent avoir aperçu des Indiens blancs avec des cheveux roux. Un grand nombre de gens ont entendu parler d’eux. Il y a bien des choses curieuses cachées dans le fond des bois de l’Amazonie. On entend parler de vieilles ruines et d’animaux étrange, préhistoriques, de larges pistes qui n’ont pas encore reconnues. Il court naturellement des fables au sujet des lieux inexplorés, mais il ne faut pas oublier que les Pygmées d’Afrique et l’okapi ont longtemps été traités d’êtres légendaires. »

 

La Société de géographie lui envoya les fonds nécessaires à l’organisation d’une expédition et, peu après, il écrivait à ses confrères de la savante société :

 

« J’ai la certitude que les ruines d’une cité antique plus vieilles que celles d’Egypte, se trouvent à l’intérieur du Matto-Grosso. »

 

 

Vestiges inconnus et races ignorées


En 1925, le colonel Percy Fawcett pensait que le sas donnant accès au « royaume souterrain » s’ouvrait au cœur de l’Amazonie et qu’un fleuve conduisait directement dans la même région de la Madre de Dios, en pleine forêt vierge, à son entrée.

 

Dans leur livre « Les intra-terrestres existent. Je les ai vus » (Edition Alain Lefeuvre), Marie-Thérèse Guinchard et Pierre Paolantoni affirmaient que le royaume interdit était protégé par des tribus sauvages. Au mois d’août 1979, une expédition franco-péruvienne a découvert un groupe d’indiens sauvages, dans la forêt du Sud-Est péruvien.

 

Il s’agit de nomades qui ne connaissent pas le feu et se nourrissent de viande crue. Ces derniers vivent dans une zone de forêt du département de Madre de Dios, limitrophe de la Bolivie. Ces Indiens qui mesurent plus de 2 mètres de haut sont extrêmement féroces. On estime que ce groupe pourrait constituer une branche des Amahuacas, qui vivent dans la province de Manu, dans le même département.

 

C’est en partant à la recherche de Paititi, la cité légendaire, dont on dit que les rues sont recouvertes d’or, que l’expédition a été encerclée par ces survivants de la préhistoire, les Gardiens du Seuil du monde interdit !

 

L’équipe franco-péruvienne a été récupérée de justesse par un hélicoptère…Les légendes qui courent sur ces contrées maudites ont donc bien une base de vérité. beaucoup parlent de vestiges de civilisation aussi vieilles que celle de l’Euphrate, de tablettes de pierre relatant une fin du monde, de cité de marbre pourpre, d’espèces animales qu’on croyait éteintes, d’Indiens blancs et barbus dont l’origine reste une énigme.

 

Théodore Roosevelt, le premier président des Etats-Unis qui porta ce nom, avait vu de fantastiques gravures rupestres représentant le dieu Soleil. Ces pétroglyphes mesuraient deux mètres de haut. Ils étaient composés de traits de trois centimètres de profondeur. Véritables signes de piste, ils jalonnaient la voie conduisant au Caupolican, où nul Européen n’a jamais pénétré sans y laissé la vie.

 

Le mystère des civilisations intra terrestres n’est pas la seule motivation qui pousse les aventuriers dans la forêt dangereuse. De nombreuses mines d’or et de diamants existeraient encore sous la couverture végétale impénétrable de cette partie du monde. La légende du trésor d’Atahualpa agit également comme un aimant sur ceux que l’appât du métal précieux envoute !

 

De multiples expéditions ont essayé sans résultat de le retrouver. Yeux clos et bouches cousues par les Jivaros, de nombreuses « petites têtes » ont emporté dans l’au-delà le secret de l’enfer vert.

 

En mars 1972, le français Serge Debru reçut, à titre posthume l’Ordre du Mérite. Lui aussi voulait percer l’énigme de cet univers interdit.

 

 

Atlantes ? Lémuriens ? Rescapés de Mu peuplent-ils encore cet enfer impénétrable ?

 

Russes et américains ont prospecté cette zone grâce à leurs satellites. Leurs études prouvent qu’ils existent encore des ruines totalement oubliées en Amazonie.

 

Un fait est aujourd’hui certain: certains techniciens et ouvriers , qui depuis des années participent à la création de la route transamazonienne, rencontrent des difficultés sans nombre. Ces derniers ont déjà mis au jour des vestiges totalement inconnus d’anciennes civilisations et subissent des assauts répétés de tireurs invisibles qui tuent à coups de flèches empoisonnées les imprudents qui s’écartent des pistes. Des moyens militaires énormes encadrent et appuient la progression du serpent de ciment. Des massacres ont eu lieu. Des mitrailleuses lourdes furent employées pour faire fuir les assaillants. La terreur n’est pas calmée, l’agressivité, des hommes de la brousse qui se voient privés de leurs biens, engendre une guérilla silencieuse et sournoise engendrant la peur et l’angoisse.

 

Nous savons aujourd’hui que les 7 cités de Cibola décrites par Léonard Clark et la Cité « Z » sont plus qu’une légende !

 

 

 

Guy Tarade et Christophe Villa-Mélé©


© 2013 - Info... Terre Nouvelle : Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source.

 

Trouvé sur : AlterInfo

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 19:55
L'Histoire du sionisme (Docu) [VOSTFR]

 

"L'Histoire du sionisme" - Film réalisé par un juif anti-sioniste.

 

Le mot « sio­nisme » apparaît à la fin du XIXe siècle pour désigner un ensemble de mou­ve­ments dif­fé­rents dont l’élément commun est le projet de donner à l’ensemble des Juifs du monde un centre spi­rituel, ter­ri­torial ou éta­tique, en général localisé en Palestine. Le succès du sio­nisme poli­tique et à visée éta­tique a assuré la pri­mauté et même l’exclusivité à ce sens du mot. Une fois son but atteint, le mou­vement idéo­lo­gique sio­niste de type poli­tique s’est trouvé face à de nou­veaux pro­blèmes lui imposant une nou­velle défi­nition. Les idéo­logues anti­sio­nistes ont, eux aussi, sou-​​ vent usé du terme « sio­nisme » de façon laxiste.

 

Pour les uns, le sio­nisme découle d’une vocation nationale per­ma­nente de l’ensemble juif, par là même légitime et bien­fai­sante. Pour d’autres, il repré­sente une infi­délité essen­tielle aux valeurs uni­ver­sa­listes, qu’il s’agisse de celles de la religion juive, de l’humanisme libéral ou de l’internationalisme pro­lé­tarien. Pour d’autres encore, et parfois pour les mêmes, il est surtout une éma­nation mal­fai­sante soit de l’essence nocive des Juifs, soit du capi­ta­lisme impérialiste.

 

On étu­diera surtout ici les idéo­logies qui visent à regrouper les Juifs, d’abord dans le cadre général des ten­dances au regrou­pement ou à l’établissement d’un centre éta­tique pour des mino­rités dis­persées et « infé­rio­risées », puis par rapport aux diverses concep­tions juives qui, au cours de l’histoire, pri­vi­lé­gient la Palestine comme lieu d’un tel centre. L’actualisation des pre­mières en ce qui concerne les Juifs sera expliquée comme un résultat des pos­si­bi­lités ouvertes à un projet réa­liste de ce type par les condi­tions éco­no­miques, poli­tiques et idéo­lo­giques de la fin du XIXe siècle, projet aidé au surplus par la conjoncture de la situation juive en Europe. On traitera briè­vement des consé­quences de la réa­li­sation de ce projet en Palestine arabe, d’abord pour les Arabes, notamment pales­ti­niens, puis pour l’ensemble juif et l’orientation sio­niste ellemême. Ce n’est qu’ensuite qu’on pourra définir les élé­ments d’une appré­ciation et d’une cri­tique éthiques.

 

@ france-palestine

 

Vidéo mise à jour le 15/01/2014

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 06:10
Aratta : à l'Aube des Civilisations (Doc) [VF]

En 2001, dans une vallée enclavée du sud-est de l'Iran, près de la ville de Jiroft, la crue puis le retrait de la rivière Halil Roud font affleurer à la surface du sol de somptueux vases sculptés dans une pierre sombre, la chlorite. Un pillage massif met bientôt le site en danger, poussant les autorités à le boucler et à ouvrir des fouilles sous la direction de Youssef Madjidzadeh, un spécialiste de la Mésopotamie.

 

Dans les vestiges mis au jour, celui-ci reconnaît un style décoratif déjà rencontré, aussi bien en Mésopotamie que dans la vallée de l'Indus, mais jamais identifié. Dès la première campagne, les archéologues sont persuadés qu'une civilisation urbaine organisée a prospéré dans cette vallée longue de 400 km, à l'aube du troisième millénaire avant J.-C. Car des constructions monumentales semblent attester d'une organisation étatique. Youssef Madjidzadeh veut même y voir le mythique royaume d'Aratta, mentionné par quatre légendes sumériennes.

 

Aratta : à l'Aube des Civilisations (Doc) [VF]

La naissance d'une civilisation


De 2002 à 2005, Olivier Julien a suivi trois campagnes de fouilles successives aux côtés du professeur Madjidzadeh, par ailleurs conseiller scientifique du film. Des premiers repérages à la découverte, in extremis, d'une tablette de brique portant peut-être les signes d'une écriture archaïque, on assiste à l'émergence d'une société arrachée à l'oubli. Les archéologues étudient les traces d'un artisanat raffiné, d'un commerce qui rayonna dans toute la région, d'une agriculture développée.

 

Il faudra encore des dizaines d'années de fouilles pour que cette "petite Mésopotamie" révèle tous ses secrets, soulignent-ils. Mais, d'ores et déjà, le film permet de partager leur émerveillement à pouvoir investiguer cette "énorme pièce manquante dans le puzzle des origines de nos civilisations".

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 19:06
La Tour de Babel (Doc) [VF]

En 560 av. J.-C. la ville était plus vaste que le Paris d'Henri IV.

 

À 90 km au sud de Bagdad, au cœur d'une plaine très plate, entourée d'une palmeraie et d'un système d'irrigation artificiel que même les Égyptiens n'avaient pas imaginés, traversée par l'Euphrate, Babylone s'étendait à l'époque de Nabuchodonosor II sur 500 hectares. Soit une cité plus grande en 560 av. J.-C. que le Paris d'Henri IV !

 

Toute de briques d'argile, la pierre étant rare, elle était bordée d'un premier mur d'enceinte et de fossés remplis d'eau, et percée de huit portes. Une autre enceinte, intérieure, formait le carré central. Dans celle-ci la porte principale, monumentale, colorée de briques à glaçure, décorée de dragons et de lions, celle de la déesse Ishtar (une lointaine ancêtre de Vénus), aujourd'hui reconstituée au Musée de Berlin, s'ouvrait sur une voie processionnelle également colorée.

 

C'est elle qui menait à la tour de Babel, un cube de 90 mètres dont subsistent encore les fondations et le début des marches. Elle fonctionnait comme un marchepied géant pour les dieux.

 

En son sommet, un temple orné d'une paire de cornes dorées qui brillaient au loin était censée les accueillir. L'édifice était carré et non pas rond comme on l'a longtemps cru. Plus au nord, se trouvaient les jardins suspendus, de magnifiques jardins en terrasses qui, avec le pont sur le fleuve et la tour, comptent, selon Hérodote, parmi les merveilles du monde.

 

@ lefigaro

 

Vidéo mise à jour le 14/01/2014

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 13:25
La Noblesse Noire Aryenne (mongolo-indo-européenne) - Voyage au tréfond de l'Obscur : 1ère partie (Article)

Auteur : Philippe Jean Christian Pigot

(Merci pour son aimable autorisation de reproduction de l'article)

 

Avertissement : l'ensemble de ces informations n'ont encore jamais été diffusées au grand public.

Pour être, avec ANA, ma Bien-Aimée (Mery), la cible des "Maîtres du Monde", usurpateurs de l'Histoire n'ayant eu de cesse que d'interférer en notre relation intîme, sans aucun sentiment éprouvé ni aucun considération pour la notion de libre-arbitre, mais aussi pour être né héritier spolié d'une certaine Lignée, je n'ai d'autre choix que de délivrer témérairement au public la vérité quant aux "Fils de Bélial" ou "familles de l'Ombre", bien mal nommés "Illuminati" par les conspirationnistes eux-mêmes manipulés, constituant les dirigeants de l'Emporium judéo-romano-babylonien, manipulateurs de la Conscience Humaine depuis près de 5.000 ans. Ceci est mon humble contribution au salut des Âmes humaines captives de l'Illusion avant que la Justice de Ma'at ne frappe et que la nouvelle Sekhmet ne martèle une fois pour toutes leurs esprits pervers et foncièrement mauvais !

Vous allez connaître l'origine de la caste sacerdotale de l'Ordre Noir H.B.R.. et pourquoi les Européens sont devenus les esclaves du système technocratique nommé "Union Européenne", quels furent les premiers Empires d'Amérique Centrale et de Chine, et quels liens furent tissés entre nos lointains ancêtres, les Olmèques et l'Ancienne Égypte, tout sur la Charte originale de Londres, les démoniaques Nations Unies, les "planeurs" extranéens, et plus...

Prêts au décollage ? Attachez vos ceintures !



L'AGENDA DRACONIEN :

 

C'est un plan machiavélique, d'une perversité absolue, élaboré dans le plus grand secret par des extranéens, entités astrales (sans corps physiques) qui se nourissent principalement de l'énergie négative engendrée par la peur et le stress qu'elles génèrent sur l'espèce humaine, depuis une autre dimention de l'espace-temps. Ces entités furent et sont encore invoquées en tant que dieux, esprits ou djinns au moyen de sacrifices humains par les adeptes de sociétés secrètes obnubilés par l'obtention de "pouvoirs magiques". Le but principal du plan draconien est d'empêcher à tout prix l'ADN humain d'être régénéré, c'est à dire restauré en ses 12 filaments, par le Rayon énergétique d'Éli émané du coeur galactique de notre Voie Lactée. Ces entités négatives sont en effet à l'origine de LA CHUTE de l'Ange (perte de sens tels que le 3ème Oeil) qu'était l'être humain parfait de l'Âge d'Or d'un lointain passé, pour avoir attenté à notre ADN et provoqué l'inversion du sens de rotation des chakras (turbines d'énergie nous reliant à l'Energie du Tout = concept de Dieu). Depuis cette CHUTE, le corps humain à l'origine éthéré, multi-dimentionnel et éternel, s'est figé en une lourde matérialité mortelle fixée aux plus basses fréquences énergétiques de l'Océan de Vie qu'est le Cosmos. Au moyen de visions télépathiques, de "canalisations" (channeling), ou de possession, ces entités, nommées "PLANEURS" par Carlos Castaneda, ont mis en place un Gouvernement Mondial dont les décisions se concentrent sur l'entretien de l'Illusion, l'usage poussé à l'extrême de la technologie et de la chimie industrielle pour empoisonner l'être humain, ainsi que les autres espèces, de toutes les manières possibles. L'enjeu ici est bien la Libération de ces forces ténébreuses.

Cette Noblesse Noire manipulée par les "Planeurs" extranéens tient son origine de l'ancienne Chaldée, territoire des Mages.

 


LA CHARTE ORIGINALE DE LONDRES :

Si vous ne le saviez pas, cette Charte constitue la gouvernance secrète des pseudo-Illuminati ou de ce que l'on peut plus précisément nommer les 13 dynasties de l'Argent que sont ces familles constituantes de la royauté de l'Ombre. La Charte de Londres n'aurait cependant pas vu le jour sans l'accord des principales familles aristocratiques de la Noblesse Noire qui réduisirent à l'esclavage tout d'abord les Noirs, puis les Amérindiens, et enfin les Européens. Ce terme ESCLAVE était utilisé il y a fort longtemps pour décrire les travailleurs indo-européens captifs des Nobles Noirs, le 1er peuple de la Terre. En vérité, les 1ers esclaves de l'histoire du monde furent donc bien des Indo-Européens, pas des Noirs !

 


La plupart d'entre-nous pense à tort que, dans le déroulement de l'histoire du monde, seuls les noirs furent les esclaves des colonisateurs de race blanche. Les tenants du système européen veulent nous faire croire à cette version falsifiée de l'histoire, c'est à dire que les noirs actuels sont les descendants d'esclaves africains, colonisés notamment par la France et importés massivement aux Etats-Unis en 1555, comme main d'oeuvre corvéable à merci. Ce qu'ils vous cachent, c'est qu'historiquement, le peuple noir fut la toute 1ère race venue au monde sur la planète Terre : les noirs ne peuplèrent pas seulement l'Afrique, mais toutes les terres émergées du globe à leur lointaine époque, et les premières royautés terrestres furent noires !


MÛ - ATLAN - KUSH - SUMER - ÉGYPTE :

Le delta égyptien et le croissant fertile mésopotamien sont souvent mentionnés, en une vision bien réductrice, comme étant les lieux d'émergence de la civilisation humaine. C'est faux ! La vie humaine était alors aussi florissante aux Amériques, particulièrement le long des côtes de Géorgie, de la Caroline du Sud et de la Floride, tout autant que plus au nord, en l'actuel province canadienne du Québec.

Cette première civilisation terrestre d'un peuple uniformément noir de peau (ou brun foncé) est connue des seuls Initiés du nom de Mûviens (ou Lémuriens). Maîtrisant les quatre Eléments, vivant en étroite symbiose avec la Nature, et vouant un culte de type matriarcal puisque dédié à la Grande Déesse-Mère, l'Âme du Monde, ce peuple accédait alors à des dimensions vibratoires plus éthérées. Il advint cependant qu'au terme de son cycle, cette civilisation disparue par cause de l'engloutissement de ses territoires sous les eaux océaniques du Pacifique Sud. De nos jours, des vestiges de la civilisation de Mû sont visibles au large du Japon, en Micronésie, en Amérique du Sud, en l'île de Pâques, etc...

 


 

Alors si vous prenez la peine de chercher au fond de vos mémoires, guidés par l'intuition du coeur, de vieux souvenirs peuvent ressurgir la nuit dans vos rêves, ou la chair de poule accompagnée d'un grand frisson sera un signe complémentaire que oui, vous y étiez en des temps immémoriaux ! Car nos Grands Ancêtres vinrent de Mû, puis d'Atlantis, pas d'Afrique !

Certaines ethnies d'Amérique du Sud, à la peau brune ou marron, sont constituées des descendants à la fois de Lémuriens et d'Olmèques, venus plus tard d'Afrique.

Il y a plus de 250.000 ans, les actuels états américains que sont la Géorgie, la Caroline du Sud, la Floride, l'Arizona, l'Arkansas, le Tennessee, l'Oklahoma le Mississipi, le Missouri, l'Alabama et une partie du Nouveau-Mexique faisaient corps à cette civilisation Olmèque du Royaume d'UTLA, présente également en Aethiopia/Égypte.

Plus tard, UTLA fut tournée en ATLAN, d'où découlera ATLANTIS. Les pyramides à degrés sont des édifices qui parsèment encore la totalité de la planète; nous ne provenons ni du singe, ni d'Afrique ! Nos ancêtres, les Grands Anciens, étaient PARTOUT ! La réalité, c'est que Kémèt ou Khemet, la TERRE NOIRE, aujourd'hui nommée l'Égypte, ne fut que le DERNIER des Grands Royaumes des Anciens. De fait, l'histoire véritable des premières dynasties égyptiennes se dévoile aujourd'hui, les faits authentiques étant finalement rendus publiques au compte-gouttes, à savoir, entre-autres que ces ingénieux Maîtres-Bâtisseurs furent Aswud Nanya Netert-aat Wa Neteraat, venus spécialement d'Amérique Centrale.

L'Empire Égyptien fut l'oeuvre des Nuwbun du Royaume de Kush, partie de l'Empire Olmèque régit à Assouan au Soudan ou Ta Nehisi. Cet empire était alors formé de l'actuelle Éthiopie, du Soudan, de la Nubie, de l'Ouganda et du Kenya, bien avant la création de l'Égypte. En fait, les initiateurs de l' Égypte Ancienne n'en étaient pas natifs, mais venaient de Méroé, et de Kush en Mésopotamie. Ils migrèrent en Égypte, construisant temples et pyramides. Certains d'entre-eux firent même le voyage depuis l'actuel désert du Sahara, que certains historiens pointent comme l'un des hauts-lieux Atlantes où était établi le royaume de la reine Antinéa. C'est pourquoi Mû, la Lémurie, Atlantis, et les bases souterraines de ces civilisations paraissent encore si mystérieux...


Les scientifiques ont désormais prouvé que LUCY, le squelette féminin de souche négroïde retrouvé en Éthiopie et daté officiellement de 3.2 millions d'années, fait remonter l'origine humaine bien plus loin que ce que tend à démontrer fallacieusement la Bible. Et à bien l'examiner, ce squelette est parfaitement hominien, n'a strictement rien à voir avec celui d'un singe, et n'est pas le plus vieux specimen !

Il y a maintenant 11 ans, des scientifiques du Kenya et de France ont trouvé à Tugen Hills au Kenya ce qu'ils ont appelé l'Homme Millénium, daté de 1.5 millions d'années. Mais un paléontologue du nom de Martin Pickford a démontré qu'il est en fait vieux de 6 millions d'années, ce qui valide une fois de plus la réalité que l'espèce humaine est bien plus ancienne que l'officialité ne veut bien l'admettre. D'autres squelettes de femmes ont été successivement découverts au Kenya, tous de femmes négroïdes de petite stature, à l'identique des Ptahites Nuwbun, des Pygmés, ou du Peuple Twa.

Nombreux sont ceux qui pensent et disent que Kémèt, ou Kemet, Khemet, fut le nom premier donné à l'Égypte. Mais c'est inexact, son nom originel authentique fut TAMA RÊ, signifiant la Terre de Rê; ce n'est qu'ensuite qu'elle fut nommée Tar, puis Khemet, et Mitsrayim déformé ensuite en Misraïm, puis Aethiopia, et finalement Égypte. Les noms originels en référence à la Haute et à la Basse Égypte étaient respectivement Uazit et Nekhebit, terres unies régies par le Roi Narmer ( = Ménès), dont la famille était originaire de Ta Nehisi, d' Assouan, de Nubie et Mésopotamie, pas d'Égypte ! la fusion de Uazit et de Nekhebit effectuée par Maluk Ménès constitua le début des Dynasties Égyptiennes.

Pratiquement personne ne sait que les Rois (pas des pharaons) fondateurs de l'Empire d'Égypte n'étaient pas des égyptiens, mais les descendants d'une ancienne et brillante civilisation. Si l'on s'en tient à la thèse officielle, Osiris (Asar, Asaru, Ousir, Wosiré) et Isis (Aset) sont mentionnés en la période de la 4è dynastie et les plus vielles archives les concernant datent de 2.500 ans avant notre ère. Hors, si l'on se donne la peine d'investiger plus avant, l'on remonte à Ma'at, de la 3è dynastie de l'Ancien Royaume datée à env. 2.780 - 2.250 avant notre ère, et là, nous découvrons qu'il est dit de Tehuti ou Thoth qu'il vient de Teotihuacán en l'actuel Mexique, État d'Amérique Centrale, là où les Olmèques vivaient aux environs de 3.100 avant notre ère. Et les archives olmèques précisent bien que Tehuti fut exilé d'Égypte et dû revenir à Teotihuán au Mexique, là où tous les Dieux se réunissaient, et là où les hommes devaient se rendre pour devenir des "dieux". L'empereur olmèque Meci (Messie) apparaît aussi dans le Popol Vuh des Mayas comme vivant en Amérique Centrale aux environs de 3.113 avant J.C.; ce qui pose un sérieux problème aux chercheurs européens de l'officialité !


Le calendrier découvert par Goodman Martinez Thompson en le site olmèque d'Izapa, dans la province de Vera-Cruz au Mexique, prouve que les Olmèques donnèrent naissance au système de calendrier Mésoaméricain et qu'ils vivaient en cette zone bien avant la date officielle de 1.500 av. J.C. puisque la date du 13 août 3.113 av. J.C. y est inscrite ! L'écart de datation est de plus de 1.600 ans, ce qui n'est pas rien, et l'on doit admettre que l'existence des Olmèques est donc forcément antérieure à celle d'Osiris, Isis, Horus et Ma'at dès l'instant où l'on se conforme à cette vraie datation.

Khemet ou Kémèt, fils d'Utnaphistim - c'est à dire le Noah ou Noé sumérien, protégé d'Enki - Ea, le dieu Ptah égyptien - ne naquit pas en Égypte, mais y émigra depuis l'Empire Olmèque de Nuwbun en Nubie. Son père était cependant originaire de Sumer, l'actuelle Iraq. La lignée Olmèque et le sang royal des Anous ont été d'ailleurs tracés par les spécialistes jusqu'à Utnaphistim (Noah - Noé) en Mésopotamie. Ce fut Maluk Narmer, le Roi Narmer, aussi connu du nom de Ménès, le fondateur de la 1ère Dynastie d'Égypte, ses parents dirigeant l'Éthiopie et la Mésopotamie, mais pas encore l'Égypte. Khnoum, l'un des quatre Suprêmes Grands Hiérophantes ou Maîtres de Tama Rê (Égypte) vint aussi de Ta Nehisi, et il lui fut donné la Charte Chimique de l'ADN michotondriaque; car c'est en Nubie que Khnoum - connu du nom de Dedun "le Procréateur" - fut responsable de la création génétique de spécimens humains faits à l'image des "Dieux".

L'histoire de la Création rapportée par les tablettes sumériennes prend sa source en Nubie, là où était installée la "Maison de Vie" de AN.KI (Enki-Ea) et Ninkhursag-Ninmah : un laboratoire de sciences génétiques ! L'épouse de Khnoum - Anakis ou Anoukis - était originaire de Ta Nehisi au Soudan, ainsi que sa soeur Satis, née à Assouan.

Une trop grande confusion, savamment entretenue, règne sur l'histoire de l'Ancienne Égypte, confusion orchestrée par les Conjurateurs de l'Histoire. Tout lien entre l'Égypte, les Olmèques et les Sumériens est systématiquement évité : ce sujet est tabou ! L'empire de Kush (déformé en Kish), qui devint ensuite le Royaume de Kush ou l'Empire Coushite, fut élaboré par les Nuwbuns, que l'on nomme les Olmèques. Kush fut l'un des 14 Royaumes initialement formés par les Olmèques au Ganawa, c'est à dire l'Afrique ET la Mésopotamie réunies. Le nom original donné à l'Afrique était alors Ganun El Nuwba ou plus simplement Ganawa. Référence : El Katub Shil El Mawut par Amunnubi Ruakhtah.

L'on a tort, une fois de plus, de croire aveuglément que l'Afrique fut nommée par Tirus Afrik, empereur du Zingh, il y a 15.000 ans. Ce ne fut pas le cas : le mot Afrique provient de l'arabe Afriqqiya ou Ifriqqya, signifiant "diviser" ou "séparer", parce que l'ensemble de ce continent fut effectivement séparé du continent américain, après la cassure en plusieurs plaques du Gondwana, le continent primordial. Cette division continentale n'existait pas encore lorsque le Peuple de Mû migra aux Amériques pour fonder Atlan, en fait Utla signifiant "terre vacante" en langage olmèque ou Ku-Shi.

Le Peuple de Mû nomma ainsi UTLA le continent américain (à noter que l'Utah est l'un des états des États-Unis d'Amérique), plus tardivement nommé ATLAN et ATLANTIS; l'Amérique du Sud quant à elle fut nommée XIAN (nom attribué à une province de CHINE où subsistent de mystérieuses pyramides à degrés), puis AFMURRICAN, et bien après AMEXEN; Les Mûviens ou Lémuriens appelèrent l'Amérique Centrale ULMAN ou OLMAN et l'Afrique, GANUN EL NUWBA, c'est à dire "la Terre de l'Or"; CIBOLA, l'Impériale Cité de l'Or, fut transformée en les légendaires 7 Cités d'Or d'Amérique du Nord. Toutes ces informations sont authentiques, pour le grand public malheureusement inaccessibles, parce que uniquement lisibles à l'intérieur même des pyramides, seuls des archéologues et historiens, spécialistes assermentés du Système, en ayant eu l'accès.

 


 

Les Wa-Shi-Taw formèrent la première branche du peuple Olmèque aux Amériques, et les Washitaw, Ku-Shi ou Coushites, la branche de Kush qui se fixa sur un territoire englobant l'Éthiopie et la Nubie. Ces deux branches d'un même peuple partage le mot "SHI" ou "XI" - signifiant Énergie Divine, Déesse-Mère, Honneur, Respect - que l'on retrouve dans la dynastie impériale chinoise des Xi, autant qu'aux Indes dans la lignée "divine" des Marichi (le nom de mon grand-père maternel était Marichy). À chaque fois que le mot Xi ou Shi apparaît, son origine a à voir avec le peuple Olmèque. En la culture chinoise, l'on trouve les mots Shidoshi (Maître ou Enseigneur), Mitsubishi, Xian, etc... Sachez enfin que les Mayas, pour leur part, utilisaient les termes Xibalba, Xihi, Xiy pour désigner la divinité solaire : une fois encore 'Xi étant racine de ces mots. Et ce n'est pas un hasard si "Xi" se retrouve dans la culture Aztèque en des termes tels que Xiuhcoatl (le Serpent), Xiuhtecuhtli (déité du Feu) et Xihuitl (l'année solaire). "Xi" est aussi la 14è lettre de l'alphabet grec, alors que "Nu" est la 13è, Mu est la 12è et "Chi" est la 22è. Simple coïncidence ? Pas du tout : les Ku-Shi et les Wa-Shi formaient la branche Olmèque des hommes grands tandis que les Pygmés, les Ptahites (Nuwbun) étaient les petits hommes.

L'Empire de Koush - créé depuis Kush en Mésopotamie par les Anous, lignée royale des Olmèques Mûviens - s'étendit à l'Afrique, devenant Kush avant d'être nommé Cush, l'Éthiopie biblique. Les preuves en sont inscrites en le Livre d'Ether Kish gravé sur la tablette de la croix, à Palenque au Mexique ainsi qu'à San Lorenzo Tenochtitlan, au sud du Mexique, sur une pierre gravée connue du nom de "Monument 47" décrivant le roi Olmèque nommé Kush, qui s'assit sur le trône le 25 mars de l'an 967 av. J.C. : l'Empire de Kush original eut une existence de plusieurs milliers d'années, et ce, AVANT la création de l'Empire d'Égypte.

De fait, en 750 avant notre ère, le roi Kashata de Napata, actuelle capitale du Soudan, dû se déplacer en Égypte pour rétablir l'ordre, suite à des troubles politiques provoqués par le vol de certains secrets au profit de prêtres étrangers. Lors de ces évènements, Tefnout, fille d'Atum Rê et de Khepri, n'eut d'autre choix que de quitter l'Égypte à destination de la Nubie, où elle devint la divine Femme-Chatte (Cat Woman) ou la reine Jaguar de la Terre.

Au cours de l'histoire mouvementée de l'Egypte, les cruels et belliqueux rois-pasteurs menant les Hyksos Pisidiens, marchands nomades sino-sémites envahisseurs de l'Égypte, suivis des empereurs Romains et des Grecs, TOUS reçurent ou s'accaparèrent de grandes portions des Connaissances des Anciens dont les ultimes gardiens furent les Rois des dernières authentiques Dynasties Égyptiennes. La résultante en fut l'assassinat de ceux-ci, par convoitise et jalousie, entraînant par suite l'usurpation des fonctions royales et sacerdotales par ces conquérants étrangers avides du pouvoir qu'ils étendirent au fil des siècles à l'Europe par leur "saint" Empire Romain-Germanique, puis au monde, au moyen des religions, des sociétés secrètes fomentatrices des guerres, et des colonisations. Cette élite faussement juive (Ashkénazis, de groupe sanguin A négatif) vola l'héritage des vrais Yehouds de Nubie et de ceux, Sépharades d'Espagne, du Maroc, du Niger, et d'Éthiopie. Aujourd'hui, cette fraction du même Savoir des Anciens est utilisé en des technologies contraires à notre bien-être et provocatrices de la fin prochaine d'une civilisation humaine dégénérée et sans repères.

 


 

Les Olmèques et leurs descendants se sont bien gardés cependant de tout se laisser voler par ces gens là. C'est pourquoi leur langage est encore une énigme, et qu'il reste impossible de savoir pourquoi ni où ils disparurent soudainement (ainsi que les Mayas). Malgré leur acharnement à tout piller, les usurpateurs de la Noblesse Noire ne savent pas non plus construire selon les règles de la Géométrie Sacrée, ni ouvrir les Portes multi-dimentionnelles, ni voyager dans l'Univers, mais ce qu'ils savent pertinemment, c'est que leur domination malsaine se termine et que l'heure de la Justice a sonné. Il ne leur servira à rien de se terrer en leurs blockaus souterrains; et l'or et les milliards accumulés sur la misère humaine ne sauveront pas les Fils de Bélial et de Brutus...

La vérité, c'est que les Nuwbuns de Nubie ne dirigèrent l'Égypte qu'une dizaine d'années, après quoi ils la quittèrent pour se déplacer aux Indes, en Asie et aux Amériques. Ces faits historiques n'ont encore jamais été révélés au grand public. Et il est très difficile d'accepter la vérité après des millénaires d'endoctrinnement mensonger. Mais si vous vous donner la peine d'effectuer quelques recherches, vous découvrirez vite les structures de complexes et de villes immergées au large de l'Asie, du Japon, et de Chine; vous trouverez aux quatre coins du globe des cités vieilles de plus de 10.000 ans, aux monuments et aux temples dont les pierres sont gravéees de visages toujours identiques... Le plus énorme des mensonges qu'est l'histoire officielle de l'humanité ne deviendra jamais la Vérté.

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 13:14
De la pluralité des mondes et de leurs habitants (Conférence) [VF]

Vincent Lauvergne nous donne ici sa vision de notre monde illusoire et des autres mondes à travers l'histoire et le voyage astrale. Il nous parlera également des entités nous entourant et de la façon dont nous communiquons et vivons avec elles, sans omettre de nous mettre en garde sur les dangers que cela peut représenter.

 

Vraiment didactique et avec un brin d'humour, cette vidéo est à mettre entre toutes les mains.

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 10:01
Le Prieuré de Sion et Léonard de Vinci (Doc) [VF]

Source : Inexpliqué en débat

 

Le Prieuré de Sion est mentionné pour la première fois en 1956 par Pierre Plantard, qui présente le Prieuré comme une confrérie, une société secrète remontant à 1099, liée à l'Ordre du Temple en France et ayant comporté dans ses rangs Isaac Newton, Victor Hugo, Claude Debussy, Léonard de Vinci...


Le Prieuré de Sion n'a jamais eu d'existence historique, cette société secrète est une mystification de Pierre Plantard qui l'a inventé à partir de l'énigme de l'abbé Saunière à Rennes le château. Les constructions somptuaires de l'abbé Saunière lui ont fait penser qu'il avait découvert un secret, un parchemin et un trésor, le trésor des Templiers.

Selon les enquêtes, l'organisation ne remonterait en fait qu'à la -révélation- de Pierre Plantard, en décembre 1940, où il affirmait être descendant des Mérovingiens, pour finalement déclarer après la Seconde Guerre mondiale être le dépositaire d'une organisation cachée, le Prieuré de Sion. Il aurait commencé par en déposer les statuts à la sous-préfecture de Saint-Julien-en-Genevois le 7 mai 1956 pour officialiser sa "révélation", et aurait déposé un peu plus tard à la Bibliothèque Nationale de France les Dossiers secrets d'Henri Lobineau, qui ne seraient que de faux parchemins, détaillant sa royale ascendance, en ajoutant "de Saint-Clair" à son nom pour se donner davantage de noblesse...

Cette fiction a été reprise en 1982 par un livre "L'énigme sacrée", qui est une des sources du roman Da vinci code de Dan Brown.

D'après le roman Da Vinci code, l'auteur qui a fait polémique affirme qu'il existe une société secrète, le Prieuré de Sion, qui connaît le secret du mariage de Jésus-Christ avec Marie Madeleine et de la descendance de Jésus. Il a pour rôle de protéger et transmettre le secret. L'origine du Prieuré de Sion est ancienne, il a été fondée après la première croisade par Godefroy de Bouillon, et s'est maintenu au cours des siècles. Léonard de Vinci, qui en faisait parti, aurait mis dans ses peintures des symboles codés du secret, comme le prouverait la présence de Marie-Madeleine sur son tableau de la Cène...

Au final, Pierre Plantard sera accusé de fraude par la justice française en 1992, à la suite de l'examen des documents déposés à la Bibliothèque Nationale de France et des déclarations de ses complices, Philippe de Cherisey et Gérard de Sède.
 
Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 07:34
Voyage au bout de l'enfer : la véritable histoire de Midnight Express (Docu) [VF]

Cette vidéo est un documentaire sur l’histoire incroyable de William Hayes, qui fut incarcéré en Turquie, et dont l’épopée a donné naissance au fameux film d’Alan Parker, "Midnight Express". À noter que prendre "l’express de minuit" n’a aucune connotation ferroviaire, c’est une expression américaine signifiant prendre la poudre d’escampette, s’évader.

Synopsis :

Le film "Midnight Express", filmé en 1978, raconte l’histoire vraie d’un étudiant américain de 23 ans, William Hayes, de son emprisonnement pour trafic de drogues à Istanbul en Turquie, à sa spectaculaire évasion 5 ans plus tard.

Pour des raisons juridiques, ni le film ou le livre qu’a écrit William n’étaient complètement fidèle à la réalité.

Aujourd’hui, dans ce documentaire, William dévoile la vérité sur son incarcération dans la prison turque Sa Malc Lar. Après 5 ans passés dans cette prison à la réputation sulfureuse, il fut transféré à Lmrali, une île-prison au large de la Turquie.

 

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 20:49
Why We Fight : le nerf de la Guerre (Doc) [VF]

En 1961, lors de son discours d’adieu, Eisenhower met en garde son successeur et la nation américaine contre le pouvoir croissant des militaires et les liens étroits qu’ils entretiennent avec les fabricants d’armes. Cela n’empêche pas chercheurs, militaires et industriels de continuer à élaborer des armes toujours plus sophistiquées.

 

Quarante ans plus tard, le complexe militaro-industriel américain semble tout-puissant. Il a joué un rôle essentiel dans le déclenchement de la guerre en Irak. Il faut dire qu’un tel conflit permet d’expérimenter de nouvelles armes, de nouvelles techniques. L’offensive américaine a ainsi été l’occasion de tester une toute nouvelle bombe “antibunker”. Mais la puissance du complexe militaro-industriel américain se manifeste aussi à travers la présence sur le terrain de milliers de “privés”. Certes, la guerre en Irak est menée par une armée de métier, mais elle est assistée par d’autres forces plus ou moins bien identifiées, nébuleuse d’agents de sécurité et de mercenaires recrutés par des sociétés privées. Ainsi, tous les tortionnaires de la prison d’Abou Ghraïb n’appartenaient pas à la police militaire : certains avaient été engagés par une entreprise “spécialisée” dans les interrogatoires de prisonniers.

 

Pour comprendre comment fonctionne la grande famille militaire américaine, Eugene Jarecki a interrogé de très nombreuses personnes, parmi lesquelles les “faucons” Richard Perle et William Kristol, l’ancien responsable de la CIA Chalmer Johnson, le journaliste de CBS Dan Rather, le fils du président Eisenhower et l’écrivain et critique Gore Vidal. Film d’investigation qui évite de tomber dans la polémique, Le nerf de la guerre cherche à savoir pourquoi les Etats-Unis s’en vont en guerre.

 

@ internationalnews

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment