Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 09:22
Jacques Grimault : La révélation des pyramides et autres secrets - Meta TV (ITW) [VF]

Jacques Grimault auteur de la série "La révélation des pyramides" est invité sur la libre antenne pour nous révéler en profondeur les secrets qu'il a découvert en Égypte.

Il fait le lien avec une histoire de l'humanité qui prendrait ses racines dans une version occultée par la l'historiographie officielle.

Le chercheur se prête au jeu en répondant au maximum de questions des metanautes.  


La libre antenne du lundi au vendredi de 21h à minuit sur
www.metatv.org

"Si vous lisez ce message c'est que vous êtes la résistance".

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 17:35
La prophétie des papes et la fin des temps de Saint Malachie (Doc) [VF]

Source de la vidéo : Fawkes News

 

 

Le documentaire "La prophétie des papes" propose une enquête sur un vieux manuscrit capable de prédire la succession des papes depuis 900 ans.

 

Elle annonce l’avènement des temps nouveaux... ou la fin des temps.Le documentaire "La prophétie des papes" se penche sur la prophétie de saint Malachie, un évêque irlandais du XIIe siècle. 

 

Conservé à la bibliothèque de Lyon, ce manuscrit est une longue liste de maximes mystérieuses, chacune correspondant à un pape dans l’ordre précis de la succession apostolique depuis Célestin II. Et selon cette prophétie, dont le Vatican ne dément pas s’inspirer, le pape François serait l’ultime souverain pontife avant la destruction de Rome et le Jugement Dernier.

 

Le pape François est-il le dernier pape de l’histoire de l’humanité ? Une enquête passionnante et troublante sur le sujet. @ rmc

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE SOCIETE
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 01:45

 

La publication de cette série documentaire  fait suite à un article du Bistro Bar Blog reprit sur OpenYourEyes il y a 8 mois : Remise en question de la chronologie de l'histoire, par Garry Kasparov

 

 L'Histoire a-t-elle 1000 ans de trop ? - Récentisme, Nouvelle Chronologie  (Docs) [VF]

 

Aujourd'hui, indépendamment des religions de chacun, pratiquement tout le monde connait l'histoire évangélique de Jésus Christ. Le temps de sa vie terrestre, ce n'est pas seulement l'époque de la naissance d'une nouvelle religion, mais aussi un nouveau point de départ de la chronologie de l'humanité.


Dans la majorité des pays il est convenu de commencer la chronologie à partir de la naissance du Jésus Christ. Personne ne doute qu'à partir de cet événement, si important pour toute l'humanité, deux milles ans se sont écoulés. Mais pour quelle raison en est-on si sûr ?


Dans notre film nous allons raconter que cette date qui est globalement admise, est apparemment erronée. C'est à cette conclusion-là, que sont arrivés les auteurs du projet « La Nouvelle Chronologie » Anatoliy Fomenko et Gleb Nosovskiy. Ils ont utilisé leurs propres méthodes de datation mathématico-statistiques et astronomiques lors des études d'anciens documents et ont découvert que la vraie chronologie du développement de l'humanité est bien plus courte que celle en vigueur actuellement.


Ça veut dire que la majorité de grands événements historiques ont eu lieu bien plus tard que nous le pensons habituellement, entre autre la naissance de Jésus Christ.

 

Anatoly Fomenko de l'académie russe des sciences, est un chercheur reconnu en maths et dans des domaines voisins des sciences exactes. Au début des années 70s du siècle passé il a lu un travail d'un astrophysicien Robert Newton qui étudiait l'accélération de la lune en se basant sur les mentions des éclipses lunaires et solaires dans des chroniques antiques. D'après ses calculs jusqu'au 10 siècle de notre ère et de nos jours la Lune se comportait naturellement, mais à partir du 10 siècle il y a eu des pics d'accélération non explicables du point de vue de la science. En essayant de résoudre cette énigme, Foménko a commencé ses propres recherches qui ont donné naissance à la théorie scientifique appelée "La Nouvelle Chronologie".

 

 

Il y a longtemps, dans l'antiquité, il existait un royaume appelé la Judée. La capitale de ce royaume, était Jérusalem. Les historiens et les archéologues modernes affirment que ce royaume se trouvait au sud-ouest de l'Asie, là où aujourd'hui est situé l'état d'Israël. La capitale moderne d'Israël s'appelle aussi Jérusalem.


Les scientifiques qui étudient les événements évangéliques affirment que l'ancienne Jérusalem de Judée et la Jérusalem d'aujourd'hui, c'est la même ville. Mais pourquoi les historiens sont-ils certains que la Judée ancienne était située ici, près des cotes Est de la Mer Méditerranéenne et pas ailleurs ?


Et si nous étudions les faits ?

 

 

Qu'est-ce qui cloche dans la version de l'histoire que nous étudions aujourd'hui ? Cette vidéo pose des questions au sujet de quelques énigmes, contradictions et bizarreries dans la construction historique actuelle qui se repose sur la chronologie fondée par Josèphe Scaliger et Denis Pétau. En quelque sorte c'est une introduction dans la théorie scientifique d'Anatoly Fomenko et de Glèbe Nosovsky appelée "La Nouvelle Chronologie".

 

On croit que dans notre histoire tout est connu, prouvé et vérifié. Et bien, non ! Si on étudie notre passé avec une approche véritablement scientifique, on va se heurter à des maintes contradictions et énigmes. Pour dire un exemple, comment les guerriers anciens pouvaient tuer leurs ennemis avec des épées en bronze, si à cette époque le bronze n'existait pas encore ?


Comment est-il possible que dans l'ancienne Égypte on trouve des armes en fer ?
Pourquoi si peu de vestiges du début de Moyen Age se sont conservés contrairement au nombre important de monuments de l'antiquité beaucoup plus éloignée dans le temps ? Alors que logiquement ça devrait être le contraire.


Comment est fondé le fait que le tsar Ivan le Terrible clamait ses origines directes de l'empereur romain Auguste ?


On pourrait croire que ce genre d'énigmes devraient motiver les scientifiques pour des études plus sérieuses et approfondies de notre histoire. Mais à ce jour ce n'est pas arrivé, c'est pourquoi forcement se pose la question : connaissons-nous vraiment notre histoire ?

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 01:34
La falsification de l'histoire écrite - Nouvelle Chronologie de Fomenko-Nosovsky - Part 4 (Doc) [VostFR]

Source : LaMiseAJourDuCerveau

 

« Ce 13ème épisode de la série "L'Histoire : science ou fiction ?" est consacré aux questions de la falsification de l'Histoire écrite. On aborde les thèmes des objectifs et des instruments de la falsification.

 

Les éditions fondamentales, est-ce le hasard ? Quand ont vécu les auteurs "antiques" en réalité ? Qui était Poggio Bracciolini ? Pourquoi on a publié toutes les épopées nationales aux 18-19 siècles ? Qu'est-ce qu'on a brûlé dans les feux de l'inquisition ? Qu'est-ce qui est arrivé aux cartes géographiques ?


Il y a comme un sentiment de déjà-vu par rapport à ce qui s'est passé dans les nouveaux états de l'ex-URSS... »

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 16:06
L'autre Israël / The other Israel (Doc) STFR

Source : STAZZOU

 

« Un documentaire du révérend chrétien conservateur Ted Pike, publié en 1987 ou 1988. Ce docu présente un résumé de 15 années des recherches personnelles de Ted Pike sur le sionisme, ce qui l'a conduit à s'intéresser au talmud et à la littérature juive en général, autant qu'au communisme en Russie et à son financement.

 

Il s'adresse en premier lieu à des chrétiens états-uniens dans son documentaire, mais pas seulement ! On apprend par exemple d'où vient la perversité délirante de mafieux malades mentaux comme Attali qui fantasment d'une capitale de leur nouvel ordre mondial à Jerusalem: directement du fin fond de ce que la perversité humaine à fait de pire dans ses millénaires d'histoire, le talmud !

 

Il ne faut certainement pas tout prendre au pied de la lettre, par exemple son discours comme quoi les chrétiens doivent aider les juifs est juste ridicule (tendre l'autre joue ça va bien 5 minutes). La simple dénonciation du capitalisme en général est aussi absente. Le "premier congrès sioniste" de Bâle de 1898 aurait aussi pu être mentionné.

 

Il arrive, 3 ou 4 fois dans le docu, suite à un raccord foireux de la part de Mister Pike (ou peut-être que la video n'est pas l'originale) qu'une phrase ne veuille rien dire, pour cause de manque de verbe ou juste de sens. Dans ces cas là, j'ai traduit littéralement sans essayer de donner un sens à l'incompréhensible.

 

N'étant pas religieux moi même mais simplement très intéressé par les évolutions et histoires des religions et leur utilité pour l'humanité, il est possible que j'ai mal traduit certains termes consacrés., mes excuses aux chrétiens fondamentalistes !

 

J'ai traduit le terme "gentils" par "non-juifs" parce que je trouvais que "gentils" ça faisait un peu con et que "sains d'esprit" aurait pu faire sourciller quelques bien-pensants frileux du cerveau :) »

 

Asterisques :

* En fait, d'après le répugnant talmud, quiconque se moque des "enseignements" des pharisiens va se retrouver en enfer ! ce n'est pas réservé qu'à JC ! Pour y être puni par des excréments bouillants. A nager dedans ou à en bouffer ? Ce n'est malheureusement pas précisé, il faudrait demander à BHL vu que c'est depuis toujours son torchon de chevet, comme il s'en vante lui-même, les yeux brillants d'excitation.

* FDR: Franklin Delano Roosevelt.

* Traduction littérale, la phrase n'est pas clair du tout.

* ACLU = LICRA états-unienne (AIPAC = CRIJUIF états-unien).

 

Pensez à activer les sous-titres ;)

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE SOCIETE
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 15:55
Drâme dans la roche (Doc) [VF]

Documentaire qui remet en cause la datation géologique par stratification en s'appuyant sur la différence fondamentale entre bancs et couches géologiques. Il effrite également la "théorie de l'évolution" si chère à Darwin et à ses adeptes.

 

MAJ le 02/11/2014

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 15:50
Histoire des Armes Chimiques et Biologiques (Doc) [VF]

I. Définition, classification et évaluation du risque

 


a. Les agents chimiques de guerre


- Définition et classification


C'est une substance chimique qui, lors d'une opération militaire, a pour effet de tuer, de blesser ou d'incapaciter temporairement un homme par les effets physiologiques qu'elle provoque.


Il faut distinguer : les irritants (peu toxiques), les incapacitants psychiques et physiques (qui ne laissent pas de séquelles), les vésicants (qui causent des brûlures), les suffocants (qui provoquent une asphyxie) et les neurotoxiques organophosphorés (forme exacerbée d'insecticide très redoutée).


- Production, modes de dissémination et toxicité


Les agents chimiques réclament peu de compétences pour être produits. D'ailleurs, beaucoup d'éléments permettant d'en fabriquer sont en vente libre pour les besoins de l'industrie chimique. Le mode de dissémination dépend du toxique. Il peut être une explosion, une dispersion par chauffage ou une dispersion par pulvérisation. La toxicité est liée à la durée d'exposition et au taux de concentration. Au niveau des capacités de destruction, les armes chimiques se situent entre les armes nucléaires et biologiques (dévastatrices) et les armes conventionnelles. Elles sont cependant désignées comme des armes de destruction massive.

 


b. Les armes biologiques
 


- Définition et classification


C'est un micro organisme qui provoque une maladie chez l'homme, les plantes ou les animaux, ou qui produit une détérioration des matériaux. Il faut distinguer : les agents vivants capables de créer une épidémie (les bactéries, les virus) et les agents non vivants incapables de se reproduire mais sécrétés par des organismes vivants (les toxines).


- Production, modes de dissémination et toxicité


La production d'armes biologiques nécessite des connaissances précises et un matériel sophistiqué. La voie d'infection peut être digestive, aérienne ou percutanée. Les conséquences sont difficiles à prévoir : l'évolution d'une épidémie dépend de l'état des populations visées et de la rapidité de réaction cependant elles peuvent être dévastatrices. Par ailleurs, l'emploi d'armes technologiques peut créer la panique ce qui fait d'elles non seulement des armes de destruction massive mais aussi des armes de « désorganisation massive ».

 

 


II. Histoire des armes chimiques et biologiques

 


a. De la première guerre mondiale à la seconde guerre mondiale


- La première guerre mondiale : le choc


Jusqu'à la première guerre mondiale, le droit coutumier a condamné l'emploi des armes chimiques et biologiques. Cependant lors de ce conflit, elles furent toutes deux employées.


_ naissance de l'artillerie chimique, amélioration des mécanismes de dispersion, utilisation d'agents de plus en plus toxiques et apparition des mesures défensives (protections respiratoires)


_ emplois d'agents biologiques contre les chevaux et les récoltes


Suite à ces évènements, l'entre deux guerres fut marqué par une volonté de négociation. En 1925 est finalement signé par 40 pays le protocole de Genève qui interdit ces nouvelles armes. Mais aucun moyen de vérification n'est prévu, et les recherches vont se poursuivre secrètement.


- La seconde guerre mondiale : limites de l'emploi militaire


Pendant la seconde guerre mondiale, elles seront toutefois peu employées. Deux exceptions : le Japon en Chine, et l'Allemagne avec les camps d'extermination à gaz.

 


b. La guerre froide suivie du désarmement


- La guerre froide : la course aux armements


Jusqu'à la fin des années 60, les Etats Unis et l'URSS vont développer leurs arsenaux chimiques et biologiques. Ils disposent alors tous deux d'une large palette d'agents pathogènes en ce qui concerne les armes biologiques. Les armes chimiques vont même jusqu'à être employées par les Etats Unis au Vietnam entre 61 et 73 : ce sont les bombardements au napalm.


- Le désarmement


Devant cette escalade et son impopularité des initiatives sont finalement prises pour éviter la prolifération de ces armes.


_ 1972 : convention d'interdiction des armes biologiques signée par Londres, Moscou et Washington beaucoup plus complète et contraignante que le protocole de Genève


_ 1993: convention d'interdiction des armes chimiques ratifiée par 114 Etats et création d'une organisation pour l'interdiction des armes chimiques qui permet la vérification et la destruction de ces armes ainsi que les inspections dans l'industrie chimique.

 

 


III. La situation actuelle : les risques et les solutions envisageables

 


a. Risque réel ou mythe ?


- Les limites du désarmement


Le désarmement en la matière a progressé cependant des zones d'ombres persistent. Au sujet des armes biologiques, la convention de 1972 ne dispose toujours pas de véritable moyen de contrôle. L'Iran, Israël, la Libye, la Syrie, la Chine, la Corée du Nord et Taiwan disposeraient d'un programme clandestin de fabrication par ailleurs des révélations récentes ravivent les doutes sur l'existence d'un gigantesque programme de guerre biologique offensif en Russie. Au niveau des armes chimiques, la Libye, la Corée du Nord, la Somalie, le Soudan, Taiwan, et le Vietnam refusent toujours de ratifier la Convention. L'Egypte, la Syrie et Israël n'ont pas signé.


- Le risque terroriste


Ben Laden aurait affirmé que l'acquisition d'armes nucléaires, chimiques et biologiques était un « devoir religieux ». Ce risque est réel : dans quelques années, il sera possible pour n'importe quel étudiant doué de fabriquer à moindres frais une arme chimique voire biologique. L'attaque chimique terroriste du métro japonais en 1995 et la série de cas d'infection humaine par le bacillus anthracis (responsable de la maladie du charbon) aux Etats-Unis à l'automne 2001 ont récemment démontré l'acuité du problème.

 


b. Les moyens de défense


- La détection et l'identification


La détection et l'identification de l'agent toxique employé doivent être rapides pour permettre la réussite d'un plan d'action sanitaire suite à une attaque chimique ou biologique. En France, le plan Sentinelle, qui regroupe un réseau de 1270 généralistes mobilisables est prévu à cet effet. Les chercheurs aux Etats Unis se penchent sur des systèmes de détection à distance et sur la recherche de vaccins ou de traitements adaptés.


Cependant, rien ne permet de résoudre le problème du choc psychologique sur la population qui pourrait s'avérer catastrophique.


- L'amélioration des contrôles


Au niveau des armes biologiques, il faut doter la Convention d'outils de vérification dissuasifs, malgré l'opposition des Etats Unis à ce projet (ils craignent une forme d'espionnage). En ce qui concerne l'utilisation par des entités non-étatiques des agents chimiques ou biologiques, l'adoption de lois nationales qui criminaliseraient les activités interdites par les conventions contribuerait à contrer ne serait-ce que partiellement le risque.

 


IV. Problématiques



 Est-il légitime d'employer le concept de guerre asymétrique à ce sujet ?


Il s'agit d'un concept en vogue né de la guerre du Golfe. Il justifie la théorie selon laquelle, en accentuant leur supériorité militaire conventionnelle, les pays occidentaux incitent leurs ennemis potentiels à acquérir des armes de destructions massives et plus particulièrement des armes chimiques et biologiques. Ne pouvant rivaliser sur le terrain militaire, ces Etats placent leurs espoirs dans la possibilité de dissuader, au moyen d'une menace suffisamment terrible, une éventuelle action militaire contre leurs intérêts.

 En quoi s'agit-il de questions internationales ?


Lors de la réunion à Ottawa des ministres de la santé du Canada, du Mexique, des Etats Unis, de la Grande Bretagne, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie et du Japon en octobre 2001, une série de mesure a été annoncé pour lutter contre l'usage terroriste d'agents chimiques et biologiques. Cela aurait pu laisser entrevoir la création d'un consortium de pays riches se protégeant des menaces sans se soucier des pays pauvres. Mais cela est impossible : le risque biologique notamment est évidemment planétaire.

 Quel rôle pour l'opinion publique internationale ?


Dans le cas des mines antipersonnel, la mobilisation des opinions internationales a permis l'accélération des négociations (qui ont abouti à la signature d'un traité en 1996). Un mouvement semblable pourrait permettre le renforcement de la Convention de 1972 sur les armes biologiques malgré l'opposition des Etats Unis. C'est ce que recherche le Comité International de la Croix Rouge qui a lancé un cri d'alarme en septembre 2002.

 

@ Rikiai.Jimdo

MAJ le 02/11/2014

 

Repost 1
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 15:45
Reliques du Bouddha (Doc) [VF]

Vidéo trouvée sur : Le Firago

 

Sommes-nous sur le point de percer le secret de la sépulture du Bouddha ? Nourri des dernières avancées scientifiques, un documentaire captivant sous forme de jeu de piste archéologique.

 

Tout commence avec une boîte minuscule, récemment dénichée dans un placard du bureau londonien de la Société bouddhiste. À l’intérieur, on découvre douze bijoux qui, à en croire une inscription à l’encre affadie, feraient partie des reliques du Bouddha mises au jour sur le site indien de Piprâwâ, en 1898. Quelques semaines plus tard, une lettre adressée à la Société bouddhiste par le petit-fils d’un archéologue amateur conduit au recensement de nouveaux joyaux dans le Suffolk. Ces objets rares proviennent-ils réellement de la sépulture du Bouddha ? Pour l’historien Charles Allen, le chef spirituel aurait bel et bien été incinéré au stupa de Piprâwâ et les bijoux retrouvés seraient des présents offerts par le grand empereur indien Ashoka après sa conversion au bouddhisme. Si ces hypothèses venaient à être vérifiées, nous serions face à une découverte aussi importante que celle du Saint-Sépulcre pour les chrétiens…

 

Chasse aux trésors

 

Des fouilles initiales aux derniers rebondissements en passant par le cas Alois Führer, un archéologue allemand qui se rendit coupable de faux, ce film traverse plusieurs époques pour retracer le destin des reliques du Bouddha. Éclairée par les témoignages d’experts reconnus, une histoire passionnante pétrie d’aventures, de déceptions et d’intrigues, dont le dénouement reste encore à écrire.

 

@ ARTE

MAJ le 02/11/2014

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 15:34
Mésopotamie Les Origines De Notre Civilisation (Docu) [VF]

La Mésopotamie est un terme qui vient du grec et qui signifie : « entre les fleuves ». Ces fleuves sont le Tigre et l’Euphrate. Actuellement, la plus grande partie de la Mésopotamie se trouve en République d’Irak. Au IVe millénaire avant J.-C., les premiers documents écrits de l’humanité apparaissent dans le sud de la Mésopotamie. L’histoire de la Mésopotamie se mêle donc aux origines de notre monde moderne. Avec l’invasion des Perses au VIIe siècle av J.C., cette civilisation va disparaître. Petit à petit, ses fières et puissantes cités retournèrent à l’argile. Les villes mésopotamiennes s’effondrèrent sur elles-mêmes pour ne devenir que d’informes collines…

 

A 500km De Bagdad (Capitale De L’Irak), S’étendent Les Ruines De Nimrud, Capitale De L’Assyrie, Qui Devint Le Plus Grand Empire De L’histoire De La Mésopotamie Au 9ème Siècle Avant JC. En 1989 On Y Fit Une Découverte D’une Telle Importance, Qu’elle Attira L’attention Du Monde Entier. Par Hasard, Un Archéologue Irakien Découvrit Une Tombe Royale Sous Les Ruines D’un Ancien Palais. Il S’agissait De La Tombe De La Princesse Yaba. Les Inscriptions Cunéiformes Découvertes Sur Les Lieux Témoignent De La Vaste Et Profonde Influence De La Civilisation Assyrienne, Fournissant Ainsi Des Clefs Qui Permettent De Mieux Comprendre Le Contexte Historique De Cette Époque.

 

MAJ 02/11/2014

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 17:35

 

 Mohenjo-Daro : vue aérienne

 

Source du texte : Dinosoria

 

Ce site constitue un véritable mystère, affirment les archéologues, qui auraient juré, avant la découverte de Mohenjo-Daro, qu’aucune véritable civilisation n’avait pu exister dans la vallée de l’Indus, au Pakistan, il y a environ 4 500 ans.


Depuis 1921, une succession de découvertes dont la cité d’Harappa puis celle de Mohenjo-Daro ont prouvé l’existence d’une culture jusqu’alors inconnue.

 

La civilisation de la vallée de l’Indus a inventé une écriture à ce jour indéchiffrée et a manifestement marqué la culture indienne.
 

Mais, le plus grand mystère reste l’abandon de ces cités et la disparition de cette civilisation.

 

Les chercheurs ont d’abord pensé que cette civilisation était constituée de colonies provenant de Mésopotamie. Mais, les fouilles ont révélé que ce peuple avait ses caractéristiques propres. Pour l’instant, faute de nouveaux indices, officiellement la plus ancienne civilisation indienne est née sur les rives de l’Indus tout comme l’Egypte s’est développée sur les rives du Nil.

 

Depuis la découverte de Mohenjo-Daro, d’autres cités antiques de l’Indus ont été retrouvées comme Dholavira ou Ganweriwala.

 

 Mohenjo-Daro

 

Apparemment, ce peuple était un peuple de marchands. Tout porte à croire qu’ils ne disposaient d’aucune supériorité militaire. Tout atteste le caractère pacifique de ce peuple qui possédait une supériorité culturelle.

 

Le caractère le plus stupéfiant des villes harappéennes est la complexité de leur urbanisme. Ces villes s’étendaient sur un périmètre de 100 à 200 ha au minimum.
Mohenjo-Daro est très bien conçue. On peut la comparer aux grandes villes américaines. D’ailleurs, les archéologues ont surnommé cette cité« le Manhattan de l’âge de bronze ».

 

En effet, on peut voir une douzaine d’artères tracées au cordeau traverser la ville du nord au sud, coupées d’est en ouest par des rues plus étroites qui délimitaient des pâtés de maisons.
Cela évoque le quadrillage du prestigieux quartier new-yorkais.

 

 

Des cités abandonnées

 

A partir de 1 600 ans avant notre ère, les villes étaient à l’abandon. De nombreuses théories ont été émises pour expliquer ce déclin.

 

On a tout d’abord pensé que la civilisation de l’Indus avait été renversée par une invasion indo-européenne. Mais aucune preuve n’est venue étayer cette théorie.

 

L’eau est peut-être la cause de cet abandon. En effet, des recherches archéologiques ont révélé que la civilisation de l’Indus devait lutter constamment contre les inondations. Certains quartiers de Mohenjo-Daro auraient été reconstruits huit fois. Mais, il n’y a aucune trace d’une catastrophe naturelle qui aurait touché l’ensemble des cités.

 

Parallèlement à ce problème, des squelettes portent la trace de blessures à l’arme blanche. Il y aurait donc bien eu un conflit. Les fouilles relatives à cette époque ont révélé des destructions, des incendies et des squelettes sans sépulture.
On constate en parallèle un retour en arrière dans la technique de céramique par exemple. Cependant, les squelettes sont fort peu nombreux et on a retrouvé aucun fragment d’armes.

 

Plus récemment, une théorie assez révolutionnaire a été énoncée. Les scientifiques Davneport et Vincenti ont déclaré que la ville de Mohenjo-Daro avait été ravagée suite à une explosion nucléaire.


Ils ont trouvé de grosses strates de glaise et de verre vert. Les archéologues supposent qu’une très forte température a fait fondre de la glaise et du sable qui ont durci immédiatement après.
De semblables strates de verre vert ont été retrouvées dans le désert du Nevada après chaque explosion nucléaire.

 

L’analyse moderne a confirmé que des fragments de la ville avaient fondu au contact d’une très haute température. Les douzaines de squelettes qui ont été trouvés dans la région de Mohenjo-Daro présentent une radioactivité excédant la norme de presque 50 fois.

 

Ces analyses scientifiques nous ramènent à la grande épopée indienne, le Mahabharata. Elle contient des mentions d’une arme prodigieuse aux effets dévastateurs. Un des passages parle d’une « coquille », qui étincelait comme le feu, mais sans dégager de fumée.

 

« Quand la coquille a touché le sol, le ciel est devenu obscur, les tornades et les tempêtes ont ravagé les villes. Une horrible explosion a brûlé des milliers de gens et d’animaux, les réduisant en cendres. »

 

Bien sûr, on a du mal à imaginer qu’à une époque aussi lointaine des armes nucléaires ont pu être utilisées. Le texte est troublant quand on le met en parallèle avec les dernières découvertes. Pourrait-il s’agir d’un phénomène naturel qui aurait provoqué un cataclysme ? L’épicentre du choc a été détecté au centre de la ville. A cet endroit, toutes les maisons ont été nivelées. A la périphérie, les destructions sont moins importantes. (Aller plus loin : Des réacteurs nucléaires naturels)

 

L’énigme de Mohenjo-Daro reste entière pour le moment. Cependant, si l’on suppose qu’une catastrophe s’est abattue sur cette cité, cela n’explique pas l’abandon des autres villes. Mohenjo-Daro et Harappa sont les métropoles les plus connues mais il existait au moins trois autres villes aussi importantes. Il y en avait d’autres mais de moindre importance.

 

MAJ le 31/10/2014

 

Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)
Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)
Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)
Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)

Art à Mohenjo-Daro et Harrapa @ FlickR (http://www.flickr.com/photos/lauraelaine/galleries/72157624453557692/)

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 17:35
2eme Guerre Mondiale - La face cachée des Libérateurs (Doc) [VF]

Source : RenovatioTV

 

Durablement inscrite dans la mémoire collective, l'image idéalisée du GI envoyé sur le Vieux Continent par la plus grande des démocraties pour le libérer du nazisme a fait long feu.

 

L'ouverture récente d'archives judiciaires permet de faire la lumière sur un sujet resté longtemps tabou.

 

Entre 1944 et 1945, les soldats américains auraient commis 17 000 viols et crimes.

 

Le criminologue Robert J. Lilly analyse les chiffres et interroge - en Normandie, dans la Meuse et en Bavière - les derniers témoins de crimes longtemps passés sous silence.

 

Un chiffre ressort des archives de la justice militaire américaine : 84% des exécutions capitales pour viols et crimes ont affecté des GI's noirs et non gradés alors qu'ils ne représentaient que 10% des effectifs.

 

MAJ le 31/10/2014

 

 

Aller plus loin :

 

Putains de guerre (Docu) [VF]

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 19:21
Les Trésors de la Bibliothèque d’Alexandrie (Docu)[VF]

Les trésors de la bibliothèque d’Alexandrie, est un documentaire qui tente de comprendre et d’élucider les circonstances encore mystérieuses de la disparition de la bibliothèque et de ses ouvrages.


Alexandrie fut fondée en 332-331 av. J.-C., par Alexandre le Grand, et devint dans l’antiquité le premier port d’Égypte. Elle fut à son époque l’un des plus grands foyers culturels de la Méditerranée, sa bibliothèque superbe étant sans conteste l’un des principaux fondements de sa notoriété.

C’est l’un des généraux d’Alexandre, Ptolémée Ier, recevant l’Égypte en partage à la mort de l’empereur, qui donna l’impulsion intellectuelle et commerciale à la future grandeur d’Alexandrie. En 288 av. J.-C., il fit construire un musée, le museion ou palais des Muses, abritant une université, une académie et la bibliothèque estimée à 700 000 volumes au temps de César. Ensuite il demanda dans chacun des pays connus à ce qu’on lui envoie les œuvres de tous types d’auteurs, qu’il faisait traduire en grec.


Le Musée devint un centre académique de hautes recherches où les savants sont défrayés par le prince et où ils trouvent les instruments, collections, jardins zoologiques et botaniques nécessaires à leurs travaux.

La traduction en grec de tous ces ouvrages fut un travail colossal qui mobilisa la plupart des intellectuels et savants de chaque pays, car il fallait que ces hommes maîtrisent à la perfection leur propre langue ainsi que le grec. La bibliothèque fut dirigée par des érudits comme Zénodote d’Éphèse, puis Aristophane de Byzance, Aristarque de Samothrace et Apollonios de Rhodes.

Il existe de nombreuses hypothèses sur la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie.
En 47 av. J.-C., les troupes de Jules César incendient la flotte d’Alexandrie, le feu se serait propagé aux entrepôts et aurait détruit une partie de la bibliothèque. Reconstruite, elle est détruite à nouveau cinq ou six fois, la dernière en 642 par le général Amr Ibn al-As, obéissant au calife Umar...

Les sources sont extrêmement limitées et les positions des historiens toutes aussi tranchées les unes que les autres. Aucune trace matérielle de la bibliothèque d’Alexandrie n’a été, à ce jour, identifiée ou retrouvée. L’absence d’élément matériel met donc les chercheurs dans l’impossibilité de valider, infirmer ou corroborer les dires des sources qui, au fil du temps, ont pu être manipulées, incomprises ou interprétées, dans un sens ou un autre.

 

MAJ le 30/10/2014

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 19:21
Le Secret des lieux de cultes (Conférence) [VF]

Conférence trouvée sur : L'échelle de Jacob

 

Les lieux de cultes, à travers le monde, ont toujours été des lieux sacrés. Sacrés, oui ! Mais pourquoi ?

 

Leurs architectures, qu'importe la culture, avaient pour objectifs de canaliser des énergies cosmo-telluriques lors des cérémonies, à des dates bien précises, comme les équinoxes et solstices par exemples.

 

D'où viennent ces connaissances architecturales ?
D'où vient la compréhension des cycles cosmiques ?
Quelles étaient les effets de ces énergies cosmo-telluriques sur l'assistance ?

 

Repost 1
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment