Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 15:57

Source : Psychomédia

Trouvé sur : état du monde état d'être

 

http://etat-du-monde-etat-d-etre.net/wp-content/uploads/34237-41984-image.jpeg

 

Les doyens des facultés de médecine des universités belges ( Facultés de médecine de l’ULB, la VUB, l’UGent, l’ULg, l’Université de Mons, la KUL, l’UCL, l’Université d’Hasselt, l’UA et l’Université de Namur) recommandent, dans un communiqué diffusé jeudi, fermement de mettre fin à tout financement public des pratiques non-conventionnelles, telles que l’ostéopathie, l’homéopathie ou l’acuponcture. Il ne peut être question pour leurs facultés d’enseigner des pratiques dont l’efficacité n’est pas scientifiquement démontrée, ajoutent-ils.

 

Le rapport du Centre fédéral belge d’expertise des soins de santé (KCE), disent-ils, a bien confirmé l’absence de toute démonstration d’efficacité de ces pratiques à l’exception de quelques domaines particuliers du traitement des maux de dos pour l’ostéopathie.

 

Afin de préserver les deniers publics dans une période de forte restriction où même des traitements médicaux basés sur les preuves voient leur financement raboté, les doyens recommandent fermement de mettre fin à tout financement public de ces pratiques non conventionnelles.

 

Les doyens recommandent l’obligation d’un diagnostic et d’une indication de traitement par un médecin préalablement à l’accès à ces praticiens. Certains éléments de ces pratiques pourraient être intégrés dans les enseignements, à condition qu’une évaluation scientifique sérieuse atteste de leur efficacité.

 

En juin dernier, la revue Prescrire rapportait une synthèse de 19 articles scientifiques réalisée par le KCE qui concluait qu’à ce jour, aucun traitement homéopathique n’a d’efficacité démontrée au-delà de l’effet placebo.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 15:16

Source : les moutons enragés

 

img_accueil3

Dès 2014, vous devrez parcourir 10, 20, 50, 100  km ou plus pour faire vos prises de sang, et ce au mépris de plus de 500 000 signatures sur cette pétition : http://www.touchepasamonlabo.com .


 En effet, c’est en 2013 que seront FERMÉS l’immense majorité des laboratoires d’analyses médicales de proximité en France, à l’instar des maternités et avec les mêmes dangers pour votre santé (en particulier pour les analyses urgentes), conformément à l’ordonnance n°2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale qui devrait être ratifiée en procédure accélérée – donc sans véritable débat - fin janvier 2013; et ceci au plusgrand profit de quelques grands groupes financiers.


 Patrick LEPREUX, biologiste marseillais, est en GRÈVE DE LA FAIM depuis le 15 janvier pour protester contre cette réforme.


Contre ce nouveau massacre d’un service de proximité, vous pouvez signer ici : http://www.touchepasamonlabo.com

 

C’est parce que très peu de gens sont au  courant que cette réforme peut passer; il faut donc la REVELER au grand  jour : DIFFUSEZ CE MESSAGE, DIFFUSEZ LE LIEN DE LA PETITION ! http://www.touchepasamonlabo.com

 

Un exemple de fermeture de laboratoire : http://www.letelegramme.com/fil_region/fil_bretagne/saint-guenole-29-le-laboratoire-d-analyses-ferme-25-11-2010-1127183.php

 

La proposition de loi en procédure accélérée : http://www.senat.fr/leg/ppl12-243.html

Et si nous nous référons au site, voici ce que nous pouvons apprendre sur le sujet:

Madame, Monsieur, il vous faut agir et très, très vite

 

D’abord, je vous remercie d’avoir signé, comme 500 000 personnes, la pétition « touche pas à mon labo »que la coordination des biologistes en colère, devenue désormais un syndicat, vous propose contre la réforme de la biologie.

 

Malheureusement cette réforme va être reprise au sénat, qui fait fi de votre opinion, en la validant définitivement le 31 janvier 2013, pour clôturer en force une procédure express qui débute le 21 janvier.
Cette réforme fait disparaitre les laboratoires de proximité au profit des groupes financiers qui gèrent alors la santé comme… des financiers.


Les laboratoires rachetés sont vidés de leurs moyens techniques et humains, et deviennent incapables de remplir leur mission.


Dans ces conditions, chaque prise de sang met en péril votre santé.

 

Personnellement, j’entame une grève de la faim illimitée à partir d’aujourd’hui mardi 15janvier 2013, pour dénoncer une réforme qu’on fait passer le plus vite possible, afin que personne ne prenne conscience de la catastrophe sanitaire qu’elle engendre.


Vous pourrez me suivre sur twitter « bioencolere » en temps réel.


A ce titre je me suis permis de vous écrire, considérant que votre santé, l’urgence, et la gravité de la situation justifiaient cette démarche.


Face à cette casse sanitaire qui nous met tous en danger, il faut agir très vite et massivement.

 

Je vous demande de mobiliser les réseaux sociaux qui constituent le seul moyen d’interpeller les politiques et de faire reculer le gouvernement.

 

PATRICK LEPREUX
Président du syndicat des biologistes praticiens, biologiste libéral installé à Marseille


Cette réforme officiellement, est présentée comme une solution miracle pour améliorer le service des laboratoires d’ analyses médicales, et pourtant la quasi-totalité des biologistes français est convaincue du contraire. Pourquoi ?

 

•D’ abord parce qu ‘elle impose des contraintes techniques et des obligations de regroupements, financièrement et humainement intenables, afin de contraindre ainsi les biologistes à vendre leur laboratoire aux financiers.

 

• A ces contraintes techniques, s’ ajoutent des baisses tarifaires importantes et répétées, décidées par la CNAM sous prétexte que cette réforme permet un gain de rentabilité !

 

L’ ensemble de ces décisions a des conséquences dramatiques et injustes:

  • Les laboratoires ne pourront faire face financièrement aux nouvelles obligations de cette réforme, et devront se faire racheter par les financiers. Ces derniers leurs envoient une nuée de commerciaux tenant un discours alarmiste et décourageant, visant à les amener à céder leur outil de travail.
  • Les laboratoires seront alors transformés en “laboratoires boites-aux-lettres” dénommés “sites” complètement deshumanisés, puisque plus aucune analyse ne sera effectuée sur place, et que la majorité du personnel sera licenciée…

 

  • Le patient ne sera plus considéré que comme un simple code-barres, et son sang comme un produit industriel : les tubes de sang navigueront par coursiers à mobylette, et arriveront ….quelque part… comme ils le pourront, les jours de canicule, de grand froid, ou de blocage des routes, dans des usines à analyses.Imaginez la qualité du résultat rendu dans ces conditions…
  • De plus, en cas d’urgence, le patient sera à la merci de la disponibilité de ces coursiers, ou devra aller embouteiller les urgences à l’hôpital au risque d’une aggravation fatale son état par un diagnostic trop tardif.
  • Le personnel restant sera limité au strict minimum pour des raisons de rentabilté, et ne sera plus de ce fait disponible à l’écoute du patient . Il pourra changer de “site ” d’un jour sur l’autre en fonction des besoins du groupe financier auquel il appartient, ou sera déclassé en coursiers à 1000 euro par mois, histoire de déshumaniser un peu plus ses conditions de travail.
  • La disparition et la dégradation de ce tissu et service médical de proximité, coûtera plus de 60.000 emplois spécialisés (techniciens de laboratoires, aide-laboratoires, secrétaires médicales, fournisseurs de réactifs, sociétés d’informatique, entreprises de services).
  • Les infirmières n’auront plus le droit d’effectuer des prélèvements de sang dans le cadre de leur tournée auprès des patients.
  • Grâce à cette réforme, l’argent issu de la solidarité, autrefois destiné à rémunérer tous les individus d’une profession, ira vers une poignée de nantis et fonds de pensions et surtout mettra la santé du patient en danger .

Tout ça pour ça !

 

Avant la réforme: des laboratoires de proximité dont le personnel effectue sur place la majorité des analyses, qui vous connait, et en cas d’urgence peut débrouiller la situation et vous éviter le passage à l’hôpital.

 

Et faire des économies de santé.

 

Après la réforme: soit le laboratoire ferme totalement et le patient doit aller “ailleurs”, soit le laboratoire est complètement vidé de son personnel technique (souvent licencié), ne reste plus qu’un centre de prélèvement, appelé pudiquement “site” ( en clair, plus rien dedans).

 

Pour être hyper-rentable, le personnel est ultra-réduit et change de “site” au jour le jour en fonction des besoins du groupe financier auquel il appartient.

 

Et des tubes de sang qui naviguent au au rythme des variations de températures et de embouteillages, par coursiers…quelquepart… pour être analysés dans des usines…

 

Et le résultat revient par fax au”site” le soir.

 

Bravo pour cette humanité et les conditions de travail du personnel.

 

En cas d’urgence, c’est direction les urgences de l’hôpital puisque aucun résultat ne peut être effectué et rendu sur place…

  • Pourquoi risquer la santé du patient pour de l’argent, et démolir toute l’infra-structure d’une profession qui représente seulement 2% des dépenses de santé, et qui, selon un sondage LCI des années 2000, arrive en deuxième, après les ompiers, parmi les professions dans lesquelles les français ont le plus confiance ? Cliquez ici pour voir ici ce sondage, le mot “laborantin” apparait devant la flêche.

Cette ordonnance malheureusement commence déjà à être appliquée dans les faits, sans être forcément ratifiée par le parlement, mais il est tout à fait possible qu ‘elle soit bloquée à la demande du gouvernement.

 

Beaucoup de lois et d’ ordonnances applicables n’ ont jamais été appliquées.Il est tout à fait possible que celle concernant la biologie ne le soit pas non plus, en agissant auprès des politiques, et en leur rappelant que 200.000 français fréquentent leur laboratoire tous les jours.

 

Et les biologistes pourront amener ces patients à voter pour les partis qui défendent ceux qui travaillent, et non ceux qui modifient les lois pour s’ enrichir au détriment des autres…

  • Signer cette pétition, c’ est arrêter ce jeu de massacre. Préserver l’humanisme, l’ indépendance, et le savoir-faire d’une profession plébiscitée par les français, maintenir son gisement local d’emplois spécialisés ainsi que l’ avenir des jeunes qui ont choisi ce métier xxxxxxxxavec cccd’ autres perspectives.
  • Signer cette pétition ce n’ est pas défendre une profession qui serait accrochée à son statut et qui refuserait d’ évoluer, mais c’ est défendre au travers de son maintien, votre propre santé et celle de ceux qui vous sont chers.
  • Signer cette pétition, c’est demander l’ annulation de l’ ordonnance auprès du gouvernement, afin d’ empêcher le pouvoir financier de continuer à s’implanter dans le secteur de la santé et d’y causer les mêmes dégâts que ceux qu’ il a provoqués dans l’économie.

Site, références et contacts: touchepasamonlabo.com

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 15:06

Source : Huffingtonpost

 

http://i.huffpost.com/gen/958477/thumbs/r-PISTOLET-ADN-large570.jpg?6

 

ARMES - Une société de sécurité britannique Selectamark a créé une arme d'un nouveau genre, le pistolet ADN.

 

Présenté à Las Vegas lors d'un salon spécialisé, le Selecta DNA High Velocity System, un pistolet ultra rapide, agit comme un véritable marqueur. Disponible sous forme de pistolet ou de fusil, il permettrait aux forces de l'ordre de tirer une balle contenant un code ADN unique sur des suspects au milieu d'une foule, tout en se tenant à bonne distance (30 à 40 mètres) puis de les interpeller lorsque la situation le permet grâce à la marque laissée par l'ADN.

 

pistolet adn

 

Cette société de sécurité s'est fait une spécialité de produire des systèmes de sécurité autour de la reconnaissance de l'ADN. Sa dernière création utilise des capsules d'un gramme d'ADN fabriquées en laboratoire qui, lorsqu'elles touchent leur cible, laissent une trace biologique durable (plusieurs semaines) qui permettra aux autorités de confirmer ou non l'implication d'une personne dans une affaire. Cette preuve biologique pourra "mener une arrestation ou une mise en accusation" selon le PDG de Selectamark.

 

Une arme non létale mais dangereuse pour la présomption d'innocence. Comme le pointe l'un des internautes dans les commentaires du site Gizmodo: "Que se passera-t-il si un innocent est marqué par accident?". Sera-t-il condamné?

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 15:29

Source : voix de la Russie

 

Япония робот Япония

 
Photo : EPA

 

Aujourd'hui la société Suidobashi Heavy Industry a présenté à une exposition au Japon un robot mesurant quatre mètres de hauteur et pesant 4,4 tonnes baptisé Kuratas. Ce miracle technique se déplace sur ses roues et est alimenté par un moteur diesel. Il est capable d'embarquer de véritables armes automatiques sur ses bras.

 

Le démonstrateur est mis en vente pour 1,25 million de dollars. Le constructeur a déjà reçu quelque 3 000 commandes venant de tous les coins du monde. /L

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 13:57

Trouvé sur : SytiNet

Source : le monde

 

Avec Serval, les mobiles pourront se passer de carte SIM et d'antenne relais.

Depuis quelques semaines, les propriétaires d'un téléphone mobile équipé du système Android peuvent télécharger gratuitement un logiciel baptisé Serval. Malgré une arrivée discrète, celui-ci pourrait bouleverser le marché de la téléphonie et remettre en cause le contrôle étatique des réseaux. Pour l'installer, il faut d'abord "rooter" son téléphone, c'est-à-dire désactiver les verrouillages imposés par les opérateurs. Dès lors, Serval permet à un groupe de mobiles de se connecter directement, sans carte SIM ni antenne relais. Il fonctionne selon le principe d'un maillage ("mesh") consistant à créer des réseaux temporaires et mouvants, entièrement décentralisés. Lorsque deux appareils sont proches l'un de l'autre (quelques centaines de mètres), ils se parlent en direct. S'ils sont trop éloignés, les autres téléphones Serval se trouvant dans la même zone captent automatiquement la communication et la retransmettent, de proche en proche – sans que leurs propriétaires aient à faire quoi que ce soit.

 

Serval a été inventé par Paul Gardner-Stephen, un chercheur australien de l'université Flinders d'Adelaïde, avec l'aide d'étudiants de l'Institut national de sciences appliquées de Lyon (INSA). Selon lui, son invention restaure les vraies potentialités des téléphones mobiles : "Dans les années 1980, les ingénieurs travaillant sur les premiers prototypes avaient imaginé des réseaux mesh, simples et bon marché. Mais les compagnies de téléphone les avaient empêchés de travailler dans cette direction, parce qu'elles voulaient préserver leur modèle pyramidal contrôlé par le haut, hérité du téléphone filaire – techniquement caduc mais commercialement très profitable. Aujourd'hui encore, si les mobiles ne peuvent pas se parler directement au niveau local, c'est parce qu'ils sont verrouillés par les opérateurs, qui obligent les usagers à passer par leurs relais et donc par leurs systèmes de facturation."


Dans sa première mouture, Serval se sert des émetteurs Wi-Fi des téléphones et, en cas de besoin, des bornes Wi-Fi alentour. Mais la prochaine version utilisera directement leur émetteur principal, sur les fréquences GSM – ce qui, en Europe, pourra poser des problèmes juridiques. Encore difficilement mesurables, les répercussions géopolitiques d'une telle invention sont potentiellement importantes. M. Gardner-Stephen souhaite ainsi la déployer en priorité dans des régions du tiers-monde délaissées par les opérateurs de téléphonie, et dans des zones où les réseaux ont été détruits par des catastrophes naturelles. Dans les grandes métropoles, où tout le monde possède un mobile, Serval pourrait aisément créer des réseaux denses et efficaces, échappant à tout contrôle, commercial ou administratif, au grand dam des Etats.

 

L'équipe de M. Gardner-Stephen a même imaginé un système encore plus puissant : certains téléphones seront spécialement configurés pour servir de relais à tous les autres, y compris ceux qui ne sont pas équipés du logiciel. En novembre 2011, Serval a été primé lors d'un concours de logiciels innovants organisé à Séoul (Corée du Sud). Déjà, des fabricants de mobiles chinois s'y intéressent.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:18

Source : Nature  Alerte

 

http://3.bp.blogspot.com/-wQ5ylebIT7s/UQJjcbpyiJI/AAAAAAAAM9k/2xWZZx7eDJo/s1600/Shell.jpg

 

La SPDC (Shell Petroleum Development Company) publient chaque année depuis 1995, un rapport des incidents et des fuites constatés au Nigeria, elle les annonce sur son site web.

En 2012 la société Shell a déversé plus de 26.000 barils de pétrole en fuite directement dans le delta du Niger, soit une hausse de plus de 70% par rapport à l'année précédente, selon les données publiées ce mois-ci.

198 fuites ont été recensés l'année dernière.

Les données récoltées ont montré que la plupart des déversements sont dus à des incidents de soutage ou d'exploitation, mais aussi les sabotages de pipelines qui peuvent conduire à fermer entièrement les reseaux de distribution des pipelines.


© Nature Alerte

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:15

Source : 911NWO

 

Il y a 20 ans maintenant, un génial ingénieur en Formule 1 quittait ce sport soporifique, élitiste et polluant pour se lancer dans un projet révolutionnaire : la Voiture à Air comprimé !

 

Immédiatement, alors que nous étions peu nombreux à soutenir cette épopée fantastique, tout ce que cette terre compte de collaborateurs du Nouvel Ordre Mondial et d’idiots utiles se mit en chasse pour moquer ce projet extra-ordinaire et le tenter de le torpiller à tout jamais, car il représentait un idéal bien éloigné du monde malodorant du Pétro-dollar et des taxes à qui mieux-mieux.

 

 


 

 

La Voiture à Air Comprimé, un projet révolutionnaire décrié par les lobbies installés


Contre vents et marées, le concepteur de MDI a développé son projet, contre-attaquant autant qu’il le pouvait face à la risée orchestrée par les forces de l’ombre et relayée par une cohorte inépuisable d’idiots utiles, nourris à la propagande depuis leur plus jeune âge, au point de convaincre un grand constructeur mondial en devenir : Tata Motors, qui rachetait une partie des brevets permettant ainsi à Guy Nègre de poursuivre plus aisément l’aventure de l’air comprimé.

 

Aujourd’hui encore, la Société MDI est la cible d’attaques incroyables, au point qu’elle a décidé de réagir et de faire taire les posts qui la traînaient injustement (mais pas sans arrière-pensée) dans la boue.

 

911NWO.INFO a dû suspendre d’ailleurs les commentaires sur plusieurs articles récents que nous avions publiés en soutien à la voiture à Air comprimé tellement certaines attaques – certes minoritaires – restaient violentes dans les commentaires, et l’un des intervenants que nous ne nommerons pas se reconnaîtra comme le symbole de ces attaques ad hominem dénuées de tout fondement scientifique sérieux et reposant de toute évidence sur une propagande manipulatoire déversée à grande échelle sur des cerveaux disponibles.

 

MDI fut ainsi le premier concepteur de voitures à annoncer le moteur hybride Essence (ou autre combustible tel que l’huile de friture) et air comprimé, avec plusieurs modèles déclinés en moteur hybridé.

 

Or aujourd’hui, on apprend que la firme française Peugeot prépare un projet de véhicule à essence  hybridé avec de l’air comprimé, mêlant donc adjonction d’air comprimé dans un processus de récupération d’énergie et carburant classique, avec récupération d’énergie !

 

Un concept renouvelé par un grand constructeur de la Zone France


La mise en circulation de ce véhicule hybride à l’air comprimé est annoncée pour 2016…

 

Curieusement, cette annonce n’a soulevé aucune ironie ni attaque de la part des relais pro-NWO et autres idiots utiles, et même au contraire des éloges dans le clan des sceptiques d’hier, qui tout d’un coup soulignent en choeur les avantages de l’air comprimé sur l’électrique !

 

Evidemment, ce nouveau projet de voiture Hybrid Air développé par le grand constructeur de la zone France PSA est différent du projet MDI, et se base avant toute chose sur le moteur thermique classique. Mais l’objectif reste le même : utiliser l’air comprimé pour réduire nettement la consommation des véhicules tout en améliorant grandement la qualité de l’air…

 

Espérons que désormais le projet de MDI sera enfin respecté et qu’il pourra voir le jour dans les meilleurs délais car son concept est beaucoup plus ambitieux non seulement techniquement, mais aussi financièrement, économiquement et socialement : un vrai projet alter-NWO comme nous l’avions évoqué par le passé.

 

Quant aux très nombreux détracteurs de l’air comprimé, cette annonce de PSA devrait peut-on l’espérer leur clouer le bec pour un bon moment, mais gageons qu’ils trouveront encore des angles d’attaque pour ridiculiser et déconsidérer le projet indépendant d’une part, tout en louant le nouveau projet nwo-compatible d’autre part…

 

En tout cas, nous ne pouvons que nous féliciter d’avoir soutenu depuis de nombreuses années maintenant la solution technologique de la voiture à air comprimé, qu’elle soit intégrale ou hybride, et ces annonces démontrent que nous étions bel et bien dans le vrai, quand nos détracteurs étaient (une fois de plus) dans le faux.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:12

Via : Alter Info

 

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/5157117-7696808.jpg?v=1359104964

 

Après sept ans d’absence à l’étranger, le journaliste Adnan Mossad, originaire du village d’Adja, au sud de la ville de Jénine, est venu voir sa famille. Sa mère l’attendait, avec impatience. Enfin, son rêve de voir son fils allait s’exaucer, mais les occupants sionistes ont insisté à gâcher ce rêve, à voler ce petit espoir, cette petite joie. Ils ont arrêté le jeune homme sur le point de passage d’Al-Karama, alors qu’il retournait d’Egypte, et ils l’ont conduit vers la prison d’Asqalan pour l’interroger.

 

Le crime : voyager

 

Le cas de ce journaliste reflète les souffrances de centaines d’étudiants, d’ouvriers, de voyageurs palestiniens. Les agents des renseignements sionistes les attendent. Ils les dirigent vers la prison, vers l’interrogation. On dirait que le seul fait d’aller à l’étranger représente un crime en soit.

 

Hadj Amin, le père du journaliste, dit qu’ils ne s’attendaient par à ce caprice de l’occupant. C’était un vrai choc : « Nous ne l’avons pas vu depuis des années ».

 

Quelle est sa faute ? Il n’a fait qu’accomplir ses études de journalisme et travailler dans son domaine, avec professionnalisme, comme tout le monde l’atteste.

 

Il est parti vers le Caire pour faire ses études. Il les a finies avec succès. Puis il a travaillé pour plusieurs agences de presse. Il aime bien son métier, dit le père, avec désespoir.

 

Le choc de la mère

 

Sa mère est toujours en état de choc. Elle s’est préparée et a préparé toute la maison pour recevoir son fils chéri. Le 12 janvier, il lui a téléphoné, et lui a dit qu’il était dans la capitale jordanienne et qu’il allait traverser le pont vers la Cisjordanie.

 

Le deuxième appel, la mère l’attendait avec impatience. Mais celui-là n’est pas venu. A l’autre bout du fil, une voix étrange d’un officier de l’occupation sioniste l’a informée que les renseignements sionistes avaient interpellé son fils. Le choc était terrible. Elle a, tout de suite, lancé un appel de détresse aux institutions internationales, aux syndicats égyptiens et palestiniens en particulier, leur demandant de pratiquer toutes les pressions possibles sur les occupants pour libérer son fils arrêté abusivement.

 

Les passages, des pièges

 

Fowad Al-Khafach est un expert dans les affaires des captifs palestiniens. Il transmet à l’envoyé de notre Centre Palestinien d’Information sa remarque d’une recrudescence des arrestations sur le point de passage d’Al-Karama. Les services des renseignements sionistes prennent en piège les jeunes palestiniens, les étudiants en particulier, les menacent, les agressent. Beaucoup d’entre ces jeunes, pour ne pas retomber dans une situation similaire, restent à l’étranger jusqu’à la fin de leurs études, sans voir leurs familles, leurs frères, leurs sœurs, leurs pères, leurs mères, leur patrie.

 

Les étudiants revenant de l’étranger deviennent de plus en plus le sujet d’interpellations, d’interrogations, d’emprisonnements. Cela devient un grand souci pour tous ces jeunes étudiants à l’étranger.

 

Ce ne sont pas seulement les garçons qui sont le sujet de ces arrestations sur les points de passage, mais les étudiantes aussi, termine l’expert.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 17:09

Source : LIESI

 

http://www.alterinfo.net/photo/art/default/5136144-7664967.jpg?v=1358499846

 

La Bundesbank va mettre 7 ans pour rapatrier 300 tonnes d’or jusqu’ici théoriquement stockées dans les entrepôts sécurisés de la Fed. Les Etats-Unis prétendent détenir  8.133 tonnes d’or, plus une grande partie de l’or du Monde. La Réserve Fédérale de New York est supposée conserver dans les 122 caves de son entrepôt souterrain 530.000 barres d’or, dont seulement 34.021 appartiendraient au Trésor Américain. Autrement dit, 495.979 barres d’or étrangères ont été confiées à la garde de cette banque privée américaine. Ces barres d’or pèsent 28 livres, donc 12,7 kilos. Il y aurait donc environ 6,3 ktonnes d’or dans cet entrepôt. L’Or allemand conservé aux Etats-Unis est réparti dans plusieurs entrepôts probablement situés au milieu de bases militaires comme celle de Fort Knox. Sauf que pour défendre le Dollar, les Etats-Unis ont vendu une grande partie leur or sur le marché de Londres en 1968. Ce n’est pas une théorie du complot, c’est tout à fait officiel.


Avec la guerre de Corée, puis l’implication des Etats-Unis dans la guerre du Vietnam, la politique américaine devient de plus en plus laxiste. Certains pays, dont la France, vendent les dollars de leurs surplus d’échanges commerciaux pour encaisser de l’or, mettant le Trésor américain en danger. Tant et si bien que le 1er novembre 1961, à l’instigation de John Kennedy, huit banques centrales créent le « London Gold Pool », pour essayer de contenir la valeur de l’or à 35$. Le principe de fonctionnement est simple. Chaque fois que les investisseurs du marché de Londres se ruent sur l’or, les Banques Centrales vendent de grosses quantités pour faire baisser les cours. Les Etats-Unis doivent fournir 50% de l’or proposé à la vente. Quand l’Or baisse, les Banques Centrales rachètent l’or pour regarnir la caisse commune. Cela va fonctionner parfaitement jusqu’à ce que la France se retire de cette organisation, après le célèbre discours du Général de Gaulle. Dans ce discours, de Gaulle s’élève contre l’Amérique qui s’endette gratuitement sur le dos de l’étranger et rembourse ses dettes en faisant marcher la planche à billets. « Nous estimons nécessaire que les échanges internationaux soient établis comme c’était le cas avant les grands malheurs du monde, sur une base monétaire indiscutable et qui ne porte la marque d’aucun pays en particulier. Quelle base ? En vérité on ne voit pas qu’il puisse y avoir réellement de critère, d’étalon, autre que l’or. »


Joignant le geste à la parole, de Gaulle va non seulement exiger des Américains d’échanger les dollars de la BdF contre de l’or, mais va également rapatrier les réserves conservées par la Fed sur le sol français. En 1967, une attaque sur la livre sterling va obliger la Banque d’Angleterre à la dévaluation. Il s’ensuit une forte poussée spéculative sur l’or, les investisseurs craignant une dévaluation identique sur le dollar. Le London Gold Pool est mis à rude épreuve. Pour contenir la ruée vers l’or, le 5 mars 1968, Londres est obligé de vendre 100 tonnes d’or dans la journée, soit 20 fois plus que d’ordinaire. Le Président de la Fed, William McCesney-Martin déclare alors qu’il défendra les « 35$ l’once jusqu’au dernier lingot ».  Un véritable pont aérien fut mis en place entre les Etats-Unis et Londres. Le mercredi, 175 tonnes furent vendues et 225 tonnes le jeudi. Le vendredi 15 mars, « à la demande des Etats-Unis », le marché de l’or de Londres fut fermé. Sur les autres places restées ouvertes, l’or s’envolait à 44$.


Sachant que dans les 8 derniers jours de trading, la Fed a jeté plus de 1000 tonnes sur le marché, combien de milliers de tonnes d’or a coûté cette bataille de plus de 6 mois au Trésor américain ?

 

Incapables de créer 16 Milliards de Dollars ?


Depuis, la bataille continue sous une autre forme. Sur le seul marché de Londres, ce sont 20 millions d’onces qui sont vendues chaque jour, soit 625 tonnes. Mais ces tonnes d’or n’ont aucune réalité, sinon les Etats-Unis, d’un coup de planche à billets électronique, créeraient 16,32 Milliards de Dollars pour acheter 300 tonnes d’or et les livrer à la Bundes Bank. Cela n’est pas possible, parce que si on cherche à prendre livraison de l’or, cela fait monter les cours. C’est ce qui se passe depuis que la Chine et d’autres acteurs exigent la livraison de physique. Depuis 10 ans, les cours de l’or ont été multipliés par 6,8 passant de 250 à 1700$ et ce n’est qu’un début.


L’Allemagne demandant le rapatriement de 50% de ses réserves d’or, va forcément peser très lourdement sur les marchés. La production mondiale culmine à 2700 tonnes mais les réserves s’amenuisent alors que toutes les banques centrales qui ont été longtemps nettes vendeuses sont devenues nettes acheteuses. Les réserves d’or allemandes ont été en partie louées à des tiers, qui les ont eux-mêmes sous-louées aux commerciaux qui jouent sur les marchés pour contenir le prix de l’or. Nul ne sait aujourd’hui où est l’or de la BuBa ou même l’or de la France. Les différents scandales de ces deux dernières années montrent qu’un lingot dans un entrepôt peut avoir plusieurs propriétaires, chacun d’eux se croyant tous les droits sur cette barre de métal.  Pour finir, comme dans la Fable de La Fontaine « le chat, la belette et le petit lapin »,  Raminagrobis mettra tout le monde d’accord en croquant l’un et l’autre, confisquera l’or des uns ou l’or des autres.


Si vous voulez détenir de l’or, il ne faut le confier à personne. Il ne faut pas non plus le laisser dans le coffre privé, que vous aurez loué dans la salle des coffres d’une banque, car si la banque fait faillite, les coffres sont saisis  et vous ne verrez pas la couleur de votre or, qui servira à dédommager les créanciers de la banque.


Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 13:59

Source : SOTT

 

http://fr.sott.net/image/image/s6/128390/full/hangar_malian_walk_air_n.jpg

 

Traduction : Résistance 71

Alors que les soldats français envahissent le Mali pour un combat visant à repousser l'avancée de militants islamistes, des questions ont d'ores et déjà été posées quant aux motifs derrière cette intervention. L'écrivain et chercheur en géopolitique William Engdahl a dit à RT que les Etats-Unis utilisaient la France comme bouc émissaire afin de sauver la face.

RT: Au moment où la France et le reste de la zone Euro essaient d'enrayer la crise économique, qu'est-ce que Paris cherche par son implication dans un autre conflit à l'étranger ?

William Engdahl: Et bien, je pense que l'intervention au Mali est un autre avatar du rôle de la France dans la déstabilisation que nous avons vue, spécifiquement en Libye l'an dernier et le renversement du régime de Kadhafi. Dans un sens ceci représente le néo-colonialisme français en action.

Mais de manière intéressante, je pense que l'intervention française est en fait la main très puissante du Pentagone américain qui s'est préparé à une partition du Mali, ce qui est en train de se passer, entre le nord du Mali, ou Al-Qaeda et d'autres terroristes sont supposés être la cause de l'intervention militaire française et la Mali du sud, qui est plus une région agricole. Parce que le nord du Mali a vu d'importantes découvertes de pétrole récemment, cela mène directement à penser que cela est en fait très pratique d'avoir ces rebelles armés débordant de la frontière libyenne l'an dernier, au même moment qu'un capitaine de l'armée malienne, entraîné par les Etats-Unis, faisait un coup d'état dans le sud du Mali et installait un régime dictatorial contre un des très peu nombreux présidents africains élus démocratiquement.

Ainsi, cette entreprise porte la marque du commandement américain en Afrique, AFRICOM, et une tentative de militariser toute la région et ses ressources naturelles. Le Mali est une tête de pont stratégique en cela. Il est frontalier de l'Algérie, qui est une des premières priorités de ces interventions variées de l'OTAN de la part de la France, des Etats-Unis et d'autres parties. De plus il y a autour la Mauritanie, la Côte d'Ivoire, la Guinée, le Burkina Faso, tous ces pays représentant des ressources naturelles immenses quasiment inexploitées, que ce soit pour l'or, le manganèse ou le cuivre.

RT: Pourquoi la France fut-elle le premier pays occidental a se retrouver si directement impliquée ? Quel message cette initiative militaire envoie t'elle à ses alliés ?

WE: Je pense que ceci reflète la stratégie du gouvernement Obama: Laissons la France encaisser les coups sur ce problème comme elle l'a fait en Libye et en d'autres endroits cette dernière année et demie et les Etats-Unis eux, vont essayer de jouer un rôle plus discret de derrière la scène, plutôt que de se retrouver au front comme ils le furent en Afghanistan et en Irak, ce qui coûta aux Etats-Unis leur crédibilité au regard du monde. Les Etats-Unis jouent un peu plus un jeu sournois ici, mais la diligence pour les Etats-Unis d'annoncer son soutien à la France et son action militaire ainsi que les actions de l'AFRICOM ces deux dernières années au Mali montrent clairement que ceci est en fait une opération américaine et que la France joue le rôle du petit cadet associé.

RT Dans quelle mesure ce conflit peut-il dégénérer ? Les Français peuvent-ils être mis en échec et qui d'autre pourrait s'impliquer ?

WE: Les autres pays européens n'ont aucun désir de se retrouver impliqués avec leurs troupes dans une situation au sol du type de celle d'Afghanistan. Les Allemands donnent une aide humanitaire et quelques commandos mais franchement, je pense que cette organisation AQMI est très suspicieuse et le timing de ses activités suggère que peut-être quelques pays de l'OTAN sont en train de l'aider à obtenir des armes et ainsi créer un casus belli pour une intervention de l'OTAN. Je pense que nous assistons à un jeu particulièrement cynique se jouant au Mali et que cela est très dangereux alors que l'Afrique est le continent subitement découvert par la Chine, les Etats-Unis, l'Europe et le reste du monde, comme étant le prochain endroit pour sécuriser de vastes ressources naturelles.

­ Une cascade de conséquences

Quand la France a commencé son intervention au Mali, elle aurait dû être préparée à faire face à une "cascade de conséquences inutiles", comme la situation de prise d'otages en Algérie, a dit à RT l'analyste politique Alex Korbel de Contrepoints:

"Nous sommes en train d'échanger une menace potentielle, contre un compte réel de victimes, nous parlons de civils dans ce cas précis", a t'il dit à l'antenne.

Alors que les rebelles engagent les forces, le conflit est voué à déborder sur les pays voisins, ceci peut éventuellement impliquer l'ensemble de l'Afrique de l'Ouest, pense l'analyste. Korbel pense que la France a fait une erreur en s'engageant dans un conflit qui est voué à l'escalade.

"Sommes nous vraiment préparé à combattre dans une guerre en l'Afrique de l'Ouest ? Je ne le pense pas !" a t'il ajouté.

L'opinion publique française ne soutient pas non plus l'approche de son gouvernement, "parce que lorsqu'il fut élu, 64% des Français considéraient que François Hollande ne serait pas capable de gérer une crise internationale majeurs", ajoutant que "bientôt, le public va réaliser que ceci est une guerre inutile et très coûteuse".

L'analyste pense que la France ne peut simplement pas financer cette guerre. "Nous sommes maintenant engagés dans 16 opérations militaires différentes à travers le monde et le Mali est la dernière en date. La dette publique représente un véritable problème et le budget n'a pas été équilibré depuis 1974 (NdT: juste après la loi Pompidou-Giscard sur la Banque de France comme par hasard...), nous n'avons pas un centime pour financer une autre guerre inutile", a t'il dit à RT.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 13:20

Source: lepoint.fr

Trouvé sur : les moutons enragés

 

Le commandement français des opérations spéciales va envoyer des commandos et du matériel pour protéger les sites miniers d’Areva au Niger. Du jamais-vu.


Le site minier d'Arlit exploité par Areva au Niger, attaqué par Aqmi le 16 septembre 2010. Quatre otages français sont toujours détenus.

 

Le site minier d’Arlit exploité par Areva au Niger, attaqué par Aqmi le 16 septembre 2010. Quatre otages français sont toujours détenus. © Issouf Sanogo / AFP


De manière très inattendue, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a donné son accord en début de semaine à une innovation majeure : dans un délai très rapide, le COS (commandement des forces spéciales) viendra renforcer la sécurité des principaux sites d’exploitation d’uranium de l’entreprise française Areva au Niger, à Imouraren, ainsi qu’à 80 kilomètres de là à Arlit, où cinq des actuels otages français du Sahel avaient été capturés par la katiba du chef radical islamiste Abou Zeid en septembre 2010.

 

Jusqu’à présent, les forces spéciales françaises ne participaient pas directement à la sécurité d’intérêts privés. Des fusiliers marins n’appartenant pas aux unités de commandos marine intégrées au commandement des opérations spéciales participent néanmoins à la sécurité de navires – notamment des thoniers – naviguant dans les zones infestées de pirates, dans l’océan Indien et dans le golfe de Guinée.

 

Facteurs de risque accrus

 

La décision d’accorder la protection des forces spéciales à Areva a été prise à la suite de la tentative de sauvetage ratée de l’otage de la DGSE Denis Allex en Somalie, mais aussi après la prise d’otages d’In Amenas en Algérie. Les autorités françaises sont persuadées que ces deux événements s’ajoutant au lancement de l’opération Serval au Mali ont considérablement accru les facteurs de risque sur les installations françaises, y compris industrielles et minières, dans la région.

 

L’extraction d’uranium au Niger est absolument stratégique pour Areva, aussi bien pour l’alimentation des centrales nucléaires françaises que pour la vente de cette précieuse matière à ses clients étrangers. Facteur aggravant, selon le gouvernement français et l’entreprise : elle doit accroître son personnel de façon considérable pour exploiter une nouvelle mine, ce qui fera passer ses effectifs de 25 personnes à plus de 300.

 

La victoire d’EPEE

 

Voici plusieurs mois que les principales entreprises françaises de sécurité privées, qui emploient essentiellement d’anciens militaires, lorgnaient sur le juteux contrat qu’Areva se préparait à passer. Il s’agissait, selon nos informations, de remplacer la société actuellement chargée de ce contrat de protection, EPEE, que dirige Jacques Hogard. Un appel d’offres avait été lancé par la direction de la protection du groupe Areva, que dirige le général Jean-Michel Chéreau. Selon nos sources, ni le gouvernement français ni l’entreprise n’avaient fait valoir de grief à l’égard d’EPEE après l’enlèvement de ses employés à Arlit. Toutes les entreprises de la place attendaient l’ouverture des enveloppes de l’appel d’offres, auquel les sociétés Amarante, Eris, Géos, Opos, Risk & Co, Scutum Security First, entre autres, avaient répondu. Le marché visait à fournir, pour 4 millions d’euros par an, seize personnels de sécurité français expatriés, destinés à encadrer des équipes locales… Un bon connaisseur de ce dossier nous a précisé qu’Areva entendait faire réduire les coûts de ces prestations, mais que plusieurs entreprises soumissionnaires intégraient la reprise des personnels d’EPEE dans leurs propositions.

 

Confirmation de la Défense

 

À la suite de l’enlèvement des employés d’Areva, la société EPEE avait fait savoir que la sécurité d’Areva sur place devrait être renforcée par des forces militaires nigériennes et des forces spéciales françaises. C’est la solution que le gouvernement de François Fillon avait refusée et que celui de Jean-Marc Ayrault vient d’accepter. Une analyse de la situation régionale a fait valoir que l’évolution globale de la situation sécuritaire dans le Sahel nécessite une vigilance accrue dans toutes les installations sensibles employant des expatriés. Les forces spéciales françaises n’interviendront pas gratuitement, et Areva se verra présenter une facture, sans doute assez salée. Contactée le 23 janvier, EPEE n’a pas rappelé Le Point. Mais verra sans aucun doute son contrat renouvelé. Areva nous a dit “ne pas répondre aux questions relatives à sa sécurité”. Une source au ministère de la Défense a confirmé l’envoi de forces spéciales au Niger pour sécuriser les sites d’Areva, mais s’est refusée à toute autre précision.

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 13:02

Source : www.blogapares.com

 

 

Revoilà Big Pharma.

 

Au cours d’un récent entretien, le Docteur David Healy, professeur de psychiatrie à l’université de Cardiff au Royaume-Uni, a dénoncé les compagnies pharmaceutiques qui se font des milliards de dollars en commercialisant des inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, appelés ISRS (Prozac, Paxil, Zoloft, Celexa,…) qui ont selon lui une responsabilité majeure dans les massacres scolaires survenus aux Etats-Unis.  

 

Selon Healy, les médecins scolaires sont enclins à prescrire des médicaments ISRS sans examen sérieux. «Les compagnies pharmaceutiques fabriquent ces médicaments avec l’idée de se faire de l’argent»[...]«Il y a un large éventail de problèmes à envisager avant de prescrire ces médicaments aux enfants. Très peu d’enfants ont des problèmes graves qui justifient un traitement avec des médicaments aussi risqués les médicaments ISRS. »

 

« Les médicaments peuvent rendre les enfants agressifs et hostiles. Les enfants qui prennent des médicaments ISRS sont plus susceptibles de blesser ou de blesser d’autres enfants à l’école»,

 

Healey note qu’il existe une très forte corrélation entre les fusillades de masse et de l’utilisation des médicaments.

 

«Environ neuf fusillades sur 10 de ces fusillades dans les écoles et les fusillades de masse impliquent ces médicaments et on peut envisager alors qu’au moins une proportion significative de ces cas ont été causés par les médicaments »

 

 

Le problème ne risque certainement pas de s’arranger puisque le président Obama, dans une série de 23 notes et de proclamations présidentielles signées la semaine dernière, a appelé les Centers for Disease Control and Prévention (les Centres pour le Contrôle et le Dépistage des Maladies sont chargés de la santé publique) , d’entreprendre des recherches pour examiner la violence armée et explorer des nouveaux moyens médicaux pour contrôler le problème.

Au cours des 10 dernières années, principalement aux États-Unis mais également dans le reste du Monde, le nombre d’enfants et d’adolescents diagnostiqués hyperactifs, maniaco-dépressifs ou bipolaires a augmenté de plus de 4000%. Ainsi, la prescription de psychotropes a elle aussi augmenté de 250% depuis une décennie, touchant en grande partie les enfants en bas âge.

 

La Ritaline est un exemple emblématique de cet empoisonnement légal des enfants.

 

Les multinationales pharmaceutiques ont encore de beaux jours devant eux, entre maladies inventées et médicaments inutiles, le champ des possibles est immense.

 

Auteur : Rédaction blogapares.com

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 12:59

Source : bastamag

 

http://www.blogagroalimentaire.com/dotclear/images/illustrations/ogm-la-recherche.jpg

 

Marche arrière toute. La commission européenne vient de démentir sa volonté de geler les procédures d’autorisation de cultures de nouveaux OGM, contrairement à ce qu’affirmait le titre d’une dépêche AFP largement reprise telle quelle dans les médias. Deux OGM sont actuellement autorisés à la culture dans l’Union européenne, la pomme de terre Amflora de BASF et le maïs Mon810 de Monsanto. Sept demandes d’autorisations à la culture sont en attente : six pour du maïs et une pour du soja.

 

Loin de geler ces demandes de mise en culture, la Commission n’a en fait pas encore décidé les procédures d’autorisation qu’elle allait mettre en œuvre, en lien avec les États membres. « Notre priorité est de nous mettre d’accord sur de nouvelles règles »précise le porte-parole de Tonio Borg, le nouveau commissaire de la Santé et des Consommateurs. Jusqu’à présent, seuls des arguments scientifiques, prouvant un danger manifeste pour l’environnement ou la santé, pouvaient justifier « une clause de sauvegarde », adoptée par huit pays : la France, l’Allemagne, le Luxembourg, l’Autriche, la Hongrie, la Grèce, la Bulgarie et la Pologne.

 

Imbroglio européen


Le nouveau commissaire souhaite relancer les discussions en laissant aux États-membres la possibilité de s’opposer à des cultures d’OGM sur la base d’arguments « socio-économiques », comme par exemple la disparition d’une agriculture paysanne au profit d’une agriculture industrielle. Mais plusieurs pays, dont la France, bloquent cette proposition. Ils considèrent que ces règles pourraient être rejetées par l’Organisation mondiale du commerce et plaident pour le renforcement des évaluations au niveau européen [1].

 

Illustration supplémentaire des divisions européennes sur les OGM : le Commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos, a lancé le 15 janvier une offensive contre les plantes génétiquement modifiées avec l’ouverture d’une consultation pour demander aux Européens s’ils veulent le développement d’une agriculture biologique sans OGM. La consultation est ouverte jusqu’au 10 avril 2013.

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs
pour poursuivre son travail, faites un don.

Partager cet article
Repost0

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment