Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 13:53

Source : Alter-Info

 

Qui nous impose nos lois ?

QUE PROTEGENT NOS LOIS ?
Avons-nous perdu pied ? Avons nous perdu notre humanité ?
Le temps où tous hommes naissaient libres et égaux en droit est-il révolu, les lois que nos anciens ont établi sont-elles encore un exemple de nos jours ?
A la base, les lois n'étaient elles pas faites par les hommes pour protéger celui-ci de ses travers.
Qu'en est-il de nos jours ? L'homme fait-il encore les lois, pour protéger qui cette fois ?
Nous sommes en droit de nous poser cette question et en devoir d'y répondre.

Quand à travers le monde le choix de nos ressources nous soit imposé, que la différence est mise à l'écart parce que jugée inappropriée aux besoins actuels, de quel droit et pour le bien de qui ou de quoi ces décisions sont elles prises ?
Nous sommes en droit de nous poser cette question.

Quand à travers le monde des lois nous interdisent de cueillir telle ou telle plante médicinale, qui protégeons-nous ?
Quand des lois imposent de cultiver telle variété de blé ou de légume et pas une autre, à qui cela profite ?
Quand les médecines parallèles sont dites inefficaces, qui en a jugé ainsi et pour quel profit ?
L'humanité a t-elle perdu le droit de choisir ce qui est bien ou mal pour elle, en a t-elle encore le pouvoir ?

Pourquoi est-il si dur de trouver de nouvelles énergies, pourtant avant le monopole du pétrole il en excitait tout autour du globe et exploitées depuis des siècles, le seul souci, c'est que tout le monde pouvait en profiter et que personne ne pouvait par conséquent en avoir le monopole.
Le monopole des matières premières est devenu une obsession de nos jours, pourquoi et à qui profite t' elle ?
Nous sommes en droit d'avoir des réponses.

Les lois protègent-elles les droits de l'homme ou celles des finances qui nous imposent leurs choix pour leurs propres profits au détriment de notre santé.
Nous devons rester maitre de notre vie, nous en avons le devoir.

Nous avons de devoir de protéger l'humanité de toute sorte de monopole de ressource, de pensée.
N'oublions pas que la différence crée la richesse de notre monde.
Nous avons le devoir de protéger nos droits pour qu'à nouveau les lois protègent l'homme et pas autre chose que celui-ci.
Les lois doivent être faites pour le bien de l'homme et non par des sociétés dont le seul but est de s'enrichir au détriment du bien planétaire.

Qu'adviendra t'il de nous et des générations qui nous succéderont si nous ne faisons rien ?
Soyons responsables face à toutes ces décisions, ne nous enfermons pas dans un mode de pensée unique.
C'est un devoir de nos jours que de prendre conscience du bien humain, car seule cette prise de conscience pourra nous sortir de cette impasse face à laquelle nous nous trouvons.
Nous avons le devoir de prendre en main notre destin, c'est aujourd'hui que se construit demain.
Ne laissons plus les lobbies dicter leurs lois car seule l'humanité à ce droit.

Maintenant, dans quel sens avons nous envie d'oeuvrer ?
Quel monde voulons nous laisser à ceux qui nous succéderont ?
bonne réflexion, 

amicalement C.R.
Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 13:18

Via : SOTT.net

 

La "finance de l'ombre" (shadow banking) est maintenant de la taille de l'économie mondiale. Son volume a fortement augmenté depuis 2008, au lieu de diminuer.

 

 

 

 

Les nouveaux chiffres sont sortis le 18 novembre. La finance de l'ombre, ou "shadow banking", continue de croître au su et au vu des régulateurs. Sa taille atteint aujourd'hui 67'000 milliards de dollars, soit une taille égale à l'ensemble de l'économie mondiale.

On peut la définir comme un système financier parallèle au système bancaire réglementé. Le shadow banking se compense essentiellement de spéculateurs sophistiqués. Son rôle dans les crises de 2002 (Enron, Worldcom) et 2008 (subprime) est avéré. Et pourtant, les gouvernements, en procédant au sauvetage de l'ensemble du système financier en 2008, ont récompensé l'échec de la finance spéculative et incité les spéculateurs déréglementés à poursuivre leurs activités, qui ont augmenté de 5000 milliards depuis la crise !

En cause également, le lobbying efficace à Washington qui met en échec les velléités actuelles de la France et de l'UE de réglementer le shadow banking.

Plus concrètement: des fonds spéculatifs d'importance systémique, ou des banques à haute intensité spéculative (Goldman, Morgan, Deutsche Bank) peuvent connaîte un krach soudain révélé suite à des risques trop élevés accumulés ces dernières années sur ces transactions hors bilan, non répertoriées, opaques, utilisant les instruments dérivés traités hors bourse (et valorisés en montant notionnel à 640'000 milliards de dollars !! (Voir https://www.bis.org/publ/otc_hy1211.htm). Une crise d'illiquidité survenant sur un marché spéculatif (dérivés sur obligataire immobilier, sur devises, ou sur matières premières ou autre) peut déstabiliser la planète financière, qui à son tour déstabilisera la planète de l'économie réelle. On pourrait alors vivre un "bis repetita" amplifié des crises précédentes... Qui sauvera alors le système ?

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 12:07

Source : les mots ont un sens

 

http://3.bp.blogspot.com/-FSpRXAWBQCU/UAKidjKGHAI/AAAAAAAABLM/DmbJuPo_Z0I/s1600/f4.jpg

 

Dans l'obscurité la plus totale, une base de données géante vient de voir le jour en Grande Bretagne. Toutes les informations administratives, scolaires ou comportementales des enfants y sont stockées. Avec possibilité de consultation et d'enrichissement par divers services (police, services sociaux, médecins)...


Capita One - 8 millions d'enfants fichés en Grande Bretagne

Les parents n'ont pas été informés. Pourtant, le système, répondant au doux nom de "One", développé par la société Capita, un gros prestataire du gouvernent, est déjà en place et des milliers de professeurs s'en donnent à coeur joie. Tandis qu'une centaine d'autorités locales est dès à présent en mesure de consulter les données.

 

Tout ce qui peut concerner la scolarité de l'enfant y est enregistré : son adresse, ses fiches de présences, ses notes, son comportement, ses photos, les remarques de l'encadrement scolaire... Ces données pourront être conservées indéfiniment, et... enrichies par d'autres intervenants autorisés : la police ou les services sociaux notamment... Bref, une vaste base de données généralisée où tout pourra être consigné, tout au long de la vie des personnes, et consultable à volonté. La modernité...

 

Les auteurs de Science Fiction n'en reviennent toujours pas, on leur a piqué leur business.


[Sources : thesundaytimes.co.uk, dailymail.co.uk]

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 12:01

Source : BOUDDHANAR

Trouvé sur : Les chroniques de Rorschach

 




Auteur du texte intitulé « Les contes de fée du Tibet », une dénonciation du lamaïsme largement diffusée sur internet, Joël Labruyère traite dans cet article de la conspiration. Les médias officiels n'ont de cesse d'associer le mot « paranoïa » à celui de conspiration. Ils répandent ainsi l'idée que les personnes qui dénoncent les réseaux occultes œuvrant à l'avènement du nouvel ordre mondial ne peuvent être que des malades.

Propos en forme de sermon

Si l'on est sincère, on peut admettre sans difficulté que nous ne savons pas grand-chose de fondamental sur l'organisation du monde. La raison de cette ignorance repose sur notre déconnexion de l'univers. Nous sommes Out ! C'est là le grand secret qu'on veut nous cacher et dont sans relâche, des sages ont tenté de nous avertir au cours des âges. Mais il semble que nous soyons trop obtus ou que le tintamarre de la propagande nous empêche d'entendre la voix de nos Vrais Amis dont nous préférons adorer l'image plutôt que de suivre les judicieux conseils. Mais les faits sont tenaces. Pour ne citer que deux grandes figures Christ et Bouddha. Que sont-ils venus nous dire ? De nous libérer ! Radicalement.

Il n'est donc pas inutile de se rappeler que nous sommes coupés de la source de la vérité universelle. Nous ne captons plus. Si ce n'était pas le cas, nous n'aurions pas besoin de Messagers Divins pour nous remettre sur la voie. Aussi, toute démarche spirituelle digne de ce nom devrait avoir pour but de nous reconnecter à cette source de vérité.

En termes religieux, on appelle la rupture originelle la « chute », et au delà des mythes, c'est la raison pour laquelle nous sommes privés des informations essentielles et, par conséquent, du contact avec la source pure. Nous sommes débranchés du Vrai et livrés au Mensonge qui s'en donne à cœur joie.

Nous avons perdu la mémoire de notre origine, mais grâce au ciel, nous conservons encore la nostalgie d'une vie parfaite, d'un amour suprême et d'une sagesse insondable. Si nous aspirons à cette perfection, c'est parce qu'elle a sa racine en nous. Il y a donc un espoir.

Nous souffrons d'un manque et nous sommes poussés à le combler par des activités qui nous donnent l'illusion d'une vie authentique.

Nous souffrons beaucoup dans ce combat incessant qui va du berceau à la tombe. Nous recevons des coups et en donnons, alors que nous préférerions être remplis d'amour. Nous faisons ce que nous ne voulons pas.

Lorsque notre conscience s'éveille, on réalise que notre misère existentielle découle de nos propres erreurs, et que les ennemis extérieurs sont la projection de nos « démons » subconscients. C'est souvent pénible à admettre car il est difficile de comprendre comment nous nous sommes mis dans de telles difficultés, alors que nous désirons le Bonheur. Parfois, cela semble si inextricable qu'il est inutile d'en rechercher la cause dans le passé car on risque d'oublier que la vie nous offre une grâce salutaire dans l'instant.

Nous avons toujours le pouvoir de modifier la trajectoire de la destinée. Tout peut changer. Cela passe par une démarche intérieure : la vie spirituelle. Nous en avons tous une certaine pratique, quand bien même nous serions sur des chemins différents, sans référence avec une religion répertoriée dans l'annuaire. Nous sommes tous en chemin.

Certains cherchent l'absolu, la perfection et l'immortalité. D'autres, beaucoup plus nombreux, se contentent d'un art de vivre, sans se soucier de l’Éternité. Chacun fait ce qu'il peut à la mesure de la foi qui l'anime.

Nous sommes tous confrontés aux mêmes difficultés : névroses, résistances et illusions. Si les uns pensent que la solution est de reprendre contact avec le divin, les autres se contentent du train-train de plaisirs doublés d'inévitables revers. Et ils en redemandent.

Il y a des obstacles sur le chemin du bonheur, qu'il soit spirituel ou matériel — si toutefois le bonheur terrestre est possible dans un monde où tout ce qui naît doit mourir.

L'obstacle à notre émancipation réelle provient de la densité qui règne ici-bas, car la pesanteur nous oblige à des efforts disproportionnés par rapports aux résultats. Cela use le moral, rend malade et consomme toute notre énergie. Et la mort y met un terme. Les amoureux de la terre et de la matière aiment bien ce jeu, alors que les tempéraments « mystiques » s'y sentent mal à l'aise. Ils en souffrent même beaucoup.

Lorsque nos difficultés intérieures sont plus ou moins maîtrisées, on réalise que le monde environnant nous oppose une résistance énorme pour nous empêcher de sortir du cercle de ses limites. Le système nous tient. Il ne sert à rien de se faire passer pour un sage lorsqu'on est dans les chaînes de l'illusion. Il ne sert à rien de se mentir à soi-même, en s'imaginant être sauvé parce qu'une brise céleste nous a effleuré dans un moment de répit, alors que nous sommes plongés dans l'illusion des apparences.

Il faut apprendre à se connaître intimement, mais il faut aussi comprendre le milieu dans lequel nous vivons. Et cela est assez difficile.

Si l'on ne dispose pas de données exactes sur la situation dont on veut s'extraire, on risque de se tromper sur les issues de secours, car celles-ci pourraient n'être que des trappes au fond d'une impasse. C'est pourquoi, il est indispensable d'étudier le rapport des forces en présence. Hélas, notre éducation nous procure peu d'informations sur le monde et l'univers. Le système nous maintient dans les limites auxquelles notre ego s'identifie. Combien de fables ne nous a t-on pas racontées sur l'histoire de l'humanité ! Mais il faut malgré tout comprendre comment marche ce foutu monde.

Nous ne savons rien d'essentiel sur les hiérarchies qui entretiennent l'évolution de la planète, hormis les notions du catéchisme et les images d’Épinal de l'histoire officielle.

On ne nous apprend pas comment le monde fonctionne derrière les apparences. Sans aller jusqu'à évoquer la métaphysique, on ne sait à peu près rien sur la société ou les corps de l'état, et ce n'est qu'à l'occasion d'un drame que le citoyen découvre avec effarement où il a mis les pieds. Alors, il referme le couvercle. Les secrets de l'existence nous sont cachés. Seuls quelques rares chercheurs transmettent des informations intéressantes, mais qui y a accès ? Les braves gens ne supportent pas les informations sulfureuses, et il traitent ces « prophètes » d'oiseaux de mauvais augure, alors qu'ils creusent des galeries au risque de leur vie.

Toutefois, depuis quelques décennies, un courant d'information souterrain commence à émerger. Il se situe en dehors du contrôle officiel et, n'étant pas inféodé à une idéologie, il ne peut pas être récupéré aussi facilement. La recherche d'informations secrètes est née d'un besoin d'échapper à l'abrutissement de la pensée unique. Mais la vérité est difficile.

Étant comprimé, il est normal que le « conspirationisme » explose parfois en alertes apocalyptiques maladroites. Il faut trier.

On l'appelle conspirationisme car il postule que le monde est contrôlé par des puissances qui complotent dans notre dos. Qui peut le nier ?

Qu’est-ce que le conspirationnisme 


Issu de la mouvance alternative des années 60, le conspirationnisme est un antidote aux fausses évidences du « nouvel âge ».


Si quelqu’un vous parle de la conspiration mondiale pour vous vendre une solution miracle, c’est que vous avez affaire à un charlatan. Car il n’y a qu’un remède. Si l’on veut connaître la paix de l’esprit, on doit changer de conscience !

S’il y a un salut pour le monde, il réside uniquement dans notre capacité de mutation. Mais nul ne le fera pour nous, ni messie, ni avatar, ni extraterrestres, ni maîtres ascensionnés, ni pape ou grand lama…

Face à l’angélisme et à l’idéalisme, le conspirationnisme oppose des constats implacables. C’est à prendre ou à laisser.

L’idée d’une conspiration mondiale n’est pourtant pas nouvelle. On en trouve le modèle dans le Protocole des Sages de Sion qui, à la fin du 19ème siècle, exposait le plan d’un groupe « d’initiés » en vue de faire main basse sur la planète.


La Konspiration ?


La conspiration n’est-elle pas l’essence de la politique ? Si le plan de bataille n’est pas tenu secret, la guerre est perdue d’avance.


Toute entreprise de conquête – commerciale ou politique – nécessite une stratégie secrète, et une révolution a besoin de conspirateurs.

En politique, rien n’arrive au hasard, mais tout se prépare sur le long terme. Les habiles politiciens qui amusent la galerie en façade ne sont que des marionnettes. Cette assertion est l’une des plus importantes du conspirationnisme pour lequel les autorités sont les médiums des « forces noires ».


Etant donné l’état du monde et de la société, on constate que ces puissances n’ont pas en vue le bonheur de l’humanité, mais qu’elle l’exploitent depuis toujours. Cela nous est raconté par des mythes venus du fond des temps. Pour les anciens grecs, « l’homme est le bétail des dieux ». Dans le christianisme, Satan est le « prince de ce monde ». Pour les hindous, c’est l’illusion de Maya qui nous égare. Le « Prince » accorde des privilèges à ses régents et récompense ses serviteurs, les puissants de ce monde. Quoi de plus logique ? N’est-ce pas ainsi que les choses fonctionnent depuis toujours ? Comment est-il possible que nous ne l’ayons pas compris, et qu’à chaque élection truquée, nous faisions comme si c’était pour du vrai ? Nous avons la mémoire courte et une confiance naïve en l’autorité.

Nous avons besoin de déléguer notre pouvoir intérieur à une autorité, fut-elle corrompue et méprisable. Pourquoi ce culte de l’autorité ?

Pour notre défense, admettons que nous avons été conditionnés à nous soumettre par la violence et dans la terreur. Et les choses n’ont guère évolué. La terreur est aujourd’hui scientifique.
Comment ne pas voir que les maîtres du jeu décident de la paix et de la guerre, de la prospérité et de la famine ? Y a-t-il un seul d’entre nous qui aurait eu l’idée de greffer une cellule de scorpion sur un grain de riz ?

On n’a pas besoin d’être prophète pour deviner que le pouvoir terrestre est partagé par quelques groupes exclusifs. Celui qui a des yeux pour voir le comprend dès qu’il est en âge de réfléchir. Mais ce n’est pas facile à cause de la peur atavique qu’on nous a implanté dans une lointaine antiquité.

Les puissants qui s’agitent sous les projecteurs du monde, ont été choisis pour leur personnalité séductrice. On ne les prendrait pas pour des manipulateurs cyniques, adeptes de rites sataniques abjects. La corruption affairiste de façade nous cache le pire. Parfois, le masque des grands de ce monde tombe, mais les masses continuent à les protéger, car ce sont des divinités modernes. Les célébrités remplacent les dieux que le scientisme a évacués du ciel. Voyez l’adoration des stars, qu’on appelle des étoiles en raison de leur charisme luciférien.

Comme le temps bouleverse constamment la stabilité de leur empire, les maîtres du monde doivent s’organiser pour se maintenir durant les cycles de renouvellement des civilisations. Alors, ils inventent des stratégies pour assurer leurs arrières. Ils s’organisent, et vous en feriez autant. Ils négocient avec leurs rivaux.

Les hiérarchies qui contrôlent l’évolution terrestre ne sont concernées que par la survie des systèmes politiques, religieux et culturels. Elles les aménagent régulièrement afin d’en conserver le contrôle. Les maîtres du jeu maintiennent les choses en mouvement en alimentant un conflit perpétuel entre deux camps faussement opposés : les blancs et les noirs. La gauche et la droite. Diviser pour régner. Rien n’arrive au hasard. Tout est politique. L’histoire est scellée par l’exigence de survie des puissances parasitaires qui dominent le monde. Survivre ! C’est le cri qui résonne de haut en bas des plans visibles et invisibles.

C’est hiérarchies doivent se battre pour maintenir leur pouvoir. Or, cela ne leur coûte que notre sang et notre sueur. Et ils en disposent à volonté.

Aujourd’hui, c’est le nouvel ordre mondial qui les mobilise, et l’on entend le cri de ralliement des vautours de Babylone : « Paix et Sécurité ! Démocratie et Progrès ! » Ce sont les grenouilles de l’Apocalypse.

La situation sur notre terre est une anomalie. Des milliards de cœurs aspirent à un bonheur toujours inaccessible. Les maîtres du jeu l’ont compris. C’est pourquoi l’organisation de la civilisation est orientée pour stimuler cette soif de bonheur mais sans jamais y parvenir, bien évidemment. Car les conditions de la matière et de la dualité terrestre ne peuvent pas générer un ordre parfait. Depuis ces derniers siècles, les autorités ont lancé un programme de propagande fondé sur le mythe du « progrès » perpétuel. Avec le rêve du progrès, ils peuvent nous tenir longtemps en haleine. Toutefois, nous disposons encore de notre libre arbitre, bien qu’il soit prévu de nous transformer progressivement en robots. Dans ces conditions, on comprends qu’il n’est pas question d’imaginer un miracle ni un bouleversement qui modifierait radicalement les conditions terrestres.

Voilà pourquoi il est très important que chacun travaille à son émancipation individuelle car la mutation de la conscience est la seule manière de renverser l’oppression. Lorsque nous comprenons que nous devons changer de conscience, la force du changement est là.

Ce qu’il faut bien appeler l’incarcération terrestre nous est rendue acceptable par notre éducation qui nous cache le sens véritable de la vie. Or, dans l’univers éternel, la souffrance et la mort sont des anomalies.

Notre espérance réside dans la guérison de ces conditions morbides. Cela relève d’une révolution de la conscience et non d’une idéologie ou d’une utopie terrestre. Tous les maux et les problèmes trouvent une solution lorsqu’on se tourne vers la vie spirituelle.

On a vaincu le mal quand on a compris que la racine de la souffrance est en nous. Alors, on peut regarder le monde et ses dangers avec sérénité. Ce n’est certes pas joli à contempler lorsqu’on sait ce qu’ils font avec les OGM, mais cela devrait décupler notre désir d’élévation spirituelle. Si nous ne changeons pas intérieurement, rien ne changera, et si nous ne le faisons pas personnellement, personne ne le fera. Face aux conspirateurs du nouvel ordre mondial, devenons des conspirateurs célestes.  


Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 13:57

Source : Les moutons enragés

 

Le film « Tous cobayes ? » de Jean-Paul Jaud dessine un parallèle saisissant entre deux technologies mortifères, le nucléaire et les OGM, et met en lumière la désinformation et la censure qui les entourent.

Les réalisateurs donnent la parole à de nombreuses personnes qui agissent pour faire connaître les réels impacts sanitaires de l’atome, du Mouvement pour l’Indépendance de l’OMS aux fermiers de Fukushima.


 

De 2009 à 2011, et dans le secret le plus absolu, le Professeur Gilles-Eric Séralini a mené une expérience aux conséquences insoupçonnables, au sein du CRIIGEN*. Il s’agit de la plus complète et de la plus longue étude de consommation d’un OGM* agricole avec le pesticide Roundup faite sur des rats de laboratoire et les conclusions qui vont en être tirées sont édifiantes…

 

 

 

 

Après le terrible accident de Tchernobyl en avril 1986, l’invisible poison nucléaire a resurgit avec l’explosion de la centrale de Fukushima en mars 2011 faisant des dégâts matériels, humaines et écologiques innommables.  

OGM, Nucléaire : L’Homme s’est approprié ces technologies sans faire de tests sanitaires ni environnementaux approfondis alors que la contamination irréversible du vivant est réelle. Serions-nous tous des cobayes ?

 

* Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le génie Génétique.

* Le Maïs NK 603 de Monsanto, cultivé sur 80% du sol américain, importé en Europe avec le pesticide Roundup


Retrouvez toutes les villes où des projection-débats sont déjà programmées sur www.touscobayes-lefilm.com (remis à jour chaque mercredi).


Informez et participez à la diffusion en organisant des projection-débats près de chez vous !


- contact@jplusb.fr
- Tel : 01 34 75 83 06


source : Réseau « Sortir du nucléaire  publié par actuwiki.fr

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 14:01

Source : Info Libre

 

 

 

 

Infos internationales

Économie

Santé / Environnement

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 09:34

L'échelle de Jacob

 

Attention, danger ! "Nous sommes sur un baril de poudre !" s'inquiètent la plupart des experts agricoles français. La France importe quasiment la moitié des protéines végétales consommées par ses animaux. Problème : le soja, qui représente l'essentiel de ces importations, a vu son cours doubler ces derniers mois, à plus de 500 dollars la tonne. Tout aussi inquiétant : les agriculteurs ne peuvent plus se passer des OGM, puisque la quasi-totalité des importations vient du Brésil et d'Argentine, où le soja génétiquement modifié est la norme.

Dépendance étrangère 50%

Comme le souligne Christian Huyghe, directeur scientifique adjoint à l'Institut national de la recherche agronomique, "aujourd'hui, les agriculteurs prennent conscience que le système les expose beaucoup à la volatilité des prix, et que leur autonomie est toute relative". Comment en est-on arrivé là ? La France peut-elle reconquérir son indépendance ? Quel serait le prix à payer par les éleveurs et les consommateurs ? Décryptage. Une alimentation conçue pour doper les rendements

A l'origine, il y a la quête sans fin de rendements plus élevés : des poulets prêts à consommer en cinquante jours au lieu de cent cinquante dans les années 50, des vaches qui produisent 8 000 litres de lait par an au lieu de 2 000, des poules qui pondent 250 œufs par an contre 130 dans les années 20... En un demi-siècle, les animaux de la ferme n'ont cessé de battre des records. Au cœur de cette évolution, les progrès de la génétique, bien sûr, mais aussi une alimentation calibrée, comme celle des athlètes de haut niveau, et dopée en protéines. Pour atteindre les meilleurs rendements, on fait consommer aux bœufs, en plus des céréales et du fourrage, 5 à 15 % de tourteaux, ces résidus solides riches en protéines obtenus après l'extraction de l'huile contenues dans les graines de soja, de tournesol ou de colza. Dans les systèmes intensifs de l'ouest de la France, ce taux atteint 25 % pour les vaches laitières.  
 
La flambée du tourteau de soja 
Les cours se sont envolés sur les marchés mondiaux, progressant plus vite que ceux du baril de pétrole.

L'Hexagone comptant 19 millions de bovins, l'"addition" pèse lourd. Et, dans le cas des élevages de porcs et de volailles, le recours aux tourteaux est encore plus systématique, car il s'agit d'animaux à croissance rapide. Résultat : les animaux d'élevage engloutissent 3,5 millions de tonnes de protéines par an, alors que la France n'en produit que 2 millions. "Notre dépendance dans ce domaine sera un sujet majeur des décennies à venir", affirme Michel Boucly, directeur général adjoint de Sofiprotéol.

Alors que la planète compte déjà 7 milliards d'habitants, qu'elle en comptera 2 de plus d'ici aux années 2040-2050, et que les habitudes alimentaires changent rapidement dans des pays comme la Chine ou l'Inde, avec un engouement des classes moyennes pour le lait et la viande, "nous risquons de nous retrouver dans une impasse", s'alarme-t-il en agitant une courbe retraçant l'envolée des cours du soja. "Ils augmentent plus vite que ceux du pétrole, c'est dire !"

La France peut miser sur le colza et les pois
REUTERS/Robert Pratta

En France, on n'a pas de pétrole, mais on a des terres agricoles. Seule solution pour sortir de la dépendance à l'égard du soja transgénique : développer les cultures alternatives que sont les légumineuses (pois, féverole, luzerne, lupin...) et les oléagineux (colza et tournesol...).

Riches en protéines, ces plantes sont bien adaptées au climat français - contrairement au soja -, et la France est loin d'avoir exploité tout leur potentiel. Seul bémol : pour les agriculteurs, il est plus risqué de cultiver ces graines que d'acheter du soja. Exemple avec le colza. On en produit 2 millions de tonnes par an, près de 700 000 il y a dix ans. Mais ce boom n'a rien à voir avec l'agriculture : il repose sur la volonté de l’État de développer les biocarburants.

A l'origine, la vente de tourteaux pour les animaux n'était qu'un à-côté peu lucratif. Si l'utilisation des agrocarburants s'effondrait, la production de tourteaux suivrait, et la France serait encore plus dé-pendante des importations de soja.

Pour les légumineuses, le problème réside dans la concurrence entre alimentation humaine et alimentation animale. En 2011-2012, les agriculteurs français ont consacré 245 000 tonnes de pois à la nourriture de leurs élevages. Dans le même temps, ils en ont exporté bien plus (340 000 tonnes) pour profiter de débouchés, comme l'Inde, où le pois est un aliment traditionnel. Avec la hausse tendancielle des cours du soja, les éleveurs français pourraient bien devenir des clients intéressants. Qui alors nourrira l'Inde et l’Égypte ?

Au-delà de coûts prohibitifs pour les agriculteurs français s'ils veulent maintenir la performance de leurs élevages, se pose la question de l'opinion publique. "Comment vont réagir les consommateurs quand ils découvriront qu'une bonne partie de leur viande, de leur lait et de leurs oeufs a été produite par des animaux dopés aux OGM ?" s'interroge Michel Boucly. L'Europe pourrait finir par importer ses volailles

C'est toute l'architecture d'une agriculture productiviste qui serait alors remise en cause. Pour l'instant, l'Europe et la France préfèrent fermer les yeux sur cette question explosive. Tout en sachant qu'à court terme le continent européen est pieds et poings liés. Que se passerait-il si l'Europe décidait du jour au lendemain de stopper ses importations de soja OGM ? Dans une récente étude, les experts de la Commission européenne livrent une réponse catastrophiste : le prix de l'alimentation pour les animaux d'élevage bondirait de 600 %. L'année suivant l'arrêt des importations, la production de poulets chuterait de 29 %, et celle de porcs, d'environ 35 %. D'exportatrice, l'Europe deviendrait importatrice de volailles, avec comme conséquence une hausse des prix et une chute de la consommation de 26%. Reste à savoir qui sera prêt à payer ce prix...

Source
Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 09:28

911NWO

 

Les élites économiques appellent l’argent « la cristallisation de confiance » : bien qu’elles se passeraient très volontiers de l’argent palpable composé essentiellement de billets et de pièces de monnaie, lui préférant de très loin la monétique beaucoup plus facile à maîtriser et à tracer, les élites savent qu’elles ne pourront pas effacer des us et coutumes multi-séculaires, voire multi-millénaires !

 

C’est dans ce contexte obligé que les élites européistes ont décidé de renouveler l’ensemble de la gamme des billets de banques en circulation en Europe, pourtant présentés comme infalsifiables et mis en circulation il y a à peine 1 an…

 

Y verrons-nous des pyramides illuminaties ou des symboles maçonniques ?

 

Pas forcément, et pas exactement : pas plus que nous n’y rencontrerons des croix ou des églises, bien évidemment, malgré l’histoire bi-millénaire de l’Europe largement fondée sur la chrétienté, nous ne devrions pas y retrouver des signes trop ostentatoires de l’idéologie élitiste dominante, mais plutôt des symboles NWO-compatibles !

 

Illustration : Vous connaissiez l’Homme nu chevauchant un cheval (symbole du CFR)…


Car « nos » puissants cerveaux disponibles se sont creusé les méninges pour symboliser leurs projets sans se voir accuser d’outrances illuminaties et néo-mondialistes par les débunkers de plus en plus nombreux sur internet (une très bonne nouvelle en soi), et ils ont eu l’illumination de remonter à la période antérieure à la chrétienté pour puiser leur inspiration dans la mythologie, tout simplement.

 

Europe était à l’origine une déesse de la mythologie grecque dont le nom servit à nommer le continent précisément… « européen ». Et c’est elle qui devrait, avec toute sa tribu pas très catholique, bientôt orner nos valeureux billets de banques, avec le dévoilement des nouvelles coupures le 10 Janvier 2013.

 

…Vous connaitrez sans doute bientôt la femme nue (Europe) chevauchant un taureau, déjà en circulation sur les pièces de 2 euros en Grèce, et peut-être bientôt sur les billets de 5 Euros dans toute l’Europe, réponse le 10 Janvier ! 2013


Une bonne façon de remonter très, très en arrière, aux plus anciennes racines de l’Europe, tout en effaçant du même coup – en tout cas symboliquement – plus de 2000 années de Chrétienté !

 

A moins bien évidemment qu’il ne s’agisse une fois de plus que d’une pure coïncidence…

 

Et comme toujours à chacun et chacune de se forger sa propre opinion !

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 09:14

 

Nouveau lien VO

Autre lien toujours en VO

 

Attack of the Drones - USA

 

Ils peuvent se déplacer ensemble en essaims, fabriquer des tours, danser, jeter et attraper, évaluer des objectifs et bientôt seront capables de prendre eux mêmes des décisions. A la fois à la guerre et à la maison, les drones se développent rapidement et prennent le contrôle.

 

Les écrans situées dans une base des l'US air force verrouillent une voiture civile roulant sur un route au Nouveau Méxique.

"Nous ne simulons pas ou les faisons réellement participer, c'est juste un entrainement à suivre une cible mouvante".

La question : "Avec leur permission ?" est suivie d'une pause embarrassée et la réponse hésitante : "Nous les suivons simplement avec une caméra".

 

En train de devenir une pratique acceptable, de plus en plus la police utilisent également des drones pour surveiller les zones civiles pour les criminels. L'US air force forme en ce moment plus de pilotes "sur sièges" que de pilotes traditionnels, faisant craindre que la guerre devienne "juste un grand jeu d'ordinateur", permettant aux pilotes de tuer quelques combattants talibans et ensuite de rentrer à la maison pour le dîner.

 

Docu en Anglais

 

Robot Wars - USA

 

On estime que le travail d'une cinquantaine de soldats américains est maintenant fait par un robot. Parce que l'utilisation de la technologie dans la guerre se développe, ce rapport va à la recherche de la vérité au sujet de ces "nouvelles recrues" de l'armée US.

 

Doc en anglais

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 13:21

Ekonomico 22-10-2012

 

http://www.ekonomico.fr/wp-content/uploads/2012/10/islande_g%C3%A9othermie_photoRyanTaylor1986.jpg

 

Ce week-end, les islandais votaient. Dans une démarche originale visant à placer le citoyen au centre des décisions, les islandais se sont prononcés à 68,3% en faveur d’une nouvelle constitution.


En marge de ce référendum sur le système politique de leur pays, les Islandais étaient également appelé à  voter « oui » ou « non » à plusieurs propositions afin de préciser le contenu de leur constitution. Parmi ces propositions, une concernait la propriété des ressources naturelles.

 

80% des votants se sont prononcés pour que les importantes ressources naturelles du pays soient déclarées propriétés publiques, si elles n’appartiennent pas déjà à des sociétés privées.

 

Avant d’être adoptés, les choix des islandais devront être approuvés par le Parlement à deux reprises.

 

Particulièrement touchée par la crise bancaire de 2008, l’économie islandaise est en phase de reprise. Mais le vote de ce week-end concernant les ressources naturelles traduit bien la méfiance persistante des islandais vis-à-vis du secteur privé.

 

Dans une dynamique contraire à celle de la zone euro, l’Islande s’était déjà singularisée en refusant de renflouer les banques du pays en faillite.

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:34

L'échelle de Jacob

 

 
Pauvreté - 7,9 millions de Français vivent avec moins de 880 euros par mois. Ce taux représente 13,2% de la population.

Aujourd'hui, en France, des millions de personnes vivent encore sous le seuil de pauvreté avec moins de 682 € par mois. Le niveau d'études et le travail ne protègent plus.

Dans ce contexte, n'importe qui peut se retrouver du jour au lendemain dans une situation précaire.

Si les chiffres officiels sont alarmants, les remontées du terrain sont pires encore.

Le Secours populaire soutient 1,4 million de personnes démunies et la fréquentation de ses permanences d'accueil augmente. Mais au-delà des statistiques, ce sont les conditions de vie des plus fragiles qui se dégradent. L'angoisse du lendemain, combinée aux besoins matériels, démultiplie les risques de dérive.

Nous brisons la loi du silence et nous alertons sur les difficultés de millions de Français.
Les plus pauvres se heurtent trop souvent à un mur d'incompréhension et à l'indifférence.
La honte et la peur obligent trop de familles à taire leurs difficultés et à cacher leur situation.
La parole doit leur être restituée et des réponses existent.

La pauvreté change de visage mais fait toujours autant de ravage.
 

La nouvelle pauvreté n'accable plus seulement les chômeurs, les SDF, mais également ceux que l'on nomme désormais les travailleurs pauvres, les familles monoparentales, et même les étudiants et les retraités.

Leurs conditions de vie déjà difficiles s'aggravent irrémédiablement pendant la période d'hiver et le froid.


Soyons solidaires.

On se dit " aujourd'hui c'est eux, et demain, peut-être nous ? "
Avec la précarisation grandissante, la pauvreté nous concerne tous. Ce constat doit nous amener à encore
plus de solidarité. En aidant notre voisin, de façon citoyenne, nous lui permettons de s'en sortir la tête haute et nous favorisons le développement de solutions utiles à toute notre société.


Environ 30% des familles monoparentales, essentiellement constituées d'une mère et de ses enfants, vivent dans la pauvreté. C'est dans les villes de plus de 20.000 habitants, hors agglomération parisienne, que le taux de pauvreté est le plus fort.

Niveau de vie plus faible des moins de 25 ans

En terme d'âge, les jeunes de moins de 25 ans ont un niveau de vie plus faible que le reste de la population .

Il n’y a pas plus de pauvres en France, mais la pauvreté de ceux qui sont pauvres s’intensifie, ils sont de plus en plus pauvres.

............à vérifier dans les prochains mois, car il me semble qu'il y a des nouveaux pauvres !!! et de nouveaux exclus !!!

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:08

Agoravox

 

http://img.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L300xH215/Ou_est_passe_l_argent-2-1b75f.jpg

 

Le rapport Gallois qui vient à peine d’être dévoilé a reçu un sérieux renfort avec la publication du rapport annuel du FMI (Fonds monétaire international), lequel prône à son tour des mesures ultralibérales.

 

Selon une antienne désormais bien connue, l’institution financière, partant du constat que la compétitivité de notre pays était en perte de vitesse, a en effet tiré la manche de l’Élysée et du gouvernement pour que ces derniers suivent ses recommandations… Sous peine de voir l'Italie et l'Espagne, qui ont par ailleurs entrepris des réformes si profondes que la pauvreté et le chômage y explosent à vue d’œil, nous damer le pion.

 

« Les perspectives de croissance de la France demeurent fragiles en raison de la faiblesse des conditions économiques en Europe, mais la capacité de la France à rebondir est aussi contrainte par un problème de compétitivité », a ainsi annoncé le FMI dans son rapport du 29 octobre 2012 et publié le 5 novembre 2012.

 

Pour l'essentiel, l'organisation mondialiste basée à Washington estime que le redressement de notre compétitivité passe par trois chantiers : 

 

- la réduction de la dette publique (autrement dit, le démembrement de tous les services publics),

 

- la correction des dysfonctionnements du marché du travail qui entravent l'investissement, l'emploi et, en fin de compte, la croissance pour accroître la concurrence dans le secteur des services (on ne peut pas être plus clair). Le FMI suggère ainsi de transférer le coût des allégements de cotisations patronales vers les taxes indirectes (par exemple la TVA)… au risque de voir l’addition devenir encore plus salée pour les classes populaires,

 

 une rationalisation de la fiscalité de l’épargne pour assurer un financement adéquat à long terme des entreprises, y compris le financement en actions. Un non-sens quand on sait que la masse salariale a été multipliée par 3,5 en trente ans alors que les dividendes versés aux actionnaires l’ont été par 20 sur la même période (données Insee).

 

Les technocrates de la finance ne manquent pas au passage de distribuer des bons points en « saluant particulièrement le gouvernement sur le dialogue social qu’il a mené jusqu’ici (sic) avec la participation des partenaires sociaux. Ce dialogue doit constituer une chance unique, qui ne doit pas être ratée, de parvenir à une masse critique de réformes qui permettra d’améliorer la compétitivité de l’économie française et d’accroître sa capacité à créer des emplois ».

 

Autrement dit, le mot d’ordre que les argentiers lancent à Paris est de continuer la politique menée jusqu’ici par le gouvernement socialiste et de créer un système dans lequel l’embauche et le licenciement seront terriblement facilités au détriment des salariés et des jeunes arrivant sur le marché de l’emploi. Le FMI exigera à terme, on peut lui faire confiance, un marché du travail très flexible et moins coûteux pour le patronat avant d’imposer toute une série de réformes impopulaires destinées à porter un coup fatal au code du travail.

 

Autre mesure suggérée par l’organisation mondialiste basée à Washington aux instances dirigeantes françaises : « la modération salariale, notamment en matière de réévaluation du SMIC ». « Comme le montrent de nombreuses études (faites par qui et pour qui ? – NDLR), le niveau du SMIC, son uniformité sectorielle, et son mécanisme d’indexation contribuent aux difficultés que connaissent les personnes peu qualifiées et les jeunes à entrer dans le monde du travail ». Il faut se pincer pour le croire ! Le chancelier allemand Gerhard Schröder (social-démocrate de son état…) n’avait-il pas libéralisé le marché du travail en son temps, permettant aux employeurs de payer des salaires de 400 euros mensuels aux salariés ou d’un euro par jour aux chômeurs de longue durée ? Ce n’est ni plus ni moins la même rengaine que le FMI nous ressert dix ans après.

 

Rien de neuf donc sous le soleil plombé de la finance internationale qui veut imposer des sacrifices aveugles aux travailleurs français après s’être fait la main en Grèce et en Espagne. Gageons que le retour du bâton sera pour nos banquiers, nos bourgeois et leurs collaborateurs à hauteur des préjudices subis.

 

Capitaine Martin


http://www.resistance-politique.fr/...

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:04

BUENOS AIRES (Reuters)

 

http://l.yimg.com/bt/api/res/1.2/6VcoFk7fERtlYii4kjmSBQ--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Zmk9aW5zZXQ7aD0yOTE7cT04NTt3PTQ1MA--/http://media.zenfs.com/en_us/News/Reuters/2012-11-09T065300Z_1_APAE8A80J4E00_RTROPTP_2_OFRWR-ARGENTINE-MANIFESTATION-20121109.JPG

 

Des centaines de milliers d'Argentins ont manifesté jeudi dans les principales villes du pays pour dénoncer la politique menée par la présidente Cristina Fernandez.

 

Facilement réélue il y a un an, la présidente de la seconde économique sud-américaine a vu sa popularité chuter sur fond de ralentissement économique, d'inflation estimée à 25% par an et de criminalité en hausse.

 

"Nous sommes descendus dans les rues car nous en avons assez du crime, assez de nous faire vider les poches. L'inflation est en train de nous tuer, nos pensions ne suivent pas", explique Daniel Gonzalez, un enseignant à la retraite de 70 ans, croisé dans le cortège des manifestants à Buenos Aires.

 

Dans la capitale, le rassemblement a réuni 700.000 manifestants, selon le département de la Justice et de la Sécurité de la ville. D'autres cortèges ont sillonné les villes de Rosario, Cordoba et Salta.

 

Les manifestations de jeudi n'ont pas été organisées par des partis politiques structurés, mais sont le fruit d'appels à la mobilisation relayés sur les réseaux sociaux.

 

Dans l'administration, des responsables dénoncent une agitation entretenue par l'extrême droite.

 

"Nous manifestons contre le gouvernement de Cristina pour qu'elle nous écoute. Elle n'est pas infaillible, contrairement à ce qu'elle prétend être. Avec une telle arrogance, nous n'irons nulle part, nous sommes déjà isolés dans le monde par le fait de sa politique", dit Pedro Dominguez, un médecin portègne de 56 ans.

 

En limitant les importations, le gouvernement argentin s'est mis à dos les partenaires commerciaux de l'Argentine. La prise de contrôle de la compagnie d'énergie YPF aux dépens de l'espagnole Repsol a tendu les relations avec Madrid.

Des opposants affirment aussi que la volonté gouvernementale de démanteler l'empire médiatique du groupe Clarin, au nom de la lutte contre les monopoles, constitue en fait une attaque contre la liberté d'expression.

 

Elue en 2007, Cristina Fernandez a été réélue en octobre 2011 avec 54% des voix, recueillant les fruits de l'expansion économique, de bonne tenue du marché de l'emploi et d'importants programmes sociaux.

 

La constitution l'empêche de briguer un troisième mandat consécutif, en 2015. Mais des médias argentins affirment que certains de ses alliés politiques pourraient être tentés de faire modifier la loi fondamentale du pays pour lever cette impossibilité. Aucun commentaire émanant de responsables du pouvoir n'a officialisé cet hypothétique projet.

 

Henri-Pierre André pour le service français

 

 


 

Liens utiles..

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment