Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:15

vue-d-ensemble-du-geoglyphe-en-forme-d-animal-decouvert-en-.jpg

Vue d'ensemble du géoglyphe en forme d'animal découvert en Russie (Crédit photo : 2012Geoeye/ 2012 GIS Innovatsia/Google Earth)

 

Un énorme géoglyphe en forme d’animal a récemment été découvert en Russie, dans les montagnes de l'Oural, au nord du Kazakhstan. Selon les experts, le motif pourrait être le prédécesseur des fameuses figures de Nazca du Pérou.


Étendu sur près de 275 mètres de long, soit deux terrains de football, une figure tracée à même le sol a été découverte près du lac Zjuratkul situé dans les montagnes de l’Oural, en Russie. Le géoglyphe représente un animal, un cerf ou un wapiti, avec un museau allongé, quatre jambes et deux ramures sur la tête. Pour apprécier le dessin dans son intégralité, il faut se rendre sur la crête la plus proche. C’est toutefois à partir d’images satellites que celui-ci a été découvert pour la première fois.

 

A l’époque, les chercheurs avertis par un homme, Alexander Shestakov, ont envoyé un hydravion et une équipe en parapente pour étudier la structure. "Lorsqu’on l’a examinée pour la première fois, celle-ci était blanche, légèrement brillante sur un fond d’herbe verte" explique à LiveScience Stanislav Grigoriev, chercheur à l’Academy of Sciences Institute of History & Archaeology de Russie. Aujourd’hui, la construction est recouverte par une légère couche de terre liée aux travaux d’excavation.

 

Les travaux de terrain, conduits par l’archéologue et son équipe, ont débuté l’été dernier. Des analyses approfondies ont alors permis d’en savoir plus sur la composition du glyphe et quand celui-ci a été réalisé. Selon les experts, la figure serait le fruit d’une "culture mégalithique". Une hypothèse encouragée par la présence de centaines de sites mégalithiques situés à proximité, dans l'Oural. Les observations indiquent qu’il s’agit d’une structure assez élaborée avec de grosses pierres sur les bords et des plus petites à l’intérieur.

 

Les fouilles ont par ailleurs permis de retrouver une quarantaine d’outils en pierre, servant pour creuser et hacher. Le travail de la pierre semble être caractéristique de l’énéolithique, une période située entre 4.000 et 3.000 ans avant JC. Si cette datation s’avère correcte, le géoglyphe serait encore plus ancien que les fameuses lignes de Nazca du Pérou, réalisée vers 500 avant JC. Des études actuelles sur les pollens du site permettront de confirmer l’hypothèse.

 

le-geoglyphe-russe-s-etend-sur-pres-de-275-metres-de-long-s.jpg

Le géoglyphe russe s'étend sur près de 275 mètres de long, soit deux terrains de football (Crédit photo : 2012Geoeye/ 2012 GIS Innovatsia/Stanislav Grigoriev

 

cette-image-retrouvee-dans-l-historique-de-google-earth-pre.jpg

Cette image retrouvée dans l'historique de Google Earth présente le géoglyphe russe en 2007 avec une potentielle queue (Crédit photo : 2012Geoeye/ 2012 GIS Innovatsia/Google Earth)

 

 

geoglyphe-les-observations-indiquent-qu-il-s-agit-d-une-str.jpg

Géoglyphe : les observations indiquent qu'il s'agit d'une structure assez élaborée avec de grosses pierres sur les bords et des plus petites à l'intérieur (Crédit photo : Stanislav Grigoriev)

 

le-sabot-de-l-animal-represente-par-le-geoglyphe-est-compos.jpg

Le sabot de l'animal représenté par le géoglyphe est composé de petites pierres concassées et d'argile (Crédit photo : Stanislav Grigoriev)

 

un-bout-du-museau-de-l-animal-represente-par-le-geoglyphe-e.jpg

Un bout du museau de l'animal représenté par le géoglyphe en Russie (Crédit photo : Stanislav Grigoriev)

 

beaucoup-d-outils-en-pierre-ont-ete-retrouves-sur-la-struct.jpg

Beaucoup d'outils en pierre ont été retrouvés sur la structure. Ceux-ci auraient servi principalement à l'extraction de l'argile (Crédit photo : Stanislav Grigoriev)

 

 

 

 

Source : Maxiscience


Maxime Lambert, publiée le 12 octobre 2012

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 13:01

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://media.paperblog.fr/i/173/1739028/civilisation-avancee-10-000-ans-avant-j-L-1.jpeg&sa=X&ei=Aj99UOWZFKaW0QWCn4G4Ag&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNHj-kb4adjDfeNP8bh8zwy-0X1_Vw

 

Les égyptologues mis en défaut par Franck Domingo, John West, Graham Hancock et Robert Bauval. Les technologies modernes permettent une meilleure compréhension de la façon dont ont été construites les pyramides et de l’époque où cela a été réalisé.

Malgré cela, l’histoire n’est pas prête à être réécrite...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 10:04

Article reprit sur : les découvertes archéologiques


Des archéologues sont entrain de mettre à jour une ancienne capitale Ptolémaïque monumentale en Egypte, où le commerce fleurissait il y a 2000 ans.




Vue des restes à Tél Timai. photo: Robert Littman et Jay Silverstein


Une équipe d'archéologues et d'étudiants sont entrain de fouiller un site dans la région du delta du Nil en Égypte où, en plein désert, des ruines témoignent encore d'une importante ville portuaire qui a prospéré au 2e et 1er siècle avant J.-C.

Près de la ville actuelle d'El-Mansoura, des ruines visibles marquent l'endroit de ce qui reste de la ville de Thmuis, une ancienne ville portuaire et capitale des Ptolémées.
C'est à cet endroit qu'une équipe d'archéologues et d'étudiants dirigés par le professeur Robert J. Littman de l'Université d'Hawaii et le Dr Mohamed Kenawi du Centre des Etudes Hellénistiques d'Alexandrie, sont entrain de déterrer des éléments architecturaux et des artéfacts dans différentes zones: un secteur de «sauvetage» au Nord; une zone identifiée comme le Forum Est de l'acropole de la ville, et, à partir de Décembre 2012, un probable temple ptolémaïque.

"Peu de fouilles ont été faites à Tell El-Timai (Thmuis)", rapporte Littman, "mais du matériel significatif a été découvert, ce qui indique le potentiel du site. C'est l'un des rares endroits dans la région du Delta où des papyri ont été trouvés. A la fin du 19ème siècle, Edouard Naville a découvert ce qu'il considérait comme une bibliothèque dans une maison romaine. Malheureusement, il n'a pas indiqué sa localisation. Il a tenté, sans succès, de conserver et transporter les papyri. Malheureusement, seuls quelques-uns ont survécu: ce sont des données administratives. Un certain nombre de statues de marbre et de petits bronzes, et de magnifiques sols en mosaïque hellénistique et romaine, aujourd'hui au Musée égyptien du Caire, et au Musée gréco-romain d'Alexandrie, témoignent de la richesse et de l'importance de la ville."


Le nom de Thmuis était référencé dans les Histoires d'Hérodote.

Après avoir visité l'Egypte au milieu du 5ème siècle avant JC, il a énuméré les nomes (circonscriptions administratives de l'Ancienne Égypte) d'où venait la classe militaire.
Mendes (l'ancienne grande ville voisine qui fut d'abord la capitale) et Thmuis sont mentionnées, ce qui indique que les deux villes ont prospéré de façon indépendante à cette époque.

Les fouilles archéologiques à Mendes suggèrent qu'au 4ème et 3ème siècle avant JC, la population avait considérablement diminué. Ce mouvement s'est accompagné d'une hausse de l'importance de Thmuis, qui florissait au cours de la période ptolémaïque (4ème au 1er siècle avant JC) et devint la capitale du nome Mendésien.

"Thmuis est à environ un demi-kilomètre au sud de Tell el Rub'a, le site de l'ancienne ville de Mendes", rapporte Littma, "Mendes était la ville dominante dans le delta pendant la majeure partie de l'histoire de l'Egypte, de la fin du quatrième millénaire jusqu'au IVe siècle avant J.-C., en partie parce qu'il était un port important. Apparemment, le cours du Nil s'est décalé pendant le cinquième et quatrième siècle, et Mendes, ayant perdu sa base économique en tant que port, a été progressivement abandonnée pour Thmuis, où le cours de la rivière avait déménagé, et où un port a été construit."


La ville elle-même est mentionné au cours de la période de la Guerre des Juifs (66-70 après J.-C.).

Le livre "La guerre des Juifs" de Flavius Josèphe (édité vers 75/80 après JC) raconte que le futur empereur Titus naviguait avec son armée près d'Alexandrie par le Nil le long du nome Mendésien. il débarqua son armée à Thmuis pour lancer une marche sur Jérusalem. Cela indique un port important à cet endroit.

Au 2ème siècle après JC, nous retrouvons Thmuis comme capitale des nomes Mendésiens, à une époque où le parfum Mendésien faisait rage dans le monde antique, selon Pline (Histoire naturelle).
Au quatrième siècle, elle était devenue l'une des villes les plus importantes d'Egypte.
La ville était encore importante lorsque les Arabes envahirent l'Egypte en 641. Elle a probablement été abandonnée au 10ème siècle après JC, suite à une révolte locale.


Fouilles et découvertes actuelles.

Les travaux d'exploration et de fouilles de la ville par l'expédition de l'Université d'Hawaii ont commencé en 2007.

Dans la partie nord de l'ancienne ville, l'équipe travaille en collaboration avec le Conseil Suprême des Antiquités pour mener des opérations de sauvetage dans une zone, correspondant au 1er siècle avant JC. C'est un secteur qui avait été fouillé dans les années 1920 et où sont prévues de futures constructions modernes.
Les archéologues ont déterminé qu'un événement destructeur, datant du début du 2ème siècle avant JC a été suivi d'une mise à niveau et d'une reconstruction dans la zone.

Des céramiques et des pièces, dont une petite cachette sous un plancher avec des céramiques in situ, suggèrent que l'événement destructeur s'est produit sous le règne de Ptolémée V et qu'il pourrait être associé à la grande rébellion relatée dans la Pierre de Rosette et dans beaucoup d'autres documents.
Les preuves incluent des restes humains avec des signes de traumatisme, des pierres à balistes, des brûlures et une réutilisation radicale et planifiée de la zone immédiatement après la destruction.
Dans une pile de déchets, la tête d'une figurine de Ptolémée V a été retrouvée. Une statue brisée d'Arsinoé II, déifiée en tant qu'Isis, a aussi été récupérée lors du sauvetage archéologique.

D'autres découvertes au nord comprennent un possible sanctuaire avec une lampe d'Isis et un vaste complexe de fours datant d'avant l'arrivée d'Alexandre le Grand.
Le complexe s'est évidemment arrêté après l'événement destructeur et un corps a été retrouvé dans le remplissage d'un four tronqué et nivelé.

 

L'atelier d'un four hellénistique. photo Robert Littman et Jay Silverstein.


Dans la partie centrale du Forum Est, des fouilles récentes ont commencé à explorer une vaste architecture bien préservée en briques crues de ce qui semble être des bâtiments publics.
Une fosse d'offrande dans un bâtiment a fourni un nombre impressionnant d'objets, dont un ensemble de figurines d'acrobates sub-sahariens, des céramiques miniatures, des charmes votifs en plomb, et une statue en céramique du dieu Bès.
Cet assemblage a été trouvé près d'un grand piédestal de granit rouge d'une statue et les premiers artéfacts datent de l'ancienne époque romaine.

Avec le soutien du National Geographic Society, un projet sur un secteur supplémentaire débutera en Décembre 2012 avec l'objectif d'explorer la zone de la partie sud de Tell Timai, où des éléments architecturaux monumentaux ont été dragués dans un canal. Ces éléments inclus des colonnes et des parties d'une frise murale.
Une pierre dans un champ adjacent porte une inscription à peine visible qui semble être un cartouche portant le nom de Ptolémée II ou III.
Cette structure pourrait être un temple érigé par Ptolémée II pour sa reine Arsinoé.
Les travaux prévus en Décembre 2012 comprennent une étude géophysique et des sondages archéologiques.

Source:

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 10:45
J'ai récemment reçu à Moscou une chemise bleu-marine datée de 1975, qui contenait l'un des secrets les mieux gardés de la diplomatie du Moyen Orient et des USA. Le mémoire rédigé par l'ambassadeur soviétique au Caire Vladimir M. Vinogradov, apparemment le brouillon d'un rapport adressé au Politbureau soviétique décrit la guerre d'octobre 1973 comme un complot entre les dirigeants israéliens, américains et égyptiens, orchestré par Henry Kissinger. Cette révélation va vous choquer, si vous êtes un lecteur égyptien. Moi qui suis un Israélien et qui ai combattu les Égyptiens dans la guerre de 1973, j'ai été choqué aussi, je me suis senti poignardé, et je reste terriblement excité par l'incroyable découverte. Pour un Américain cela pourra être un choc.
Israel Shamir
http://www.alterinfo.net/photo/art/grande/4812860-7195570.jpg?v=1350256727

 

A en croire le dit mémoire (à paraître in extenso dans le magazine prestigieux Expert de Moscou), Anouar al Sadate, qui cumulait les titres de président, premier ministre, président de l'ASU, commandant en chef des armées, avait conspiré de concert avec les Israéliens, avait trahi la Syrie son alliée, condamné l'armée syrienne à sa perte, et Damas à se retrouver bombardée, avait permis aux tanks de Sharon de s'engager sans danger sur la rive occidentale du Canal de Suez, et en fait, avait tout simplement planifié la défaite des troupes égyptiennes dans la guerre d'octobre 1973. Les soldats égyptiens et officiers se battirent bravement et avec succès contre l'armée israélienne -trop bien, même, au goût de Sadate, puisqu'il avait déclenché la guerre pour permettre aux USA de faire leur retour au Moyen Orient. Tout ce qu'il réussit à faire à Camp Davis, il aurait pu l'obtenir sans guerre quelques années plus tôt.

Il n'était pas le seul à conspirer: selon Vinogradov, la brave grand'mère Golda Meir avait sacrifié deux mille des meilleurs combattants juifs ( elle ne pensait pas qu'il en tomberait autant, probablement) afin d'offrir à Sadate son heure de gloire et de laisser les USA s'assurer de positions solides au Moyen Orient. Le mémoire nous ouvre la voie pour une réinterprétation complètement inédite du traité de Camp David, comme un pur produit de la félonie et de la fourberie.

Vladimir Vinogradov était un diplomate éminent et brillant; il a été ambassadeur à Tokyo dans les années 1960, puis au Caire de 1970 à 1974, co-président de la Conférence de Paix de Genève, ambassadeur à Téhéran pendant la révolution islamique, représentant au Ministère des Affaires étrangères de l'URSS et ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. C'était un peintre de talent, et un écrivain prolifique; ses archives comportent des centaines de pages d'observations uniques et de notes qui couvrent les affaires internationales, mais son journal du Caire tient la place d'honneur, et parmi d'autres, on y trouve la description de ses centaines de rencontres avec Sadate, et la séquence complète de la guerre, puisqu'il l'observait depuis le quartier général de Sadate au moment précis où les décisions étaient prises. Lorsqu'elles seront publiées, ces notes permettront de réévaluer la période post-nassérienne de l'histoire égyptienne.

Vinogradov était arrivé au Caire pour les funérailles de Nasser, et il y resta comme ambassadeur. Il a rendu compte du coup d'État rampant de Sadate, le moins brillant des hommes de Nasser, qui allait devenir le président par un simple hasard, parce qu'il était le vice-président à la mort de Nasser. Il avait aussitôt démis de leurs fonctions, exclu et mis en prison pratiquement tous les hommes politiques importants de l'Égypte, les compagnons d'armes de Gamal Abd el Nasser, et démantela l'édifice du socialisme nassérien..

Vinogradov était un fin observateur, mais nullement un comploteur; loin d'être un doctrinaire têtu, c'était un ami des Arabes et il soutenait fermement l'idée d'une paix juste entre Arabes et Israël, une paix qui satisferaient les besoins des Palestiniens et assurerait la prospérité juive.

La perle de ses archives, c'est le dossier intitulé "La partie en jeu au Moyen Orient". Il contient quelques 20 pages dactylographiées, annotées à la main, à l'encre bleue, et il s'agit apparemment d'un brouillon pour le Politbureau et pour le gouvernement, daté de janvier 1975, juste après son retour du Caire. La chemise contient le secret mortel de la collusion dont il avait été témoin. C'est écrit dans un russe vivant et tout à fait agréable à lire, pas dans la langue de bois bureaucratique à laquelle on pourrait s'attendre. Deux pages ont été ajoutées au dossier en mai 1975; elles décrivent la visite de Vinogradov à Amman et ses conversations informelles avec Abou Zeid Rifai, le premier ministre, ainsi que son échange de vues avec l'ambassadeur soviétique à Damas.

Vinogradov n'a pas fait connaître ses opinions jusqu'en 1998, et même à ce moment, il n'a pas pu parler aussi ouvertement que dans ce brouillon. En fait, quand l'idée de collusion lui eût été présentée par le premier ministre jordanien, il avait refusé d'en discuter avec lui, en diplomate avisé.

La version officielle de la guerre d'octobre 1973 dit que le 6 octobre 1973, conjointement avec Hafez al-Assad de Syrie, Anouar al Sadat déclencha la guerre, avec une attaque surprise contre les forces israéliennes. Ils traversèrent le canal de Suez et s'avancèrent dans le Sinaï occupé, juste quelques kilomètres. La guerre se poursuivant, les tanks du général Sharon avaient traversé à leur tour le canal, et encerclé la troisième armée égyptienne. Les négociations pour le cessez-le feu avaient débouché sur la poignée de main à la Maison Blanche.

En ce qui me concerne, la guerre de Yom Kipour, comme nous l'avions appelée constitue un chapitre important de ma biographie. En tant que jeune parachutiste, j'ai combattu, pendant cette guerre, j'ai traversé le canal, j'ai pris les hauteurs de Gabal Ataka, j'ai survécu aux bombardements et aux corps-à-corps, j'ai enseveli mes camarades, tiré sur les chacals du désert mangeurs d'hommes et sur les tanks ennemis. Mon unité avait été amenée par hélicoptère dans le désert, où nous avons coupé la ligne principale de communication entre les armées égyptiennes et leur base, la route Suez-le Caire. Notre position, à 101 km du Caire, a servi de cadre aux premières conversations pour le cessez-le-feu; de sorte que je sais que la guerre n'est pas un vain mot, et cela me fait mal de découvrir que moi et mes camarades en armes n'étions que des pions jetables dans le jeu féroce où nous, les gens ordinaires, étions les perdants. Bien entendu, je n'en savais rien à ce moment, pour moi, la guerre était la surprise, mais je n'étais pas général à l'époque.

Pour Vinogradov, aucune surprise: de son point de vue, tant la traversée du canal par les Égyptiens que les incursions de Sharon étaient planifiées, agréées à l'avance par Kissinger, Sadate et Golda Meir. Le plan comportait d'ailleurs la destruction de l'armée syrienne au passage.

Pour commencer, il pose certaines questions: comment la traversée pourrait-elle avoir été une surprise alors que les Russes avaient évacué leurs familles quelques jours avant la guerre? La concentration des forces était facile à observer, et ne pouvait pas échapper à l'attention des Israéliens. Pourquoi les forces égyptiennes n'ont-elles pas avancé après avoir traversé, et sont-elles restées plantées là? Pourquoi n'y avait-il aucun plan pour aller plus loin? Pourquoi y avait-il un large espace vide de 40 km, non gardé, entre la deuxième et la troisième armée, une brèche qui était une invitation pour le raid de Sharon? Comment les tanks israéliens ont-ils pu ramper jusqu'à la rive occidentale? Pourquoi Sadate avait-il refusé de les arrêter? Pourquoi n'y avait il pas de forces de réserve sur la rive occidentale?

Vinogradov emprunte une règle chère à Ssherlock Holmes qui disait: quand vous avez éliminé l'impossible, ce qui reste, aussi improbable cela soit-il, doit être la vérité. Il écrit : on ne saurait répondre à ces questions si l'on tient Sadate pour un véritable patriote égyptien. Mais on peut y répondre pleinement, si l'on considère la possibilité d'une collusion entre Sadate, les USA et la direction israélienne. Une conspiration dans laquelle chaque participant poursuivait ses propres objectifs. Une conspiration dans laquelle aucun participant ne connaissait tous les détails du jeu des autres. Une conspiration dans laquelle chacun essayait de rafler la mise, en dépit de l'accord commun.


Le plan de Sadate

Sadate était au point le plus bas de son pouvoir avant la guerre: il perdait son prestige dans son pays et dans le monde. Le moins diplômé et le moins charismatique des disciples de Nasser se retrouvait isolé. Il avait besoin d'une guerre, d'une guerre limitée avec Israël, qui ne se terminerait pas par une défaite. Une telle guerre l'aurait soulagé de la pression de l'armée, et il aurait retrouvé son autorité. Les USA étaient d'accord pour lui donner le feu vert pour la guerre, chose que les Russes n'avaient jamais fait. Les Russes protégeaient le ciel égyptien, mais ils étaient contre les guerres. Sadate devait s'appuyer sur les USA et se dégager de l'URSS. Il était prêt à le faire parce qu'il détestait le socialisme. Il n'avait pas besoin de la victoire, juste d'une non-défaite; il avait l'intention d'expliquer son échec par la déficience des équipements soviétiques. Voilà pourquoi il avait imparti à l'armée une tâche minimale: traverser le canal et tenir la tête de pont jusqu'à ce que les Américains entrent dans la danse.


Le plan des USA

Les USA avaient perdu leur emprise sur le Moyen Orient, avec son pétrole, son canal, sa vaste population, au cours de la décolonisation. Ils étaient obligés de soutenir l'allié israélien, mais les Arabes n'arrêtaient pas de se renforcer. Il aurait fallu obliger Israël à plus de souplesse, parce que sa politique brutale interférait avec les intérêts américains. Si bien que les USA devaient conserver Israël en tant qu'allié, mais au même moment il leur fallait briser l'arrogance d'Israël. Les USA avaient besoin d'une occasion de "sauver" Israël après avoir autorisé les Arabes à frapper les Israéliens pendant un moment. Voilà comment les USA permirent à Sadate d'entamer une guerre limitée.

Israël

Les dirigeants israéliens se devaient d'aider les USA, leur principal fournisseur et soutien. Les USA devaient consolider leurs positions au Moyen Orient, parce qu'en 1973 ils n'avaient qu'un seul ami et allié, le roi Fayçal. (Kissinger avait dit à Vinogradov que Fayçal essayait de l'endoctriner sur la malignité des juifs et des communistes). Si les USA devaient retrouver leurs positions au Moyen Orient, les positions israéliennes s'en trouveraient fortifiées d'autant. L'Égypte était un maillon faible, parce que Sadate n'aimait pas l'URSS ni les forces progressistes locales, on pouvait le retourner. Pour la Syrie, il fallait agir au plan militaire, et la briser.

Les Israéliens et les Américains décidèrent donc de laisser Sadate s'emparer du canal tout en contrôlant les cols de Mittla et de Giddi, la meilleure ligne de défense de toute façon. C'était le plan de Rogers en 1971, et c'était acceptable pour Israël. Mais cela devait être le résultat d'une bataille, et non pas une cession gracieuse.

Pour ce qui est de la Syrie, il fallait la battre à plate couture, au plan militaire. Voilà pourquoi l'État-major israélien envoya bien toutes ses troupes disponibles sur la frontière syrienne, tout en dégarnissant le Canal, malgré le fait que l'armée égyptienne était bien plus considérable que celle des Syriens. Les troupes israéliennes sur le canal allaient se voir sacrifiées dans la partie, elles devaient périr pour permettre aux USA de revenir au Moyen Orient.

Cependant, les plans des trois partenaires allaient se voir quelque peu contrariés par la réalité du terrain; c'est ce qui se produit généralement avec les conspirations, rien ne se passe comme prévu, dit Vinogradov, dans son mémoire...

Pour commencer, le jeu de Sadate se trouva faussé. Ses présupposés ne fonctionnèrent pas. Contrairement à ses espérances, l'URSS prit le parti des Arabes et commença à fournir par voie aérienne l'équipement militaire le plus moderne, aussitôt. L'URSS prit le risque d'une confrontation avec les USA; Sadate ne croyait pas qu'ils le feraient parce que les Soviétiques étaient réticents envers la guerre, avant qu'elle éclate. Son second problème, selon Vinogradov, était la qualité supérieure des armes russes aux mains des Égyptiens. Elles étaient meilleures que l'armement occidental aux mains des Israéliens.

En tant que soldat israélien à l'époque, je ne puis que confirmer les paroles de l'ambassadeur. Les Égyptiens bénéficiaient de la légendaire Kalachnikov AK-47, le meilleur fusil d'assaut au monde, alors que nous n'avions que des fusils FN qui détestaient le sable et l'eau. Nous avons lâché nos FN pour nous emparer de leurs AK à la première occasion. Ils utilisaient des missiles anti-chars Sagger légers, portables, précis, qu'un seul soldat pouvait charger. Les Saggers ont bousillé entre 800 et 1200 chars israéliens. Nous avions de vieilles tourelles de 105 mm sans recul montées sur des jeeps, et il fallait quatre hommes sur chacune ( en fait un petit canon) pour combattre les chars. Seules les nouvelles armes américaines redressaient quelque peu l'équilibre.

Sadate ne s'attendait pas à ce que les troupes égyptiennes entraînées par les spécialistes soviétiques surpassent leur ennemi israélien, mais c'est ce qui se passa. Elles franchirent le canal bien plus vite que ce qui était prévu, et avec beaucoup moins de pertes. Les Arabes battaient les Israéliens, et c'était une mauvaise nouvelle pour Sadate. Il était allé trop loin. Voilà pourquoi les troupes égyptiennes s'arrêtèrent, comme le soleil au-dessus de Gibéon, et ne bougèrent plus. Ils attendaient les Israéliens, mais à ce moment les Israéliens étaient en train de combattre les Syriens. Les Israéliens se sentaient relativement tranquilles du côté de Sadate, et ils avaient envoyé toute leur armée au nord. L'armée syrienne reçut de plein fouet l'assaut israélien et commença à battre en retraite, ils demandèrent à Sadate d'avancer, pour les soulager un peu, mais Sadate refusa. Son armée resta plantée là, sans bouger, malgré le fait qu'il n'y avait pas un Israélien en vue entre le canal et les cols de montagne. Le dirigeant syrien Assad était convaincu à l'époque que Sadate l'avait trahi, et il le déclara franchement à l'ambassadeur soviétique à Damas, Muhitdinov, qui en fit part à Vinogradov. Vinogradov voyait Sadate tous les jours et il lui demanda en temps réel pourquoi ses troupes n'avançaient pas. Il ne reçut aucune réponse sensée: Sadate bredouilla qu'il ne voulait pas parcourir tout le Sinaï pouraller à la rencontre des Israéliens, qu'ils arriveraient bien jusqu'à lui tôt ou tard.

Le commandement israélien était bien ennuyé, parce que la guerre ne sa passait pas comme ils s'y attendaient. Ils avaient de lourdes pertes sur le front syrien, les Syriens se retiraient, mais il fallait se battre pour chaque mètre; seule la passivité de Sadate sauvait les Israéliens d'un revers. Le plan pour en finir avec la Syrie avait raté, mais les Syriens ne pouvaient pas contre-attaquer efficacement.

Il était temps de punir Sadate: son armée était trop efficace, son avance trop rapide, et pire encore; il dépendait encore plus des Soviétiques, grâce au pont aérien. Les Israéliens mirent fin à leur avancée sur Damas et envoyèrent les troupes au sud, dans le Sinaï. Les Jordaniens pouvaient à ce moment-là couper la route nord-sud, et le roi Hussein offrit de le faire à Sadate et à Assad. Assad accepta immédiatement, mais Sadate refusa d'accepter l'offre. Il expliqua à Vinogradov qu'il ne croyait pas aux capacités de combat des Jordaniens. S'ils rentrent dans la guerre, c'est l'Égypte qui va devoir les tirer d'affaire. A un autre moment, il dit qu'il valait mieux perdre tout le Sinaï que de perdre un mètre carré en Jordanie: remarque qui manquait de sincérité et de sérieux, du point de vue de Vinogradov. Et voilà comment les troupes israéliennes marchèrent vers le sud sans encombre.

Pendant la guerre, nous les Israéliens savions aussi que si Sadate avançait, il s'emparerait du Sinaï en moins de deux; nous examinions plusieurs hypothèses pour comprendre pourquoi il ne bougeait pas, mais aucune n'était satisfaisante. C'est Vinogradov qui nous donne la clé à présent; Sadate ne jouait plus sa partition, il attendait que les USA interviennent. Et il se retrouva avec le raid de Sharon fonçant.

La percée des troupes israéliennes jusqu'à la rive occidentale du canal est la partie la plus sombre de la guerre, dit Vinogradov. Il demanda à l'État-major de Sadate au début de la guerre pourquoi il y avait une large brèche de 40 km entre les deuxième et troisième corps d'armées, et on lui répondit que c'était une directive de Sadate. La brèche n'était même pas gardée, c'était un porte grande ouverte, comme un Cheval de Troie tapi au fond d'un programme d'ordinateur.

Sadate n'accorda pas d'attention au raid de Sharon, il était indifférent à ces coups de théâtre. Vinogradov lui demanda de faire quelque chose, dès que les cinq premiers chars israéliens eurent traversé le canal, mais Sadate refusa, disant que ça n'avait pas d'importance militairement, que ce n'était qu'une "manœuvre politique", expression fort brumeuse. Il le redit plus tard à Vinogradov, lorsque l'assise israélienne sur la rive occidentale fut devenue une tête de pont incontournable. Sadate n'écouta pas les avertissements de Moscou, il ouvrit la porte de l'Afrique aux Israéliens.

Il y a place pour deux explications, dit Vinogradov: impossible que l'ignorance militaire des Égyptiens fût aussi grande, et improbable que Sadate eût des intentions cachées. Et c'est l'improbable qui clôt le débat, comme le faisait remarquer Sherlock Holmes.

Si les Américains n'ont pas stoppé l'avancée aussitôt, dit Vinogradov, c'est parce qu'ils voulaient avoir un moyen de pression pour que Sadate ne change pas d'avis sur tout le scénario en cours de route. Apparemment la brèche avait été conçue dans le cadre de cette éventualité. Donc, quand Vinogradov parle de "conspiration", il se réfère plutôt à une collusion dynamique, semblable à la collusion concernant la Jordanie, entre la Yeshuva juive et la Transjordanie, telle que l'a décrite Avi Shlaim: il y avait des lignes générales et des accords, mais qui pouvaient changer selon le rapport de force entre les parties.

Conclusion

Les USA ont "sauvé" l'Égypte en mettant un point d'arrêt à l'avancée des troupes israéliennes. Avec le soutien passif de Sadate, les USA ont permis à Israël de frapper durement la Syrie.

Les accords négociés par les USA pour l'intervention des troupes de l'ONU ont protégé Israël pour les années à venir. (Dans son document important mais différent, ses annotations au livre de Heikal Road to Ramadan, Vinogradov rejette la thèse du caractère inévitable des guerres entre Israéliens et Arabes: d'après lui, tant que l'Égypte reste dans le sillage des USA, une telle guerre est à écarter. Effectivement, il n'y a pas eu de grande guerre depuis 1974, à moins de compter les "opérations" israéliennes au Liban et à Gaza.)


Les US ont sauvé Israël grâce à leurs fournitures militaires.

Grâce à Sadate, les US sont revenus au Moyen Orient et se sont positionné comme les seules médiateurs et "courtiers honnêtes" dans la région.

Sadate entreprit une violente campagne anti-soviétique et antisocialiste, dit Vinogradov, dans un effort pour discréditer l'URSS. Dans ses Notes,

Vinogradov charge le trait, affirmant que Sadate avait répandu beaucoup de mensonges et de désinformation afin de discréditer l'URSS aux yeux des Arabes. Sa ligne principale était que l'URSS ne pouvait ni ne souhaitait libérer le territoire arabe alors que les US le pouvaient, le voulaient, et le faisaient..

Vinogradov explique ailleurs que l'Union soviétique était et reste opposée aux guerres d'agression, entre autres raisons parce que l'issue n'en est jamais certaine. Cependant, l'URSS était prête à aller loin pour défendre les États arabes. Et pour ce qui est de la libération, bien des années sont passées, et ont prouvé que les US ne voulaient ou ne pouvaient nullement en faire autant, alors que la dévolution du Sinaï à l'Égypte était toujours possible, en échange d'une paix séparée, et cela même sans guerre.

Après la guerre, les positions de Sadate s'améliorèrent nettement. Il fut salué comme un héros, l'Égypte eut la place d'honneur parmi les États arabes. Mais en moins d'un an, sa réputation se retrouva en lambeaux, et celle de l'Égypte n'a cessé de se ternir, dit Vinogradov.

Les Syriens avaient compris très tôt le jeu de Sadate: le 12 octobre 1973, lorsque les troupes égyptiennes s'arrêtèrent et cessèrent de combattre, le président Hafez al Assad dit à l'ambassadeur soviétique qu'il était certain que Sadate était en train de trahir volontairement la Syrie. Sadate avait permis la percée israélienne jusque sur la rive occidentale de Suez, de façon à offrir à Kissinger une occasion d'intervenir et de concrétiser son plan de désengagement, confia Assad au premier ministre jordanien Abu Zeid Rifai qui le dit à son tour à Vinogradov durant un petit-déjeuner privé qu'ils prirent chez lui à Amman. Les Jordaniens aussi soupçonnent Sadate de tricher, écrit Vinogradov. Mais le prudent Vinogradov refusa de rentrer dans ce débat, tout en ayant bien l'impression que les Jordaniens "lisaient dans ses pensées."

Lorsque Vinogradov fut désigné comme co-président de la Conférence de paix de Genève, il fit face à une position commune à l'Égypte et aux USA visant à saboter la conférence, tandis qu'Assad refusait tout simplement d'y participer. Vinogradov lui remit un avant-projet pour la conférence et lui demanda si c'était acceptable pour la Syrie. Assad répondit; oui, sauf une ligne. Quelle ligne, demanda plein d'espoir Vinogradov, et Assad rétorqua; la ligne qui dit "la Syrie accepte de participer à la conférence." Et la conférence fut un fiasco, comme toutes les autres conférences et conversations diverses.

Quoique les soupçons formulés par Vinogradov dans son document secret soient venus à l'esprit de différents experts militaires et historiens, jamais jusqu'alors ils n'avaient été formulés par un participant aux évènements, une personne aussi haut placée, aussi informée, présente aux moments clé, et en possession de tous les éléments. Les notes de Vinogradov permettent de déchiffrer et de retracer l'histoire de l'Égypte: désindustrialisation, pauvreté, conflits internes, gouvernement militaire, le tout étroitement lié à la guerre bidon de 1973.

Quelques années après la guerre, Sadate était assassiné, et son successeur désigné Hosni Moubarak entama son long règne, suivi par un autre participant à la guerre d'octobre, Gen Tantawi. Obtenu par le mensonge et la trahison, le traité de paix de Camp David protège toujours les intérêts américains et israéliens. C'est seulement maintenant, alors que le régime de l'après Camp David commence à donner des signes d'effondrement, que l'on peut espérer quelque changement. Le nom de Sadate au panthéon des héros égyptiens était protégé jusqu'à maintenant, mais à la fin, comme on dit, tout ce qui est caché un temps s'avèrera transparent.


PS. en 1975, Vinogradov ne pouvait pas prédire que la guerre de 1973 et les traités qui en découlèrent allaient changer le monde. Ils scellèrent l'histoire de la présence soviétique et de sa prépondérance dans le monde arabe, même si les derniers vestiges en furent détruits par la volonté américaine bien plus tard: en Irak en 2003, et en Syrie c'est maintenant qu'ils se voient minés. Ils ont saboté la cause du socialisme dans le monde, ce qui a été le commencement de sa longue décadence. L'URSS, l'État triomphant en 1972, le quasi gagnant de la guerre froide, finit par la perdre. Grâce à la mainmise américaine en Égypte, le schéma des pétrodollars se mit en place, et le dollar qui avait entamé son déclin en 1971 en perdant la garantie or se reprit et devint à nouveau la monnaie de réserve unanimement acceptée. Le pétrole des Saoudiens et des émirs, vendu en dollars, devint la nouvelle ligne de sauvetage de l'empire américain. Avec le recul et armés du mémoire de Vinogradov, nous pouvons affirmer que c'est en 1973-74 que se situe la bifurcation de notre histoire.


Traduction: Maria Poumier

http://www.israelshamir.net/French/Collusion-Fr.htm

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2012/10/lhistoire-secrete-de-la-guerre-de.html http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2012/10/lhistoire-secrete-de-la-guerre-de.html

 

 

 Trouvé sur : Alterinfo.net

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 11:58

http://www.ldi5.com/i/glozel/glozel_2.gif

 

 

Glozel, petit hameau de la montagne Bourbonnaise, est situé sur la commune de Ferrières/Sichon dans l'Allier à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Vichy.

 

Le 1er mars 1924, dans le champ Duranthonrebaptisé plus tard le champ des morts ), un jeune agriculteur de 17 ans, Emile, et son grand-père, Claude Fradin, font une découverte impossible qui déclenche l'une des plus violentes controverses archéologiques du XXe siècle car elle remet en cause ce que l'on savait sur les origines de l'écriture.

En défrichant un morceau de terrain, l'une des vaches tirant la charrue tombe dans un trou, à l'intérieur duquel Emile trouve des ossements humains. Avec la découverte de ce tombeau, ils pensent avoir mis la main sur un trésor, les premières fouilles se font à coups de pelle et de pioche. Ils trouvent divers objets, des urnes, des vases, des haches et des tablettes gravées. Ils brisent les urnes mais elles ne contiennent que de la terre, déception, le trou est rebouché et l'avoine est semée.

 

Au cours de l'été, la Société d'Emulationdu Bourbonnais se déplace, recueille des échantillons et les envoie au Dr Capitan des Beaux-Arts.


A l'époque, le Dr Capitan, l'abbé Breuil et le conservateur du musée des Eyzies, M. Peyroni, composaient le triumvirat incontournable de la préhistoire.

 

Entre temps, en 1925, Antonin Morlet, médecin à Vichy, passionné d'archéologie, entend parler de la découverte et se rend sur place avec son épouse. Fasciné par ce qu'il trouve, il obtient le droit de publication sur les objets qui restent la propriété de M. Emile Fradin.

 

13 mois après avoir reçu les premières pièces, le Dr Capitan se rend sur place. "Vous avez là un gisement merveilleux..", il demande au Dr Morlet un rapport détaillé.

 

Mais au lieu d'envoyer son rapport, le Dr Morlet le publie le 23 septembre 1925 sous le titre "Nouvelle station néolithique". Morlet est convoqué par Capitan, furieux, "...mettez mon nom à la place de celui d'Emile Fradin..", ( fait rapporté et publié par le chanoine Cote, "Glozel, 30 ans après", 1959 ; toutes les personnes "baignant" dans le milieu scientifique savent l'importance d'avoir son nom au sein d'une publication ) ; Morlet refuse.


Puis l'abbé Breuil écrit un article en faveur de Glozel mais sans citer le nom du Dr Morlet, qui à son tour s'insurge et accuse l'abbé de vouloir s'approprier la découverte. L'abbé se retournera alors lui aussi contre Glozel.


On est bien loin des argumentations scientifiques !

 

Les grands pontes de la préhistoire, tout d'abord très favorables à Glozel, pris de court par cette fabuleuse découverte, se retrouvant "hors jeu", prennent alors position contre Glozel.


D'autant plus qu'à cette même période un éminent épigraphiste, René Dussaud, vient de publier officiellement que l'écriture est née en Phénicie, 1 600 ans av. J.C. ( après la mise à jour du sarcophage du roi Ahiram de Byblos, recouvert d'inscriptions ).


Or le Dr Morlet estime les tablettes gravées à 5 ou 6 000 ans av. J.C..

 

Les deux découvertes sont contradictoires et cela va déclencher une véritable guerre chez les hommes de science. Les glozeliens et les anti-glozeliens s'affrontent, Glozel devient l'affaire Dreyfus de l'archéologie.

 

Suite ici : http://www.ldi5.com/archeo/gloz.php

 

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 17:32

L'expérience de Philadelphie [Philadelphia Experiment] (alias projet Arc-en-ciel [project Rainbow]) a eu lieu le 12 Août 1943, à bord du bateau de guerre de la Marine de l'armée américaine, le U.S.S. Eldridge. L'Eldridge et son équipage ont été choisis pour cette expérience à cause de leur disponibilité. En effet, des navires de guerre étaient difficiles à obtenir en cette période de guerre, et l'Eldridge était supposé être encore en cale sèche (il ne devait être officiellement mis à flot qu'en Janvier 1944). L'Eldridge avait été achevé avant la date prévue, et par cela, rendu disponible.

 

 

Le but le plus communément connu de l'Expérience de Philadelphie était de rendre possible l'invisibilité radar. Pour permettre ceci, un équipement spécial était installé sur l'Eldridge alors qu'il était à quai dans le port de Philadelphie. Cet équipement était conçu et développé pour générer de très puissants champs éectromagnétiques contre-rotatifs.

 

La théorie sous-jacente à la génération et les calculs de ces champs était basée sur les équations du champ unitaire d'Einstein, qui reliaient la gravité, le magnétisme, et l'électromagnétisme dans une même théorie. Le responsable technique initial de l'opération était Nikola Tesla. Tesla était largement connu pour ses bobines de forme de conception très spéciale qui permettaient de produire d'extrêmement hautes tensions et de très grandes puissances.

 

Tesla a été remplacé sur ce projet par John Von Neumann, quelque part vers mi-1943. Tesla a commencé à avoir des doutes sur les considérations à propos du facteur humain impliqué que pouvaient avoir les financiers de l'opération. Tesla, incapable d'avoir plus longtemps confiance en les sponsors de l'expérience, s'est retiré de lui-même du projet et s'est isolé dans son apartement de New York. Il y est mort dans des conditions très soupçonneuses, en Décembre 1943.

 

Von Neumann a été impliqué dans l'expérience plus tôt, assistant l'opération avec les mathématiques et les calculs (il était officiellement engagé pour la création du premier ordinateur nécessaire aux calculs sur la bombe atomique, dans le projet Manhattan). Il assurait le rôle de chef de l'opération avec grande aise. L'expérience, qui eut lieu le 12 Août 1943 était un succès partiel. L'Eldridge disparut pendant approximativement 15 minutes. La localisation exacte de l'Eldridge à l'époque de l'expérience diffère selon les divers témoignages. certains disent qu'il était toujours dans le port, d'autres qu'il s'était rendu en mer.

 

Un succès partiel signifie que, bien que l'Eldridge disparut, lorsqu'il revint, son équipage avait souffert d'importants effets physiques et mentaux. Les corps de certains des hommes d'équipage faisaient partie des surfaces métalliques et des ponts. Ceux qui n'avaient pas été soumis à cette fusion étaient mentalement instables. La plupart des témoingnages de l'expérience décrivent d'importants et graves effets secondaires que les membres de l'équipage survivants ont expérimenté durant le reste de leur vie. Sans avertissemnt, ils se mettaient à crier et commençaient à devenir invisibles par intermittence ou bien disparaissaient purement et simplement. Certains réapparaissaient tandis que d'autres non.

 

 

[Ces histoires de disparition intermittente ont été rapportées par plusieurs personnes. Durant un interview radiodiffusé, un ancien vétéran de la marine US de Philadelphie affirmait que ces histoires avaient été racontées dans une feuille de presse interne à la marine]

 

Ce phénomène de disparition intermittente a été attribué à un désalignement de la référence temporelle de leur corps. L'équipage glissait continuellement entre notre dimension et l'endroit où l'Eldridge avait été lors de son voyage. En fait, l'Eldridge n'avait pas vraiment réussi l'invisibilité radar; mais il avait voyagé à travers le temps et la dimension. L'application pratique de la théorie du champ unitaire d'Einstein avait brisé les portes qui séparaient le temps, l'espace et la dimension.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source de l'article : http://www.conspirovniscience.com

 


 

 

 

 

Montauk était à l’origine une base de l’armée de l’Air américaine pleinement active durant la deuxième guerre mondiale. Elle s’appelait Fort Hero et se situait au nord de l’île de ’Long-Island’, sur laquelle la moitié de la ville de New-York est bâtie. (Voir carte). Au cours de la guerre, deux niveaux en sous-sol furent creusés.. Ils sont prolongés par des souterrains jusqu’à 16km au nord et au sud de la base.4 autres niveaux furent taillés dans le roc avec l’aide de la technologie des intraterrestres. Récemment deux nouveaux étages souterrains furent installés. Le niveau 7 se prolonge jusqu’à 8 km et ces souterrains sont accessibles par la mer.

PROJET PHÉNIX (1947-1969)


Anciennement connu sous le nom de projet Philadelphie, ce projet redémarre sous la direction de von Neumann, aux laboratoires de Brook-Haven où l’on y a travaillé sur l’espace-temps. Le but est de comprendre le problème survenu avec l’équipage lors de l’expérience de 1943, ainsi que d’étudier les applications de ce projet pour rendre les navires et les avions invisibles au radar (la technologie furtive d’aujourd’hui).

PROJET MONTAUK I (1969-1979) Contrôle de la pensée


En 1969 le groupe scientifique du projet Phénix de BrookHeaven, désirant poursuivre ses recherches issues de la chaise de Montauk, requière des moyens auprès des militaires qui acceptent et leur offrent l’accès à la base à demi-désaffectée de Montauk ainsi qu’un générateur de forte puissance nécessaire pour les expérimentations. Les techniciens du vieux radar de la base, le radar "SAGE", signalent aux scientifiques qu’ils avaient remarqué dans les années 1960 que la puissance et la fréquence du radar influaient sur l’humeur et le comportement des gens de la base. Ceci intéresse les scientifiques qui adjoignent au radar la technologie des micro-ondes. Le projet est alors rebaptisé Phoenix II ou projet Montauk.

À la fin de l’année 1971, tout est prêt pour expérimenter des manipulations mentales, sur des "cobayes volontaires" fournis par l’armée. Ces expérimentations sont réalisées d’une manière relativement irresponsable et causent aux sujets des brûlures à la poitrine et au cerveau. Des expériences sont même effectuées sur les habitants de Long-Island de New York et du Connecticut afin de déterminer le rayon d’action...

PROJET MONTAUK II (1979-1983) Voyage dans le temps


Le 12 Août 1983 le navire USS Eldridge provenant de 1943 devient visible. Al Bieliek et Duncan Cameron observent l’agitation à bord, des personnes en flamme croyant se jeter à l’eau et tombant sur le sol. Al Bieliek et Duncan Cameron sont envoyés en 1943 pour détruire l’équipement et arrêter l’expérience d’il y a 40 ans.

En 1986 la base de Montauk est officiellement fermée et les transmissions des tours de Tesla à Montauk, Long-Island sont arrêtées. 1987 marque la fin des expérimentations à Montauk.
Référence: http://www.rr0.org/Montauk.html

Il est évident que tout n’a pas été dit ou écrit sur le PROJET MONTAUK puisque comme vous le verrez plus loin, les USA continuent de développer différentes avenues aux applications des découvertes et inventions déjà révélées

Source : http://www.esoterisme-exp.com/

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 16:14

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/28/Ingres,_Napoleon_on_his_Imperial_throne.jpg/200px-Ingres,_Napoleon_on_his_Imperial_throne.jpg

 

Napoléon n’a jamais affirmé être Franc-Maçon mais n’a jamais assuré non plus qu’il ne l’était pas : le doute demeure…Mais ce qui est certain en revanche c’est qu’il a vécu dès sa plus tendre enfance et jusqu’à la fin de sa vie auprès des Francs-Maçons. Son père Charles était Franc Maçon tout comme son frère cadet Jérôme initié en 1801. Il choisira même plus tard, une fois au pouvoir, ses 2 autres frères, Joseph et Louis comme Maîtres du Grand Orient. Sa première femme Joséphine de Beauharnais fut initiée à Strasbourg.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 14:23

http://img709.imageshack.us/img709/258/atlantes.jpg

 

 

Cette science et cette grande sagesse était parvenue en Égypte des siècles plus tôt avec les réfugiés du continent disparu, l'Atlantide, où de grandes réalisations humaines avaient été accomplies. De ces Atlantes rescapés du désastre, sans doute les plus sages, vint la connaissance des lois naturelles et des principes secrets qui permirent à l'Égypte de s'élever du plus primitif état d'existence à un niveau supérieur dans le domaine des arts et des sciences.


Ce fut durant cette période d'une centaine d'années seulement, où la grande sagesse fut apportée en Égypte et joyeusement acceptée par ses souverains, que l'Égypte abandonna ses huttes grossières et ses habitations souterraines, créa sa magnifique architecture et construisit ces édifices prestigieux, et développa son artisanat merveilleux jusqu'à son apogée. L'Ancien Empire est d'ailleurs considéré comme l'âge d'or de l'Égypte.

 

Mais la prêtrise païenne découvrit bientôt que cette grande connaissance et cette sagesse affaiblissaient son influence sur le peuple. C'est pourquoi elle inventa et établit officiellement ses principes religieux mythologiques qui graduellement amenèrent les Égyptiens à des croyances basées sur des idées superstitieuses, et détruisirent leur foi en leurs propres pouvoirs et capacités et en firent des mercenaires stupides et irréfléchis et des esclaves. Les enseignements de cette prêtrise furent soigneusement établis de siècle en siècle pour cacher la sagesse et détruire l'œuvre des anciens maîtres.

 

Ce fut dans le but de préserver cette sagesse secrète et ce grand héritage de connaissance et d'empêcher sa disparition complète du pays d'Égypte que certains des plus sages souverains et diplomates Égyptiens furent amenés à établir les Écoles Secrètes de Mystères. Nous parlons de ces écoles comme s'il y en avait eu de nombreuses en Égypte. En fait, il n'y avait qu'une école de mystères bien qu'elle ait eu un certain nombre de branches ou de lieux d'enseignement dans différentes parties d'Égypte. Les enseignements et les activités de cette organisation ne représentaient qu'une école. On ne lui donna aucun nom et elle n'eût aucun symbole particulier autre qu'une marque par laquelle un membre pouvait l'identifier ou se faire reconnaître lui-même comme initie. L'inscription indique que le siège ou principal centre des écoles de mystères d'Égypte se situa d'abord dans l'ancienne ville de Philadelphie, puis a Memphis avec une branche dans un lieu appelé Mizraïm, puis plus tard encore à Thèbes et à Louxor. Finalement, le dernier siège des Écoles de Mystères fut Akhetaton, la ville d'Akhénaton, sur les rives du Nil, à l'emplacement de l'ancienne ville de Tell el-Armarna.

 

Afin que la vie des étudiants de ces écoles de mystères, soigneusement choisis, éprouvés et préparés, puisse être protégée et afin qu'ils puissent se réunir en toute sécurité pour les cours et les études, un système très complexe d'activité secrète fut inventé et graduellement perfectionné.

 

 

1 / Initiation aux symbolismes de l'antique égypte.

 


2 / Découvertes des dieux ègyptien, de leurs symbolismes, ainsi que de leurs significations !
 


3 / Découvertes et symbolisme du sphinx, Révélation des cycles térèstres, oû notre époque, en est à son terme ! Explication déterminante sur l'évolution de L'AME humaine. Chaque temple représente un symbole guidant l'homme dans les méandres de la vie. Explication des dieux,sur la voix du dieu UNIQUE, ISIS, OSIRIS, HORUS, Seth et Nephtys.
 


4 / Initiation à la FLEUR DE VIE, les trois écritures ,composé par les prêtres des mystères de l'oeil d'HORUS. Explication des constructions SACRE et de ces écritures: "hiéroglyphe, hiérathiques, démotiques". Origine de la connaissance et de la transmition du peuple nommé ATLANTEEN .
 

 

 

5/ Saqqarah , Le Sanctuaire De Cristal

 

Saqqarah représente un des plus merveilleux lieux de l'Egypte antique. On y trouve la première pyramide façonnée par l'homme après le Déluge Universel et il s'agit aussi du tout premier monument au monde construit avec des pierres taillées.La qualité de l'architecture de ce site unique au monde n'a jamais été égalé.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 14:00

http://medias.unifrance.org/medias/114/25/72050/format_page/la-revelation-des-pyramides.jpg?t=1344270904619

 

La révélation des pyramides, est un documentaire (1h48) sur une théorie relative à l'origine de la construction des pyramides de Gizeh, le rapport avec le nombre d'or et l'architecture, les autres sites archéologiques, l'hypothèse selon laquelle Khéops aurait été construite de façon à avertir les hommes dans le futur.

 

 


 

 

Le documentaire, en deux parties réunies, est basé sur le livre du même nom, de Jacques Grimault. Patrice Pooyard, le réalisateur du film, nous guide à travers les sites les plus anciens du monde et demande à différents experts pourquoi et comment les pyramides ont été construites, mais ce n'est que le début de l'histoire.
Jacques Grimault a passé 37 ans de sa vie à chercher les secrets des pyramides d'Egypte ainsi que des autres grands sites archéologiques du monde. "Comme tout le monde, je pensais que tout avait été dit concernant la grande pyramide de Gizeh, jusqu'au jour où je découvris que des faits inexpliqués restaient ignorés par l'égyptologie. Alors j'ai enquêté, sans a priori ni préjugés. Je voulais seulement comprendre comment la grande pyramide avait été construite, mais cette quête m'a mené au-delà de ce que je pouvais imaginer. Tout repose sur des faits, cette aventure conduit à travers le temps sur les sites archéologiques les plus énigmatiques de notre planète, aux confins de l'origine de notre civilisation, pour enquêter. Que vous adhériez ou non à ses conclusions, une chose est certaine, jamais plus vous ne regarderez notre planète du même oeil", dit-il.


Depuis des siècles, les pyramides fascinent l'humanité et régulièrement, de nouvelles théories les concernant viennent s'ajouter aux nombreuses existantes.
Cette théorie du message d'avertissement repose sur l'hypothèse que la grande pyramide du site de Gizeh, Khéops, renfermerait un message d'alerte qui nous préviendrait d'un cataclysme à venir tel qu'un nouveau déluge prévu par les cycles astronomiques.
Selon la théorie, les pyramides auraient été construites par une civilisation avancée qui aurait été anéantie suite à une catastrophe planétaire. Elle aurait construit les pyramides afin de résister aux cataclysmes en laissant derrière elle un avertissement aux civilisations futures pour dire que ceux-ci se produisent par cycles, et pour qu'elles soient capables de décoder cette mise en garde avant qu'il ne soit trop tard. Plus tard, les égyptiens auraient trouvé les pyramides et les auraient utilisé pour les tombeaux de leurs Rois. Ainsi et selon cette théorie, la grande pyramide de Khéops nous raconterait deux déluges passés et un à venir.


Les pyramides ne finissent pas d’étonner et de soulever des questions. On leur trouve un équilibre parfait et on peut y faire des constats troublants, mais on n’a pas retrouvé de documents écrits par les égyptiens explicitant l'utilisation du nombre d’or dans leur construction. Pourtant, en se livrant à des calculs dans la pyramide de Khéops, on retrouve bien le nombre d’or. Si certains ont voulu y voir plus qu’un simple hasard, d'autres sont plus sceptiques, voire sans réponse.
Les historiens considèrent que l'histoire du nombre d'or commence lorsque cette valeur est l'objet d'une étude spécifique. Pour certains, la détermination d'une figure géométrique contenant au moins une proportion se calculant à l'aide du nombre d'or suffit. La pyramide de Khéops devient, selon cette dernière convention, une bonne candidate.
La pyramide de Khéops a été scrutée et mesurée jusque dans ses moindres détails par des scientifiques issus de différents domaines, et ce, depuis le début du XIXème siècle. De ces mesures ont découlé de nombreuses théories imputant aux anciens égyptiens la volonté d'inscrire des propriétés mathématiques dans les proportions de l'édifice.
Les mesures sont exprimées en coudées égyptiennes. La pyramide avait ainsi, à l'origine, une base de 440 coudées et une hauteur de 280 coudées.


Le documentaire expose les recherches d'une personne mystérieuse cachée qui est à la base des déductions présentées de la théorie. Certains faits évoqués sont cependant troublants.
Quelle que soit votre appréciation sur ce film et surtout ses conclusions, il peut faire partie intégrante de toutes les théories plus ou moins bonnes et/ou crédibles sur les pyramides, ses légendes, puisqu'à notre époque, seules des hypothèses sont avancées sur ce sujet. Votre esprit d'analyse vous aidera à vous forger une opinion sur cette théorie du message d'avertissement.

 

 

Source du texte : Inexpliqué en débat

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 11:29

http://img.over-blog.com/252x353/1/49/40/85/tchernobyl/tchernobyl.jpg

 

La catastrophe de Tchernobyl est un grave accident nucléaire qui s’est produit le 26 avril 1986 dans la centrale Lénine, située en Ukraine, qui faisait partie à l’époque de l’URSS.

 

Cet accident a été provoqué par l’augmentation incontrôlée de la puissance du réacteur n°4 conduisant à la fusion du cœur. Cela a entraîné une explosion et la libération d’importantes quantités d’éléments radioactifs dans l’atmosphère provoquant de nombreux décès et maladies, survenus immédiatement ou à long terme du fait des irradiations ou contaminations.

 

Il s’agit du premier accident classé au niveau 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES) (le deuxième étant la catastrophe de Fukushima du 11 mars 2011), et est considéré comme le plus grave accident nucléaire répertorié jusqu’à présent.

 

http://img.over-blog.com/542x414/1/49/40/85/tchernobyl/tchernobyl_nuage.jpg

Le vrai passage du nuage radioactif qui finalement n'a pas connu de frontière....

 

Les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl, controversées, sont importantes, aussi bien du point de vue sanitaire, écologique, économique que politique. Plus de 200 000 personnes ont été définitivement évacuées...


Ce film nous raconte, minute par minute, ce qui c’est réellement passé ce 26 avril 1986 à Tchernobyl, filmé dans les parties des locaux de la centrale, restés intacts.

 

 


 


 
La Bataille De Tchernobyl, documentaire France 3 du 21 Avril 2006

 

http://www.techniques-ingenieur.fr/res/media/generic/image/media_63614_8/liquidateurs_2.jpg

 

Ce documentaire est extraordinaire. Diffusé en 2006 soit 20 ans après la cata, ce qu'il révèle est encore très largement méconnu : nous risquons encore une seconde explosion à Tchernobyl qui rendrait l'europe inhabitable.

Voir le topo de Jean-Pierre Petit : http://www.jp-petit.org/Presse/tchernobyl_mon_amour.htm

Voici les extraits critiques de la lettre de V. Nesterenko, membre-correspondant de l'Académie des sciences du Belarus, professeur, docteur ès sciences techniques, liquidateur des conséquences de l'accident survenu à la centrale atomique de Tchernobyl en 1986 :

"Si la masse en fusion perçait la dalle de béton sous le réacteur et pénétrait dans ces chambres de béton, il pouvait se créer des conditions favorables à une explosion atomique. Les 28-29 avril 1986 les collaborateurs du département de la physique des réacteurs de l'Institut de l'énergie atomique de l'Académie des sciences de Biélorussie ont fait des calculs qui montrèrent que 1300-1400 kg du mélange uranium+graphite+eau constituaient une masse critique et une explosion atomique d'une puissance de 3 à 5 Mégatonnes pouvait se produire (c'est une puissance 50 à 80 fois supérieure à la puissance de l'explosion d'Hiroshima). Une explosion d'une telle puissance pouvait provoquer des radiolésions massives des habitants dans un espace de 300-320 km de rayon (englobant la ville de Minsk) et toute l'Europe pouvait se trouver victime d'une forte contamination radioactive rendant la vie normale impossible."

 

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 11:12

Ico-bedes-2.jpg

 

De 1960 à 1996, quelques 150 000 appelés et militaires de carrière ont participé aux 210 essais nucléaires français, expérimentés au Sahara algérien et en Polynésie française. Après plus de 40 ans de dénis et de mensonges du gouvernement français, les premières indemnisations commencent à arriver aux victimes et à leur famille.. A l'heure où la stabilité de l'atole de Mururoa est remise en question par les experts, où les essais souterrains ratés sont mis sur le devant de la scène par les anciens militaires en fin de vie, ce reportage vous éclairera sur la course à l'arme atomique et sur l'utilisation des hommes en tant que cobayes..

 

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 16:10

http://www.histoire-en-questions.fr/antiquite/rome/esclave5.jpg

 

Pensez-vous qu'ils ne pourront pas mettre en place demain ce qu'ils ont déjà mis en place par le passé ?

Source : http://sdebeketch.com/

 


 

Hommes, femmes, enfants, blancs, noirs.... Triste réalité de ce bas monde... Profitez de ce cours d'histoire sans commune mesure et sans langue de bois, une réalité comme jamais vous n'en entendrez sur le sujet. Mention spéciale et carton rouge pour l'Angleterre..

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 17:21
546146_313270762104835_273027992_n.jpg
 
L’aérosol était pulvérisé à partir de ventilateurs installés sur les toits et montés sur des véhicules, explique le Dr Lisa Martino-Taylor, professeur de sociologie.
 

Les recherches de M. Martino-Taylor démontre que ces études de dispersion en plein air réalisées dans les années 1950 et 1960 sont probablement la réalisation de l’intention de ce groupe de mener une étude sur l’inhalation de matières radioactives dans une zone urbaine.

 

La BBC rapporte un épandage de sulfure de cadmium sur la population en 1959.


L'opération LAC (Large Area Coverage) était une opération de l'US Army Chimical Corps qui consistait à disperser des microscopiques particules de sulfure de cadmium et de zinc (ZnCdS) sur une grande partie des États-Unis. L'objectif était de déterminer la plage de dispersion géographique d'agents biologiques ou chimiques.
 
 
Partager cet article
Repost0

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment