Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 15:53
Les secrets du Karakoum (Doc) [VF]

 

 

Sur le site d'Adji Kui, au Turkménistan, en plein coeur du désert du Karakoum, des fouilles archéologiques permettent de confirmer l'existence d'une civilisation urbaine très avancée au troisième millénaire avant J.-C.

Raffinés, les habitants de cette cité attachaient une grande importance à la beauté. La mise au jour de statuettes féminines confirme l'intuition des archéologues : il s'agissait probablement d'une société fondée sur le matriarcat. Mais l'équipe, emmenée par l'Italien Gabriele Rossi-Osmida, découvre également une série d'amulettes racontant l'un des premiers récits connus de l'Histoire : celui d'Etana, premier roi de l'humanité
.

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 21:16

Quand on sait qui est Kasparov on se sent moins seul.. Merci au Bistro Bar Blog pour cette excellente traduction.

 

Source : Bistro Bar Blog (Part1) (Part2)

Via : RenovatioTV

 

Remise en question de la chronologie de l'histoire, par Garry Kasparov

 

Garry Kasparov (né en 1963) a gagné le titre de champion du monde d'échecs en 1985, à l'âge de 22 ans. Il est resté classé joueur n°1 mondial pendant 255 mois, durée de loin la plus longue de tous les temps et presque trois fois plus longtemps que son plus proche rival, Anatoly Karpov. En 1997, lors d'un défi historique qui a fait les gros titres partout dans le monde, il a battu le superordinateur d'IBM Deep Blue. 

 

 

Depuis l'enfance, l'histoire ancienne et le Moyen-Âge m'ont inspiré et passionné, j'ai également une bonne mémoire, ce qui me permet de me souvenir des événements historiques, des dates, des noms et des détails qui s'y rapportent. Donc, après avoir lu de nombreux ouvrages d'histoire, j'ai analysé et comparé les informations et, peu à peu, j'ai commencé à ressentir qu'il y avait quelque chose qui ne collait pas avec les dates de l'antiquité. Il y avait trop de contradictions impossibles à expliquer dans la structure de la chronologie traditionnelle. Par exemple, examinons ce qu'on nous apprend sur la Rome antique.
 
 
L'ouvrage monumental, Le Déclin et la Chute de l'Empire Romain, écrit par l'historien érudit anglais Edward Gibbon (1737-1794), est une riche source d'informations détaillées sur l'histoire de l'empire romain. Avant de commenter ce livre, permettez-moi de remarquer que je ne peux imaginer comment – avec leurs vastes territoires – les romains n'ont pas utilisé de cartes de géographie, comment ils ont administré le commerce sans système bancaire et comment l'armée romaine, sur laquelle reposait l'empire, fut incapable d'améliorer ses armes et ses tactiques militaires pendant neuf siècles de guerres. Avec la seule aide des mathématiques, il est possible de découvrir dans l'histoire ancienne de spectaculaires contradictions, dont les historiens ne semblent pas tenir compte. Analysons-en quelques unes.
 
 

E. Gibbon donne une description très précise de la légion romaine, qui "...était divisée en 10 cohortes... La première cohorte, …se composait de 1105 soldats... Les 9 autres cohortes consistaient chacune en 555 soldats,... Le corps entier de l'infanterie de légionnaires se montait à 6100 hommes".

 
Il écrit aussi, "La cavalerie, sans laquelle la force de la légion serait restée imparfaite, était divisée en 10 troupes ou escadrons ; la première, en tant que compagne de la première cohorte, se composait de 132 hommes ; alors que chacune des 9 autres ne donnait qu'un total de 66 hommes. L'établissement complet formait un régiment …de 726 chevaux, attribués naturellement à sa légion respective..."
 
Il donne pour finir une estimation exacte de la légion romaine : "Nous pouvons calculer, pourtant, que la légion, qui était elle-même un corps de 6831 romains, pouvait, avec son personnel auxiliaire, se composer d'environ 12.500 hommes. L'ordre garant de la paix de l'empereur Hadrien et de ses successeurs comportait pas moins de 30 de ces formidables brigades ; et se composait très probablement d'une force permanente de 375.000 hommes".
 
Cette énorme force militaire de 375.000 hommes, entretenue en temps de paix, était plus importante que l'armée napoléonienne dans les années 1800. Après 1800, Napoléon gérait généralement des armées de 250.000 hommes. (source : Encyclopédia Britannica online)
 
Laissez-moi souligner que toujours selon l'Encyclopedia Britannica, "Les batailles sur le continent au milieu du 18ème siècle impliquaient des armées d'environ 60.000 à 70.000 hommes de troupe".
 
Bien sûr, une armée avait besoin d'armes, d'équipement, de fournitures, etc.
 
De nouveau, E. Gibbon nous donne un luxe de détails : "En plus de leurs armes, que les légionnaires  considéraient comme peu encombrantes, ils étaient chargés de leur cantine, des instruments de fortification, et de provisions pour plusieurs jours. Sous ce poids, qui accablerait la fragilité d'un soldat moderne (ne pas oublier que l'auteur est mort peu après la révolution française...NdT), ils s'entraînaient à des marches régulières, 6 heures environ, presque 32 kilomètres. À l'apparition de l'ennemi, ils se débarrassaient de leurs bagages et par des évolutions simples et rapides transformaient la colonne de marche en ordre de bataille".

 

 
Cette description de la forme physique d'un soldat romain moyen est extraordinaire. Elle nous amène à la très étrange conclusion que, à un moment donné, la race humaine a régressé dans sa capacité à assurer les problèmes physiques. Est-il possible qu'il y ait eu un déclin graduel de la race humaine, avec des centaines de milliers d'athlètes du genre Schwarzenegger des temps romains évoluant vers des chevaliers au moyen-âge avec des corps relativement fragiles (comme les garçons ado d'aujourd'hui), dont les armures sont aujourd'hui fièrement exposées dans les musées ? Existe-t-il une explication biologique ou génétique raisonnable à ce changement spectaculaire affectant la race humaine sur une si courte période de temps ?
 
Pour doter d'armes une telle armée, toute une industrie a dû être nécessaire. Dans son livre, E. Gibbon mentionne explicitement des armes en fer (ou même en acier) : "En plus d'une lance plus légère, le soldat légionnaire empoignait dans sa main droite le formidable pilum..., dont la longueur maximum était de 1,80 m et qui se terminait pas une pointe d'acier massive triangulaire de 45 centimètres". À un autre endroit, il indique, "L'usage de lances et de masses d'acier..."
 
On pense que l'extraction du fer à partir du minerai était très courante dans l'empire romain. Cependant pour fondre du fer pur, il faut chauffer à 1539°C, ce qui ne pouvait se faire en brûlant du bois ou du charbon sans les haut-fourneaux inventés plus de 1000 ans plus tard. Même au 15ème siècle, le fer produit était de très mauvaise qualité parce que de grandes quantités de carbone devaient être ajoutées pour abaisser la température de fusion à 1150°C. Il y a aussi la question des ressources suffisantes – les haut-fourneaux utilisés au milieu du 16ème siècle nécessitaient de grandes quantités de bois pour produire du charbon de bois, procédé coûteux et sale qui a conduit à la déforestation finale de l'Europe. Comment l'ancienne Rome a-t-elle pu soutenir une production de fer de qualité sur une échelle nécessaire pour fournir des milliers de tonnes d'armes et d'équipements à sa vaste armée ?
 
Si on fait simplement une estimation de la taille de l'armée, nous pouvons conclure que la population de l'empire romain oriental et occidental dans le deuxième siècle après J-C était au moins de 20 millions d'habitants, mais elle aurait pu être de 40 ou même 50 millions. Selon E. Gibbon, "L'Italie d'alors … possédait 1197 cités." La cité de Rome avait plus d'un demi-million d'habitants, et il y avait d'autres grandes cités dans l'empire. Toutes ces villes étaient reliées par un réseau de routes publiques pavées, leur longueur mise bout à bout faisait plus de 6400 km ! Ce qui ne pouvait être possible que dans une société technologiquement avancée. Selon J.C. Russel, au 4ème siècle la population de l'empire romain de l'occident était de 22 millions (y compris 750.000 habitants en Angleterre et 5 millions en France), alors que la population de l'empire romain de l'orient était de 34 millions.
 
Il n'est pas difficile de déterminer qu'il y a un sérieux problème avec ces chiffres. En Angleterre, la population, de 4 millions au 15ème siècle, est passée à 62 millions au 20ème siècle. Pareillement en France, une population d'environ 20 millions au 17ème siècle (pendant le règne de Louis XIV), est passée à 60 millions au 20ème siècle...et cette croissance s'est faite malgré des pertes dues à plusieurs guerres atroces. Nous savons par les archives historiques que pendant les seules guerres napoléoniennes, environ 3 millions de gens périrent, la plupart étant des hommes jeunes. Mais il y a eu aussi la révolution française, les guerres du 18ème siècle dans lesquelles la France a souffert de lourdes pertes et la boucherie de la première guerre mondiale. En supposant un taux de croissance constant de la population, il est facile d'estimer que la population de l'Angleterre a doublé tous les 120 ans, alors que celle de la France a doublé tous les 190 ans.
 
Figure 1
 
 
Le graphique montrant la croissance hypothétique de ces deux paramètres est exposé dans la figure 1. Selon ce modèle, aux 4ème et 5ème siècles, à la chute de l'empire romain, la population (hypothétique) de l'Angleterre aurait dû être de 10.000 à 15.000, alors que la population de la France aurait été de 170.000 à 250.000. Cependant, selon les estimations basées sur les documents historiques, les populations se chiffreraient par millions.

 

 

 

>> Suite sur le Bistro Bar Blog <<

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 17:48
 Larry McDonald meurt 3 mois aprés avoir évoqué le N.O.M. [VOSTFR]

"Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. [...] Est-ce que j'entends par là une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu'il y a un tel complot, d'envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique."

Lawrence Patton McDonald (1935-1983), congressiste américain tué dans l'attaque d'un vol de la Korean Airlines, dans un message public diffusé en 1976

 

 

 

Sans commentaire..

 

Le fameux Bluebook (anglais) en PDF sur ce lien :

 

http://ia700502.us.archive.org/4/items/TheBlueBook/MicrosoftWord-Document1.pdf

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 21:54
The pyramid code : A different story about ancient Egypt and our origins. [VO]The pyramid code : A different story about ancient Egypt and our origins. [VO]The pyramid code : A different story about ancient Egypt and our origins. [VO]
The pyramid code : A different story about ancient Egypt and our origins. [VO]The pyramid code : A different story about ancient Egypt and our origins. [VO]

Le "Code des pyramides" est un documentaire qui explore les sites des pyramides et des anciens temples en Egypte aussi bien que les sites mégalithiques à travers le monde afin de rechercher des preuves d'une ancienne conscience matriarchale, d'anciennes connaissances et d'une technologie sophistiquée datant d'un âge d'or.

 

Tout ceci est basé sur des recherches étendues sur 25 voyages en Egypte et 51 dans d'autres pays par le Dr Carmen Boulter ancienne du "Graduate Division Of Education Research" à l'université de Calgary au Canada.

 

Documentaire de 3 h 32 min

 

Original :

 

The Pyramid Code is a documentary that explores the pyramid fields and ancient temples in Egypt as well as ancient megalithic sites around the world looking for clues to matriarchal consciousness, ancient knowledge and sophisticated technology in a Golden Age. It's based on the extensive research done in 25 trips to Egypt and 51 other countries around the world by Dr. Carmen Boulter formerly from the Graduate Division of Educational Research at the University of Calgary in Canada.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 19:59
 Le Secret des Templiers (Doc) [VF]

L'ordre du Temple est le premier exemple d'une création originale de la chrétienté  médiévale occidentale : l'ordre religieux-militaire. Au XIIe siècle, dans le vaste mouvement de la réforme grégorienne et de la croisade, le nouveau chevalier du Christ, tel que saint Bernard l'a magnifié, prononce les vœux du moine, vit selon une règle, mais agit dans le siècle. Et de quelle manière ! Puisque, pour sa foi, il combat, il tue et il meurt. Créé pour protéger les pèlerins de Jérusalem reconquise par les croisés, il étend sa mission à la défense des Etats latins d'Orient, puis à l'Espagne de la Reconquista. On comprend ainsi combien la création de l'Ordre des Templiers fut une idée révolutionnaire. 

 

Vendredi 13 octobre 1307. Partout dans le royaume de France, les agents du roi Philippe le Bel s'emparent de la personne des chevaliers du Temple. Les Templiers, naguère membres respectés d'un ordre modèle et défenseurs par excellence de la Terre sainte, sont emprisonnés par centaines, sous l'accusation d'apostasie, d'idolâtrie, de sacrilège et de sodomie. L'opération, spectaculaire, est sans précédent dans l'histoire médiévale. La mise en accusation est brutale. L'ordre du Temple devient le bouc émissaire d'un conflit qui le dépasse et qui sera exacerbé en France par la personnalité du roi et de ses conseillers : le conflit entre un pouvoir spirituel sur la défensive et l'Etat moderne qui s'affirme en Occident depuis le milieu du XIIIe siècle. Le procès connaîtra une fin aussi célèbre que tragique avec la mort sur le bûcher du grand maître Jacques de Molay et du commandeur Geoffroy de Charney le 18 mars 1314.  

 

L'histoire de l'ordre des Templiers a souvent été déformée ou obscurcie, depuis bientôt sept siècles, par le tissu de secrets, de mystères et de légendes dont tant d'auteurs l'ont enrobée, et au premier chef par les prétextes (hérésie, idolâtrie, sodomie) dont usa Philippe le Bel, avec la complicité du pape Clément V et des inquisiteurs, pour obtenir, au terme de sept ans de procès inique (1307-1314), la dissolution de la congrégation et la mort de tous ceux qui avaient refusé d'avouer leur appartenance à cet l'ordre. L’histoire de l’Ordre du Temple nous fascine parce que nous n’avons pas encore toutes les réponses à nos interrogations. Les chevaliers au blanc manteau sont morts depuis des siècles mais leurs mystères sont toujours bien vivants. Il est temps de lever un coin du voile… 

 

@ lesecretdestempliers

Partager cet article
Repost0
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 15:35
 Nazisme et occultisme - Les tabous de l'Histoire (Doc) [VF]

 

Source du résumé : MystèreTV

 

Par l'entremise de ce reportage, nous allons approfondir les rapports entre nazisme et occultisme jusque dans les retranchements des mythes, légendes, et autres traditions païennes dont cette idéologie s'est en grande partie inspirée. C'est un documentaire très long, qui s'attarde parfois dans des détails mais qui dans l'ensemble, est très bien structuré et fournit des informations inédites sur les racines du mal qui a rongé l'Allemagne dans les années 30.

 

C'est au début des années 30, justement, avec la croissance du NSDAP (parti national socialiste allemand) que les nazis réinventent l'histoire à leur avantage. Pour parvenir à le faire, ils façonnent une lignée prestigieuse allemande descendante de l'Atlantide, ce monde qui aurait disparu sous les flots. Et comme cela ne suffisait pas pour endoctriner les foules, ils envoyèrent une expédition du côté du Tibet pour tenter de retrouver des preuves de ce qu'ils avançaient.

 

Cette civilisation disparue aurait été pervertie, selon eux, par le mal et le vice, et le cataclysme qui s'en serait suivi n'aurait été qu'un châtiment divin. L'entourage direct de Hitler, tels Rudolf Hess, Alfred Rosenberg, Joseph Goebbels, ou encore Heinrich Himmler croyait apparemment dur comme fer à ce puzzle étrange, vaste agrégat d'occultisme de traditions païennes, le tout assemblé pour stimuler et glorifier les désirs d'une population en détresse.

 

Heinrich Himmler, le tout puissant responsable de la SS, n'était pas en reste pour proposer «des solutions» toujours plus nauséabondes. L'on apprend par exemple qu'en tant que serviteur zélé du régime, il avait institué la polygamie au sein de ses troupes triées sur le volet (selon des critères physiques et raciaux) pour les encourager à la procréation de «surhommes». Mais cela n'est pas tout, puisqu'il est aussi l'inventeur du programme lebensborn (fontaine de vie), un projet édifiant de sélection drastique des bébés «les plus fiables» dès la naissance.

 

Bien entendu, le parcours de Hitler fera l'objet d'un bref résumé, pour que nous puissions comprendre comment il a pu en arriver jusqu'à ces extrémités idéologiques. Selon toute vraisemblance, des revues comme celle d'Ostana, mélangeant occultisme et antisémitisme, ont probablement dû fortement l'inspirer, mais ce n'étaient certainement pas les seules en ces périodes troublées.

 

Quant à la Svastika, l'emblème du régime, elle a été empruntée à la religion hindouiste. Pour Hitler, elle symbolise «la victoire de l'homme aryen». Le culte de ce drapeau-considéré comme détenteur de pouvoirs magiques-deviendra tellement intense qu'il entrainera de nombreux rituels à la mémoire «des martyrs» nazis (des rituels que l'on nommera «sacres du drapeau de sang»).

 

Les nazis écraseront d'ailleurs toutes les autres religions, sûrement trop impures à leurs yeux. Les cérémonies au culte du nouveau Reich deviendront carrément mystiques grâce à des mouvements de foule d'une ampleur inégalée combinées avec l'utilisation de techniques invitant à la fascination.

 

La population allemande était forcée à ne faire qu'un pour son Führer, l'individu n'existait plus en tant que tel. Hitler écrira un ouvrage (Mein Kampf), qui deviendra une référence pour tout bon nazi qui se respecte, les autres œuvres littéraires n'ayant guère le droit de citer sans autorisation. La stérilisation forcée fut coutume courante pour quiconque présentait le moindre risque de transmission à sa progéniture d'un gène non aryen.

 

Nombre des disciples d'Hitler, comme Himmler, étaient très intéressés par les mythes nordiques, les traditions païennes, l'occultisme. Au point qu'un alphabet sacré (runes) sera utilisé dans certains rites nazis. Beaucoup d'astrologues payèrent au prix fort (tortures, exécutions) leur coopération avec le régime nazi, sauf ceux qui travaillaient sous la coupe de Himmler.

 

Bref, un recueil de témoignages assez hallucinants d'un passé pas si lointain que cela, regroupant pléthore d'intervenants de qualité (historiens, anciens nazis, etc....) à regarder avec intérêt dans toutes les chaumières, au moins pour ne pas oublier.

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 22:51

 

 

Vidéo trouvée sur : l'échelle de Jacob

 

Helena Petrovna von Hahn, plus connue sous le nom d'Helena Blavatsky ou Madame Blavatsky (en russe : Елена Петровна Блаватская), souvent désignée par ses initiales (HPB), née le 30 juillet 1831 à Ekaterinoslav (aujourd'hui Dniepropetrovsk en Ukraine) et morte le 8 mai 1891 à Londres, est l'un des membres fondateurs de la Société théosophique et d'un courant ésotérique auquel elle donna le nom générique de Théosophie.

 

@ Wikipédia

 

 

Helena Blavatsky d'après Esopédia

 

Héléna Petrovna Hahn naquit prématurément à minuit entre le 30 et le 31 juillet 1831 (12 août du calendrier russe) à Ekaterinoslav, province du même nom, en Russie du Sud. Tant d'étranges incidents se produisirent à sa naissance et à son baptême que les serviteurs russes lui prédirent une vie agitée.

 

Héléna était une enfant volontaire, née d'une longue lignée d'hommes et de femmes impérieux et puissants. L'histoire de ses ancêtres se confond avec celle de la Russie. Il y a des siècles, des Slaves nomades erraient dans l'Europe centrale et orientale. Ils avaient leurs propres formes de gouvernement, mais lorsqu'ils s'établirent à Novgorod ils furent déchirés par des rivalités qu'ils ne purent réduire par eux-mêmes. Ils demandèrent l'aide de Rurik qui était, en 862 de notre ère, le chef d'une des bandes errantes de "Russ" Nordmans ou Scandinaves, à la recherche de marchés et de puissance. Rurik vint édifier à Novgorod le premier gouvernement civil, centre opulent de commerce entre l'Est et l'Ouest. Il en fut le premier prince et régna quinze ans. De son vivant, son fils Igor et son neveu Oleg consolidèrent son pouvoir à l'Ouest et au Sud. Kief devint une grande principauté, et celui qui y régnait était le souverain virtuel de la Russie. Au cours des siècles, les descendants de Rurik étendirent leurs conquêtes et leur autorité dans tout le pays. Wladimir 1er († 1015) adopta le Christianisme comme religion de son peuple, et le prétendu "Paganisme" s'éteignit. Yaroslav le Sage († 1034) formula des codes et les "Droits Russes". Le sixième fils de Wladimir II (1.113-25) était Yuri à la longue main, celui qui saisit, ou "dolgorouki". Cette appellation devint le nom de famille. Yuri fonda Moscou, et de lui sortirent les puissants Grands-Ducs qui régnèrent et se combattirent avec rage. Les hordes Mongoles, en 1224, tirèrent avantage des divisions et dominèrent les groupes turbulents, tous jaloux de la puissance et de la position des autres. Mais Ivan III, nu Dolgorouki, rejeta, en 1480, le joug Mongol et Ivan IV exigea d'être couronné Tsar en s'emparant de l'autorité suprême. La longue et brillante dynastie des Dolgorouki s'éteignit avec son fils. Mais la famille continua à dominer sous les Romanoff, jusqu'au jour où la Branche "aînée" des Dolgorouki, dont les Tsars Romanoff étaient regardés comme la branche cadette, s'éteignit en la personne de la grand-mère de Mme Blavatsky, la Princesse très douée et érudite Héléna Dolgorouki, qui épousa André Mikaelovitch Fadéef.

 

La famille d'Hélène était donc au premier plan en Russie, ayant à soutenir rang et tradition, et connue dans toute l'Europe. Héléna était une rebelle et depuis son enfance tournait constamment les conventions en dérision elle avait pourtant soin d'éviter que ses actes affectent sa famille ou portent atteinte à son honneur. Son père, le capitaine Peter Hahn, descendait d'une lignée de vieux croisés Mecklembourgeois, les Rottenstern Hahn. La mère, douée d'un talent littéraire plein de finesse, était morte lorsque Héléna n'avait encore que onze ans ; son enfance se passa chez les grands-parents Fadéef, dans une immense propriété de Saratov qui abritait de nombreux membres de la famille et beaucoup de serviteurs, le grand-père Fadéef étant Gouverneur de la province de Saratov. La nature d'Hélène était fortement marquée d'une aptitude psychique innée, à tel point que c'était sa caractéristique la plus évidente. Elle prétendait communiquer avec les habitants de mondes autres et plus subtils, que les hommes d'ordinaire ne voyaient pas, ainsi qu'avec des êtres humains dits "morts" et elle en donnait la preuve. Cette aptitude naturelle fut l'objet d'un entraînement et d'un développement qui dura toute sa vie. Son éducation fut influencée par la situation mondaine de sa famille et par les éléments de culture qui prévalaient alors. C'est-à-dire qu'elle parlait plusieurs langues et était très habile musicienne ; sa grand-mère, très instruite, y ajouta un sens scientifique et de l'expérience, et elle avait sa part des dons littéraires qui semblaient fréquents dans sa famille.

 

En 1848, à dix-sept ans, Héléna épousa le vieux général Nicéphore V. Blavatsky, Gouverneur de la province d'Erivan. Plusieurs récits ont été faits sur la raison de ce mariage mais elle témoigna dès le début à quel point ce mariage lui déplaisait. Au bout de trois mois, elle s'enfuit, retourna à sa famille qui l'envoya chez son père. Craignant d'être contrainte de retourner vers le général Blavatsky, elle faussa compagnie en route, et commença une vie d'errance et d'aventures qui dura cinq années. Son père restait en rapport avec elle et lui envoyait des fonds. Il semble qu'elle resta assez longtemps hors de Russie pour que sa séparation d'avec son mari devint légale.

 

En 1851, Héléna – maintenant Mme Blavatsky ou H.P.B. – rencontra pour la première fois physiquement le Frère Aîné ou Adepte, qui avait toujours été son protecteur, la préservant de tout danger grave au cours de ses plus osées escapades puériles. Dès lors, et à jamais, elle devint sans réserve Son disciple, pleinement sensible à chacune de Ses indications ou ordres. Sous Sa direction, elle apprit à contrôler et à diriger les forces auxquelles elle était soumise du fait de sa nature particulière. Elle traversa des expériences d'une extraordinaire variété dans le domaine de la "magie" ou de l'occultisme. Elle apprit à transmettre des messages de ses Instructeurs aux destinataires et, chemin faisant, à braver le danger et l'incompréhension. Suivre ses déplacements pendant ces années, c'est marcher à sa suite dans le monde entier. Pendant un certain temps, elle séjourna dans l'Himalaya, étudiant dans les monastères où sont conservés les enseignements de certains des plus savants Instructeurs Spirituels passés du monde. Elle étudia la Vie et les Lois des mondes intérieurs, et les règles qu'il faut observer pour avoir la possibilité d'y atteindre. En témoignage de cette période de son éducation occulte, elle nous a laissé une exquise traduction des axiomes spirituels de La Voix du Silence.

 

En 1873, H.P. Blavatsky se rendit aux Etats-Unis d'Amérique pour faire le travail en vue duquel elle avait subi cet entraînement. Pour quelqu'un qui n'aurait pas eu son courage, la chose aurait pu paraître impossible. Femme russe inconnue, elle se lança dans le mouvement spirite qui agitait alors si fortement l'Amérique et d'autres pays à un moindre degré. Les esprits scientifiques avaient un grand désir de découvrir la signification de ces étranges phénomènes et trouvaient malaisé de se frayer un chemin dans la masse de fraude et de tromperie jusqu'à la vérité. De deux façons, H.P. Blavatsky essaya de faire voir l'explication qui y conduirait : 1° en faisant la démonstration pratique de ses propres pouvoirs ; 2° en déclarant qu'il y avait un savoir antique concernant les lois les plus profondes de la vie, étudié et conservé par ceux qui pouvaient les utiliser en sécurité et pour de bonnes causes des gens qui, dans leurs degrés supérieurs, étaient appelés des "Maîtres" bien que d'autres titres leur soit aussi donnés : Adeptes, Chohans, Frères Aînés, la Hiérarchie Occulte, et ainsi de suite.

 

Pour donner corps à ses déclarations, H.P.B. écrivit en 1877 Isis dévoilée et, en 1888, La Doctrine Secrète, toutes deux "données" par les Maîtres. Dans Isis dévoilée, elle brandit courageusement les preuves qu'elle avait assemblées dans les Ecritures mondiales et autres archives, devant le visage de l'orthodoxie religieuse, du matérialisme scientifique, de la foi aveugle, du scepticisme et de l'ignorance. Elle rencontra le mépris, mais la pensée du monde en fut affectée et éclairée.

 

Lorsque H.P.B. fut "envoyée" aux Etats-Unis, une de ses plus importantes tâches fut de former une Société qui, lors de sa fondation, fut nommée la Société Théosophique, "pour rassembler et diffuser la connaissance des Lois qui gouvernent l'Univers. La Société faisait appel à la collaboration fraternelle de ceux qui peuvent comprendre l'importance de son champ de travail, et qui sont en sympathie avec les buts pour lesquels elle a été organisée". Cette "fraternelle collaboration" devint le premier des Trois Buts du travail de la Société qui, depuis bien des années, ont été délimités comme suit :

 

  • Premier : Former un noyau de la Fraternité universelle de l'Humanité sans distinction de race, croyance, sexe, caste ou couleur ;
  • Deuxième : Encourager l'étude comparée des Religions, des Philosophies et des Sciences ;
  • Troisième : Explorer les lois inexpliquées de la Nature et les pouvoirs latents en l'homme.

 

Mme Blavatsky reçut l'ordre d'amener le Colonel Henry Steel Olcott à s'associer à elle pour former la Société. C'était un homme considéré et bien connu dans la vie publique d'Amérique. Tout comme H.P.B., il a tout sacrifié pour accomplir la tâche qui lui avait été confiée par les Maîtres.

 

Ils se rendirent en Inde en 1879 et c'est là qu'ils posèrent les premières fondations solides de leur oeuvre. La Société se répandit rapidement d'un pays à l'autre, supportée avec vigueur par des hommes et des femmes convaincus par son attitude de service de l'humanité, sa largeur de vues, la logique et la clarté de sa philosophie et l'inspiration de sa direction spirituelle. H.P.B. fut chargée par les Maîtres de la responsabilité de répandre La Doctrine Secrète ou Théosophie dans le monde – avant tout, c'était un instructeur. La tâche d'organiser la Société revint au Colonel Olcott, et il le fit avec un succès éclatant. Naturellement, ces deux pionniers rencontrèrent opposition et incompréhension, spécialement H.P.B. Mais elle était préparée à tous les sacrifices. Comme elle l'écrivit dans la Préface de La Doctrine Secrète : "elle est habituée aux injures la calomnie est son lot quotidien les propos médisants la font sourire dans un mépris silencieux".

 

La période la plus brillante et la plus efficace de la vie d'H.P.B. fut peut-être celle qu'elle passa en Angleterre de 1887 à 1891. Les effets de l'injuste Rapport de la Société des recherches Psychiques de Londres en 1885, à propos de ses phénomènes, joints aux attaques des Missionnaires chrétiens en Inde s'étaient jusqu'à un certain point apaisés. Elle ajouta l'entraînement et l'instruction d'élèves chargés de poursuivre son oeuvre, à un travail incessant d'écrivain et à une abondante correspondance. C'est à cette fin qu'elle organisa, avec la sanction officielle du Président (Colonel Olcott), la Section Esotérique de la Société Théosophique. En 1890, plus de mille membres dans de nombreux pays recevaient ses directives.

 

LA DOCTRINE SECRETE est décrite par son titre. Elle présente "non la Doctrine Secrète dans sa totalité, mais un nombre choisi de fragments de ses données fondamentales".

 

  • a. Elle indique que, par la comparaison des Cosmogénèses des anciens, une perception des véritables Universaux peut être acquise ;
  • b. Elle donne l'indice pour retrouver l'histoire authentique des races de l'humanité ;
  • c. Elle soulève le voile de l'allégorie et du symbolisme pour révéler la beauté de la Vérité ;
  • d. Elle présente à l'intellect avide, à l'intuition, et aux perceptions spirituelles, les "secrets" scientifiques de l'Univers. Ils restent pourtant des secrets tant qu'ils n'ont pas été pleinement assimilés et compris.

 

H.P.B. mourut le 8 mai 1891 et laissa à la postérité un grand héritage de certaines des pensées les plus belles qui aient jamais été offertes au monde. Elle ouvrit les portes longtemps fermées des mystères ; elle révéla une fois de plus la vérité sur l'Homme et la Nature ; elle apporta le témoignage de la présence sur Terre de la "Hiérarchie Occulte" qui garde et guide le monde. Elle est honorée par des milliers de gens, car elle a été, et elle est, un phare éclairant le sentier vers les hauteurs que tous doivent un jour gravir.

 

Source du texte : ésopédia

 

 

Les 6 volumes de "La doctrine secrète" sont disponibles en PDF sur

 

SanctusGermanicus

ou sur

Urobor

 

 

"Isis dévoilée" Tome 1 sur IzaVoyance

 

 

D'autres livres de HPB (et plus..) sur IzaVoyance :

 

Les rêves et l'éveil intérieur
La voie du silence
Glossaire théosophique
Fondement de la philosophie ésotérique
Premiers pas sur le chemin de l'occultisme
La clé de la théosophie

Qui était Helena Blavatsky ? - Fondatrice de la Société Théosophique  (Conférence+PDF) [VF]
Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 20:03
Christophe Oberlin : LA VALLÉE DES FLEURS (ITW) [VF]

 

Christophe Oberlin présente son nouveau livre LA VALLÉE DES FLEURS, une évocation de la déportation en 1992 de 417 palestiniens

 

LA VALLÉE DES FLEURS, une évocation de la déportation en 1992 de 417 palestiniens qui seront relégués pendant plusieurs mois dans une zone de non-droit sur la frontière libanaise. S'y forgeront les convictions de palestiniens qui défieront par la suite et jusqu'à nos jours la brutale oppression israélienne sur la Cisjordanie et Gaza.

 

Marj El Zouhour, la « vallée des fleurs » : un simple hameau au coeur du Liban Sud, que rien ne prédisposait à la notoriété. Pourtant aujourd'hui à Gaza et en Cisjordanie , des médecins, des professeurs, des imams, des députés, des ministres sont « des anciens de Marj El Zouhour ».

 

En effet ce ne sont pas moins de 417 Palestiniens du Hamas et du Jihad Islamique qui ont été capturés sur ordre d'Yitzhak Rabin en décembre 1992, et déportés en terre libanaise.

 

Alors débute une formidable saga médiatique, diplomatique et juridique, tandis que les exilés, pacifiques et intellectuels pour la plupart, s'organisent, fondent une université et font fructifier leur exil qui va durer une année. La presse se saisit de l'événement, l'ONU, l'Europe et les USA condamnent l'expulsion.

 

De quelle manière cette réunion forcée, cinq ans seulement après la fondation du Hamas, a-t-elle pu constituer un efficace « séminaire de formation » ? Existe-t-il un lien entre le coup-de-force israélien et les négociations d'Oslo qui étaient en cours ?

 

Une aventure humaine étonnante qui éclaire d'un jour particulier l'actualité du Proche-Orient et ses acteurs.

 

Familier de la bande de Gaza où il s'est rendu plus d'une trentaine de fois depuis 2001, Christophe Oberlin est professeur à l'Université Paris VII.

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 19:24
Les Techniques de contrôle mental de la CIA (Doc) [VostFR]

 

Source : MK POLIS

 

Titre original : CIA Mind Control Technics (ABC News - 1979)
Traduction : Guilux04 & Hussardelamort

 

Ce documentaire porte sur les différents projets secrets menés par la CIA concernant le contrôle mental.


Ces études, totalement illégales, s'intensifièrent avec la découverte du LSD, substance qui sera administrée, entre autres, à des citoyens américains à leur insu.

 

 

 

A l'aide de John Marks (Auteur de "Un crime dans la tête) et de documents déclassifiés, les journalistes tentent de démêler les affaires suivantes :

 

- Harold Blauer
http://en.wikipedia.org/wiki/Harold_Blauer
Joueur de tennis professionnel admit comme patient à l'Institut Psychiatrique privé de l'Etat de New York.
Ce dernier trouva la mort après 5 injections d'un dérivé de Mescaline.

 

- Franck Olson
http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Olson
Scientifique qui travailla pour l'US Army dans une division top secret de Fort Detrick à Frederick et qui mourut dans des circonstances suspectes à New York.

 

- James Thornwell
http://www.nytimes.com/1984/06/29/obituaries/james-r-thornwell-46-dies-sued-army-over-test-of-lsd.html
Militaire américain basé à Orléans, accusé de vol à tort, qui fût torturé dans sa caserne à Orléans.

 

- Velma Orlikow
http://en.wikipedia.org/wiki/David_Orlikow
Epouse d'un parlementaire canadien, elle entra dans un institut privé pour soigner sa dépression.
Un traitement de choc lui fût administré par le Dr Ewen Cameron.

 

Cette série d'interviews d'anciens agents de la CIA, et autres docteurs sans scrupules, vient confirmer l'horreur et le secret de ses projets ayant eu cours entre les années 50 et 70.


Qu'en est-il de nos jours ? Jusqu'où sont allés les agences de renseignements ?

 

Sont mentionnés les.."docteurs" :


- Dr Ewen Cameron
http://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Ewen_Cameron


- Dr Sidney Gottlieb
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sidney_Gottlieb


- Dr José Delgado
http://fr.wikipedia.org/wiki/José_Delgado


- Dr Albert Hofmann
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Hofmann


- Dr Timothy Leary
http://fr.wikipedia.org/wiki/Timothy_Leary


- Dr Russell Monroe
http://www.sfgate.com/bayarea/article/Russell-R-Monroe-authority-on-the-brain-2656801.php


- Dr Sidney Cohen
- Dr James Cattell
- Dr Laurent Frenkel
- Dr Milton Kline
- Dr James Moore
- Dr Robert Cleghorn
- Dr Maurice Dongier

 

Les agents de la CIA :


- John Gittinger
http://en.wikipedia.org/wiki/Personality_Assessment_System


- Lyman Kirkpatrick
http://en.wikipedia.org/wiki/Lyman_Kirkpatrick


- Stansfield Turner
http://en.wikipedia.org/wiki/Stansfield_Turner


- William Donovan
http://en.wikipedia.org/wiki/William_J._Donovan


- Mike Burke
http://en.wikipedia.org/wiki/E._Michael_Burke


- Stanley Lovell
- George White
- Charles Siragusa

 

Autres intervenants :


John Marks
http://en.wikipedia.org/wiki/John_D._Marks


Robert Gordon Wasson
http://en.wikipedia.org/wiki/R._Gordon_Wasson


Maria Sabina
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maria_Sabina


Jozsef Mindszenty
http://en.wikipedia.org/wiki/J%C3%B3zsef_Mindszenty


Robert Lashbrook
Lyman Kirkpatrick

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 17:57
La série &quot;Enigma&quot; (Docs) [VF]

Source (et émissions à télécharger en MP3) : Enigma Radio

 

Enigma N°1 - Le nouvel ordre mondial, mythes et réalités

 

 

Premier épisode d'une série épique et philosophique.


Dialogues et débats divers autour de thèmes précis nous offrant une vision nouvelle et inattendue sur le monde qui nous entoure.


Révélations et rebondissements sont au programme.Débats argumentés et complets portant à la réflexion personnelle, tirés de la série : Enigma (Europaradio) débats menés par le Baron Fou et Monsieur K de la webradio pirate , à écouter et à encourager...

 

 

 

 

Enigma N°2 : Le mystère des anneaux

Le sens caché du seigneur des anneaux

 

 

 

 

 

Enigma N°3 : Communisme et occultisme 

 

 

 

 

Enigma N°4 : Atlantide et mondes engloutis

 

 

 

 

Enigma N°5 : Zombies Pop - Politique et morts vivants

 

 

 

 

Enigma N°6 : Pouvoir et secrets

 

 

 

 

Enigma N°7 : Raspoutine: intrigues et mysticisme

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 20:12

 

Fragment d'un des codex

 

Trouvé sur : le jardin des livres

 

On désigne sous le nom de bibliothèque de Nag Hammadi un lot de papyrus découverts fortuitement par des paysans égyptiens durant l'hiver 1945-1946. Ces papyrus étaient enfermés dans une jarre, au pied de la falaise du Gebel el-Tarif, assez près de l'ancien monastère fondé par Pacôme (Pboou ou Phboou, aujourd'hui Faou Guibli), sur le territoire du village de Qsar El-Sayyad (l'antique Khenoboskion) dépendant de Nag Hammadi, soit à 560 kilomètres au sud du Caire et à 60 kilomètres au nord-ouest de Louxor.

 

Ce lot se compose de treize codices reliés, écrits dans le dialecte copte de Haute-Égypte (le sahidique, parfois nuancé d'akhmimismes). Dans un état de conservation variable, les 1156 pages inscrites renferment 54 oeuvres différentes, la plupart inconnues par ailleurs, dont le fameux Évangile selon Thomas, un recueil de paroles attribuées à Jésus. Il s’agit de textes religieux, généralement décrits comme gnostiques.

 

L'ensemble, qui est maintenant déposé au Musée copte du Caire, est remarquablement conservé, si l'on songe que, sur les mille pages environ qui nous sont parvenues, près de huit cents sont intactes. Le terme de « bibliothèque » paraît le plus approprié pour désigner ce lot de papyrus, puisqu'il s'agit d'une collection d'ouvrages destinés vraisemblablement à l'usage d'une communauté et recopiés d'après des exemplaires de livres circulant de groupe en groupe, comme cela se pratiquait dans l'Antiquité. Un copiste a d'ailleurs laissé cette petite note, entre deux textes, dans le Codex VI : « C'est le premier traité que j'ai écrit [ou : copié], il y en a beaucoup qui me sont parvenus, mais je ne les ai pas copiés, pensant qu'ils vous sont déjà parvenus. » Certains des quarante-cinq ouvrages contenus dans les treize codices y figurent en deux, voire trois versions, plus ou moins longues, selon les copistes.

 

Si les textes originaux ont été composés en grec, pour la plupart d'entre eux, dans la seconde moitié du iie siècle, ceux qui nous sont parvenus ont été copiés vers le milieu du ive siècle. On peut, en effet, les dater paléographiquement de cette époque ; mais une précision exceptionnelle est fournie par le « cartonnage » de la reliure du Codex VII, où figurent des documents administratifs datés de 333 à 348.

 

@ universalis.fr

 

Dans ce premier tome, les éditions le jardin des livres proposent une traduction dirigée par le Pr. James Robinson, le grand spécialiste mondial des textes de Nag Hammadi.

 

 

 


La bibliothèque de Nag Hammadi est une collection de textes variant largement quant aux auteurs, dates et aux lieux où ils ont été écrits. Les points de vue exposés divergent à un tel degré que l'on considère que ces textes ne
proviennent pas d'un seul groupe ou mouvement.

Pourtant, ces documents diversifiés devaient avoir quelque chose en commun puisque ceux qui les ont rassemblés les ont choisis. Les collecteurs ont sans aucun doute contribué à cette unité en y trouvant des sens cachés que les auteurs originaux n'avaient pas pleinement considérés. Après tout, L'Évangile de Thomas débute avec une phrase adressée aux sages : « Celui qui trouvera l'interprétation de ces paroles n'expérimentera pas la mort ».

Ainsi les textes peuvent être lus selon deux niveaux : ce que l'auteur original avait l'intention de communiquer et ce que les textes voulaient ultérieurement transmettre. Les idées directrices à la base de la réunion de ces textes sont un éloignement de la masse humaine, une affinité avec un ordre idéal qui transcende totalement la vie telle que nous la connaissons, et un style de vie radicalement différent de l'usage commun. Le style de vie par exemple, impliquait d'abandonner tous les dieux auxquels les gens aspiraient habituellement et de désirer l'ultime libération.

Extrait

 

 

Les manuscrits de Nag Hammadi en ligne et en français

 

www.naghammadi.org

 

 

 

&quot;LES MANUSCRITS DE NAG HAMMADI&quot; Pr James Robinson (PDF)
Partager cet article
Repost0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 19:21

 

 

Considérés comme les premiers occupants du continent américain, les Indiens d’Amérique (ou Amérindiens) nous fascinent encore aujourd’hui. Leur histoire porte les stigmates de la violence entre les hommes, de l’incompréhension des peuples, des luttes raciales et ethniques, mais aussi de traditions, légendes et rituels ancestraux, d’une spiritualité riche en enseignements et d’une organisation sociale, économique et culturelle largement étudiée par les chercheurs.


A travers cette sélection, vous pourrez soulever le couvercle de leur « mémoire », aux origines de l’Amérique, des conquêtes de territoires et des batailles atroces ayant probablement entraîné jusqu’à 43 millions de morts du côté amérindien à partir de l’arrivée des européens au XVème siècle.

 

Ci dessus : autre lien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 500 nations : L'histoire vue par les indiens d'Amérique (Docs) [VF]
Partager cet article
Repost0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 13:59
Une contre-histoire de l'Internet (Doc) [VF]

Internet a été créé par des hippies tout en étant financé par des militaires ! Cet improbable choc des cultures a donné naissance à un espace de libertés impossible à censurer ou à contrôler. C'est pourtant ce que cherchent à faire, depuis des années, un certain nombre de responsables politiques, poussant hackers et défenseurs des libertés à entrer dans l'arène politique.

 

 

Partager cet article
Repost0

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment