Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 13:29

© belga.


Un canyon de près de 1.500 m de profondeur accroîtrait le phénomène de la fonte des glaces dans l’Antarctique occidental, rapportent des chercheurs britanniques ayant découvert cette gigantesque vallée par laquelle pénètrent des eaux « chaudes » de l’océan sous la calotte glaciaire.

« Nous rapportons la découverte d’un bassin sous la calotte glaciaire (…) connecté avec la couche glaciaire de la mer intérieure de Bellingshausen et dont l’existence affecte profondément la perte de glace » de l’Antarctique occidental, expliquent-ils dans une étude publiée jeudi par la revue britannique Nature.

Les sept auteurs expliquent que les rifts de l’ouest de l’Antarctique laissent entrer de l’eau « plus chaude » de l’océan « promouvant ainsi l’instabilité de la calotte glaciaire ». 

La région où a été découvert le canyon n’avait pas fait l’objet de recherches poussées depuis près de 50 ans. En 2010 une mission du projet de surveillance britannique de l’Antarctique (BAS) s’est rendue sur place pour vérifier les informations des satellites de la Nasa montrant d’importantes fontes des glaces dans la région.

« Imaginez le Grand Canyon, sauf que celui-ci est d’une profondeur de 1,5 km, environ 10 km de large et près de 100 km de long », a précisé à l’AFP Robert Bingham en expliquant la découverte de son équipe.

Sur la base des changements observés ces dernières années dans l’Antarctique occidental, « on ne peut pas parler simplement d’une réduction de la calotte glaciaire comme une conséquence à court terme du réchauffement climatique », a conclu l’étude. « Cela fait partie d’un système plus vaste d’interactions entre l’activité tectonique, les modifications du paysage glaciaire et les changements océaniques et atmosphériques », soulignent les chercheurs.

 

Source: 7sur7.be

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 19:30

http://webgeol.com/Content/Images/logo_webgeol.png

La plateforme WebGeol développe les thèmes abordés dans L’Europe, l’odyssée d’un continent, qui retrace les origines de la formation du continent européen il y a presque 4 milliards d'années, et La valse des continents, une série sur l'histoire des dérives continentales, expliquée à travers des recherches sur les sites les plus emblématiques aux quatre coins de la planète.

WebGeol, dispositif interactif comprenant 19 vidéos, complète ces thèmes : des coquillages retrouvés dans l’Himalaya, en passant par les roches vivantes d’Australie jusqu’à l’activité sismique dans la Méditerranée toute proche.
Tout au long des vidéos, des liens pour aller plus loin s’affichent et donnent accès à des informations supplémentaires.

 

http://webgeol.com/Content/Images/logo_webgeol.png

 

 


 

"

Superbe site que je vous invite à visiter via les liens des logos "WebGeol" ou via ce lien :


>> WEBGEOL <<

"

 


 

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 19:41

Deer_Cove_mrng_contrails2



Plus de  560 000 actions de manipulations du climat ont déjà été menées dans le pays depuis 2002 à l'aide d'avions, de fusées et de projectiles transportant de la glace sèche ou des particules d'iodure d'argent pour stimuler les précipitations. Elles ont pu produire 489,7 milliards de tonnes de pluie et permis d'économiser environ 10,4 milliards de dollars de pertes économiques.

La Chine a commencé son programme de modification artificielle du climat dés 1958. Pour les Jeux Olympiques de 2008, la Chine comptait 30 avions, 4.000 lance-roquettes, et 7.000 canons anti-aériens uniquement consacré à cet effet. Chacun de ces systèmes permettait d'introduire des produits chimiques dans les nuages menaçants, pour diminuer les gouttes de pluie avant qu'elles n'atteignent les stades.

En Février 2009, la Chine a également employé l'utilisation de ces nouvelles technologies pour produire artificiellement des chutes de neige sur Pékin. Après plus de quatre mois de sécheresse, elle a utilisé des bâtons d'iodure pour augmenter la chute des précipitations. Ces chutes de neige sur la capital Pékin ont duré environ trois jours et ont conduit à la fermeture de 12 routes principales autour de le ville. À la fin du mois d'Octobre 2009, les responsables de la ville affirmaient que ces miraculeuses chutes de neige, une première depuis 1987, furent possibles grâce à l'ensemencement des nuages.

La modification du climat implique principalement l'ensemencement des nuages avec des particules de glace sèche (dioxyde de carbone solide) ou de minuscules particules d'iodure d'argent pour stimuler les précipitations, généralement dans le but d'accroître l'offre locale en eau. Son utilisation a connu une expansion croissante à l'échelle nationale et mondiale ces dernières années, et ce pour lutter contre la sécheresse, les incendies de forêt, les grêlons et les inondations.

Les risques potentiels de larges pollutions liées à ses techniques sont pourtant méconnus.

La modification artificielle du climat en temps de guerre a été interdite par les Nations Unies. En effets ces techniques peuvent être utilisées dans le but de destruction chez l'ennemi en créant artificiellement des inondations, des cyclones ou des typhons. 

Elle peut aussi permettre le contrôle de l'économie des marchés des produits agricoles.

En chine des conflits politiques causés par ces techniques existent déjà, les régions voisines s'accusent souvent mutuellement de se faire voler leur pluie par leurs voisins en utilisant l'ensemencement des nuages.

Environ 24 pays dans le monde utilisent déjà depuis longtemps ces techniques de modifications du climat sur le plan opérationnel. L'office de Modification  du climat chinois est considéré comme le plus grand au monde, il emploie 37.000 personnes dans le pays.
 
Les produits chimiques les plus couramment utilisés pour l'ensemencement des nuages sont l'iodure d'argent et le dioxyde de carbone solide( glace sèche). Le propane liquide, qui se transforme rapidement en gaz, est également fréquemment utilisé. Cela peut produire des cristaux de glace à des températures plus élevées que l'iodure d'argent. L'utilisation de matériaux hygroscopiques, comme le sel, est de plus en plus utilisé.

Ces produits peuvent être dispersé par avion ou par des dispositifs de dispersion situés sur le terrain . La diffusion dans les nuages par des avions est le plus fréquemment utilisé. En cas de libération par des dispositifs sur le terrain, les particules fines sont transportées par les vents et les courants d'air après leur libération.

Déjà un certain nombre de sociétés commercialisent leurs services: c'est le cas par exemple des sociétés américaines: Aero Systems Incorporated, Atmospherics Incorporated, North American Weather Consultants, Weather Modification Incorporated, Weather Enhancement Technologies International, Seeding Operations and Atmospheric Research (SOAR), presque toutes ont centré leurs activités sur l'ensemencement des nuages.

Les graves dangers de manipulation du climat

Si contrôle de la météo à grande échelle devient aujourd'hui possible, les conséquences potentiellement négatives peuvent inclure des effets secondaires très dangereux sur les écosystèmes existants et des risques sanitaires inconnus. En effet le contrôle de ces techniques est pour ainsi dire inexistant, ainsi leur utilisation comme une arme pourraient même s'avérer catastrophiques.

Il faut savoir que l'exposition à l'iodure d'argent peut provoquer des troubles manifestes sur les humains et les mammifères. Malheureusement les accumulations de ces produits dans les sols, la végétation et les eaux de ruissellement ne sont pour ainsi dire pas mesurées.

En 1995 puis en 2004 des évaluations environnementales  dans la Sierra Nevada et l’Australie par un panel de chercheurs indépendants a permis de confirmer la légitime inquiétude des écologistes de la dispersion et de l'absorption de dioxyde d'argent dans l'environnement. L'augmentation d'argent constatée a permis d'affirmer le lien avec la proliférations d'algues dans les lacs glaciaires vierges de toutes pollutions, ainsi que la disparition de l'opossum pygmée parmi les espèces en danger dans les régions montagneuses d'Australie.

Source: The Watchers, Xinhua,  Beijing Weather Modification Office, Wikipedia
© Trad. Nature Alerte

 


 

Aller plus loin :

 

Ben Livingston : Le Père de l'Arme Météorologique (Docu)

 

Les Quatres projets des chemtrails (Article + Docu)

 


Partager cet article
Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 16:47

http://www.ainy.fr/imgfck/99/Image/biopiraterie-resistance_149.jpg

 

Depuis une semaine, le Collectif pour une alternative à la biopiraterie est à Rio dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable et du Sommet des peuples organisé en parallèle. C’est dans l’enceinte de ce sommet que s’est tenu hier un atelier sur la biopiraterie, en présence notamment de Vandana Shiva et de Benki Ashaninka.

 

http://www.biopiraterie.org/sites/default/files/field/image/table%20ronde.JPG


Durant toute une semaine, les membres du Collectif ont pu prendre part à des ateliers organisés dans l’enceinte de la Conférence officielle Rio+20 mais surtout dans celle du Sommet des peuples. Ces moments ont permis au Collectif de rencontrer de nombreuses organisations mobilisées sur des thématiques en lien avec la biopiraterie. La biopiraterie consiste en l’appropriation illégitime de ressources biologiques et des connaissances traditionnelles qui y sont associées. Elle est principalement mise en œuvre par les firmes cosmétiques, pharmaceutiques et agroalimentaires via le système des brevets, allant à l’encontre de l’intérêt des peuples autochtones détenteurs de ces savoirs sur ces ressources naturelles.

 

La biopiraterie concerne donc les peuples autochtones mais aussi les ONG de défense des biens communs, des savoirs traditionnels ou encore mobilisées contre le brevetage du vivant…Le Collectif a ainsi pu participer à la Conférence globale des peuples indigènes en début de semaine, évènement organisé dans le cadre de Rio+20. Mais nos membres étaient également présents sur le campement libre des peuples indigènes brésiliens au sein du Sommet des peuples, ou encore à la grande marche de mobilisation internationale du 20 juin.

 

Hier, jeudi 21 juin, le Collectif Biopiraterie a organisé un atelier d’information et de mobilisation au sein du Sommet des peuples de Rio, en présence notamment de Vandana Shiva et de Benki Ashaninka. Cet atelier visait à échanger, s’informer, débattre et trouver des alternatives concrètes à la biopiraterie. L’atelier a duré 2h30 et a réuni jusqu’à 250 personnes !

 

Dans un premier temps, Vandana Shiva et Benki Ashaninka ont pu évoquer les problèmes et enjeux globaux posés par la Biopiraterie. Vandana Shiva a ainsi défendu sa thèse selon laquelle la Biopiraterie est un pillage des ressources du Sud par les entreprises du Nord via le système des brevets et représente ainsi une nouvelle forme de colonisation. Le cas de Biopiraterie sur le Neem et le cas plus récent de l’aubergine modifiée et brevetée par Monsanto, ont pu illustrer ses propos. Vandana Shiva en a profité pour annoncer le lancement début octobre d’une grande campagne sur la souveraineté sur les semences avec de nombreuses autres organisations internationales (plus d’informations sur la seed freedom campaign sur le site Navdanya ).

 

Benki Ashaninka, représentant du peuple Ashaninka de l'Etat d'Acre au Brésil, a ensuite pris la parole pour dénoncer le cas de biopiraterie sur le muru muru, plante brevetée par une entreprise brésilienne, malgré son utilisation traditionnelle par les peuples indigènes de la région.

 

L’atelier a ensuite été consacré à la présentation d’outils de prévention contre la Biopiraterie et d’alternatives concrètes et vertueuses. Ilko Rogovich est intervenu pour présenter le travail de l’Initiative ando-amozonienne de prévention contre le biopiraterie, mise en place par la SPDA au Pérou. Cette initiative fait écho à la création par l’Etat péruvien d’une Commission nationale de lutte contre la Biopiraterie, qui a déjà pu contrer avec succès 11 cas de biopiraterie, en partenariat avec des ONG, dont celui du Sacha Inchi breveté par Greentech et dont le brevet a été finalement retiré suite à l'action conjointe de la Commission péruvienne et du Collectif biopiraterie.

 

Lourdes Laureano, représentante de communautés rurales de l'Etat du Cerrado au Brésil et coordinatrice de l'articulation Pacari, a présenté ensuite son travail sur les pharmacopées populaires comme alternative au brevetage par les entreprises, afin de valoriser et enregistrer les savoirs, pour une gestion par et pour les communautés.

 

Michael Schmidlemner, de l’ONG Amazon Link, a quant à lui présenté le projet Aldeias Vigilantes (Communautés vigilantes) visant à sensibiliser les communautés aux enjeux liés à la Biopiraterie et aux outils pour y faire face. Cela passe entre autres par l’utilisation des techniques du théâtre de l’opprimé ou encore des formations sur les différences entre les lois de la communauté et les lois internationales les concernant…

 

Enfin, l’atelier s’est terminé par un débat avec la salle et les ONG mobilisées sur des thématiques connexes et des idées ont pu être échangées afin de renforcer le réseau international mobilisé contre ces pratiques illégitimes : le renforcement des liens entre les universités et les ONG, l’inclusion de la biopiraterie dans les enjeux centraux des mouvements sociaux ou des mouvements mobilisés contre l’agrobusiness, l’agrochimie, les OGM, les semences...

Les membres du Collectif Biopiraterie présents à Rio ont pu prendre contact avec une centaine d’organisations ou personnes intéressées pour développer des partenariats et joindre nos forces, suite à cette rencontre à Rio, pour lutter contre la biopiraterie.

 

Source : http://mondialisation.ca

 

 


 

 

Biopiratage contre biodiversité" La propriété intellectuelle contre la biodiversité

 

Le site. www.tchape.org, vous présente café politique "Biopiratage contre biodiversité" dans la cadre de la sortie de l'ouvrage sur "La propriété intellectuelle contre la biodiversité?..."


avec la participation de Guy Kastler, délégué général du Réseau semences paysannes, chargé de mission pour Nature et Progrès, membre de la Confédération paysanne et de la commission Biodiversité de Via Campesina
Cette conférence s'est tenue le 10 novembre 2011 au Buffet de la Gare, salle des vignerons, Lausanne

 


 


 

 

Biopiraterie : Breveter le Vivant

 

Des milliers de brevets sont déposés chaque année sur les plantes du monde entier par les multinationales, les industries. Vol scandaleux du patrimoine humain : la biopiraterie.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 12:33

http://img4.hostingpics.net/pics/736837LaSiesteMDfmt.jpg

 

Dans les montagnes de l’île principale de Honshu, des macaques se sont acclimatés aux conditions hivernales et à la neige, mais ont trouvé comment se réchauffer dans les sources d’eau chaude, nombreuses dans cette région en raison de l’activité volcanique.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 12:27

http://storage.canalblog.com/27/50/599939/77041674_o.jpg

 

"Un docteur s'exprime sur les chemtrails"

Victoria Hardy
3 mars 2007

Les quelques derniers jours ont été magnifiques en Caroline du Nord, assez chauds pour s'asseoir au soleil avec seulement un t-shirt et regarder les oiseaux se préparer pour le printemps. J'aime la nature, il n'y a rien comme l'odeur de la boue quand le sol commence à dégeler après un long hiver ou l'excitation de voir les plants sortir la tête du sol pour la première fois; Je suppose qu'une partie de moi est encore un enfant qui aime creuser dans la terre. Je crois aussi que passer du temps dans la nature est un bon moyen de se relier au flot de la vie et de la créativité qui existent sur terre. Ma joie a été contrariée cette année par la vue d'avions recouvrant le ciel de traînées gluantes et du sentiment de confusion et de consternation l'accompagnant sur le fait que les autres personnes ne les voient pas, s'en moquent, ou ne savent pas.

Oui, je parle des chemtrails. J'ai écrit quelques autres articles à leur sujet qui ont reçu une attention minimale, mais je persiste. Puisque je ne suis arrivé à aucune conclusion par la réflexion et que les chemtrails m'emportent dans des théories métaphysiques, j'ai cherché auprès d'autres dans ce domaine d'étude très restreint. Le docteur Stephen D. Mckay m'a récemment envoyé un email et a partagé la nouvelle qu'il avait été contacté par la BBC et Channel 4 en Angleterre pour travailler sur deux documentaires sur les projets de modification du climat et de géoingénierie, y compris la question des chemtrails. Et hier j'ai reçu ses découvertes après six ans de recherche sur le sujet.

Le docteur Mckay croit qu'il y a quatre projets en cours dans notre atmosphère. "Le premier projet est une initiative pour empêcher les rayons du soleil d'atteindre la terre, y compris les rayons ultraviolets qui nous atteignent sans une couche d'ozone adéquate dans les régions supérieures au-dessus de la terre. Ceci, espère-t-on, réduira la température à la surface et empêchera les radiations ultraviolettes de causer des cancers de la peau chez l'homme. L'aérosol est probablement de l'oxyde d'aluminium ou un composé qui aurait des propriétés similaires".

"Le second projet, et le plus secret, est le projet militaire de la Navy des États-Unis: RFMP, Radio Frequency Mission Planner. Le RFMP est le nom donné au système pour un groupe de programmes informatiques, et un des sous-programmes conjoint du système RFMP est appelé programme VTRPE. VTRPE est un acronyme pour Variable Terrain Radio Parabolic Equation, c'est un programme informatique de propagation des radio-fréquences qui traite des ondes radio et permet au système RFMP de voir le champ de bataille en trois dimensions (3D) sur un écran de télévision. Le système RFMP dépend aussi de satellites pour fournir des images du champ de bataille qui seront combinées avec les images vues du sol et ainsi produiront des images 3D".

"En fournissant un environnement extrêmement interactif et visuel (comme un écran de radar), le système RFMP permet à l'opérateur de développer une familiarité avec l'environnement radio-fréquence avant qu'une mission de guerre sur le terrain ne se produise en jouant avec une variété de scénarios "que se passe-t-il si?" sur son écran d'ordinateur. Puisque tous les principaux modes de propagation des radio-fréquences sont modélisés sur l'ordinateur du système RFMP, des cas spéciaux, quelquefois paradoxaux, peuvent être examinés en détail et exploités pendant une mission de guerre".

"Le programme informatique RFMP ne fonctionnait précisément qu'au dessus de l'eau et des zones côtières mais pas au-dessus des terres car les ondes radar du système nécessitaient une condition atmosphérique connue sous le nom de "conduit" au-dessus des terres pour opérer avec précision".

"Le gouvernement et l'armée ont résolu le problème du "conduit" en relâchant un aérosol, un mélange de sels de baryum, dans l'atmosphère au-dessus des États-Unis. Ils ont fabriqué un conduit radio-fréquence atmosphérique ayant comme base un aérosol de baryum à partir d'avions. Les caractéristiques chimiques et électriques du mélange entraînent l'humidité à rester dans les nuages. Les aérosols fournissent un environnement électrique et chimique qui maintient le conduit radio-fréquence pour le système RFMP / VTPRE. Des fibres avec du baryum peuvent former un conduit. Le mélange de sels de baryum, quand répandus en ligne droite, fournit aussi un conduit d'un point A à un point B et permet les communications haute fréquence le long de cette trajectoire, même le long de la courbure de la terre, dans les deux directions. Les communications haute fréquence de l'ennemi peuvent être surveillées plus facilement avec le conduit en ligne droite".

"Le troisième projet utilise aussi le mélange de sels de baryum dans l'atmosphère. Le contrôle du climat est un projet de l'US Air Force et s'inspire des concepts de Nikola Tesla sur les radiations haute fréquence (HAARP) sur l'ionosphère au-dessus de la terre. Les fragiles systèmes de soutien de la vie dans notre environnement sont manipulés, testés et altérés par le gouvernement pour un avantage militaire. Les documents de l'Air Force laissent entendre que "les risques sont grands mais que la récompense en vaut la peine". Le mélange de sels de baryum supportant l'humidité est stimulé le long des fronts météorologiques et manipulé de façon contrôlée. L'énergie micro-onde est peut être aussi utilisée dans le programme de manipulation du climat. Les données météorologiques sont aussi une contribution nécessaire au programme VTPRE du système RFMP. Des technologies perfectionnées de contrôle du climat permettront à une armée d'empêcher la pluie, de causer des inondations, des sécheresses, des orages, d'empêcher l'ensoleillement, d'endommager les récoltes, et de mettre à genoux n'importe quel pays sans tirer un coup de feu".

"Le quatrième projet dans l'atmosphère est le programme de détection biologique et de décontamination de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Le programme utilise aussi le mélange de sels de baryum comme base dans l'aérosol ainsi que des fibres de polymère spéciales dans l'atmosphère. Ils ont relâché des agents biologiques dans l'atmosphère pour des essais, testant les systèmes de détection et de décontamination".

"On pense que le sel de baryum, les fibres de polymère et autres produits chimiques dans l'atmosphère sont les irritants physiques qui sont directement ou indirectement responsables de l'augmentation récente des épidémies de cas de saignement de nez, d'asthme, d'allergie, de pneumonie, d'infection des voies respiratoires supérieures et de l'augmentation notable des symptômes d'arthrite récemment remarquée au niveau national. Les produits chimiques répandus illégalement dans l'atmosphère produisent des conditions nuisibles à la santé humaine et animale mais favorables à la croissance de moisissures et de champignons nocifs. Ces conditions ne sont pas favorables à une bonne santé. Les sels de baryum solubles et les métaux sont toxiques pour les mammifères. Ils sont absorbés rapidement par l'appareil gastro-intestinal et sont déposés dans les muscles, les poumons et les os. Aucune données ne sont disponibles dans la communauté médicale sur les effets à long terme du baryum dans le corps humain".

"Les programmes sont secrets car l'EPA fédérale (agence de protection de l'environnement) et les agences d'état sur la qualité environnementale ne doivent pas savoir quels sont les effets dérivés du métabolisme des agents biologiques illégaux nocifs. C'est pour cette raison que le projet a été déclaré secret pour les citoyens du monde".

Alors maintenant nous savons, et c'est à peu près ce que nous avions suspectés, alors je devine que la question devient: que faire ensuite? Comme j'appréciais le beau temps du sud les quelques derniers jours et regardais les avions, quelquefois cinq à la fois, laisser leur trace à travers le ciel, j'ai entendu que l'on s'attendait à un orage terriblement violent et je me suis demandé pourquoi personne ne voyait l'enchaînement?

Et à nouveau la porte de mon cerveau philosophique s'est ouverte brusquement avec un millier de questions et peu de réponses, J'en ai entendu beaucoup exprimer que voir les chemtrails avait changé leur vie, la plupart se rappellent la date comme on se rappellerai une expérience traumatisante, mais je sais que les expériences qui changent la vie ne nous rendent que plus forts. J'en ai entendu d'autres exprimer l'idée que devenir conscient de l'activité dans le ciel leur avait fait se sentir comme s'ils avaient été appelés, ou choisis, pour un plus grand dessein, similaire aux personnages de Rencontre du Troisième Type. Mais la plupart parlent juste de peur, de mort et de maladie s'abattant des nuages et je suggère que si c'est un complot abominable de l'élite mondiale pour nuire à l'humanité, alors la peur est exactement ce qu'ils s'attendent à ce que nous ressentions et c'est notre devoir de s'élever au-dessus de cette émotion.

Merci beaucoup au docteur Mckay pour avoir partagé son temps et ses découvertes.

http://www.chemtrails-france.com"Un docteur s'exprime sur les chemtrails"

Victoria Hardy
3 mars 2007

Les quelques derniers jours ont été magnifiques en Caroline du Nord, assez chauds pour s'asseoir au soleil avec seulement un t-shirt et regarder les oiseaux se préparer pour le printemps. J'aime la nature, il n'y a rien comme l'odeur de la boue quand le sol commence à dégeler après un long hiver ou l'excitation de voir les plants sortir la tête du sol pour la première fois; Je suppose qu'une partie de moi est encore un enfant qui aime creuser dans la terre. Je crois aussi que passer du temps dans la nature est un bon moyen de se relier au flot de la vie et de la créativité qui existent sur terre. Ma joie a été contrariée cette année par la vue d'avions recouvrant le ciel de traînées gluantes et du sentiment de confusion et de consternation l'accompagnant sur le fait que les autres personnes ne les voient pas, s'en moquent, ou ne savent pas.

Oui, je parle des chemtrails. J'ai écrit quelques autres articles à leur sujet qui ont reçu une attention minimale, mais je persiste. Puisque je ne suis arrivé à aucune conclusion par la réflexion et que les chemtrails m'emportent dans des théories métaphysiques, j'ai cherché auprès d'autres dans ce domaine d'étude très restreint. Le docteur Stephen D. Mckay m'a récemment envoyé un email et a partagé la nouvelle qu'il avait été contacté par la BBC et Channel 4 en Angleterre pour travailler sur deux documentaires sur les projets de modification du climat et de géoingénierie, y compris la question des chemtrails. Et hier j'ai reçu ses découvertes après six ans de recherche sur le sujet.

Le docteur Mckay croit qu'il y a quatre projets en cours dans notre atmosphère. "Le premier projet est une initiative pour empêcher les rayons du soleil d'atteindre la terre, y compris les rayons ultraviolets qui nous atteignent sans une couche d'ozone adéquate dans les régions supérieures au-dessus de la terre. Ceci, espère-t-on, réduira la température à la surface et empêchera les radiations ultraviolettes de causer des cancers de la peau chez l'homme. L'aérosol est probablement de l'oxyde d'aluminium ou un composé qui aurait des propriétés similaires".

"Le second projet, et le plus secret, est le projet militaire de la Navy des États-Unis: RFMP, Radio Frequency Mission Planner. Le RFMP est le nom donné au système pour un groupe de programmes informatiques, et un des sous-programmes conjoint du système RFMP est appelé programme VTRPE. VTRPE est un acronyme pour Variable Terrain Radio Parabolic Equation, c'est un programme informatique de propagation des radio-fréquences qui traite des ondes radio et permet au système RFMP de voir le champ de bataille en trois dimensions (3D) sur un écran de télévision. Le système RFMP dépend aussi de satellites pour fournir des images du champ de bataille qui seront combinées avec les images vues du sol et ainsi produiront des images 3D".

"En fournissant un environnement extrêmement interactif et visuel (comme un écran de radar), le système RFMP permet à l'opérateur de développer une familiarité avec l'environnement radio-fréquence avant qu'une mission de guerre sur le terrain ne se produise en jouant avec une variété de scénarios "que se passe-t-il si?" sur son écran d'ordinateur. Puisque tous les principaux modes de propagation des radio-fréquences sont modélisés sur l'ordinateur du système RFMP, des cas spéciaux, quelquefois paradoxaux, peuvent être examinés en détail et exploités pendant une mission de guerre".

"Le programme informatique RFMP ne fonctionnait précisément qu'au dessus de l'eau et des zones côtières mais pas au-dessus des terres car les ondes radar du système nécessitaient une condition atmosphérique connue sous le nom de "conduit" au-dessus des terres pour opérer avec précision".

"Le gouvernement et l'armée ont résolu le problème du "conduit" en relâchant un aérosol, un mélange de sels de baryum, dans l'atmosphère au-dessus des États-Unis. Ils ont fabriqué un conduit radio-fréquence atmosphérique ayant comme base un aérosol de baryum à partir d'avions. Les caractéristiques chimiques et électriques du mélange entraînent l'humidité à rester dans les nuages. Les aérosols fournissent un environnement électrique et chimique qui maintient le conduit radio-fréquence pour le système RFMP / VTPRE. Des fibres avec du baryum peuvent former un conduit. Le mélange de sels de baryum, quand répandus en ligne droite, fournit aussi un conduit d'un point A à un point B et permet les communications haute fréquence le long de cette trajectoire, même le long de la courbure de la terre, dans les deux directions. Les communications haute fréquence de l'ennemi peuvent être surveillées plus facilement avec le conduit en ligne droite".

"Le troisième projet utilise aussi le mélange de sels de baryum dans l'atmosphère. Le contrôle du climat est un projet de l'US Air Force et s'inspire des concepts de Nikola Tesla sur les radiations haute fréquence (HAARP) sur l'ionosphère au-dessus de la terre. Les fragiles systèmes de soutien de la vie dans notre environnement sont manipulés, testés et altérés par le gouvernement pour un avantage militaire. Les documents de l'Air Force laissent entendre que "les risques sont grands mais que la récompense en vaut la peine". Le mélange de sels de baryum supportant l'humidité est stimulé le long des fronts météorologiques et manipulé de façon contrôlée. L'énergie micro-onde est peut être aussi utilisée dans le programme de manipulation du climat. Les données météorologiques sont aussi une contribution nécessaire au programme VTPRE du système RFMP. Des technologies perfectionnées de contrôle du climat permettront à une armée d'empêcher la pluie, de causer des inondations, des sécheresses, des orages, d'empêcher l'ensoleillement, d'endommager les récoltes, et de mettre à genoux n'importe quel pays sans tirer un coup de feu".

"Le quatrième projet dans l'atmosphère est le programme de détection biologique et de décontamination de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Le programme utilise aussi le mélange de sels de baryum comme base dans l'aérosol ainsi que des fibres de polymère spéciales dans l'atmosphère. Ils ont relâché des agents biologiques dans l'atmosphère pour des essais, testant les systèmes de détection et de décontamination".

"On pense que le sel de baryum, les fibres de polymère et autres produits chimiques dans l'atmosphère sont les irritants physiques qui sont directement ou indirectement responsables de l'augmentation récente des épidémies de cas de saignement de nez, d'asthme, d'allergie, de pneumonie, d'infection des voies respiratoires supérieures et de l'augmentation notable des symptômes d'arthrite récemment remarquée au niveau national. Les produits chimiques répandus illégalement dans l'atmosphère produisent des conditions nuisibles à la santé humaine et animale mais favorables à la croissance de moisissures et de champignons nocifs. Ces conditions ne sont pas favorables à une bonne santé. Les sels de baryum solubles et les métaux sont toxiques pour les mammifères. Ils sont absorbés rapidement par l'appareil gastro-intestinal et sont déposés dans les muscles, les poumons et les os. Aucune données ne sont disponibles dans la communauté médicale sur les effets à long terme du baryum dans le corps humain".

"Les programmes sont secrets car l'EPA fédérale (agence de protection de l'environnement) et les agences d'état sur la qualité environnementale ne doivent pas savoir quels sont les effets dérivés du métabolisme des agents biologiques illégaux nocifs. C'est pour cette raison que le projet a été déclaré secret pour les citoyens du monde".

Alors maintenant nous savons, et c'est à peu près ce que nous avions suspectés, alors je devine que la question devient: que faire ensuite? Comme j'appréciais le beau temps du sud les quelques derniers jours et regardais les avions, quelquefois cinq à la fois, laisser leur trace à travers le ciel, j'ai entendu que l'on s'attendait à un orage terriblement violent et je me suis demandé pourquoi personne ne voyait l'enchaînement?

Et à nouveau la porte de mon cerveau philosophique s'est ouverte brusquement avec un millier de questions et peu de réponses, J'en ai entendu beaucoup exprimer que voir les chemtrails avait changé leur vie, la plupart se rappellent la date comme on se rappellerai une expérience traumatisante, mais je sais que les expériences qui changent la vie ne nous rendent que plus forts. J'en ai entendu d'autres exprimer l'idée que devenir conscient de l'activité dans le ciel leur avait fait se sentir comme s'ils avaient été appelés, ou choisis, pour un plus grand dessein, similaire aux personnages de Rencontre du Troisième Type. Mais la plupart parlent juste de peur, de mort et de maladie s'abattant des nuages et je suggère que si c'est un complot abominable de l'élite mondiale pour nuire à l'humanité, alors la peur est exactement ce qu'ils s'attendent à ce que nous ressentions et c'est notre devoir de s'élever au-dessus de cette émotion.

Merci beaucoup au docteur Mckay pour avoir partagé son temps et ses découvertes.

http://www.chemtrails-france.com

 

 


Partager cet article
Repost0
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 12:43

http://thesocietypages.org/socimages/files/2010/01/ist2_4414534-sick-earth.jpg

 

Évènement jamais vue auparavant: tous les sismographes du monde entier se sont mis à s'activer en MËME TEMPS !!!

 

Ces sismographes sont disponibles sur le site OFFICIEL de la USGS à:

http://aslwww.cr.usgs.gov/Seismic_Data/heli2_us.shtml

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 15:16

http://img.tvmag.lefigaro.fr/ImCon/Prog/20120110/ms_50288361_le-dessous-des-cartes-des-iles-de-dechets.jpg

 

Les courants océaniques subtropicaux charrient des déchets qui forment une concentration d'amas de plastique dans le Pacifique Nord...


Appelés septième continent ou îles de déchets, ils ne constituent pas une masse solide mais une zone où la mer est saturée par les débris. Le dessous des cartes explore ce symbole du dérèglement de notre monde.

 

 

 

 


 

 

Aller plus loin :

 

Pollution: Le 7e continent continue de s'étendre + Un champignon amazonien qui dévore le plastique (Articles + Vidéo)

Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 15:05

 

affiche.jpg

 

Aprés l’homo-érectus, l’homo-sapiens voici l’homo-toxicus.

On prend conscience que nous sommes des cobayes en puissance avec ce film.

 

 

 

 

Une expérience planétaire est en cours et nous en sommes les cobayes


Chaque jour, des tonnes de substances toxiques sont libérées dans l'environnement sans que nous en connaissions les effets à long terme pour les êtres vivants. Certaines d'entre elles s'infiltrent à notre insu dans nos corps et dans celui de nos enfants. En même temps que notre patrimoine génétique, nous transmettons aujourd'hui à nos enfants notre patrimoine toxique.


Dans une enquête inédite, menée avec rigueur et humour à partir de ses propres analyses de sang, la réalisatrice explore les liens entre ces substances toxiques et l'augmentation de certains problèmes de santé comme les cancers, les problèmes de fertilité et l'hyperactivité. Les conclusions sont troublantes...


Scénario et réalisation: Carole Poliquin


Producteurs: Carole Poliquin et Isaac Isitan


Les productions ISCA inc.
6103 Jeanne-Mance
Montréal, Québec,
H2V 4K9

pesticides-toxiques.jpg

 

 


 

Source :

 

http://alter-et-caetera.over-blog.com

 

Aller plus loin :

 

M6 Capital terre - Consommer sans piller la planète ! (docu) [VF]


Partager cet article
Repost0
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 14:40

http://www.ecosociosystemes.fr/pleuroziumschreberi.jpg

Pour la première fois, un documentaire dévoile certains secrets des mousses végétales, plantes que nous côtoyons chaque jour et dont nous ignorons souvent tout. Pourtant les 26. 000 espèces de bryophytes répertoriées à ce jour jouent un rôle essentiel dans la nature. Philippe De Zuttere a voué sa vie presqu’entière à l’étude de ces plantes que sa fondation veut faire sortir de l’ombre.

 

 

 

 

 

Parmi les plantes actuelles, les bryophytes sont celles qui ont conservé le plus de caractères des premières plantes ayant colonisé la terre ferme. Les ancêtres de toutes les plantes terrestres, donc des Bryophytes, sont des algues vertes charophycées. Même si certaines structures anatomiques leur permettent de résister à la dessiccation, les Bryophytes sont encore extrêmement dépendantes des milieux humides, ou en tous cas d'une hygrométrie minimale.

 

Pris au sens large, c'est-à-dire celui des classifications traditionnelles, le terme bryophyte s'applique aux trois embranchements de plantes terrestres qui ne possèdent pas de vrai système vasculaire. L'embranchement actuel des Bryophyta ne concerne que les mousses et les sphaignes au sens botanique strict.

 

Reproduction des bryophytes

 

Comme pour toutes les algues et les plantes vertes, on observe une alternance de sporophytes et de gamétophytes, mais, comme pour toutes les Embryophytes, les anthérozoïdes (ou spermatozoïdes) sont protégés par des anthéridies et les oosphères par des archégones (caractères partagés avec les plantes vasculaires).

 

La fécondation est aquatique (oogamie), les anthérozoïdes (ou spermatozoïdes) ciliés doivent trouver un moyen de rejoindre les oosphères. L'embryon qui en résulte est nourri et protégé par le gamétophyte (matrotrophie). Le sporophyte ne devient jamais indépendant de celui-ci. Le gamétophyte haploïde est donc le stade dominant sous lequel se rencontre la plante. Les spores sont entourées d'une paroi contenant de la sporopollénine qui les protège au cours de la dissémination.

 

Symbioses avec des champignons

On a encore peu de connaissances sur la diversité fongique associée aux bryophytes. Mais quelques études basées sur la biologie moléculaire ont montré qu'elle était importante.

 

Par exemple, en forêt boréale les bryophytes se montrent très résistantes au froid et capables de se nourrir sur des sols gelés tout ou partie de l'année. Les champignons les y aident. Il existe au nord du Canada « un ensemble écologiquement et phylogénétiquement diversifié de champignons associés aux parties vivantes de 3 bryophytes abondantes et largement distribuées (...),les Hylocomium splendens (Hedw.) Schimp. in B.S.G., Pleurozium schreberi (Brid.) Mitt. et Polytrichum commune Hedw » ; Au moins 158 espèces de champignons leur sont associées dans la région étudiée. Ces champignons appartiennent surtout à l'embranchement des Ascomycota (62,8 % des cas), et à la subdivision des Basidiomycota (32% des cas), parfois des Chytridiomycota (considérés comme les ancêtres de tous les autres champignons (3,9% des cas) et rarement aux Glomeromycota (1,3 % seulement des cas, bien que ces champignons soient très fréquemment associés aux plantes supérieurs).

 

Les principaux ordres concernés étaient dans cette région les Hélotiales (18,6 %), les Agaricales (11,5 %), les Chaetothyriales (9,6 %) et les Tremellales. L'association la plus souvent repérée était l'agaric Entoloma conferendum avec Lophodermium piceae (Fckl.) Hoehn. comme endophyte associé. D'autres taxons avaient des affinités avec des Hélotiales du genre Hyphodiscus ou avec plusieurs basidiomycètes mycorhiziens. La plupart (72,2 %) des taxons de champignons endophytes n'ont été trouvés qu'une seule fois dans cette étude. De plus, très peu de champignons étaient associés avec l'ensemble des 3 bryophytes étudiés, ce qui indique une diversité d'associations très large et peut être certaines spécificités, qui restent à explorer.

 

Habitats et répartition


Capables de tirer leurs nutriments de l'air et des aérosols, ces bryophytes sont ubiquistes, hors milieu marin et milieux très froid ou extrêmement aride.


De nombreuses espèces vivent sur le sol, d'autres sont saxicoles (ou devenues muricoles) ou épiphytes.

 

Cycle de vie

  • La plus grande partie du cycle de vie s'effectue sous la forme de gamétophytes mâles ou femelles (en rouge). Dans certains cas, en particulier chez les anthocérotes, les gamétophytes sont bisexués et nourrissent alors de nombreux sporophytes.
  • Après la fécondation, l'embryon matotrophe est porté par le gamétophyte femelle et donne un sporophyte souvent formé d'une soie et d'un sporange (en vert).
  • Le sporange libère des spores mâles et femelles (sauf dans le cas des gamétophytes bisexués) qui, chez les mousses essentiellement, se développent sous forme de protonéma avant de produire les gamétophytes.
  • Les bryophytes peuvent se multiplier de façon végétative par fragmentation. Certaines hépatiques ont développé des structures spéciales dispersant des «propagules». Des structures particulières existent aussi chez certaines mousses.

Bryophyte, Environnement et pollution...


Les bryophytes, et les mousses en particulier tirent l'essentiel de leur nourriture de l'air et des nutriments apportés par la pluie ou les dépôts de particules.


Ils jouent à ce titre un rôle important dans l'épuration de l'air, mais aussi en matière d'accumulation de certains polluants (métaux lourds et radionucléides notamment). Ce sont aussi des organismes pionniers important dans les processus de résilience écologique.

 

Les espèces les plus sensibles aux polluants acides et aux pesticides véhiculés par l'air et les pesticides ont parfois disparu de tout ou partie de leur habitat naturel. Certaines espèces pourraient être considérés comme des bioindicateurs, en matière de qualité thermohygrométrique de l'air notamment. De par leur résistance naturelle à de nombreux polluants ils ne font pas de bons bioindicateurs de pollution, mais comme bioaccumulateurs, ils peuvent permettent de cartographier la pollution présente et d'un passé récent. On les a utilisé par exemple pour cartographier des pollutions par le plomb ou le cadmium.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cc/Bryophyte.png


 


Source :

 

WIKIPEDIA

Partager cet article
Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 11:19

http://www.saint-thomas.net/images/productions/bg/20100812_152533_00140624.jpg

 

Narrée par le comédien Jacques Gamblin, cette série documentaire aux sublimes images approche les géants de feu et de cendres pour retracer les destins intimes d'animaux et de plantes qui subissent leurs sursauts et qui, pour survivre ou renaître, doivent faire preuve d'une extraordinaire adaptabilité.

Ce premier épisode, tourné sur l'île volcanique de Nouvelle-Bretagne, au large de la Papouasie, suit une poignée d'animaux qui vit au rythme des colères de la terre. Quand la cendre d'une éruption envahit leur habitat, le choix est simple : partir ou s'adapter. Ce film observe les comportements des bernard-l'ermite, des roussettes et de majestueux papillons priamus...

 

 

 

 


Aller plus loin :
Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 03:40

 

"La 11è heure" est une profonde réflexion sur l'homme et sa relation avec l'environnement, un film qui rejoint "Home" de Yann Arthus Bertrand dans la prise de conscience du parcours de l'humanité.

Pendant des millénaires, l'homme avait pour seule source d'énergie le Soleil. Les végétaux tirent leur énergie du Soleil, et l'homme utilisait ces végétaux pour se nourrir, pour s'habiller ou pour se chauffer. Il utilisait aussi les animaux, nourris eux-mêmes par les végétaux, donc là encore par le Soleil. La quantité maximale d'énergie disponible pour l'humanité était donc déterminée exclusivement par l'énergie reçue du Soleil et transformée par d'autres organismes vivants. Tant que cette limite a existé, la population humaine est toujours restée en dessous de 1 milliard.

Puis, l'homme a découvert le moyen d'utiliser des énormes réserves d'énergie solaire: les carburants fossiles, c'est à dire "l'énergie de millions d'arbres pendant des millions d'années", comme le dit très bien Yann Arthus Bertrand dans "Home". Il y eut d'abord le charbon, puis une énergie encore plus concentrée avec le pétrole et le gaz.

Dès lors, en 150 ans (c'est à dire une fraction de seconde dans l'histoire de la Terre), les moyens de la civilisation humaine ont été décuplés, permettant à l'homme d'améliorer radicalement son confort matériel, de voyager ou de transporter des marchandises facilement d'un bout à l'autre de la planète, d'édifier de gigantesques mégapoles, d'exploiter encore plus de ressources naturelles, de transformer des milliards de tonnes de matières premières en objets matériels, et même d'aller sur le Lune.

Mais cette énergie a aussi donné à l'humanité davantage de puissance destructrice, rendant possible des guerres et une pollution de l'environnement à une échelle inédite.

Enfin, ce pactole énergétique a permis d'augmenter considérablement la production agricole, ce qui a rendu possible l'augmentation exponentielle du nombre d'humains sur la planète.

Toute la société que nous connaissons a été édifiée sur le pétrole. Or le pétrole est en voie d'épuisement, et son utilisation massive est en train de provoquer un réchauffement climatique (bien réel) dont les conséquences seront la disparition de l'humanité (ou son retour à l'âge de pierre) dans le cas d'un emballement probable de ce réchauffement si la température globale augmente de plus de 2°.

Beaucoup de choses concernant le futur sont incertaines. Mais il existe un petit nombre de choses absolument certaines et prévisibles. Et l'une de ces certitudes est que notre modèle de société fondé sur le pétrole est condamné à brève échéance...



La 11ème Heure ecologie 1/3 par nature-boy-79




Trouvé sur :
Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 01:35

 

http://powertubeenergy.com/wp-content/uploads/2010/02/1.jpg

Baptisée Power Tube, la technologie mise au point par l’ingénieur américain Doyle W. Brewington récupère la chaleur du magma sans injection d’eau. Les commandes de centrales affluent depuis les zones volcaniques comme l’Équateur, le Guatemala et le Chili.



Le pollueur repenti


En visite au Chili pour y présenter son invention, le mathématicien, physicien et ingénieur Doyle W. Brewington affiche un parcours pour le moins atypique. Après avoir dirigé une entreprise installant des centrales thermiques classiques, fonctionnant grâce aux combustibles fossiles, il décide un jour de tout plaquer pour se consacrer au développement des énergies propres:

« J’ai vendu toutes mes actions de l’entreprise et j’ai passé les trois années suivantes à effectuer des recherches sur tous les types d’énergies non conventionnels : le solaire, l’éolien et la géothermie. »

C’est la constance de la production géothermique qui le convainc d’opter pour la géothermie plutôt que pour le solaire ou l’éolien, trop sujets aux fluctuations.


Jusqu’à 1GW d’énergie propre


Le Power Tube est un tuyau de 120 cm de diamètre, qui plonge à 500 mètres sous terre pour y récupérer la chaleur dégagée par le magma. À la différence de la géothermie classique, ce procédé ne nécessite pas d’injections d’eau souterraines. Un fluide caloporteur à base de pentane reste prisonnier dans la partie inférieure du tubage et transmet ensuite sa chaleur à de la vapeur d’eau pour alimenter des turbines électriques. Le site officiel explique que ce liquide est non polluant et totalement biodégradable.


Doyle W. Brewington affirme que le Power Tube compte parmi les technologies propres les moins chères, les plus sûres et les plus rapides à installer, du marché. Grâce à la simplicité du concept, le coût par mégawatt avoisine un million de dollars, pour une profondeur de forage de 500 mètres environ.


Déclinés sous divers modèles (1 MW, 5 MW ou 10 MW), les Power Tubes peuvent être utilisés simultanément pour augmenter la puissance produite. La centrale commandée par le Guatemala devrait ainsi atteindre 1 gigawatt.


Idéal pour les îles volcaniques


L’inventeur américain a eu le privilège de présenter son projet au département de la Défense de son pays, et la fabrication à échelle industrielle a déjà débuté à Albuquerque, au Nouveau Mexique. Plusieurs générateurs produisent déjà de l’électricité dans divers localités à travers les États-Unis.


Aujourd’hui, l’entreprise affiche un carnet de commandes bien rempli, principalement grâce à une clientèle latino-américaine. Le Pérou et la Colombie sont intéressés, ainsi que l’Équateur, qui souhaite installer une centrale de 11 MW aux Galápagos.


Au Chili, les commandes totalisent déjà 130 MW, dont 120 uniquement pour l’industrie minière. L’ile de Pâques pourrait également accueillir une centrale de 5 MW, tandis que les 5 MW restants seraient employés à la récupération de chaleur.


Selon Doyle W. Brewington, l’installation d’une centrale ne dure que 6 mois, et la maintenance, qui n’a lieu qu’une fois tous les cinq ans, ne nécessite que 8 heures de travail. Le reste du temps, le Power Tube produit de l’électricité en permanence, 24 heures sur 24 et 365 jours par an.

 



 

Source

Partager cet article
Repost0

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment