Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 21:57
Levée d’immunité: Laurent LOUIS fait un festival de révélations au Parlement ! (VidZ)

Lors de la procédure de levée de son immunité parlementaire, Laurent LOUIS prend la parole pour expliquer les raisons qui l’ont poussé à tenter de réouvrir le dossier Dutroux et à traiter le Premier Ministre Di Rupo de pédophile.

 

Le député révèle avoir été soutenu dans sa démarche par la grand-mère de Julie Lejeune, une des petites victimes de Dutroux. Il révèle aussi avoir rencontré un jeune homme qui a été violé à 14 ans par Di Rupo.

 

Laurent LOUIS terminera en déposant une demande de révision de la Constitution visant l’abrogation de l’article 59 qui consacre l’immunité parlementaire. Il clôturera son discours par une belle quenelle en hommage à Dieudonné et à tous les combattants anti-système.

 

Vu sur : NemesisTV

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 18:52
Surveillance du Net : déluge de contestations contre le Patriot Act français

Source : PCInpact

 

Le vote de la loi de programmation militaire, véritable Patriot Act bleu blanc rouge sur la surveillance d’internet, aura lieu demain au Sénat. Ces derniers jours, le dispositif a généré de nombreuses réactions. Même le Conseil national du numérique a finalement décidé de réagir. Tour d’horizon.

 

L’article 13 du projet de loi de programmation militaire va industrialiser la possibilité pour la Défense, l’Intérieur, la Sécurité intérieure et Bercy de puiser directement dans les mains des FAI et des hébergeurs une ribambelle de données (contenant, contenu). L’accès pourra se faire « en temps réel », sur « sollicitation du réseau », expression que les parlementaires ont pris un très sérieux soin à ne pas définir. Pour ouvrir cette porte, il suffira de justifier de :

 

  • La recherche de renseignements intéressant la sécurité nationale,
  • La sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France,
  • La prévention du terrorisme, de la criminalité et de la délinquance organisées et de la reconstitution ou du maintien de groupements dissous.

 

Ceci fait, les vannes seront ouvertes pour les autorités administratives, sans intervention préalable du juge (voir notre analyse détaillée, désormais gratuite, et un résumé).

 

L’inquiétude a finalement surgi au sein de la société civile, alors que les votes au Parlement se sont enchaînés sans véritable débat. Seuls Laure de la Raudière et Lionel Tardy ont en effet déposé des amendements aux fins d’obtenir de plus amples explications. Tous rejetés.

 

Ministre déléguée à l’économie numérique, Fleur Pellerin s’était moquée des réactions de l’Asic, association des acteurs du numérique où siège Google (avec Microsoft, eBay ou encore Dailymotion et Deezer). « Ils tentent de se parer de vertu. C’est ce qu’ils ont essayé de faire en voulant forcer l’administration américaine à publier toutes les requêtes [de renseignement] et en nous enjoignant, en France, via l’Association des services Internet communautaires (ASIC), de faire un moratoire sur le projet de loi de Programmation militaire alors qu’ils sont les premiers collecteurs mondiaux de données personnelles. On voit bien qu’ils sont dans une sorte de jeu de rôle où ils essayent de se mettre du côté des défenseurs des libertés et de tourner les principes à leur avantage. Il y a quelques années, ils faisaient la même chose avec la neutralité du Net, ce qui était déjà pour eux un moyen d’échapper à la régulation. »

 

La ministre est cependant désavouée par les faits puisque depuis les réactions pleuvent chez tous les acteurs.

 

Le Syntec Numérique

 

Le Syntec Numérique, qui représente 1200 éditeurs de logiciels, regrette pour sa part que les représentants du secteur n’aient pas été consultés. « Outre les vices d’inconstitutionnalité possibles entachant ce dispositif, celui-ci contient potentiellement un risque économique pour l'offre numérique française en plein essor, notamment de services Cloud, en pouvant contrarier la confiance des utilisateurs et des clients de ces services. » (communiqué)

 

L’Association française des éditeurs de logiciels

 

Même son de cloche côté AFDEL, l’association française des éditeurs de logiciels : « l’article 13 de la LPM installe un dispositif permanent de surveillance en temps réel au bénéfice d’un périmètre administratif étendu et sans véritablement limiter le volume des informations collectées ». Pour ces professionnels, le texte « risque d’alimenter le mouvement de défiance citoyen envers les technologies et les solutions de Cloud computing. Les questions relatives à la protection des libertés individuelles et collectives légitimement évoquées par les organisations représentatives de ces sujets se doublent d’interrogations liées à la compétitivité de la France et de l’Europe dans un secteur clé pour l’avenir économique ».

 

Un comble alors que l’Europe tend aujourd’hui à défendre la protection des données personnelles contre les géants américains, aspirateurs à données personnelles européennes. Selon l’AFDEL, du coup, « l’organisation pratique d’une surveillance systématique des données passe par la mise en place de « portes dérobées » dont il sera ensuite très difficile de  garantir un usage exclusif aux services de renseignement. Globalement, il convient de s’interroger pour savoir si le déploiement d’un tel dispositif n’induirait pas paradoxalement un affaiblissement de la sécurité des transactions sur l’Internet, fondée sur les principes d’une architecture distribuée et diversifiée ». (communiqué)

 

Renaissance Numérique

 

Pour le think tank Renaissance Numérique, « nous aurions aimé que l'affaire Snowden soit un réveil pour nos États. Un déclic qui nous mènerait vers plus de transparence concernant l'accès des pouvoirs publics aux données personnelles. Au lieu de cela, PRISM a ouvert la course à la concurrence des États vers plus de surveillance  - même quand celle-ci se fait dans des conditions contraires à nos principes démocratiques. » L’association dénonce un système « avare en termes de garantie des droits, de recours et de transparence ». Il souligne spécialement l’absence d’intervention du juge ou l’absence de verrou imposant une date butoir à la conservation des données de contenants et de contenus conservées. (communiqué)

 

L’Interactive advertising bureau

 

L’association IAB France (interactive advertising bureau) qui représente les principaux acteurs de la communication numérique fustige tout autant ce « blanc-seing » accordé aux services de renseignement des ministères de la défense, de l'intérieur, de l'économie et du ministère en charge du budget. « Cet article dont la constitutionnalité n’est pas avérée porte atteinte non seulement aux libertés publiques (droit à la vie privée, liberté d’entreprendre), mais fait également peser une menace sur l’essor d’une industrie vitale pour l’économie française (notamment en ce qui concerne le Cloud et le Big Data) » (communiqué)

 

La Quadrature du Net

 

A la Quadrature du Net, Philippe Aigrain, l’un des cofondateurs considère que « ce projet de loi instaure un régime de surveillance généralisée et risque de définitivement rompre la confiance relative accordée par les citoyens aux services en charge de la sécurité. Une référence imprécise aux besoins de la sécurité ne justifie pas de telles atteintes aux libertés » (communiqué)

 

Celui-ci poursuit sur son blog que « si le Sénat adoptait mardi 10 décembre le texte conforme à celui voté le 4 décembre à l’Assemblée nationale, celle-ci n’aurait plus comme possibilité – sauf amendement du gouvernement pour supprimer lui-même l’article 13 – que de rejeter la loi dans son ensemble pour sauver les droits fondamentaux des citoyens (avec toutes les conséquences que ce rejet aurait). Alors il faut le dire tout de suite : chaque parlementaire qui participerait à l’adoption d’une loi incluant l’article 13 et donc de cette incroyable agression contre les droits fondamentaux doit en assumer personnellement le choix. Il n’y a pas de discipline de groupe ou d’affiliation politique qui dispense d’exprimer dans son vote ce que la conscience dicte à chacun. » (blog)

 

La Fédération internationale des droits de l’Homme

 

Pierre Tartakowsky, Président de la Fédération internationale des droits de l’Homme, note our sa part qu’« alors que les autorités françaises, ainsi que leurs homologues européens, crient au scandale face à la surveillance d’Internet et l’interception de données privées de millions de citoyens européens opérées par la NSA et le FBI dans le cadre du programme PRISM, voilà que le gouvernement essaie d’introduire des dispositions législatives permettant le même type de surveillance numérique généralisée, en violation des libertés individuelles les plus fondamentales » (communiqué)

 

La CNIL

 

La CNIL, elle déplore ne pas avoir été saisie en amont des dispositions de ce fameux article 13. Elle rappelle qu'elle peut exercer un contrôle a priori et a posteriori des traitements de données « et devra donc se prononcer sur les actes réglementaires créant les traitements projetés et pourra réaliser des contrôles sur place inopinés afin de s'assurer du respect des libertés individuelles. » (communiqué)

 

Le Conseil national du numérique version 2.0

 

Le Syntec Numérique comme l’IAB avaient sollicité l’intervention du Conseil national du numérique.Très silencieux jusqu’alors, le CNNUm a finalement décidé à réagir vendredi, alors que le texte a été voté par les sénateurs et les députés en première lecture.

 

Pour l’institution, proche de Bercy, « les récentes révélations internationales relatives aux pratiques de surveillance généralisée, facilitées par la collecte massive de données personnelles par certaines plateformes, posent problème. »  Sur l'article 13 spécifiquement, les critiques sont tout aussi molles :  « il n’est pas opportun d’introduire sans large débat public préalable, une modification du dispositif créé par la loi de 2006 relative à la lutte contre le terrorisme, alors qu’elle étend les modalités d’accès aux données, leur nature et leurs finalités. ». (communiqué).

 

Alors qu’on pouvait s’attendre à une analyse en profondeur de l’article 13 et de ses implications sur le numérique, le CNNum préfère du coup se saisir du sujet, plus ample, « de la protection des libertés et des droits fondamentaux profondément modifiés par la révolution numérique ». Il lance donc une étude dont le résultat interviendra bien après le vote de la loi de programmation militaire, qui aura peut-être mis à plat ce qu’il tente de protéger.

 

Des propos qui tranchent avec ceux de l’ancien président du CNNUm 1.0, Gilles Babinet. Dans les Échos, celui-ci considère que « cette loi, c’est le plus grand coup porté au fonctionnement de la démocratie depuis les lois d’exceptions pendant la guerre d’Algérie. Il n’y a plus de pouvoir du juge. Or, comme le disait Montesquieu, le père de la séparation des pouvoirs en France, « Tout pouvoir va jusqu’au bout de lui-même ». Je n’ai pas de problème à ce que l’on aille fouiller dans la vie des gangsters. Encore faut-il savoir qui est celui qui désigne le gangster, et il faut que cela soit un juge. En aucun cas, il ne faut donner un blanc seing aux militaires et à d’autres pour écouter tout et tout le monde en temps réel. Nous sommes à deux doigts de la dictature numérique ».

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 22:38
Les infos dont on parle peu n°49 (7 Décembre 2013)

Source et liens : info libre

 

L'agence Info libre met à votre disposition toutes les semaines quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes.

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 14:19
Semer partout les « graines interdites »

Source : Votre Santé

Vu sur : Etat du monde état d'être

 

Dans une véritable guerre économique mondiale, qui risquent de faire autant de victimes que les guerres territoriales que l’humanité a connu auparavant. Elles ne visent plus a annexer des régions et des richesses minières, elles cherchent seulement à prendre des parts de Marché. Elles ne font plus des « morts physiques » elles font des « morts économiques »… ce qui équivaut, à terme, aux mêmes résultats de souffrances, de détresses et de déchéances.

.

Que se passe-t-il, qui justifie cette alerte ?

 

Aujourd’hui nous venons d’apprendre que la revue scientifique Food and chemical Toxicology qui a publié l’étude de Gilles-Eric Séralini sur les tumeurs des rats nourris aux OGM est passée sous le contrôle d’un collaborateur de Monsanto qui vient de retirer l’étude, sans aucune explication ni aucune raison scientifique ou éthique…

 

Cette décision unilatérale montre que nous devons, comme en 1940, organiser la résistance en tous lieux et en toutes circonstances.

.

Contre qui ?

 

Contre ce qu’il faut bien considérer comme l’une des avancées totalitaires les plus évidentes du programme d’asservissement des populations aux intérêts anonymes des cartels qui dominent nos institutions politiques et économiques.

 

Ce monde de la science, annexé par un pouvoir occulte, nous ramène aux heures noires de l’obscurantisme moyenâgeux, qui martyrisait les peuples, sous l’inquisition, pour une poignée de tyrans qui gouvernaient au nom de Dieu ! Le Dieu d’aujourd’hui est le dollar et l’euro.

.

Que faire ?

 

Il faut semer les graines de la liberté sur toute la terre, chaque citoyen du monde doit s’ingénier à faire barrage à cette monstruosité, en semant partout les « graines interdites ». Elles submergeront ce monde du mensonge, de la corruption et de la cupidité…

 

Que chacun se donne le rôle et les moyens qu’il peut engager, là où il se trouve.

 

Informer, diffuser, expérimenter… S’instruire, instruire les autres, prendre des actions… Il n’en tient qu’à vous d’apporter votre pierre à l’édifice. Chacun, là où il se trouve, a la possibilité de faire une différence. Un tantinet de créativité, une volonté ferme de mettre terme aux mensonges et vous voilà avec une chaîne YouTube, un blog, un podcast, un éditorial dans votre journal local… vous voilà à coller des affiches dénonciatrices sur les annonces publicitaires, prendre parole à votre conseil municipal… Et vous voilà à prendre action, point!

 

Il n’y a pas de chef, donc pas de cible à décapiter, nous sommes tous ensemble comme un seul être.

 

Notre petite part de Colibri associée à toutes les autres dans un formidable élan de solidarité, constitue une force irrépressible.

 

Phillippe DESBROSSES

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 09:19
Les infos dont on parle peu n°48 (30 Novembre 2013)

Source et liens : Agence Info Libre

 

CptAnderson met à votre disposition toutes les semaines quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes.

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 17:36
Les infos dont on parle peu n°46 (16 Novembre 2013)

CptAnderson met à votre disposition toutes les semaines quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes.

 

Le site info-libre.fr étant hors-ligne, en attendant, vous pouvez voir les liens ici :


http://www.agoravox.tv/actualites/int...

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 16:23
Interview de l’ex-agent de liaison à la CIA Susan Lindauer

Source : InfoLibre

 

Interview exclusive de Susan Lindauer, ancien agent de liaison à la CIA. A travers son livre « Extrême préjudice », elle nous raconte ici comment le gouvernement US n’a pas tenu compte des avertissements à propos d’un attentat en préparation alors que les renseignements États-uniens avaient toutes les pièces, comment se sont déroulés ces attentats et ce qui lui est arrivé après les attentats alors qu’elle tentait de rendre public ses renseignements.

 

Commandez le livre « Extrême préjudice » sur le site: www.20coeurs.fr

 

Traduction & doublage: Cpt Anderson & 20coeurs.fr
Illustration: Olive

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 15:45
Les infos dont on parle peu n°45 (9 Novembre 2013)

Source : InfoLibre

 

CptAnderson met  à votre disposition toutes les semaines quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes.

Tous les liens sont ici :
http://www.info-libre.fr/les-infos-do...

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 20:20
Argentine : une enquête révèle la dangerosité des produits de Monsanto sur la population

Source : Combat-Monsanto.org

 

« L’agriculteur Fabian Tomasi n’a jamais été formé pour utiliser des protections lorsqu’il maniait des pesticides. Aujourd’hui, à l’âge de 47 ans, c’est un squelette vivant. » C’est ainsi que débute l’enquête de l’agence américaine Associated Press (en anglais ici) sur l’utilisation intensive de produits agrochimiques en Argentine. Diffusé le 20 octobre, le reportage pointe le manque de régulation dans l’usage des pesticides associés au OGM, en particulier le Roundup de Monsanto, et ses potentielles conséquences sanitaires sur les habitants des campagnes argentines, régulièrement « douchés » par ces pesticides sur leur lieu d’habitation, à l’école et au travail, les agriculteurs et leur famille étant également les premières victimes…

 

 

« L’Argentine est aujourd’hui le troisième producteur mondial de soja. Une situation rendue possible par les graines transgéniques fournies depuis 1996 par le géant américain de l’agrochimie Monsanto » rapporte le Nouvel Obs. Mais l’usage de ces produits chimiques sort parfois du « cadre légal », affirme Associated Press et une explosion de l’usage des pesticides depuis l’arrivée des OGM.

 

Selon Ap « progressivement, les mauvaises herbes et les insectes ravageurs sont devenus résistants, alors les agriculteurs ont augmenté les doses, multipliant par neuf la quantité de pesticides répandue dans les champs argentins, passant de 34 millions de litres en 1990 à plus de 312 millions de litres aujourd’hui. Dans l’ensemble, les agriculteurs argentins appliquent environ 4,3 kilos de concentré agrochimique par acre, soit plus de deux fois ce que les agriculteurs américains utilisent, selon une analyse des données gouvernementales et industrielles sur les pesticides. » Par ailleurs, « le glyphosate, élément-clé de l’herbicide Roundup de Monsanto, est utilisé à surface équivalente jusqu’à dix fois plus en Argentine que sur le sol américain » ajoute les enquêteurs.

 

Une situation qui s’accompagne de nombreux excès dans l’usage et l’application des herbicides comme le Roundup, parfois à l’encontre même des règlements nationaux comme l’a documenté l’AP dans son reportage. Il apparaît que dans bien des endroits, les règlementations sont ignorées par les agriculteurs et que des pesticides soient régulièrement utilisés à 30m de zones d’habitation ou d’écoles, alors que la distance minimum de sécurité prévue par la loi est de 500m. Un périmètre de sécurité arraché les habitants après plusieurs années de lutte contre les autorités.

 

Malformations chez l’enfant, cancer chez l’adulte

 

Le reportage photo qui accompagne l’enquête révèle les cas troublants d’enfants malformés, comme la petite Camila Veron, deux ans, née handicapée à Avia Terai. « Les médecins m’ont dit que l’eau a pu provoquer cette situation, à cause des poisons qu’elle véhicule », relate sa mère. Dans la province de Chaco, l’agriculture industrielle a explosé dans la décennie qui a suivi l’arrivée des procédés biotechnologiques. Parallèlement, le risque de naître avec des malformations a quadruplé, selon l’agence de presse américaine

 

Encore à Avia Terai, commune agricole où 31% des habitants ont un membre de leur famille souffrant du cancer. En comparaison, à Charaidai, un village d’éleveurs de la même région, ce chiffre se limite à 3%. « Il peut s’avérer impossible de prouver qu’un produit spécifique a provoqué une affection  », note Associated Press, notamment du fait des effets cocktails d’accumulation de plusieurs molécules dans le corps.

 

La population est la première à s’être alarmée de la situation, suivant l’exemple de Sofia Gatica, ayant perdu son bébé suite à une malformation rénale, elle s’est battu pour réunir des données médicales. Rencontrée par les journalistes de l’Associated Press, cette femme a finalement obtenu des études de toxicologie sur les enfants de sa province : 80% d’entre eux avaient dans la corps des résidus de pesticides confirme l’Agence de presse.

 

Déni d’Etat et pression industrielle

 

Le professeur d’université Damian Verzenassi a mené une étude sur 65.000 personnes démontrant que le taux de cancers à Santa Fe est deux fois plus élevé que la moyenne nationale. « Ce peut être dû aux produits biochimiques », affirme-t-il, dénonçant l’absence d’études approfondies sur la question. Dès 2009, suite à d’autres études alarmantes, la présidente Cristina Kirchner avait mis en place une commission nationale sur la question, mais ces membres ne se sont jamais réunis depuis 2010. Le lobby des « soyeros », le grand producteur de soja argentin, étant très puissant dans le pays, où 10% de la manne financière de l’Etat provient des exportations de soja transgénique.

 

Suite à la publication du reportage international de l’AP, Monsanto a réagit en indiquant : « Si les pesticides sont mal utilisés en Argentine, alors c’est dans l’intérêt de tout le monde, le public, le gouvernement, les fermiers, l’industrie et Monsanto, que le mauvais emploi de ces agents chimiques soit arrêté ». Reste que pendant ces années où l’usage de pesticide a exploseé en Argentine, la firme de St Louis s’est abstenue d’appeler à la modération, préférant compter ses bénéfices. Sans surprise, le porte-parole de l’entreprise a réfuté la corrélation entre l’utilisation de pesticides et l’augmentation des maladies.

 

Par ailleurs, Monsanto continue d’affirmer que le glyphosate est sur, oubliant de rappeler que la formule du Roundup ne se limite pas uniquement à son principe actif. L’herbicide Roundup en formule complète n’a jamais été testé par les autorités en dehors des données fournies par Monsanto sur son produit. Il existe cependant des études indépendantes menées par le Pr Carasco en Argentine, ou les Pr Séralini et Bellé en France, indiquant toutes une causalité directe entre l’herbicide et le développement de cancers.

 

D’après une enquête de By MICHAEL WARREN and NATACHA PISARENK pour Associated Press, Argentines link health problems to Monsanto agrochemicals, publiée le 20 octobre 2013. (source originale en anglais)

 

Retrouvez également le reportage photo sur le Nouvel Obs publié le 24 octobre.

 

Et aussi sur le site AgoraVox pour la traduction : http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/monsanto-dement-que-ses-pesticides-142723

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 20:14
Industrie chimique, sociétés de biotechnologies et géants du trading contrôlent la chaîne alimentaire mondiale

Source : BastaMag

 

Des champs aux hypermarchés, en passant par l’élevage, quelques géants de l’agrobusiness se partagent le marché alimentaire mondial. Les semences sont la propriété de quelques grands groupes de l’industrie chimique. Une poignée d’entreprises de biotechnologies conçoivent la grande majorité des volailles et poissons d’élevage. D’autres, parfois les mêmes, maîtrisent le commerce international de céréales… Une concentration sans précédent. En cas de faillite, les filières alimentaires risquent-elles de s’effondrer comme les marchés financiers ?

 

Certes, vous êtes libres d’acheter le produit que vous souhaitez, généralement dans un supermarché. Mais savez-vous vraiment qui élabore vos menus ? Que le poulet en train de rôtir a toutes les chances d’avoir été conçu par le groupe franco-néerlandais Hendrix Genetics ou la firme allemande EW Gruppe ? Que le pain qui servira à accompagner le fromage a été pétri avec de la farine appartenant très probablement à l’une des dix firmes qui contrôlent le marché des céréales ? Et que le blé a été négocié par le groupe français Louis Dreyfus ou l’états-unien Cargill ?

 

Commençons par les semences, source de toute agriculture, qu’elle soit destinée à l’alimentation humaine ou animale. 75 % du marché mondial de semences est contrôlé par seulement… dix multinationales ! Leurs noms ? Monsanto (États-Unis, 26 % du marché mondial), DuPont (États-Unis, 18 %), Syngenta (Suisse, 9 %), Limagrain (France, 5 %), suivis d’une poignée d’autres firmes allemandes, états-uniennes ou japonaises. Paradoxe de l’actuel modèle agricole : ce sont de grosses firmes de l’industrie chimique qui possèdent, de fait, une grande partie des semences échangées sur la planète ! Tels Monsanto, Syngenta, BASF, Bayer, DuPont et Dow Chemical. Ces six entreprises se partagent aussi les trois quarts du marché mondial de pesticides, estimé à 44 milliards de dollars en 2011. Car il faut bien accompagner la vente des semences de blé, de maïs, de riz ou de soja par des herbicides, insecticides et autres fongicides adaptés.

 

Les semences aux mains de l’industrie chimique

 

Cet oligopole de six entreprises agrochimiques possèdent également 75 % des budgets privés de recherche sur les croisements végétaux et… 100 % du marché des semences transgéniques, les OGM. « Avec leur entrée dans l’industrie des semences, les géants de la chimie ont commencé à produire des graines qui dépendent des produits chimiques », rappelle l’organisation indépendante britannique Econexus, qui regroupe des scientifiques et des citoyens [1]. D’un côté les semences, synonymes dans les esprits de biodiversité, de terroirs et de multiples variétés. De l’autre, une concentration sans précédent aux mains d’une poignée de firmes ! Car ces semences ne sont pas libres. Bien au contraire.

 

Top 10 des multinationales semencières



 

En Europe, cinq de ces firmes – Monsanto, DuPont, Syngenta, BASF et Bayer – détiennent la moitié des brevets sur les plantes, rapporte Econexus. Et désormais, la production et la vente des semences sont interdites sans l’accord de leur propriétaire (lire nos précédents articles). Ce qui entraîne une perte énorme de biodiversité cultivée. Et pas seulement en Europe. 3 000 variétés de riz étaient cultivées aux Philippines dans les années 1960. Il n’en reste plus que deux, sur 98 % de la superficie totale plantée ! Même la FAO (l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation) s’en est inquiété : les trois-quarts de la biodiversité cultivée auraient disparu au cours du 20e siècle, alertait-elle [2].

 

Quatre « traders » détiennent les clés du placard à provisions planétaire

 

Voilà pour les semences, dont une partie sert à nourrir les animaux d’élevage. Car produire un kilogramme de viande nécessite trois kg de céréales et de soja. Dans l’alimentation animale, la concentration semble un peu moins marquée. Les dix plus gros fabricants de denrées pour bestiaux – dont le thaïlandais Charoen Pokphand suivi de l’états-unien Cargill – contrôlent 16 % du marché mondial. Mais tout dépend du type d’élevage. 90 % de la nourriture donnée au saumon (99 % du saumon consommé provient de l’élevage) est par exemple produite par seulement trois sociétés [3]

 

 

Suite de l'article sur Basta !

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 22:06
Alex Jones révèle que la FEMA prépare la police militaire à la loi martiale (VidZ)

Source : Blueman

 

Une vidéo "fuitée" montrant que la FEMA prépare la loi martiale et va suspendre :

 

  • Le premier amendement de la constitution américaine qui interdit de voter des lois interdisant la liberté d'expression et de religion, la liberté de presse et le droit de se rassembler pacifiquement.

 

  • Le second amendement de la constitution américaine qui garantit à tout citoyen le droit de porter une arme à feu.

 

Merci à lasorciererouge pour le lien.

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 11:12
Les infos dont on parle peu n°44 (26 Octobre 2013)

Source et liens : Info Libre

 

CptAnderson met à votre disposition toutes les semaines quelques informations passées totalement inaperçues dans nos médias mais qui peuvent être importantes.

 

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 23:25
Chouard - diffuser le-message au quotidien jusqu'à la révolution (VidZ)

L'impuissance politique du peuple démontre que nous ne sommes pas en démocratie. Parce que ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir : la constitution.


"Nous voulons une Assemblée Constituante démocratique, donc tirée au sort." http://www.le-message.org/

Notre régime actuel n'est pas du tout une démocratie mais une oligarchie ploutocratique (le pouvoir des plus riches).
Argumentation ici :
http://lavraiedemocratie.fr/

Les Gentils Virus : pour réfléchir et propager le Message de la vraie démocratie https://www.facebook.com/groups/genti...

Vidéo intégrale https://youtube.com/watch?v=e10e_5_YVEI

Repost 0
Published by openyoureyes - dans ACTUALITES
commenter cet article

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment