Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 20:17

http://neilsilberman.files.wordpress.com/2011/01/zahi_hawass_1.jpg?w=500

Zahi Hawass

 

Pendant des milliers d’années il y eu des rumeurs à propos de grottes et de tunnels parcourant le plateau de Gizeh en Egypte.

Le 3 mars 2008, 3 explorateurs britanniques - Andrew Collins, Sur Collins et Nigel Skinner Simpson - ont trouvé et sont entrés dans un complexe de grottes sous le plateau de Gizeh. Ils ont explorés les grottes 4 fois pendant le mois qui s’en suivit.

En septembre 2009, le Docteur Zahi Hawass fit une déclaration officielle disant que le système de grottes n’existe pas.

En septembre 2010 une émission d’Histoty Channel avec le Docteur Hawass montre le système de grottes décrit par Collin, celui, qui selon Hawass, n’existe pas..

Hawass avouera plus tard que l’exploration de ce réseau de grottes est "la plus grande aventure qu’il n’ait jamais eu à Gizeh."

Voici l’incroyable histoire des grottes perdues de Gizeh.

 

 



Résumé : Introduction

vlcsnap-2012-10-24-21h06m31s49.png
Le documentaire commence devant la tombe des oiseaux située au nord ouest du plateau de Gizeh, avec à 'intérieur des momies d'oiseaux, en abattant une entrée murée les explorateurs anglais découvrent un vaste complexe souterrain.

vlcsnap-2012-10-24-21h14m08s42.png
vlcsnap-2012-10-24-21h14m26s219.png
vlcsnap-2012-10-24-21h19m04s163.png
Dans les semaines qui en suivirent le docteur Zahi Hawass, secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, dit qu'il n'y existe aucun réseau de la sorte en Egypte, par la suite dans une émission appelée Chassing Mummies de la chaîne History Channel Hawass est surpris à montrer une entrée qui mène vers des cavernes remplits de chauves-souris, l'entrée secrète du tombeau des oiseaux....

vlcsnap-2012-10-24-21h24m39s149.png
Pendant la visite, il parcourera une centaine de mètres dans ce réseau de caves et de tunnels, longueur qui correspond à la desciption du livre publié par Collins 1 an plus tôt sur ses premières recherches sur le site..

Ensuite le documentaire parle de l'attraction mystique de l'Egypte pour les chercheurs ainsi que le fait que tous ont toujours dit et pensé qu'il y avait bien plus à trouver que ce qu'on a trouvé jusque maintenant, et ce malgré les centaines de pyramides déjà découvertes (L'actualité récente sur l'Egypte nous prouve qu'ils avaient raison..), quelque chose de manquant, caché sous terre, un chaînon entre l'ancienne et la nouvelle Egypte, peut-être celui qui nous enseignerait nos vraies origines.

vlcsnap-2012-10-24-21h41m23s240.png
Je vous épargne la jolie parade des archéologues qui nous racontent ce qui leur à donné le coup de coeur pour l'Egypte et ses mystères..

Partie intéressante, la constellation du cygne à Gizeh.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fb/Cygnus_constellation_map-fr.png/280px-Cygnus_constellation_map-fr.png
Il y a plus de 1600 ans, l'historien romain Marcelinus rapporte que près du plateau de Gizeh des passages souterrains et des fissures existent,  de vrais chemins s'enfonçant dans le sol que l'on peut emprunter.

Dans les années 40 (l'an 40), les historiens arabes ecrivaient qu'en prévision du déluge de grand passages souterrains avec des chambres furent construit afin de protéger l'intelligence et la connaissance de l'ancien monde.

Plus près de notre notre époque le grand médium Edgar Cayce parle d'un dépôt de connaissance, celui de la connaissance universelle. En 1930 il rapporte que ce 'all of records" est scélé depuis plus de 12 000 ans, selon lui ces écrits sont sur 32 tablettes de pierre dans une chambre  souterraine sous le sphinx et qu'on y accède par des tunnels et des passages souterrains.

Collins, chercheur réputé, y pensa toute sa vie jusqu'a leur découverte récente.

vlcsnap-2012-10-24-22h06m42s57.png
Collins ensuite nous parle de texte et de récits parlant d'une salle secrète dans la région de Gizeh, les anciens en parlent comme d'un savoir sur la vie après la mort et la possibilité de voyager dans les étoiles, qu'il doit exister une sorte de palais ou en tout cas une "structure géante" sous terre.

C'est là qu'entre en compte la signification de la constellation du cygne, Collins pense que beaucoup de sites anciens sont alignés sur cette constellationà travers le monde.

vlcsnap-2012-10-24-22h14m44s224.png
Il explique que la constellation du cygne à toujours était vue comme la constellation de la vie après la mort, et ceci probablement à cause de sa position dans la voie lactée.

Un autre chercheur nous explique qu'il a essayé de positionner la constellation d'Orion sur une photo aérienne des 3 pyramides et qu'il était content du résultat mais que lorsqu'il à essayé avec la constellation du cygne ça collait parfaitement. (Surtout avec la position de Deneb,en haut à gauche, et le site de Gebel Gibli, en bas à droite).

vlcsnap-2012-10-24-22h21m25s198.png
Et on peut voir directement 3 étoiles du cygne se coucher sur le sommet des pyramides. De là ils en déduisent qu'il manque des étoiles de la constellation sur le site de Gizeh. Une des étoiles manquante pourrait être les ruines de Deneb, ruines de forme pyramidale mais s'arrétant à quleques mètres du sol, site découvert par Lepsius mais classé sans importance. Dans la continuité de la recherche de l'empreinte de la constellation du cygne sur le plateau, Collins fût amené à chercher vers le nord ouest, à l'encontre des autres archéologues qui cherchaient généralement coté est, près du Sphinx et jusqu'aux pyramides, le coté ouest restant en grande part vierge de toute recherche...

vlcsnap-2012-10-24-22h28m03s38.png

A partir de là Collins consulte de vieux documents et trace une droite entre le site de  Gebel Gibli et la 2eme pyramide et tombe sur un site appelé le tombeau des oiseaux (Pits of birds mummies). Il se rend comte en l'explorant que c'est un endroit de culte des oiseaux, dont les dieux étaient associés au faucon et à l'ibis, les dieux Horus gardien du monde souterrain et Hermes(?) le gardien des écrits secrets.

vlcsnap-2012-10-25-09h40m14s212.png

2ème partie : Le Journal de Salt, indice final.

 Partie importante de la découverte, en 2003, un archéologue découvre le journal de Salts qui parle de vastes réseaux souterrains sous Gizeh ainsi que de catacombes, qu'il a éxploré dans les années 1900 avec Giovanni Caviglia un capitaine italien, leurs écrits au sujet du monde souterrain de Gizeh ne seront jamais publiés, le fait de trouver des catacombes ornementés ne semblant guère intéresser qu'eux..

Ce qui sera décrit dans le journal de Salt, ainsi que la position révélée par les 2 explorateurs, désigne précisement l'endroit connu sous le nom du Tombeau des oiseaux selon Collins. C'est à ce moment là que lui et sa femme pensent être passé à coté d'une entrée cachée à l'intérieur du tombeau, une entrée qui ménerait vers les catacombes dont parlait Salt.

La découverte des grottes, mars 2008

Après maintes recherches à partir du site de Gebel Gibli, nos explorateurs mettent à jour un grand réseau de grottes souterraines, dont ils trouveront un accès à partir d'une fissure dans un mur du tombeau des oiseaux. Dès leurs premières visites du réseau ils trouveront une chambre massive qu'ils appelleront "le dôme".

zzzz-the-dome.jpg
En  l'explorant ils éprouvèrent des difficultés à respirer, par la suite ils trouvèrent des culs de sac dans le réseau, bloqué par des pierres massives, ainsi que d'autres chambres et passages se dirigeant vers le sud (sur un peu moins de 80 mètres..).

vlcsnap-2012-10-25-10h20m06s137.png

En sortant du réseau un gardien leur raconta qu'il n'avait jamais visité les souterrains car ils étaient hanté par un serpent géant, Hanash.

Je vais faire court à partir de maintenant par manque de temps.. Mais sachez que malgré toutes ces découvertes à l'intérieur du réseau (des os et des crânes d'animaux entre autre), l'exploration prit fin parce que les officiels égyptiens les ont bridé dans leur recherche, les empêchant d'explorer le réseau comme ils l'auraient voulu (ils y retournèrent sans les officiels, parcourant ainsi plus de 110 mètres sous terre) et que pour des raisons inconnus ils placèrent une grille d'acier à l'entrée du tombeau des oiseaux, prévenant ainsi toute exploration future..

vlcsnap-2012-10-25-10h36m30s108.png

Depuis des tunnels sous terrains reliant plusieurs sites sur le plateau de Gizeh commencent à apparaîtrent grâces aux recherches et aux données satellites, reste au Conseil suprême des Antiquités égyptiennes de laisser les archéologues travailler en toute quiétude afin qu'ils puissent réécrire l'histoire..

vlcsnap-2012-10-25-10h40m49s213.pngvlcsnap-2012-10-25-10h46m08s77.png
vlcsnap-2012-10-25-10h46m24s240.png
Ce qui m'amuse particulièrement dans ce reportage c'est que les photos et descriptions des tunnels correspondent à ce que raconte Lovecraft dans ses livres, sur la ville interdite et sur les salles enfouies sous Gizeh, pour quelqu'un qui n'a pu guère sortir de chez lui et à passé son temps à étudier l'histoire et la théologie, je me dit qu'il n'avait pas vraiment accès aux mêmes livres que nous avons aujourd'hui..
Caligula Minix

Partager cet article

Repost 0
Published by openyoureyes - dans HISTOIRE-ARCHEOLOGIE
commenter cet article

commentaires

Un passant 06/02/2016 14:46

L'auteur Sandrine Desse, dans son roman, L'histoire proscrite, propose une théorie assez intéressante à ce sujet:
"...Ebloui, Cyril caressa respectueusement la pierre du
Sphinx. Tout à son bonheur, il en oublia les hommes
armés qui les escortaient. Alexis le couvait d’un regard
souriant. Dominique, en sueur, peinait à les suivre. Son âge
et son poids ne s’accommodaient pas à cette torride
chaleur.
« – Je suis en train de crever d’avoir fait trois pas et tu
voudrais me faire croire que ce sont des humains qui ont
construit ça ? Si c’était le cas, il y aurait plus de squelettes
que de grains de sable, ici ! Alexis lui tapota doucement le
ventre du bout de son index.
– Cher ami, je pense que le principal secret réside dans
une nourriture moins riche…
– Ils étaient sensés porter bien plus sur leur dos que
moi sur le ventre… Bon Dieu, je suis en train de cuire !
Cyril lui lança un regard incrédule, puis son visage
s’illumina.
– Si ça a l’air impossible, c’est qu’ils ne l’ont pas fait.
L’explication la plus logique est toujours la plus proche de
la vérité. Les théories les plus folles circulent pour
expliquer le mode de construction de ces monuments. Une
des théories qui fâchent le plus les égyptologues est celle de
la pierre réagglomérée à partir de calcaire désagrégé émise
par Joseph Davidovits en 1978. Et pourtant, les dernières
recherches scientifiques tendent à lui donner raison,
d’autant plus que le calcaire argileux est naturellement
présent sur les lieux de la construction. Sa théorie visait à
trouver une réponse pratique aux difficultés liées au
transport, au levage ou à l’ajustement très serré des blocs,
ainsi qu’à d’autres questions réputées insolubles comme la
fabrication des statues et des vases de pierre dure aux
formes fines et à l’aspect de surface soigné qui semblent
impossibles à réaliser par des méthodes de taille, surtout à
une époque où l’outillage était essentiellement de pierre et
de cuivre. Joël Bertho va dans ce sens en affirmant que
d’importants blocs de pierres concaves et convexes
s’assemblent parfaitement au millimètre près ce qui est
impossible à faire en taillant les pierres. Avec une
extraordinaire mauvaise foi, Jean-Claude Golvin a retoqué
ces théories en répondant que la provenance de toutes les
sortes de pierres constituant les pyramides est parfaitement
connue, les pierres des assises étant en calcaire silicieux
provenant de Gizeh même où les carrières sont encore
visibles, le parement venant de Tourah et le granite des
chambres funéraires étant issu des carrières d’Assouan. Il
ajoute en conclusion qu’il ne voit pas pourquoi les
Egyptiens se seraient compliqué la tâche en fabriquant de
la pierre alors qu’ils en avaient à revendre. On pourrait lui
répondre en lui disant qu’ils l’ont fait pour les mêmes
raisons que nous préférons utiliser aujourd’hui le béton
pour nos constructions. Ça facilite la manutention, et ça
améliore l’étanchéité et la solidité de la structure. Mais si je
crois que Davidovits a raison sur le principe, je crois qu’il
se trompe sur la méthode. Il est compliqué de trouver de
l’eau dans le désert, or c’est un élément essentiel pour
agglomérer la poudre de calcaire et un liant quelconque.
Par contre, le soleil est généreux… Avez-vous entendu
parler du four solaire d’Odeillo ? Grâce à lui, on peut
obtenir en quelques secondes des températures supérieures
à 3500°C. Pour en construire un, il suffit de savoir
fabriquer des miroirs. Or, on en a régulièrement retrouvé
dans les sépultures. Et le calcaire entre en fusion à 840°C
seulement. Ce sont bien des pierres moulées. Fondues et
moulées. Ces hommes ne se sont pas inutilement épuisés à
transporter ces pierres monumentales. Ils ont tout
simplement transporté des sacs de poudre calcaire jusqu’au
four solaire et les ont fondus puis moulés directement sur
place, un peu comme nous le faisons avec une
bétonnière…
– Enfin, Cyril, on ne peut pas faire fondre une roche…
Objecta doucement Dominique.
– Ah, c’est nouveau, ça ! Et le magma, c’est quoi, à
votre avis ? De la roche fondue ! Ils n’étaient pas plus bêtes
que nous, nos anciens… Il n’y a aucune raison qu’ils
n’aient pas compris ce phénomène naturel. J’en veux pour
preuve qu’une étude paléomagnétique des deux grandes
pyramides d’Egypte a été récemment menée. Elle est basée
sur l’hypothèse que si les blocs ont été fabriqués in situ par
agglomération leurs moments magnétiques auraient été
tous parallèles, orientés à peu près dans la direction nordsud.
Toutefois, si les pyramides ont été construites à partir
de blocs naturels, extraits et transportés depuis les carrières
voisines, ayant subi une rotation aléatoire au cours du
transport et de la construction, alors les directions de leurs
moments magnétiques seraient orientées au hasard.
L’étude conclut que les paléodirections des trois
échantillons présentent l’orientation commune nord-sud,
ce qui permet de penser qu’ils ont été effectivement
produits in situ.
– Je veux bien, Cyril, mais si le revêtement des
pyramides est effectivement en calcaire, si on le soumet à
une décharge électromagnétique, elles tombent en
poussière. Remarqua Alexis.
– Le docteur Philip Callahan a mesuré le calcaire qui
couvre la grande pyramide. Il est diamagnétique. Le granit
rose utilisé à l’intérieur du bâtiment est en revanche l’une
des substances les plus paramagnétiques qui existent. C’est
un sarcophage efficace contre le magnétisme et qui permet
de protéger les matériaux du monument. Il n’est d’ailleurs
pas exclu que des grains de silice aient été volontairement
ou accidentellement mélangés en quantité infinitésimale
au calcaire en fusion, l’émaillant de petits morceaux de
verre qui est un bon isolant si je ne m’abuse.
– Vous avez raison, mais je ne vois pas de traces de
verre autour de nous. Un four d’une puissance telle qu’il
permet la fusion du calcaire aurait transformé le sable qui
l’entourait en verre et nous en aurions des traces visibles !
– Et le verre lybique ! Il y en a 6500 km carrés… Que
vous faut-il de plus ?
– Le désert lybique… Ce n’est pas à côté ! Ça ne plaide
pas en faveur de la fusion et du moulage in situ…
– Je vous le répète : ne les prenez pas pour des idiots,
ces Egyptiens ! Ce verre lybique n’est pour moi que la
preuve qu’ils ont testé leur méthode et leur matériel avant
de passer aux choses sérieuses. On n’a pas construit la
première bétonnière sur le chantier de l’Empire State
Building, nous !
– Alors pourquoi n’y a-t-il pas de verre autour des
pyramides ?
– Parce que le four n’était pas au sol, tout simplement.
Puisqu’il est communément admis qu’ils maîtrisaient l’art
des échafaudages… Je ne vois pas ce qu’il y a d’impossible
à cela…
– CQFD ! Conclut Dominique en lui donnant une
grande bourrade dans l’épaule...."

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment