Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 09:25
CANCER... BUSINESS MORTEL ? QUI DÉCIDE DE NOTRE SANTÉ ? (Extrait, 15 min) [VF]

Source : Touscoprod

 

Y aurait-il un super business de la maladie qui ne tiendrait pas compte des patients en souffrance?

Le docteur Nicole Delépine, Cancérologue, responsable de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches (APHP), pratique avec son équipe une cancérologie individualisée et sans aucun doute mieux tolérée et de surcroît plus efficace. Ses résultats parlent d’eux-mêmes : plus de 90% de réussite sur des cancers de l’os chez l’enfant si la prise en charge est immédiate contre 50% ailleurs.

Après trente ans de bons et loyaux services le Dr Delépine s’apprête à partir en retraite en juillet prochain et à cette occasion les pouvoirs publics envisagent très sérieusement la fermeture du service. La présence de la petite équipe des 8 médecins séniors pédiatres qui exercent avec elle, depuis plus de trente ans garantit la pérennité de ses méthodes et pourtant l’avenir du service reste très incertain.

Si le ministère de la santé essaie de faire croire que les revendications du Dr Delépine sont une lubie qui ne concerne qu’elle, il suffit d’aller dans son service pour constater qu’elle est loin d’être seule dans son combat. Une équipe dévouée à la cause, des parents reconnaissants du travail accompli visant à sauver leurs enfants en péril, de nombreuses personnalités soutenant la cause, des associations constituées pour crier haut et fort la nécessité de conserver ce service, sont autant d’énergies réunies vers un seul but : Conserver ce service qui obtient des résultats probants. Le réseau de radiologues, de chirurgiens, de médecins nucléaires, a su avec l’expérience acquise durant toutes ces années à travailler ensemble, adapter des traitements spécifiques, aux besoins de chaque patient. L’échange, la discussion sont les atouts du service.

Cette équipe n’est pas seule; un réseau de médecins lui adresse des malades à priori perdus, ou tout simplement démunis et pour certains même quasiment résignés à leur sombre destin.

L’objet de ce film d'une durée d'1h15 est de comprendre la genèse du conflit qui oppose depuis plus de 25 ans, le Dr Delépine et son équipe, aux oncopédiatres français et par voie de fait les pouvoirs publics qui tentent de minimiser les résultats de ces travaux pratiqués depuis plus de 25 ans.

Peut-on soigner librement en France ? Manifestement la question vaut la peine d’être posée. Depuis les années 2000 la situation s’est aggravée. Les initiatives sont vues d’un mauvais œil, les protocoles coulés dans le marbre ne laissent aucune place aux initiatives visant à atteindre l’objectif ultime du médecin : soigner, guérir quelqu’en soit le chemin.
Après plus de 25 ans de lutte, le service existe toujours. Il y a fort à parier que si les résultats n’avaient pas été significatifs l’unité aurait tout bonnement disparu depuis bien longtemps.

Nous passerons une semaine dans le service pour recueillir les témoignages des personnes concernées par la mort annoncée de cette unité. Médecins, cancérologues, patients, familles, personnel hospitalier, député, sénatrice, stars de la télé viendront donner leurs points de vue sur la question pour offrir de leur voix militante toutes les bonnes raisons pour le maintien du service.
La médecine actuelle semble s’élaborer sur un fonctionnement à plusieurs vitesses. Cette médecine uniformisée, informatisée, déshumanisée n’est pas du goût du Dr Delepine et de ses collègues.

Ce qui se joue très clairement c’est la vie d’enfants et d’adultes. II semble donc évident que poursuivre la mission initiée par le Docteur Delépine est pour ainsi dire vitale.
Ses collègues pourront-ils poursuivre leurs missions ?

Jean-Yves Bilien

 

Partager cet article

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SANTE
commenter cet article

commentaires

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment