Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 22:00
Gene Sharp : L'alphabet d'une révolution (Doc) [VF]

La non-violence, en tant que technique d'action politique, peut être employée à n'importe quelle fin. Dans les années 1980, l'OTAN s'est intéressée à son utilisation pour organiser la résistance en Europe après une invasion de l'Armée rouge. Depuis quinze ans, la CIA en fait usage pour renverser des gouvernements récalcitrants, sans soulever d'indignation internationale. Elle dispose pour cela d'une agréable vitrine idéologique, l'Institut Albert-Einstein du philosophe Gene Sharp, qui a joué un rôle, de l'Irak à la Lituanie, en passant par le Venezuela et l'Ukraine.

 

Inconnu du grand public, le philosophe Gene Sharp a élaboré une théorie de la non-violence comme arme politique. Pour le compte de l'OTAN, puis de la CIA, il a formé les leaders des coups d'État modérés des quinze dernières années.

 

Dans les années cinquante, Gene Sharp a étudié la théorie de la désobéissance civile d'Henry D. Thoreau et de Mohandas K. Gandhi. Pour ces auteurs, l'obéissance et la désobéissance sont des questions morales ou religieuses avant d'être politiques. Ils opposent une loi supérieure à un ordre civil. Cependant la mise en pratique de leurs convictions eut des conséquences politiques, de sorte que ce qu'ils considéraient comme une fin en soi peut être appréhendé comme un moyen. La désobéissance civile peut alors être considérée comme une technique d'action politique, voire militaire.

 

En 1983, Gene Sharp créé le Programme sur les sanctions non-violentes au Centre des affaires internationales de l'université d'Harvard. Il y développe des recherches en sciences sociales sur l'usage possible de la désobéissance civile par la population ouest-européenne pour faire face à une éventuelle invasion par les troupes du Pacte de Varsovie. Simultanément, il fonde à Boston l'Institut Albert Einstein avec pour double mission de financer ses recherches universitaires et d'appliquer ses modèles à des situations concrètes.

 

La focalisation sur la moralité des moyens d'action permet d'évacuer tout débat sur la légitimité de l'action. La non-violence, admise comme bonne en elle-même et assimilée à la démocratie, favorise le blanchiment des actions secrètes, intrinséquement non-démocratiques.

 

Réalisant le potentiel de l'Institut Albert Einstein, la CIA y délègue un spécialiste de l'action clandestine, le colonel Robert Helvey, alors doyen de l'École de formation des attachés militaires d'ambassade. « Bob » introduit Gene Sharp en Birmanie pour qu'il forme idéologiquement l'opposition : contester de manière non-violente la junte militaire la plus sanglante du monde, c'est-à-dire en critiquer l'étroitesse, sans remettre en cause le système. Helvey trie ainsi les « bons » et les « mauvais » opposants dans un moment critique pour Washington : l'opposition véritable, conduite par Mme Suu Kyi, ne cesse de marquer des points et menace le régime pro-US. « Bob » le fait avec d'autant plus de facilité qu'il connaît personnellement tout les protagonistes, ayant été attaché militaire à Rangoon de 1983 à 1985 et ayant participé à la structuration de la dictature. Jouant un double jeu, le colonel Helvey dirige simultanément une action de soutien militaire classique à la résistance Karen : Washington veut en effet se garder un moyen de pression sur la junte en armant et en contrôlant une guérilla limitée.

 

En février 1990, l'Institut Albert Einstein organise une Conférence sur les sanctions non-violentes, regroupant 185 spécialistes de 16 pays, autour des colonels Robert Helvey et Reuven Gal. Le principe d'une internationale de la lutte anti-communiste mobilisant les populations dans une action non-violente est né. Le professeur Thomas Schelling, célèbre économiste et par ailleurs consultant de la CIA, rejoint le Conseil d'administration de l'Institution. Le budget officiel de l'Institution reste stable, mais en réalité il dispose de financements abondants de l'International Republican Institute (IRI), l'une des quatre branches de la National Endowment for Democracy (NED/CIA).

1er lien

2nd lien

Partager cet article

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires

lasorciererouge 17/07/2013 23:43

377665_10151361055598893_505952752_n-2.jpg

...je pense que je vais l'afficher au boulot, hi,hi,hi !!

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment