Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 14:06
Assassinat du juge Borrel, enquetant sur des détournements de fonds publics et des réseaux pédophiles- Octobre 1995 (Doc) [VF]

 

Source : RenovatioTV

 

Le 19 octobre 1995, au petit matin, le corps d'un magistrat français était découvert à demi calciné dans une zone désertique de la République de Djibouti.

 

Bernard Borrel était parti dans cette ancienne colonie de la France en mission de coopération avec son épouse et leurs deux enfants.

 

La version officielle - suicide par immolation - a volé en éclats après qu'une seconde autopsie a révélé que le juge a été assassiné.

Mais le mobile du meurtre n'a jamais pu être découvert.

 

Ce document de 2010 raconte très scrupuleusement les multiples rebondissements de ce véritable serpent de mer judiciaire et toutes ces années où Elisabeth Borrel, la veuve du magistrat, s'est battue seule pour faire éclater une vérité qui dérange tant Paris que Djibouti.

 

En rameutant les médias, madame Borrel, aujourd'hui magistrate à Toulouse, a glissé plus qu'un grain de sable dans l'entente alors sans nuages entre Paris et son inaliénable alliée, indépendante depuis 1977.

 

Créant un contentieux si grave avec le président Ismaïl Omar Guelleh que la France a perdu son statut d'interlocuteur privilégié d'un Etat stratégiquement situé.

 

Enquêtant fin 2006 sur l'affaire Borrel, « le Nouvel Obs » (numéro 2 194) avait exploré la piste de fonds publics détournés par des militaires de la base française.

 

Le juge Borrel s'apprêtait peut-être à dévoiler ce vaste trafic.

 

Le réalisateur reprend ici la thèse des investigations menées à Djibouti par la brigade criminelle : l'existence d'un réseau de pédophiles, s'attaquant à des enfants de la rue réfugiés de la guerre entre l'Ethiopie et l'Erythrée.

 

Réseau dans lequel auraient été impliqués des coopérants et des soldats français.

 

Ce document suppose que le magistrat ait pu se mettre en danger en s'apprêtant à communiquer à Paris une liste de noms de ces pédophiles.

 

Liste dont les autorités judiciaires djiboutiennes font encore grand cas pour contrer les accusations visant à rendre le président Guelleh, autrefois directeur des services secrets de son pays, responsable du meurtre de Bernard Borrel.

 

C'est une piste... D'autres, aujourd'hui, sont encore explorées !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment