Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 15:40

Source de la traduction : Crash Debug

 


Ceci est le Quatrième et dernier Opus (disponible pour l'instant) d'une série d'articles, extraits du prochain livre des auteurs Tom Horn et Chris Putnam, initialement postés sur Conscience du peuple. Il est le résultat de recherches concernant l'implication du Vatican dans la mise en place de la plus vaste imposture : l'arrivée de l'antéchrist et des « sauveurs de l'humanité » sur la scène mondiale. Je m'efforcerai de vous distiller la suite petit à petit, au fur et à mesure qu'elle sera publié. Je pense que pour bien saisir le contexte et comprendre le sujet en lisant entre les lignes, les articles en (informations complémentaires) sont importants...


Bonne lecture,


Amicalement,


F.


Code_adn.jpg

Séquençage d'ADN humain


PARTIE 4 : LES PREMIERS HYBRIDES


En premier vient l'avant-garde

Vient Après...

Par Tom Horn & Cris Putnam


 

Les histoires et les légendes, se prolongeant dès le début du temps dans chaque culture principale, racontent l'histoire étonnante et cohérente des « dieux » qui sont descendus du ciel et matérialisés dans des corps de chair. Notre hypothèse de fonctionnement est que les soi-disant extraterrestres ne sont rien de neuf. En effet, ils ont été avec nous tout au long. Ils apparaissent dans notre littérature dès que les traces se prolongent.


Dans certains des documents les plus récents, nous voyons une population de diverses entités étranges créées par les dieux. Par exemple, dans l'épopée épique de la création des Akkadiens nous avons lu le monstre du chaos Tiamat utilisant une foule de singularités : « Elle a déployé des serpents, des dragons, des hommes héros à chevelure, des monstres lions, des hommes lions, des hommes scorpions, des démons puissants, des hommes poissons, des hommes taureaux, soutenant des armes généreuses, et ne craignant aucune bataille. »[I]


Comme le racontent les tablettes cunéiformes, la divinité Enki a cru correctement que Apsu, contrarié avec le chaos qu'ils ont créé, prévoyait d'assassiner les divinités plus jeunes ; et ainsi elles l’ont capturé, le tenant prisonnier en dessous de son temple appelé E-Abzu. Kingu irrité, leur fils, a rapporté l'événement à Tiamat, sur quoi elle a façonné onze monstres pour lutter contre les divinités, afin de venger la mort d'Apsu. Ils étaient sa propre progéniture : Bašmu « le serpent venimeux », Ušumgallu « le grand dragon », Mušmaḫḫū « le serpent exalté », le Mušḫuššu « le serpent furieux », le Laḫmu « celui velu », l'Ugallu « la grande bête du temps », l'Uridimmu « le lion fou », Girtablullû  « l’homme scorpion », Umū dabrūtu « les tempêtes violentes », Kulullû « l’homme poisson », et Kusarikku « l’homme taureau ». Ces entités sont indiquées dans les premiers enregistrements, et trouvent des parallèles étonnants en littérature postérieure. Des Sumériens par les Akkadiens, aux Hébreux antiques, ces légendes sont demeurées cohérentes. Plus tard, les « Grecs anciens et des mythes romains ont été peuplés pas seulement par des dieux, des héros, et des démons ». Le frère Guy Consolmagno du VATT au Mont Graham nous a rappelé : « Mais par un certain nombre d'êtres étranges et monstrueux. »[II]


Ainsi, de Rome à la Grèce et avant cela, en Égypte, en Perse, en Assyrie, à Babylone, et Sumer – les plus anciennes traces de civilisations indiquent une ère où les êtres puissants connus des Hébreux comme des observateurs dans le livre de la Genèse, alors que le benei ha-elohim (fils de Dieu) descendait sur Terre, étaient mélangés avec des humains, et ont donné naissance aux hybrides, en partie célestes et terrestres, connus sous le nom de Nephilim. La Bible indique que ceci s'est produit quand la civilisation a augmentée et que des filles étaient nées des hommes. Quand les fils de Dieu ont vu la beauté des femmes, ils ont pris des épouses parmi ces dernières pour engendrer leur progéniture peu commune. Dans le paragraphe 6:4 de la Genèse nous avons lu le conte suivant : « Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu'elles leur eurent donné des enfants: ce sont ces héros qui furent fameux dans l'antiquité. »


Quand ces écritures saintes sont comparée à d'autres textes antiques, y compris ceux des premiers pères de l'église, tels que Justin, Irenaeus, Athenagoras, Commodianus, Jules Africanus, Clément, Tertulluan, Methodius, et Ambrose, sans compter des travaux comme le Livre d'Enoch, le jubilé, Baruch, la Genèse Apocryphon, Philo, Josephus, Jasher, le testament des 12 patriarches, et beaucoup d’autres, la croyance antique fermement tenue devient claire, indiquant que les géants de l’Ancien Testament, tels que Goliath, était en partie humain, et en partie animal, d’une progéniture en partie angélique tenant d'une interruption surnaturelle dans l'ordre divin de la propagation naturelle des espèces.


Le premier historien romano-juif du 1er siècle, Flavius Josephus, a décrit une partie de l'histoire de cette façon :


Pour beaucoup d'anges de Dieu accompagnés avec des femmes, ils engendraient des fils qui ont été prouvés injustes, et dénigré tout ce qui était bon, à cause de la confiance qu’ils ont eu dans leur propre force ; pour la tradition, ces hommes ont fait ce qui a ressemblé aux actes de ceux que les Grecs appelaient des géants. Mais Noé était très mal à l'aise avec ce qu’ils ont fait ; et était contrarié par leur conduite, les persuadant de changer leurs dispositions et leurs actes pour le meilleur : mais voyant qu’ils ne lui ont pas cédé, mais étaient esclaves de leurs plaisirs mauvais, il avait peur qu'ils ne veulent le tuer, ainsi que son épouse et ses enfants, et ceux qu'ils ont mariés ; ainsi il est parti hors de cette Terre.[III]


Le premier père de l'église, Irenaeus, a ajouté que les anges ont employé des femmes, non seulement pour engendrer des « géants », mais ils leur ont enseigné des enchantements spécifiquement, afin de couler des breuvages magiques pour leurrer les hommes et les anges à leurs lits :


Et pour un temps très long, alors que la méchanceté s’étendait et se diffusait, et a néfastement atteint et possédé la course entière de l'humanité, jusqu'à ce qu'une graine très petite de droiture soit restée parmi eux. Les unions illicites ont eu lieu sur la Terre, depuis que des anges ont été unis aux filles de la course de l'humanité ; elles portent leurs fils qui pour leur grandeur excessive ont été appelés des géants. Et les anges ont apportés en tant que présents à leurs épouses l’enseignement de la méchanceté, c'est-à-dire ils leur ont apporté les vertus des racines et des herbes, teignant en couleurs et cosmétiques, la découverte des substances rares, des philtres d'amour, des aversions, des intrigues amoureuses, la concupiscence, les contraintes de l'amour, des charmes d'ensorcellement, et toutes les sorcelleries et idolâtries détestables à Dieu ; par la participation desquels les choses mauvaises dans le monde se sont propagées et diffusées, alors que la droiture était diminuée et affaiblie.[IV]


Tandis que le prophète Daniel appelait certains anges puissants les « observateurs » dans l'écriture sainte canonique (Dan. 4:13,17,23), c'était le livre apocryphe d'Enoch qui a décrit la première fois leur conspiration cosmique. Nous avons lu :


Et moi Enoch bénissait le Seigneur de la majesté et le roi des âges, et lo ! Les observateurs m'ont appelé - Enoch le scribe - et m’ont dit : « Enoch, scribe de vertu, va, déclare aux observateurs du ciel qui ont quitté le haut paradis, l'endroit éternel saint, et se sont défilés avec des femmes, et ont fait comme le font les enfants de la Terre, ont pris parmi eux-mêmes des épouses : vous avez travaillé à des grandes destructions sur la Terre : Et vous n'aurez aucune paix ni rémission de péché : et dans la mesure où ils se réjouissent eux-mêmes de leurs enfants [les Nephilim], le meurtre de leur bien aimé ils verront, et au-dessus de la destruction de leurs enfants ils se lamenteront, et feront la supplication à l'éternité, mais la pitié et la paix ne les atteindront pas. » (1 Enoch 10:3-8).


luciferbanned.jpgSelon Enoch, deux cents de ces anges puissants sont partis du « haut paradis », et ont employé des femmes (notamment) pour prolonger leur progéniture dans le plan de l’existence de l'humanité. David Flynn a référencé une Bible hébraïque interlinéaire qui offre une interprétation intéressante du paragraphe 6:2 de la Genèse à cet égard. Là où la Bible rappelle que le Roi James dit : « Les fils de Dieu ont vu les filles des hommes qui elles [étaient] justes. » Flynn interprète ceci comme : « Le benei Elohim ont vu les filles d'Adam, qui étaient des prolongements convenables » (accent supplémentaire).[V] En d'autres termes, ils ont voulu s'incarner eux-mêmes au monde matériel. Le Nouveau Testament suggère également cette idée quand Judas, le frère de notre Seigneur, a écrit : « Et les anges qui n’ont pas gardé leur premier domaine, mais ont quitté leur propre habitation [l'oikētērion]… » (Judas 6). Ce terme grec oikētērion est employé par Paul dans le paragraphe 2 5:2 des Corinthiens pour dénoter le corps transfiguré donné aux croyants dans le paradis. Ceci implique que ces anges tombés ont en effet cherché à prolonger une partie d'eux-mêmes dans des corps terrestres. L’interprétation « correspond aux prolongements » semble applicable quand on comprend que la totalité des témoignages antiques rapporte que les observateurs ont voulu laisser leur sphère appropriée d'existence, afin d'entrer dans la réalité tridimensionnelle de la Terre. Ils ont vu les femmes - ou au moins leur matériel génétique - comme une partie de la formule pour accomplir cette tâche. Les traces antiques suggèrent que les observateurs ont aussi bien modifié des animaux. Par exemple, les jubilés impliquent que le mélange inter-espèce a eu par la suite comme conséquence des mutations parmi les humains et les animaux normaux dont la « chair » (matériel génétique) « a été corrompue » par l'activité, vraisemblablement de l'intégration inter-génétique :


Et l'injustice s’accrue sur la Terre, et toute la chair corrompue sa voie ; l’homme et le bétail et les bêtes et les oiseaux, et tout ce qui marche sur la Terre. Et ils ont tous corrompu leurs manières et leurs ordonnances, et ils ont commencé à manger l’un l’autre. Et l'injustice s'est développée sur la Terre et chaque imagination des pensées de toute l'humanité était ainsi continuellement mauvaise. (Le 5:2 des jubilés soulignent en supplémentaire, cf. le 7h21 - 25)[VI]


Même l’Ancien Testament contient la référence aux mutations qui se sont développées parmi des humains suivant cette période de temps, y compris des « hommes » de tailles peu communes, de grande résistance physique, de six doigts, de six orteils, d'appétit animal pour le sang, et même de caractéristiques ressemblant à un lion (2 Samuel 21:20 ; 23:20). Le premier père de l'église, Eusebius, ajoute d'autres détails importants :


Et ils engendrèrent des êtres humains, avec deux ailes ; et puis d'autres avec quatre ailes et deux visages et un corps et deux têtes… encore d'autres avec des sabots de chevaux, et d'autres sous la forme de cheval à l’arrière et humaine à l'avant… ils ont également fait des taureaux avec des têtes humaines et des chevaux avec des têtes de chien, puis toutes sortes d'êtres monstrueux comme un dragon… [accent supplémentaire][VII]


annunaki3.jpgDes « humains avec des ailes » et « des monstres comme des dragons », J.R. Church a, par le passé, fait une remarque intéressante, puisque cette activité était satanique en nature, il se rapporte à la « graine du serpent » qui était hostile au Christ. « Le concept d'une race reptilienne continue dans toute la Bible comme symbole métaphorique du diable », a-t-il écrit dans la prophétie de News Magazine en février 2009. « Plus tard les écritures saintes ajoutent le terme de « dragon », avec l'implication que ces créatures de l'au-delà ont été conçues avec le code d'ADN d'une race de reptile. » L'église a continué pour énoncer comment certaines de ces créatures sataniques ont été dépeintes dans l'art antique en tant que « gargouilles - chauve-souris, ou de dragons avec des ailes ». En cela nous ne devrions pas être étonnés qu’« une race reptile de type humanoïde pourrait cohabiter avec les femmes humaines et produire une race de géants ». Dans ce qui pourrait être un appui historique des prémisses du Dr. Church's, un fragment de document trouvé dans la caverne n° 4 parmi les rouleaux de la Mer Morte contient une remontrance par Amram, le père de Moïse, à ses enfants. Dans un segment gravement endommagé du texte, Amram voit l'ange en chef de l'obscurité, un observateur appelé Melkireshaʿ sous la forme d’un reptile :


J'ai vu des observateurs dans ma vision, une vision rêveuse, et j’aperçus deux (d'entre eux) argumentant à mon sujet… Et ils étaient engagés dans une grande querelle à mon sujet.


Je leur ai demandé : Vous, qui êtes-vous ? Parlant ainsi à propos de moi ? » Ils ont répondu et ils m’ont dit : «  Nous avons été faits maîtres et ordonnons au-dessus de tous les fils des hommes. » Et ils m’ont dit : « Ce que nous faisons vous choisissez… »


J'ai ouvert mes yeux et j’ai vu l'un d'entre eux. Son regard était effrayant comme celui d'une vipère, ses vêtements étaient multicolores et il était extrêmement foncé…


Et après j'ai regardé et aperçu… son aspect, et son visage était comme celui d'une vipère [un serpent venimeux], et en était couvert… sur son ensemble, et ses yeux… »[VIII]


Le fait que les observateurs soient décrits en termes explicitement reptiliens par les Hébreux antiques fonde l'examen ufologique de tels êtres et de leurs interactions avec l'homme fermement dans l'histoire antique. L'exemple, le travail séminal du Dr. John Mack sur le phénomène d'abduction, cite beaucoup de cas impliquant des entités rencontrant la même description que celle trouvée dans les rouleaux de la Mer Morte. Par exemple, la description par Sara : « La tête était la partie la plus importante du corps, elle était « scintillante », d’aspect de « reptile », presque comme un type de serpent et tout à fait oblongue. »[IX] En outre, contrairement aux exposés révisionnistes présentés par les théoriciens des astronautes antiques, ceci implique que les soi-disant reptiliens sont, en fait, des observateurs poursuivant un ordre du jour plus sinistre que l'exploration scientifique. Cependant, les témoignages de personnes enlevées suggèrent également que leur intérêt pour le matériel génétique soit très réel.


Peut-être la description la plus « scientifique » au sujet des expériences des observateurs et de leur modification génétique des humains et des animaux vient à nous du livre de Jasher, un texte hébreu qui ajoute un détail exceptionnel, sur lequel aucun des autres textes n'est clair, quelque chose que l’on peut seulement comprendre dans la langue moderne signifiant de la biotechnologie avancée, le génie génétique, ou « la modification transgénique » des espèces. Après que les observateurs aient instruit des humains « dans les secrets du paradis », notez ce qu'il indique s’être produit :


[Puis] les fils des hommes [a commencé à enseigner] le mélange des animaux des espèces l’une avec l'autre, dans le but en conséquence de provoquer le Seigneur. (Jasher 4:18)


Il semble vraisemblablement que l'expression « le mélange des animaux et des espèces l’une avec l'autre » signifie que les observateurs avaient enseigné aux hommes quelque chose de plus que le croisement animal naturel, car ceci n'aurait pas « provoqué le Seigneur. » Dieu a fait des animaux de différentes races capables de se reproduire. Par exemple, les chevaux peuvent se propager avec d'autres mammifères de la classification équivalente (de la « famille taxonomique du cheval »), y compris les ânes et les zèbres. Cela n'aurait pas « a provoqué le Seigneur » si ce type d'élevage avait eu lieu, car Dieu lui-même a rendu les animaux capables de faire ceci.


Si, d'autre part, les observateurs croisaient les frontières des espèces en mélangeant des animaux incompatibles d’une espèce à l'autre, tel qu'un cheval avec un humain (un centaure), ceci aurait été une question totalement différente, et pourrait jeter la lumière sur les nombreuses histoires antiques des êtres mythiques de variantes d’espèces, fabriquant cet ajustement parfaitement dans les annales de ce que les observateurs accomplissaient. Tout naturellement, ce genre de fabrication de chimères aurait « provoqué le Seigneur » et soulève la question sérieuse de pourquoi les observateurs auraient risqué la malédiction éternelle en bricolant avec la création de Dieu de cette façon. Plusieurs théories existent quant à « pourquoi » les observateurs auraient corrompu des génotypes naturels, y compris l'idée que :


1) Parce que Yahvé avait placé des frontières entre les espèces et strictement commandé que « chaque type » se reproduise seulement d’après son « propre genre », les observateurs en tant que rebelles ont cherché à casser ces règles, afin d'assaillir le génie créatif de Dieu en changeant biologiquement ce qu'il avait fait ;


2) La corruption de l'ADN antédiluvienne par des observateurs était un effort pour découper la ligne de naissance du Messie. Cette théorie pose le principe que Satan a compris la promesse du protoevangeliume dans le paragraphe 3:15 de la Genèse qu'un sauveur naîtrait, la graine de la femme, et qu'il détruirait la puissance de l'ange tombé. Les disciples de Satan se sont donc mélangés à la race humaine dans une conspiration pour arrêter la naissance du Christ. Ils ont raisonné que si l'ADN humain pouvait être universellement corrompu ou « démonisé », aucun sauveur ne naîtrait, et l'humanité serait perdue pour toujours. Ceux qui soutiennent cette théorie croient que c'est pourquoi Dieu a commandé à ses personnes de maintenir une ligne de sang pur et de ne pas pratiquer l'endogamie avec les autres nations. Quand les Hébreux ont manqué à ce commandement, et que l'ADN muté a commencé à se répandre rapidement parmi les hommes et les animaux, Dieu a instruit Noé de construire une arche, et de se préparer à une inondation qui détruirait chaque chose vivante, dont le but était de purger la Terre des génotypes et des phénotypes souillés.


En conclusion, une troisième théorie, quant à pourquoi les observateurs ont fusionné la génétique de diverses formes de vie, incorpore les fameux textes antiques volumineux des « observateurs » dans un conte cohérent concernant le dépassement des motifs pour la raison à laquelle les observateurs avaient apparemment employé l'ADN. Quand ceci fut fait, il devient clair pour eux que les substances génétiques sont un matériau de construction organique central à la Terre (ou comme le Dr. Jacques Vallée l'a appelé : « énergie vivante »)[X] pour établir un corps composite qui leur permettrait de laisser leur plan d'existence et d’entrer dans l'homme (voir le 1:6 de Judas ; Animal familier 2:2:4). Le défi de cette théorie est comment l’entremêlement de diverses espèces satisferait ce but ou fournirait aux observateurs une méthode de départ du « haut paradis », afin de s'incarner dans l’« habitation » de l'homme « . » Tandis que nous ne prendrons pas le temps d'expliquer ici chaque détail, l'hypothèse est que les observateurs combinaient des espèces, afin de créer un corps sans âme ou sans esprit, un « grand organisme » vide, mais vivant, ou la « coquille » dans laquelle ils pourraient se prolonger. Le raisonnement, ici, est que chaque créature qui a existé à l'origine a eu son début dans Dieu, qui a tissé une barrière entre les espèces et a commandé à chaque créature de se reproduire « d’après son propre genre ». L'expression « d’après son propre genre » vérifie quel type d'esprit peut entrer dans un être intelligent à la conception. Quand le sperme d'un chien rencontre l'ovule d'une chienne, la vie d'un chien est formée à la première étincelle de la vie, l'esprit (ou la « nature » en parlant d'un animal) d'un chien entre dans cet embryon, et il grossit et devient un chien dans l'esprit et la forme. L'esprit d'un homme ne rentre pas dedans, de la même manière qu’un homme ne naît pas avec l'esprit d'un cheval ou d'une vache. Cette intégrité de créature/esprit fait partie de l'ordre divin et aurait gardé les observateurs, qui ont voulu s'incarner dans le royaume humain (pas simplement « possédez » les créatures), de déplacer les esprits des humains ou des animaux et de les remplacer par eux-mêmes. Comment les observateurs ont-ils surmonté ce problème ? Il est évident que basé sur les enregistrements antiques (et comme les scientifiques modernes le font aujourd'hui) ils ont mélangé l'ADN existant de plusieurs créatures vivantes, et ont fait quelque chose dans lequel ni l'esprit de l'homme ou de la bête ne voudrait entrer à la conception, parce que ce n'était ni homme ni bête. Comme Mysterious World l’a noté dans sa caractéristique de 2003 « Géant dans la Terre » :


Les Nephilim étaient des êtres créés, génétiquement, à partir du matériel génétique de diverses espèces animales préexistantes…. Les anges tombés ne se sont pas personnellement entrecroisés avec les filles des hommes, mais ont employé leur intellect divin pour fouiller dans le secret de la création de YHWH pour le manœuvrer à leurs propres buts. Et la clé pour créer ou  recréer l'homme, comme nous l’avons redécouvert au 20e siècle, est le génome humain, l’ADN.


Selon cette extrapolation des contes antiques, la manipulation du tissu vivant par les anges tombés a mené à un corps peu commun composé d'humain, d’animal, et du plan génétique connut sous le nom de Nephilim, un fac-similé « terrestre » où « s’insère l'extension » dans la quelle ils pourraient s'incarner. Tandis que cette théorie s'ajoute de manière significative aux traces antiques, elle cherche à moderniser l’ancienne description de ce qu'ils n'ont peut-être pas entièrement saisi par la vision d'un vocabulaire pré-scientifique. Intéressant, la science a découvert des preuves inattendues pour ceci dans le génome humain.


The Washington Post a récemment édité une histoire sur les découvertes d’une espèce « mystérieuse », avec un ADN partiel humain, qui aurait un jour marché sur la Terre. L'histoire, intitulée « Les chercheurs d'UW indiquent : Sexe avec les espèces mystérieuses de l’homme du début de l’époque vu dans l’ADN  », est juste la dernière dans une série de découvertes récentes semblables, et tandis qu'aucun os géant fossilisé n'était trouvé dans ce cas, une carte d’appel a été laissée dans les temps présents : Africain : extraits de l'ADN « étranger ». « Ces restes génétiques ne ressemblent pas à l'ADN d'aucun humain moderne », rapporte l’article, avant d'ajouter cette bombe : « L'ADN étranger également ne ressemble pas à l'ADN de Neandertal, qui apparaît dans l'ADN de quelques Européens modernes. Cela signifie que l'ADN nouvellement identifié est venu d'un groupe inconnu. »[XI]


Étant donné les théories ci-dessus, l'histoire biblique de la progéniture des Nephilim offre la réponse la plus satisfaisante à cette énigme.


Une objection, de temps en temps formulée, contre l'idée de naissances hybrides en partie d’homme résultant d’une union angélique et de la génétique humaine, est la croyance que les anges sont censément asexués, depuis que Jésus a dit à la Résurrection, que les gens ni ne se marieront ni seront donnés dans le mariage, mais seront « comme les anges dans le paradis ». Cependant, James Montgomery Boice précise, les mots enregistrés en Mathieu 22:30 : « Ne sont pas l'équivalent de dire que les anges sont asexués ou qu'ils ne pourraient pas avoir eu des rapports sexuels avec des femmes s'ils avaient choisi de faire ainsi. Dans le paradis les êtres humains ne se marieront pas mais néanmoins maintiendrait leur identité, ce qui inclut être mâle ou femelle. De la même manière, les anges ont pu également avoir des identités sexuelles. Elle signifie peut-être que quand les anges sont mentionnés dans l'écriture sainte c'est toujours avec le pronom masculin « lui », et ils sont toujours décrits comme des hommes. »[XII] Ainsi, quand Jésus a dit les anges « dans le paradis » ne se marient pas, c'est une question distincte de ce que ces anges qui sont partis (ou ont été jetés hors du) paradis étaient capables de faire et ont apparemment fait. Judas 1:6-7 ajoute un aspect profondément important au sujet de ceci, quand il indique :


« Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l'avoir tiré du pays d'Égypte, fit ensuite périr les incrédules ; qu'il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n'ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure; que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d'un feu éternel.» [accent supplémentaire].


nephilim-marry.jpgIl est remarquable ici que Judas relie le péché des anges tombés aux péchés sexuels de Sodome et  Gomorrhe, utilisant le commentaire indiquant qu'ils étaient allés après « des vices contre nature ». C'est le  grec sarkos heteros, et contient une signification très importante reliée à la façon dont les hommes de Sodome et de Gomorrhe ont voulu avoir des relations sexuelles avec des anges (voir la Genèse 19). Ainsi leur péché est comparé par Judas à ces anges d'un vers plus tôt, qui sont partis de leur habitation appropriée dans le paradis pour se mêler avec des femmes. L'apôtre Paul résonne également ces délimitations dans les Corinthiens 1-15:40, quand il dit : « Il y a aussi des corps célestes et des corps terrestres; mais autre est l'éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres. » Quand, expliquant comment le corps « merveilleux » se compose de quelque chose d’entièrement différent du « corps terrestre », Paul parle-t-il métaphysiquement ou une différence dans « la matière première » de ces corps peut être assumée ? Certainement elle le peut, parce que dans le vers juste avant celui-ci, il parle des différences entre la chair des hommes, des bêtes, des poissons, et des oiseaux, pourtant ce sont toutes de la composition terrestre, par opposition au vers suivant où il divise clairement le corps céleste en tant que « autre » type de corps pas de la même sorte que le « terrestre » (terra firma, de la Terre).


Selon le père apostolique du 2e siècle, Athenagoras, Lucifer avait été l'ange à l'origine placé responsable de la « matière » terrestre (voir la plaie pour les chrétiens). Après sa chute, Satan a employé sa connaissance de la création et de la génétique pour corrompre ce que Dieu avait fait. C'est intéressant à la lumière de la science moderne et de la suggestion récente que les anomalies génétiques « peuvent prédisposer un homme au comportement antisocial, y compris des crimes de violence ».[XIII] Un des sujets les plus chauds dans la biologie est aujourd'hui la science de l’« epi-génétique », qui implique les changements héritables de l'expression du gène ou des phénotypes cellulaires qui peuvent être provoqués par des « mécanismes » autres que les changements normaux, qui se produisent en étant à la base des séquences ADN - ainsi le titre – epi - (Grec : επί- au-dessus, d'en haut,) - génétique. Si le supranaturalisme peut jouer un rôle comme un de ces « mécanismes externes » est suggestif, et beaucoup de chercheurs croient que la possession démoniaque, par exemple, peut négativement affecter la santé chromosomique. Le Nouveau Testament est rempli des connexions entre la maladie et les affections génétiques comme directement relié au démonisme. Selon le théologien et l'expert en matière de guerre spirituel, le Dr. Neil Andersen : « Approximativement un quart de toutes les guérisons enregistrées dans l'Évangile de Marc étaient réellement des délivrances. »[XIV] Par exemple : « Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades. » Et : « Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité. » (Mathieu 8:16 ; 10:1).


Mais, c'est seulement une partie de l'histoire. Il y a une différence entre les humains démonisés… et ceux parmi nous maintenant...


A venir : La différence entre les humains démonisés et les hybrides sans âme

 

 

[I] William W. Hallo and K. Lawson Younger : The Context of Scripture, (Leiden; New York : Brill, 1997), 392.

[II] Intelligent Life in the Universe : Catholic belief and the search for exraterrestrial intelligent life, Catholic Truth Society, London, 2005, 4

[III] Antiquities of the Jews - Book I, chapter 3:1

[IV] http://christianbookshelf.org/irenaeus/the_demonstration_
of_the_apostolic_preaching/chapter_18_and_for_a.htm


[V] David Flynn : “Seraphim, Cherubim & Ezekiel's Wheels Aliens, Nephilim & the Days of Noah” http://www.mt.net/~watcher/nephelim.html

[VI]James H. Charlesworth : The Old Testament Pseudepigrapha and the New Testament, Volume 2 : Expansions of the "Old Testament" and Legends, Wisdom, and Philosophical Literature, Prayers, Psalms and Odes, Fragments of Lost Judeo-Hellenistic Works, Includes Indexes. (New Haven; London : Yale University Press, 1985), 2:64.

[VII] Josef Karst : Eusebius Werke, 5. Band : die Chronik (Leipzig 1911).

[VIII] 4Q Amramb (4Q544) Geza  Vermes : The Dead Sea Scrolls in English, Previous Ed. : London : Penguin, 1987., Revised and extended 4th ed. (Sheffield : Sheffield Academic Press, 1995), 312.

[IX] John E. Mack : Abduction (NY : Charles Scribner and Sons, 1994), 212.

[X] Jacques Vallée : The Invisible College : What a Group of Scientists Has Discovered About UFO Influences on the Human Race, (New York : Dutton, 1975), 233.

[XI] http://seattletimes.com/html/nationworld/2018783144_humans27.html

[XII] http://www.ldolphin.org/nephilim.html

[XIII] T. Shinn, Richard P. Whitley, Expository Science : Forms and Functions of Popularisation, Springer, NY, 1985, 148

[XIV] Neil T. Anderson : The Bondage Breaker, (Eugene, OR : Harvest House Publishers, 2006), 33.

 

Source(s) : Raidersnewsupdate.com, Conscience du Peuple


Traduction Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source ainsi que celle de la traduction.

Partager cet article

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment