Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 16:25
Angleterre : le royaume des enfants perdus (Docu) [VF]

 

Depuis : les brins d'herbes engagés

 

Cela se passe à quelques kilomètres de la France, de l’autre côté de la Manche. Des enfants sont enlevés de force à leurs parents par les services sociaux, parfois à tort. Une dérive sur laquelle a enquêté la réalisatrice Isabelle Cottenceau pour un documentaire, diffusé lundi 14 janvier sur Canal+.

 

Angleterre: le royaume des enfants perdus raconte l’histoire de parents aux destins dignes d’un roman de Kafka. Pris dans le piège d’une politique de la protection de l’enfance surpuissante, le film raconte comment l’État britannique les a privés de leurs enfants, mais aussi de leurs droits.

 

« Un système orwellien »

 

Marc et Nicky chercheront à avoir un autre enfant, mais une fois encore les services sociaux se mettront en travers de leur chemin. À leur demande, ils ont dû passer cinq mois dans un foyer surveillé en permanence afin de prouver qu’ils feraient de bons parents.

 

« On est dans un système complètement orwellien », explique la réalisatrice au HuffPost. « Le plus inquiétant, c’est la notion de prédiction. Un peu comme on a vu en France avec la question des mineurs délinquants il y a quelques années, en Grande-Bretagne, les services sociaux croient pouvoir déceler la violence avant qu’elle n’ait lieu », continue-t-elle.

 

À l’origine de ce système absurde, une double dynamique:

 

  • D’un côté, plusieurs faits divers qui ont vu des enfants britanniques maltraités, au point même d’être tués par leurs parents. En témoigne l’affaire Baby P., du nom de ce bébé de 17 mois décédé des 2007 des suites de la cinquantaine de blessures que lui avaient infligé ses parents. À l’époque, l’affaire bouleverse le pays. Les médias n’hésitent alors pas à pointer du doigt la défaillance des services sociaux, qui redoublent d’attention et augment drastiquement le nombre de retraits d’enfants.

 

  • De l’autre, depuis l’arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997, tout est fait pour encourager l’adoption. Les communautés locales se voient même rémunérées par l’État, si elles atteignent leurs objectifs d’enfants placés dans des familles d’accueil. Certaines d’entre elles engrangent plusieurs centaines de milliers, voire plusieurs millions de livres.

 

Chape de plomb

 

Aujourd’hui, impossible de savoir combien d’enfants ont été abusivement retirés de leur famille. La loi interdit à quiconque, parents, avocats, journalistes de mentionner ne serait-ce que le nom des enfants. C’est donc une véritable chape de plomb qui s’est abattue sur ce scandale. Tout au plus peut-on estimer le nombre de cas à quelques centaines, quelques milliers peut-être, des dires des avocats qui défendent les intérêts des parents dépossédés.

 

Que ce soit du côté des services sociaux, de l’hôpital, ou du ministère de l’Education dont dépendent les services sociaux, la réalisatrice s’est systématiquement heurtée à un refus de communiquer sur ces erreurs judiciaires.

  

Partager cet article

Repost 0
Published by openyoureyes - dans SOCIETE
commenter cet article

commentaires

Citation

« Il fut débattu puis décidé que la peur devrait être propagée et entretenue au niveau mondial afin que l’attention reste cristallisée sur le négatif tout en empêchant l’expression positive de l’authenticité.

 

Tandis que les gens deviendraient de plus en plus craintifs et manipulables, leur capacité à penser librement et à exprimer leur authenticité décroîtrait.

 

Le contrôle de l’esprit interdisant clairement toute expression de l’authenticité, l’évolution de l’esprit humain diminuerait ainsi en même temps que la liberté de penser, lors que celle-ci fait l’objet d’un continuel bombardement alliant terreur et négativité. »

 

Rechercher

Catégories

Vidéos du moment